Ailleurs le pif


J’écris depuis clavier deux pouces de l’iPhone, récupéré le texte baragouiné sur le macbook en l’exportant PDF et puis transfert dans Bluefire via iTunes, depuis lequel je peux copier deux pouces vers le tableau de bord Spip. Avant-hier soir H. m’a dit barrons-nous, m’a dit cap ? Jusqu’à où ? N’importe où. On y est. N’importe où un Ibis dans un département que sur une plaque de caisse numérotée on saurait pas situer. Pas de Wifi offert : fallait descendre jusqu’à la réception pour demander la carte, faudrait y aller pieds nus et sans les yeux, tant pis. Voilà pourquoi je racle les fonds de 3G pour émettre. Qu’en est-il de nos jobs ? A la chiotte nos jobs. Pas toi qui voulait juste qu’on se décadenasse l’un l’autre ? Avons pris la caisse noire, matriculée 42, l’avons poussée vers le Sud, « the drive is determinedly a drive », sans un oeil ni deux ni huit sur nos iPhones sans coque. J’ai quelques mois de retard oui mais la quatrième de Onze rêves de suie indique : « Manuela Draeger appartient à une communauté d’auteurs imaginaires. Depuis 2002, elle publie régulièrement des romans pour adolescents. » Putain la quatrième ! Pendant qu’H. il conduit je lui lis à voix haute qu’ On n’est peut-être quand même pas très loin de chez la Mémé Holgolde, dis-je. Je reconnais un endroit où on est passés, un jour, avec la tante Kirkuk et le soldat Robmann. Rita Mirvrakis s’arrêta pour scruter les parages. Elle avait l’air perdue, et, en même temps, elle avait l’air de s’en ficher. - Je me rappelle pas le soldat Robmann, dit-elle. Je me rappelle pas qu’on est passés ici avec la tante Kirkuk. Nous nous trouvions à côté d’une intersection. J’allai lire ce qu’indiquaient les plaques. Elles étaient placées en hauteur et effacées. Rue Ounda, rue des Vincents-Sanchaise. Je revins vers Rita Mirvrakis et fis mon rapport. - Rue des Vincents-Sanchaise, répéta-t-elle. Bon. On va aller par là. - Chez la Mémé Holgolde ? demandai-je. - Non, idiot, dit Rita Mirvrakis. La Mémé Holgolde a déménagé dans un sovkhoze. C’est pas du tout par ici. C’est à l’opposé. C’est presque à la campagne. Tu te rappelles, quand on y va ? Faut monter dans une camionnette. On roule trop longtemps. C’est dehors, à des kilomètres. - Je me rappelle pas, dis-je. et quand je prends le volant pour le remplacer c’est lui qui me dit la suite, celle-là qui Le soir venu, les passants ressemblaient à des animaux errants, prisonniers, péniblement accoutrés et plongés dans une méditation bougonnante qui faisait peur. Je pense qu’il aurait été plus judicieux de parler du quartier des Vincents-Sanchaise, puisque à partir d’un certain moment ruelles, venelles ou avenues s’appelaient toujours de la même manière. Nous marchions là-dedans depuis une demi-heure, la gorge serrée par l’angoisse de nous être égarés, avec en tête de vilaines images. Il était question de mauvais traitements et de découpage final de nos corps, dans ces images. - Tu crois qu’on s’est perdus ? ai-je fini par demander. - Crois à rien, je t’ai dit, a répondu Rita Mirvrakis. On ouvre les lapins sur la moquette de l’Ibis. Plus tôt quelque part, petite route, peu d’asphalte, on a ouvert la cage dans un pré avant de se dire : ça se pourrait qu’y ait des r’nards ? Chaque pas posé dans nos sales vies c’est un cadenas en plus qu’on se fout sur le dos. J’ai dit un truc comme ça, un truc de dimanche soir, moi j’attends pluss de tout, je suis pas du genre à me contenter. J’ai demandé « pif », c’est P-I-F ? Pourquoi que l’un d’entre nous devrait toujours être raisonnable ? Pour ça hier qu’on prend la route. J’ai des messages en attente plein la main, la main droite. Je sais pas où on va.

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |