ULYSSE PAR JOUR A DEMENAGE >>

-1 / +1

#Ulysse deux-cent-vingt-quatre

La phrase originale

She bows her old head to a voice
that speaks to her loudly, her bonesetter, her medicineman : me she
slights. To the voice that will shrive and oil for the grave all there is of
her but her woman’s unclean loins, of man’s flesh made not in God’s likeness,
the serpent’s prey. And to the loud voice that now bids her be silent
with wondering unsteady eyes.

Elle tourne sa vieille tête pour ouïr cette voix qui lui parle fort
son rebouteux
son guérisseur :
moi [1] elle s’en fout.
Une voix [2] qui voudra bien l’absoudre et pour la tombe apprêter tout son corps
hormis ses deux vieux reins femelles faits de la chair de l’homme et non de celle de Dieu
à la proie du serpent.
Une lourde voix qui lui ordonne
enfin
de suturer sa bouche
d’un million d’yeux épileptiques.

Progression : 1.54%

Guillaume Vissac / 16 septembre 2012 / Ulysse par jour
James Joyce

Notes

[1Moi c’est Stephen.

[2Une voix qui l’appelle et lui murmure à l’oreille depuis les limbes des trucs d’une autre langue, ce n’est pas Dieu ni son double schizo mais bien Haines, comme on l’apprendra plus tard, via l’Ulysse deux-cent-vingt-six.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


Livres


- -

- - - -



-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |