Les horaires affichés sont les horaires théoriques


’Come on. He’s meeting us in the library.’ Richard was almost proud of the way he didn’t say ’What library ?’ or point out that you couldn’t put a library on a train. Instead he followed Door towards the Earl’s empty throne, and round the back of it, and through the connecting door behind it, and into the library. It was a huge stone room, with a high wooden ceiling. Each wall was covered with shelves. Each shelf was laden with objects : there were books, yes. But the shelves were filled with a host of other things : tennis rackets, hockey sticks, umbrellas, a spade, a notebook computer, a wooden leg, several mugs, dozens of shoes, pairs of binoculars, a small log, six glove puppets, a lava lamp, various CDs, records (LPs, 45s and 78s), cassette tapes and eight-tracks, dice, toy cars, assorted pairs of dentures, watches, flashlights, four garden gnomes of assorted sizes (two fishing, one of them mooning, the last smoking a cigar), piles of newspapers, magazines, grimoires, three-legged stools, a box of cigars, a plastic nodding-head Alsatian, socks... The room was a tiny empire of lost property.

Neil Gaiman, Neverwhere, Headline review, P.159-160

Je mange avec mon ombre, Olympia contre, dans une assiette carrée par ronde. « Les horaires affichés sont les horaires théoriques », disait matin l’un des panneaux du ciel. Je l’ai cru. A ma gauche c’est l’ancien monde qui bouffe. L’un des trois dit vouloir adapter Demis Roussos et Joe Dassin en version latino pour l’Québec car c’est « là qu’est la thune ». Départ prochain pour Montréal pour y tester l’concept (« j’ai les droits »). Je regrette d’avoir pas, l’autre jour, acheté d’occase ce bouquin SF de série Z, quatrième nulle, qui faisait bruits de néon dans ma tête quand je lisais. Ce soir sont prévus : Bruel, Barbelivien et Amel Bent et même les fils Sarko, Rachida Dati et toutes les stars. Les quoi ? Je relis 37 fois le truc génial de Seb Ménard. Il connaît le mec de la SACEM, « je te présenterai », dit-il, avant dégainer Shakira. L’une de ces connes, ailleurs, dit « dans ma boîte, le jour de la journée de la femme, maintenant, le dircom offre à toutes une rose à chacune ». En plus, ils ont trouvé l’astuce pour pouvoir mettre sur l’affiche « avec Bidule, des Gipsy King ». Le vieux monde entre leurs pouces empile des ronds. Je crève, couteau, la bulle jaune de mon cloque madame à 9.50€ avant mastication des grammes.

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |