ULYSSE PAR JOUR A DEMENAGE >>

-1 / +1

#Ulysse soixante-quinze

La phrase originale

Stephen bent forward and peered at the mirror held out to him, cleft
by a crooked crack. Hair on end. As he and others see me. Who chose
this face for me ? This dogsbody to rid of vermin. It asks me too.

Stephen se penche
voit le miroir tendu
fêlé [1] en diagonale
tif pointe en l’air.
Tel qu’autrui peut me voir [2].
Qui m’a choisi ce visage ?
Ce corps de chien d’avant son Advantix [3].
Voilà ce qu’il [4] souhaite aussi savoir.

Progression : 0.51%

Guillaume Vissac / 20 avril 2012 / Ulysse par jour
James Joyce

Notes

[1La fêlure est-elle vue sur le miroir ou sur le visage de Stephen ?

[2Irruption d’un premier monologue intérieur.

[3

[4Dans les traductions c’est un « il ». On a donc l’impression que Stephen vise Mulligan. Or c’est un « it », et non un « he », il serait donc question du miroir ? Deuxième flou entre la personne et son reflet.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


Livres


- -

- - - -



-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |