150313


D’où remontent les voix ?

Les hommes sont en bas au fond des gorges. Avec les villages et les langues.

Caroline Sagot Duvauroux, Le Buffre, barre parallèle, P.29.

Deux chroniques de Coup de tête aujourd’hui, sur le site de Joachim Séné d’abord, et sur Babelio ensuite (par Brigitte Célerier). J’écris, quelque part, en réponse, en privé, les mots désassemblés suivants : chaud au coeur, ce qui est une expression assez désuète, finalement, mais je la laisse telle quelle.

Mueller (259 mots) :

Une voix derrière le verre liquide d’Imke Leal.
Elle dit : - Je me dis que tout peut s’oublier.
Regrets harponnés dans le coeur. La mémoire des
morts ou des vivants disparus. Les mâchoires du
temps fichées dedans la gorge en sang. Les iris
du soleil dans les yeux quand on foule avec nos
plantes bouillies le sable chaud de l’ocre. Les
empreintes que nos corps laissent à notre insu,
loin derrière nous, dans ce même désert d’ocre.

Tu comprends ce que j’essaye de te dire ? Qu’en
penses-tu, là-haut, coincé, dans ta retraite de
crâne ? Derrière tes 2 seuls yeux valides (mais
noirs) ? D’après-toi, suis-je capable d’oser te
donner mon pardon en offrande ? Suis-je capable
d’être cet homme, celui qui efface toute misère
dans tes yeux rien qu’avec une main pressée sur
tes orbites ? Suis-je capable ? Je n’ai pas les
arcanes chamaniques tatoués dans le creux de ma
carne. Je ne connais pas par coeur les chants &
les prières. Je ne sais pas qui je suis quand à
l’orée de mon verre, dans une paume, je me vois
en reflet qui me mire. Je ne me connais pas, ou
pas assez pour savoir. Mais ne crains rien. Non
ne crains rien. Nous saurons bien assez vite. A
l’heure qui l’est l’oeil blanc des lunes attire
vers lui les tonnes de grains de l’ocre qui ont
leur masse en suspens entre la croûte terrestre
& lui, cet oeil. Lorsque le ciel s’ouvrira, les
grains de l’ocre seront lâchés par l’attraction
de l’oeil lunaire. Alors nous saurons. Alors...

<  -  >

Partager

Révisions

4 révisions

150313, version 5 (19 mars 2013)

Coup de tête, Joachim Séné, Mueller, Caroline Sagot Duvauroux
Deux chroniques de [Coup de tête->http://www.publie.net/fr/ebook/9782814596467/coup-de-tete] Deux chroniques de Coup de tête découvertes aujourd’hui, sur [le le site de Joachim Séné->http://jsene . Séné d’abord , et sur Babelio ensuite ( par Brigitte Célerier ). net/spip.php ?article587] d’abord, et sur [Babelio->http://www.babelio.com/livres/Vissac-Coup-de-tete/470572/critiques/352430] ensuite (par [Brigitte Célerier->http://brigetoun.blogspot.fr/]). J’écris, quelque part, en réponse, en privé, les mots désassemblés suivants : chaud au coeur, ce qui est une expression assez désuète, finalement, mais je la laisse telle quelle.

150313, version 4 (16 mars 2013)

<blockquote>

D’où remontent les voix ?

Les hommes sont en bas au fond des gorges. Avec les villages et les langues.

Caroline Sagot Duvauroux, Le Buffre, barre parallèle, P.29.

</blockquote>

150313, version 3 (16 mars 2013)

Mueller (259 mots) :

Une voix derrière le verre liquide d’Imke Leal.

loin derrière nous, dans ce même désert d’ocre.

Tu comprends ce que j’essaye de te dire ? Qu’en

de l’oeil lunaire. Alors nous saurons. Alors...

150313, version 2 (15 mars 2013)

Deux chroniques de Coup de tête découvertes aujourd’hui, sur le site de Joachim Séné d’abord, et sur Babelio ensuite (par Brigitte Célerier). J’écris, quelque part, en réponse, en privé, les mots désassemblés suivants : chaud au coeur, ce qui est une expression assez désuète, finalement, mais je la laisse telle quelle.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |