Rapport d’A.


Photo François Bon

J’étais présent hier à la BNF pour la deuxième journée du colloque Les métamorphoses de l’oeuvre à l’heure du numérique, invité à pechakucher avec mes camarades (dans l’ordre) Pierre Ménard, Arnaud Maïsetti, Christine Jeanney, Juliette Mézenc, Jacques Fuentealba, Jean-Daniel Magnin, Anne Savelli, Sarah Maud Beauchesne et Joachim Séné (et François Bon entre deux salves). Le but du jeu, c’était de lire un texte en lien avec un diaporama de 20 photos, chacune affichée 20 secondes durant. Voici mon truc [1]. Il y a une horrible faute de er/é dans le paragraphe 9 qu’il m’est impossible de corriger sans modifier toute la structure du texte, du fait des vers justifiés (il faudra donc faire avec).

On pose un corps sur la table. Surtout pas
le cadavre de la littérature. Un corps, un
vrai corps, traversé par peu importe quoi.
Suffit de le mordre à l’orteil pour sentir
& puis voir qu’il se réveillera pas. Plus.
Il peut parler ou voir ou réfléchir encore
mais c’est un leurre, crois-moi, vraiment.
Faut pas tenir compte ok ? Vaut mieux pas.

Le scalpel, c’est un pinceau & le pinceau,
c’est un sécateur. Une main droite ou bien
gauche fonction de laquelle est toujours à
sa place sous le poignet. On dit « découpe
dite en Y », car c’est cette forme qu’elle
Des épaules au sternum, puis du sternum
au nombril, ouverture de la cage papillon.
Si tu vois pas assez faut te rapprocher...

Je sais bien ce que tu penses. Tu penses :
c’est dégueulasse ! Et bien, ça l’est & ça
l’est pas. Ca l’est parce que c’est crasse
de suie & que les odeurs sont noires. Puis
ça l’est pas, parce que je te le demande :
t’as déjà eu envie de gerber, jadis, après
avoir éventré la boîte de ton ordinateur ?
Là pareil. Nous sommes nos propres boîtes.

Je m’excuse si les images sont pas bonnes.
La télétransmission rétrovitréenozorbitale
est impactée au niveau de la réverbération
satellitaire, c’est-à-dire qu’elle... Mais
tu sais quoi ? Peu importe. Si les images,
celles-là, sont pas bonnes c’est juste que
l’écran de tes yeux est pas bon. Peut-être
qu’il est obsolète ou peut-être déficient.

Est-ce que t’as bien fait toutes les mises
à niveau ? Les correctifs sont installés ?
Et les pilotes : ils sont à jour ? Ca peut
expliquer le parasitage ou l’altération de
tes scotomes, mais une autopsie à la fois,
d’accord ? Ce pauvre mec a beau vouloir se
débattre, c’est pas lui qui nous empêchera
d’aller au bout des choses. Regarde. C’est

plein de vie synthétique qui palpite. Faut
retourner chaque nerf pour déchiffrer quel
copyright s’applique, en quel silicone est
fait chaque filament & quels kilos d’infos
seconde circulent & à quel rythme. Tu vois
un peu combien ce mec est bardé de barbelé
& de réseau sous-cutané ? Tu peines à voir
les veines & les artères ? Pareil. Et idem

les 2 yeux, idem le visage, ces nerfs c’en
est pas, les globes sont en verre, tendons
en polycarbonate tissé, etc... La question
c’est pourquoi ? Je vais te le dire. Déjà,
remarque qu’aucune de ses humeurs vitrées,
je dis bien aucune, n’est imprimée d’aucun
scotome graphique normal, ce qui veut dire
que ce mec a renoncé au réseau naturel des

pixels, je vois que ça. Donc contrairement
à toi, à moi ou à tout un chacun, quand il
regarde, mettons, un beau ciel bleu dégagé
ou un paysage fer désaffecté, il voit rien
d’autre que ce panorama précisément & zéro
info en surimpression de rien : ni cour de
la bourse ni actu internationale ni film &
pub ni prospectus insurrectionnel visant à

nous faire croire que toute réalité est ni
bonne à rien ni juste pour tous. Rien. Que
dalle. Juste le panorama ! Comme, mettons,
un Neandertal, ou un sauvage non opéré des
cornées ! D’ailleurs, si tu veux mon avis,
je crois qu’il a été traité des yeux comme
tout le monde mais qu’il s’est arrangé, je
vois pas trop comment, pour renversé l’opé

ration irréversible. Voilà comment on peut
expliquer le vacuum de ses 2 humeurs vides
& aussi les 97 encoches microscopiques aux
abords des pupilles. Si on devait simuler,
sur nos humeurs vitrées propres, sa vision
sur la nôtre, on ne pourrait plus voir que
le fond d’écran actuel, non retouché & non
altéré, sans implémentation hypermétrique,

et lacéré à hauteur de 71% de nos surfaces
visibles. Peut-être qu’il voulait juste le
voir tel qu’il est, notre monde. Mais j’en
reviens aux nerfs synthétiques. Plus de la
moitié de ses nerfs a été remplacée par de
la fibre, de la fibre, faudrait l’analyser
minutieusement pour savoir exactement quel
matériau c’est ? (Peut-être du silicium ?)

Disons de la fibre.... Elle frétille. Nous
observe. En ce moment même elle grave plus
d’informations à la nanoseconde dans l’os,
dans la moelle, dans l’ADN microscopique &
blême du mec que n’importe quel cerveau de
synthèse dernière prochaine génération. La
tâche principale dédiée de ces micro-têtes
de lecture c’est le scribe. Elles écrivent

exactement l’activité cérébrale du cerveau
humain. Non : elles transcrivent. C’est-à-
dire qu’elles traitent ce corps, ces 62kg,
juste pour ce qu’il est : 62kg d’écorce...
Chacune des 95 têtes de lecture grave sous
l’impulsion du système électrique cérébral
la retranscription exacte de chaque pensée
humaine. Par exemple, à lire en braille en

dessous de l’ulna, l’histoire d’un golem à
qui l’on scelle les yeux à la chaux. C’est
une vieille inscription. Peut-être un film
qu’il a vu, avant de perdre l’usage de ses
humeurs vitrées ? Peut-être un texte qu’il
aurait lu directement insufflé (injecté ?)
via ce réseau sous-cutané & instantanément
copié & digéré par ses tissus ? Fascinant.

Et regarde, là, juste là, entortillés sous
l’éminence thénar, son éminence, le goût &
la texture d’une lèvre, une lèvre humaine,
c’est l’image projetée, frissonnante, d’un
premier baiser, de l’eau ruisselle sur une
plaque de tôle, il pleut, on a 15 ans & on
a toute l’écorce de son corps qui tremble.
Juste là, c’est flagrant. En bas à droite.

J’en ai les larmes aux pixels de mes yeux,
pas toi ? Je me demande ce qu’il ressent &
quelle texture ça a lorsque chaque image &
chaque mot ou chaque son décalqué est joué
par la machine, comment le décryptage peut
s’opérer, la sensation que c’est ou ce que
ça peut faire sous le derme les mouvements
& le parcours de chaque lecture d’octet...

Je me demande si ça gratte & je me demande
si ça a la saveur, mettons, de l’histamine
ou la brûlure gencive d’un aphte & puis je
me demande aussi si c’est transmissible ou
bien s’il serait possible de contaminer un
quidam, par le sang, par le sperme, par la
salive, par le toucher ou par la vue : par
exemple je t’embrasse ou je te mords ou je

te touche & j’avale au cours de ce contact
4000 térabits de données concentrées alors
elles défilent toutes sous ma peau & comme
superposées à moi-même pendant que je t’en
parle en ce moment en ce moment même c’est
assez indescriptible comme sensation ça je
peux te le dire c’est assez comment dire &
comment te faire comprendre ce que c’est ?

Enfin il faut reprendre son souffle, voilà
tout. J’ai les poignets qui tremblent. Car
ça doit passer par les poignets, sûrement.
Mais la tête de lecture sert aussi à autre
chose, à transcrire & pas seulement à lire
& elle nous fixe en ce moment même... Tous
autant que nous sommes elle nous fixe. Ici
plantée, dessous la scapula, elle s’excite

sur du liquide binaire : zéro 1 zéro zéro,
ainsi de suite... Elle écrit mon portrait,
le tien, le nôtre, tous ceux aussi qu’elle
devine & que nous on ignore, elle grave en
plein dans la moelle qu’on la voit graver,
ça larsen, t’entends pas, ça larsen encore
juste là, dessous la peau, maintenant elle
grave que ça larsen : tu l’entends aussi ?

21 novembre 2012
par Guillaume Vissac
Labo
#/// #Corps

[1Certains se rappellent peut-être un précédent Rapport d’A., paru dans le numéro 18 de la revue Dissonances, le même en assez différent.

<  -  >

Partager

Révisions

2 révisions

Rapport d’A., version 3 (2 octobre 2013)

Rapport d’A., version 2 (21 novembre 2012)

Photo François Bon

Commentaires

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |