Poutine


Le type à ma droite a l’air surpris que le type à ma gauche mentionne Minute. « Y a de bons trucs », dit-il. « Un jour, ça va vraiment péter ». J’ai l’impression d’avancer nu, la tête en équilibre sur une pile d’assiettes creuses (ou l’inverse). Et tu sais quoi ? Ma tête est la pile d’assiettes creuses, vides ou bien pleines. Je fais du mieux que je peux pour surtout rien renverser. J’ai mis les pompes pointues, celles du rendez-vous pro, j’attends quinze heures avec les mains sable. Chaque étage avalé pour rencontrer ce type, l’Escalator se rétrécit. Arrivé au septième, je trouverai une échelle. Je lis Poutine a fait (comme score) dans un bureau de vote russe, tchétchène, près de 107%. Reste là-bas une heure et quart et plus. Le type me serre la main et je remballe mes notes. J’ai pris avec la paume et l’oeil des photos des cas graves qu’il voulait me faxer. « On verra l’expertise... » Le gars d’à droite m’apprend qu’hier un accident de personne a perturbé circulation, les voies. J’ai mis deux heures pour rencontrer chez moi. Couché 20h40, la Tête cognant la tête à divergents endroits. Larbaud répète souvent, dans son Journal, « the Mood ». Moi j’ai la Tête. Hier cognait l’oeil gauche. Et le droit ? Il préfère le Nouvel Obs mais il acquiesce, « ça va péter », reste à savoir si nous (soit eux) on sera bien « toujours là pour le voir ». En sortant du métro les quais tanguent. Et je revois la boîte, médocs pris hier avant l’trou noir, dix heures sommeil : soyez prudent, ne pas conduire. « Si y a une guerre, moi j’irai pas ». Liste II uniquement sur ordonnance. « Des fois aussi Atlantico ». Les gellules doivent être ingérées telles quelles à l’aide d’un grand verre d’eau. Celle d’en face ne dit rien, écarquille droit ses Doc Martens. Si elle était un mec, il serait belle comme dingue (et je prendrais photo). Toujours sans nouvelle du Husky, chien d’en face. Fait très nuit quand le train me débarque. Me demande bien ce que l’Histoire pensera, relisant mes quelques foutues notes, si cette connasse les lit, de la vraie phrase suivante : « Vladimir Poutine élu à la présidence russe dès le premier tour ».

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |