Achille


Image tiré des Nibelungen de Fritz Lang

Je confonds Siegfried et Achille. Achille s’épèle avec un K. Je quitte le voyage de Marco (non pas Stanley) Polo avant la fin. J’ouvre Jean Genet : remonte à rebours la langue de Guyotat. J’ai bien zappé, hier, entre le premier volet des Nibelungen diffusé sur Arte et l’Independance day d’une autre chaîne sans nom (je zappe encore). Revoilà la baleine. Un client m’appelle, parle en anglais avec accent d’ailleurs, c’est peut-être un homme, une femme, je ne comprends pas ce qu’il me dit, ou elle, il y a de l’écho, sa voix est rauque, entre les siens opaques je reconnais un mot, un seul : Paris (et on prononce le S), et ce que moi je dis : I don’t understand what you’re saying but I can hear my own voice. Où est le mot « écho » ? J’imagine que quelqu’un, ici, avant, a déjà eu l’idée d’écrire une thèse ou un mémoire sur la baleine en littérature. Il y avait, me semble-t-il, des carcasses de baleines en décomposition dans un livre de Rodrigo Fresán, sans doute La vitesse des choses, à vérifier.

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |