Mercure


cela se termine ou commence
certains soirs
 
une pâtée de nerfs
 
Antoine Emaz, Boue, Deyrolle Editeur, P.21

Le mercure (c’est-à-dire nos pixels embués sous la couche LCD de nos petites météos portatives) remonte. Zéro poudre fumée hors de ma gorge ouverte (dehors patiente). Un mec (ce mec) attend le train comme chaque lundi au même endroit et moi, au même endroit comme chaque lundi devant le train venant, je le prends (paume), fictive photo carrée (Brannan le filtre).

Un autre refus, pixel celui-là. Je parle de Coup de tête. Toujours se méfier quand la lettre commence « j’ai lu avec intérêt ». Ai-je encore des espoirs ?

Quant au spectre de mes lectures, le voici : le Second journal parisien de Jünger, Après le livre de François Bon, Boue d’Emaz et le Journal de la crise, 2006 de Laurent Grisel. Mais j’ai faim de fiction. Hier je craque, iPad dégaîne le Hobbit.

Matriochka (pour déplier cliquer)

Je me souviens le voir encore, posé, sur la plage arrière de la voiture (une rouge ?), près de là, proche Fouras, où l’on devait ramasser des babets gigantesques (dont certains sont encore parmi nous). Ma tante l’a offert à mon frère et moi, le voyant, mais alors ne lisant presque rien, je me suis dit « lui le lirai ». Et ensuite, idem, lirai le Seigneur des anneaux (tatatin !). Le Seigneur j’ai fini par le lire, bien des années plus tard, toute une année, 3ème durant. Sauté la case Hobbit.

J’y suis. Me souviens de sa tête en papier (probablement encore chez mon frère, en bas).

Très heureux du résultat pour Jesus is waiting. Cette nouvelle est incroyable. Et je suis allé, littéralement, dans tous les sens, quelque part avec elle. Je pense avoir, très sincèrement, réussi mon apnée. Meilleure que The Harvest (?), tout Hempel est en elle. Je le relis sans peine (sa version ou la mienne) même après l’avoir lue, huit mille fois de suite relue.

<  -  >

Partager

Révisions

1 révision

Mercure, version 2 (15 février 2012)

Très heureux du résultat pour Jesus is waiting. Cette nouvelle est incroyable. Et je suis allé, littéralement, dans tous les sens, quelque part avec elle. Je pense avoir, très sincèrement, réussi mon apnée. Meilleure que The Harvest (?), tout Hempel est en elle. Je le relis sans peine (sa version ou la mienne) même après l’avoir lue, et huit mille fois de suite relue.

Commentaires

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |