151112


Cela peut plaire de voir une planète depuis sa fenêtre,
bleue et sphérique, mais il n’y a pas de ressemblance possible
entre un organisme qui choisit des chaussures
et une sphère volumineuse qui navigue dans les airs.

Gonçalo M. Tavares, Un voyage en Inde, Viviane Hamy, traduction Dominique Nédellec.

Règles du jeu du trainball (nom provisoire), sport postapocalyptique possiblement pratiqué dans quelques pays et époques de /// :

- Deux duellistes s’affrontent sur le toit d’un vrai train en marche, l’un en tête de rame et l’autre en queue.
- Chacun est armé d’un pistolet paintball chargé d’un nombre limité (?) de billes de peinture.
- On tatoue à chacun une cible sur sa nuque.
- Le premier à atteindre la cible de l’autre avec l’une de ses billes gagne le duel.
- Tous les coups sont permis.
- La durée du duel correspond à la durée du trajet.
- Si aucune cible n’est atteinte à la fin du trajet, celui qui a le plus maculé le corps de son adversaire remporte le duel.
- La mort, accidentelle ou non, de l’un d’eux duellistes disqualifie le restant.
- Il n’y a pas d’autres règles.

Correspondance avec l’URSSAF, suite : je soussigné XY atteste sous l’honneur des faits suivants : n’envoyez, sous aucune circonstance, les huissiers menaçants à ma porte car j’ai déménagé.

Le reconnais : me suis trompé d’horaire pour lire, lire et finir, Un voyage en Inde : aurais dû lire le soir, sur des mois, affranchi de toute contingence spatio-temporel. Ceci étant, cela n’explique en rien pourquoi aucune des femmes évoquées au cours de cette odyssée n’est ni un cadavre ni une prostituée.

Lu, deux fois de suite et d’affilée mais ému, entre les tôles et corps de mon métro en panne, de Jean Echenoz L’occupation des sols :

Comme tout avait brûlé – la
mère, les meubles et les photographies de la mère –, pour Fabre et le
fils Paul c’était tout de suite beaucoup d’ouvrage : toute cette cendre
et ce deuil, déménager, courir se
refaire dans les grandes surfaces.
Fabre trouva trop vite quelque
chose de moins vaste, deux pièces
aux fonctions permutables sous une
cheminée de brique dont l’ombre
donnait l’heure, et qui avaient ceci
de bien d’être assez proches du quai
de Valmy.

Jean Echenoz, L’occupation des sols, Minuit

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |