010313


Être quelqu’un de simple : la suppression de la viande alimentaire n’a eu pour effet que de substituer, le midi, aux pâtes bolognaises des pâtes arabiata et aux penne carbonara des penne au saumon.

Tenter vider la recycle bin : un message m’informe que si la corbeille est vidée un message des RH informera les RH que tel message des RH aura été supprimé. Je ne vide pas le recycle bin. Ceci étant, en cette veille de vacances, je vide tout mon historique web.

Être quelqu’un de simple : s’arranger, souvent, pour commencer un livre dans le métro matin, le lundi, et puis le terminer, comme L’employé, dans le métro du soir, vendredi. L’employé est un guide de la soumission sec et (j’aimerais si possible réduire au maximum l’usage des adjectifs quand je rends compte de quoi que ce soit) je suis comme partagé au sortir de ce livre que m’a recommandé Christophe Grossi il y a plusieurs mois. Aimé la brutalité silencieuse de ce monde presquenôtre, mais moins la langue éphémère de l’employé (le héros). Suis à la fois amusé par cette symbolique gros sabots qui fait de l’employé l’amant sodomisé de son boss ou le chien de sa femme, à la fois c’est trop, bien sûr. Il y a une phrase où il est dit : « Ce qui l’humilie le plus est de sentir que l’éjaculation du chef déclenche la sienne » immédiatement suivi d’une autre précisant « L’orgasme du chef exploite le sien » : cet enchaînement est assez parlant. Mais il faudrait inventer un mot pour désigner un espace situé à équidistance de notre monde réel et d’un monde futuristique SF. La postapocalyspe n’est pas ce mot. Presquenôtre l’est peut-être.

Il se demande ce qui est le plus difficile, réveiller quelqu’un qui dort ou quelqu’un qui, comme lui, éveillé, rêve qu’il est éveillé.

Guillermo Saccomanno, L’employé, Asphate, traduction Michèle Guillemont

Mueller (352 mots) :

Une voix derrière le verre liquide d’Imke Leal.
Elle dit : - Je vais te dire : un jour un homme
m’a raconté une histoire de la horde : un conte
issu de l’oralité taone : une légende racontée,
quelque part, d’une bouche taone à une autre, à
l’équilibre sur la steppe qui roule & qui roule
sur le sable de l’ocre à longueur de journée. A
l’est, bien avant le début de l’ère taone (elle
commence comme ça cette histoire), un homme des
steppes est tombé sur l’ocre après une bataille
terrible, une bataille sans aucun nom pour s’en
souvenir, cet homme est tombé, un simple soldat
comme nous tous, il est tombé sur la dune, mais
sans jamais mourir, malgré les coups des lances
& malgré les pointes empoisonnées des flèches &
malgré les maléfices, il n’est pas mort. Tombé,
percé de toute part, il s’est rendu au Collur &
à sa garde & il s’est placé sous leur joug pour
y subir un jugement : mais comment les hordes &
les steppes peuvent-ils juger à mort quelqu’un,
fut-il mortel, qui ne meurt pas ? Les sages des
hordes, s’il y en a, se sont rassemblés pour en
délibérer & ils ont fait part de leur réflexion
au Collur. Cet homme est un homme bardé de mal,
ils ont dit, perclus de sortilèges, imperméable
à notre cruauté humaine (c’était vrai). Pour le
punir de ne pas vouloir mourir de nos mains, il
serait juste de confier son corps à la steppe &
de laisser la steppe se charger de son sort. Le
Collur a refusé cette sentence collégiale. Il a
dit : voilà comment je vais trancher l’épineuse
affaire qui nous occupe : je vais obéir au code
de la horde & je vais m’en remettre à la lame &
à la cogne de ma hache. Elle qui a le goût & du
sang & de la vérité impalpable aux hommes faits
de chair tels que nous elle seule saura. Il dit
également : je vais m’en remettre à la cogne de
ma hache & à sa lame sèche & je parlerai seul à
seul avec lui & si sa tête décapitée me répond,
voilà ce que je ferai : je le laisserai vivre !

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

010313, version 4 (6 mars 2013)

Être quelqu’un de simple : la suppression de la viande alimentaire Je suis quelqu’un de simple  : finalement la suppression de la viande alimentaire n’a eu pour effet que de substituer, le midi, aux pâtes bolognaises des pâtes arabiata et aux penne carbonara des les penne au saumon.

Vider la recycle bin. Tenter vider la recycle bin  : un Un message m’informe que si la corbeille est vidée un message des RH informera les RH que tel message des RH aura été supprimé. Je ne vide pas le recycle bin. Ceci étant, en cette à la veille de quelques jours de vacances, je vide tout mon historique web.

Boulot, Métro, Christophe Grossi, Postapocalypse, Mueller, Guillermo Saccomanno

010313, version 3 (6 mars 2013)

Je suis Être quelqu’un de simple : finalement la suppression de la viande alimentaire n’a eu pour effet dans mon quotidien de midi que de substituer, le midi , aux pâtes bolognaises des pâtes arabiata arabiatas et aux penne carbonara pennes carbonaras les penne pennes au saumon.

Vider Je vide la recycle recycle bin. . Un message m’informe que si la corbeille est bien vidée un message des RH informera les RH que tel message des RH aura été supprimé. Je ne vide pas le recycle bin. Ceci étant, à la veille de quelques dix jours de vacances, je vide tout l’intégralité de mon historique web.

010313, version 2 (2 mars 2013)

Mueller (352 mots) :

Une voix derrière le verre liquide d’Imke Leal.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |