310712


Je prends donc mon petit déjeuner avec Cromwell et son jeune ami noir parce qu’on m’a demandé de venir et que je suis venu. Je me suis même dépêché, mais ma présence n’a ni rime ni raison, sauf pour être témoin du fait que Cromwell baise son jeune ami noir.

(...)

Le jeune Brad noir nous regarde de ses grands yeux bleus byzantins qui font penser aux saints chrétiens.

(...)

Je suis là pour faire diversion par rapport à la vraie motivation de ce petit déjeuner professionnel, je ne suis rien de plus qu’un observateur sur lequel on peut compter pour voir Cromwell baiser Brad en public. Pour un homme comme Cromwell, baiser quelqu’un en privé, là où lui et sa victime sont les seuls à connaître la transaction, serait une perte de temps. Pourquoi même se donner la peine de baiser quelqu’un s’il n’y a pas de témoin ?

Steve Tesich, Karoo, Monsieur Toussaint-Louverture, traduction Anne Wicke

Journée comme un tunnel sans fond, noir et noir mat, au cours duquel tu ouvres l’oeil à ce moment précis de la traversée, tu t’y vois virer la déco du Noël 2011 pour la filer à ceux qui font Noël en septembre. T’avances Coup de tête pour POD. Profitant du peu de jour humain qu’il reste, paupières ouvertes, te dis que la partie 4 de Karoo c’est quelque chose (et puis tu les refermes).

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |