040213


3h du mat : la tête est dans l’oeil gauche. Combien de temps depuis la dernière vraie migraine ? Elle est là. Pris le médoc du Dr Leprechaun, celui qui lave et qui assomme. À l’étage la folle du 6 elle joue du cartilage, elle fait rouler toutes les billes de ses yeux sur le parquet. Un mec nordique fait du roller sur sable, il se plante devant moi et il dit : je m’appelle tant (un nom nordique) mais c’est un rêve, il me semble.

J’ai pas besoin de subir le journal ou les ondes ou l’éco pour entendre ces expressions toutes faites (car elles se sont infiltrées dans toutes nos langues ces expressions toutes faites afin qu’on les entende en boucle et en tous lieux et en toutes circonstances), ces expressions qui disent : la libre concurrence, la compétitivité… Ces mots nous les vivons au quotidien, on les respire, ils nous mettent dans le camp des bergers des Falaises de Jünger : ceux qui marquent sans distinction le corps des bêtes et les corps humains : nous sommes donc du côté de la viande.

Le hasard : mise en ligne aujourd’hui dans Ulysse de la fin du chapitre Télémaque, un an quasi après la mise en ligne de la première phrase. L’autre hasard veut que dans le back office du crire on en soit pratiquement à la fin du deuxième chapitre (Nestor). Repense aussi à l’annonce de François Bon ce week-end sur la web-édition, peut-être Ulysse ? Pour l’instant le texte est encore en migration, la question se pose pas. Plus tard peut-être. Évoquais l’autre jour la possibilité de l’offrir. Aime aussi cette idée.

Fin des éternelles Falaises de marbre. D’autres visages apparaissent, dans le camp de la viande, qui s’opposent à d’autres visages issus de ce même camp de la viande (la violence engendre la violence) :

Il peut sembler étrange que dans ce conflit Braquemart voulût s’opposer au Vieux, alors que leurs pensées et leurs actions présentaient tant de points communs. Mais c’est une erreur où notre esprit tombe souvent, que de conclure, de l’identité des méthodes à l’identité des buts et à l’unité de la volonté qui se cache derrière eux. Leurs volontés différaient en ceci, que le Vieux entendait peupler la Marina de bêtes sauvages, tandis que Braquemart la considérait comme une terre destinée à fournir les esclaves et les armées d’esclaves.

P.118

Voici comment apparaît le dénommé Braquemart, le « pur technicien de la force » (P. 125). S’enfonçant dans la forêt, à la rencontre de son Cerbère (il s’appelle Chiffon rouge), lui et le prince, ces «  moitiés d’hommes », se livrent à des combats de chiens ou de loups. Plus loin, p.139, Dante encore : « Et comme dans l’Inferno, nulle pitié alors » et l’empire de la viande avale tout. La fuite du narrateur, en bateau, à la fin, dans les derniers chapitres, annonce l’Héliopolis futur, au cours duquel, au début, dans l’un des tous premiers chapitres, on aperçoit le narrateur, un autre narrateur, frôlant les côtes en bateau, apercevoir la dépouille du Vieux, celui que dans les Falaises on appelle le Grand Forestier, à son tour vaincu par le cycle de la viande, celui-là qui prévaut sur toute chose (et ce subtil plaisir des yeux pliés quand vient l’instant de refermer le livre en picturalisant déjà l’heure future où on le rouvrira pour une autre lecture).

La vie grise : on m’écrit en allemand : rassemble tous mes yeux pour décrypter les mots : les uns après les autres comprendre : comprendre que dans le mot Erstzteile il manque un A quelque part.

Cherché : pas de Jünger numérique. Existe pas. Pour beaucoup de textes même plus de disponibilités papier en neuf, alors passer par le marché parallèle de l’occaz. Pour Eumeswil, occaz, format poche, compter entre 28€ et 125€. Y a un problème quelque part.

Énième rediffusion télé des Liaisons dangereuses, revu avec plaisir. Exprime et à voix haute le souhait de voir un jour un truc dans lequel Glenn Close gagnerait à la fin.

Mueller (225 mots) :

Combien de mondes peuvent bien stagner, nuages &
nuées de particules en suspension, coincés entre
les interstices de l’air, là où les rayons de la
salive solaire s’écoulent, depuis les sommets ou
la cime de nos cieux à la courbe humectée de nos
yeux, combien de mondes y aurait-il, au juste, à
la verticale de nos corps renversés quand toutes
les chairs & les strates de nos peaux se gorgent
de soleil après des jours prostrés à l’intérieur
d’une grange, combien de mondes pourraient alors
nous balayer le visage, combien de fois au juste
risquerait-on en un mouvement à peine de glisser
dans l’un d’eux, d’être happé par quelque autre,
voire de se surprendre soi-même penché aux bords
des mondes, nez à nez tout juste avec une de nos
clonifications parallèles, un double de soi-même
qui aurait pu être dans d’autres circonstances &
dans d’autres vies que les nôtres mais qui, dans
ce monde ci, le nôtre, n’a pas été, combien y en
a-t-il, donc, de ces mondes vaporeux prisonniers
dans la brise perpétuelle de toutes les vies sur
terre ? Combien ? Je te pose la question, Le Cap
comme tu prétends t’appeler, combien ? Dis-moi ?

Car les corps sont aux bords de ces mondes : ils
s’y penchent : s’y abreuvent : s’y gorgent : ils
sont à la frontière de fuir sans même le savoir.

<  -  >

Partager

Révisions

5 révisions

040213, version 6 (10 février 2013)

Migraine, Boulot, Ernst Jünger, François Bon, Dante Alighieri, Glenn Close, Isabelle Pariente-Butterlin, Mueller
3h du mat : la tête est dans l’oeil gauche. Combien de temps depuis la dernière que j’ai pas eu de vraie migraine ? , elle est . Elle est là. Pris le médoc Pris le médoc du Dr Leprechaun, celui qui lave et qui assomme. À l’étage la folle du 6 elle joue du cartilage, elle fait rouler toutes les billes de ses yeux sur le parquet. Un mec nordique fait du roller sur en sable, il se plante devant moi et il dit : je m’appelle tant (un nom nordique) mais c’est un rêve, il me semble.

040213, version 5 (10 février 2013)

3h du mat : la tête est dans l’oeil gauche. Combien de temps que j’ai pas eu de vraie migraine, elle est là. Pris le médoc du Dr Leprechaun, celui qui lave et qui assomme. À l’étage la folle du 6 elle joue du cartilage, elle fait rouler toutes les billes de ses yeux sur le parquet. Un mec nordique fait du roller en dans le sable, il se plante devant moi et il dit : je m’appelle tant (un nom nordique) mais c’est un rêve, il me semble.

J’ai pas besoin de subir le journal ou les ondes ou l’éco pour entendre ces expressions toutes faites (car elles se sont infiltrées dans toutes nos langues ces expressions toutes faites afin qu’on les entende en boucle et en tous lieux et en toutes circonstances occasions ), ces expressions qui disent : la libre concurrence, la compétitivité… Ces mots nous les vivons au quotidien, on ne respire plus qu’eux, ils nous mettent dans le camp des bergers des Falaises de Jünger  : ceux qui marquent sans distinction le corps des bergers bêtes et les corps humains  : nous sommes donc du côté de la viande . des Falaises de Jünger  : ceux qui marquent sans distinction le corps des bêtes et les corps humains : nous sommes donc du côté de la viande.

040213, version 4 (7 février 2013)

3h du mat : la tête est dans l’oeil gauche. [Combien de temps->article1701] [X jours->article1701] que j’ai pas eu de vraie migraine, elle est là. Pris le médoc du Dr Leprechaun, celui qui lave et qui assomme. À l’étage la folle du 6 elle 6ème joue du cartilage, elle et fait rouler toutes les billes de ses yeux sur le son parquet, je crois . Un mec nordique fait du roller dans le sable, il et se plante devant moi et il me dit : je m’appelle tant (un nom nordique) mais c’est un rêve, il me semble.

040213, version 3 (5 février 2013)

Énième rediffusion télé des Liaisons dangereuses, revu avec plaisir. Exprime et à voix haute le souhait de voir un jour un truc dans lequel Glenn Close gagnerait à la fin.

Mueller (225 mots) :

Combien de mondes peuvent bien stagner, nuages &

comme tu prétends t’appeler, combien ? Dis-moi ?

Car les corps sont aux bords de ces mondes : ils

sont à la frontière de fuir sans même le savoir.

040213, version 2 (4 février 2013)

Il n’y a pas de Jünger numérique. Ca n’existe pas. Pour beaucoup de textes il n’y a plus de disponibilités neuves, alors passer par le marché parallèle de l’occaz. Pour Eumeswil, un livre d’occasion, format poche, compter entre 28€ et 125€. Il y a un gros problème quelque part.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |