journal #001 : 28 mars 2006



mercredi 8 mai 2013, par Guillaume Vissac |
Tags : Adolescence - Coup de tête - Tom Spanbauer


Coup de tête est un roman paru aux éditions Publie.net en mars 2013, puis réédité en octobre 2017. Il bouge encore.
Son écriture s´est déroulée entre 2006 et 2012.
Ce journal temporellement décalé raconte l´histoire (falsifiée) de cette écriture.
Pour soutenir ce journal, achetez le livre. Lisez le.

Faraway Places (il me semble que le titre français est " Les chiens de l’enfer ", je suis pas sûr).

Idaho, les années 50, Jacob, le narrateur, un adolescent dont on ne saura jamais réellement quel âge il a. Le roman est assez court (une centaine de pages) et complètement déstructuré. Pas vraiment de chronologie, une succession de petits récits.

La phrase :

Two forbidden places and three forbidden people. I disobeyed my father with the river that summer that it got dry. I jumped in the river in June and kept on all summer because it was hot, because the river was so low, and because that summer I was older than I’d been.

Deux endroits interdits et trois personnes interdites. Pour la rivière, j’ai désobéi à mon père l’été où elle était à sec. J’ai plongé dans la rivière en juin, et j’ai continué tout l’été car il faisait chaud, car l’eau était si basse, et car cet été-là, j’étais plus vieux que je l’avais jamais été.

Cette formule : " and because that summer I was older than I’d been ".

(source)


 -  >




Révisions

4 révisions

Journal de Coup de tête : 280306, version 5 (25 septembre 2013)

#001 #1 : 28 mars 2006

Journal de Coup de tête : 280306, version 4 (8 mai 2013)

Faraway Places (il me semble que le titre français est " Les chiens de l’enfer ", je suis pas sûr).

Idaho, les années 50, Jacob, le narrateur, un adolescent dont on ne saura jamais réellement quel âge il a. Le roman est assez court (une centaine de pages) et complètement déstructuré. Pas vraiment de chronologie, une succession de petits récits.

La phrase :

<blockquote>

Two forbidden places and three forbidden people. I disobeyed my father with the river that summer that it got dry. I jumped in the river in June and kept on all summer because it was hot, because the river was so low, and because that summer I was older than I’d been.

</blockquote>

Deux endroits interdits et trois personnes interdites. Pour la rivière, j’ai désobéi à mon père l’été où elle était à sec. J’ai plongé dans la rivière en juin, et j’ai continué tout l’été car il faisait chaud, car l’eau était si basse, et car cet été-là, j’étais plus vieux que je l’avais jamais été.

Cette formule : " and because that summer I was older than I’d been ".

(source)

#1 : 28 mars 2006
source

Journal de Coup de tête : 280306, version 3 (8 mai 2013)

Faraway Places (il me semble que le titre français est " Les chiens de l’enfer ", je suis pas sûr).

Idaho, les années 50, Jacob, le narrateur, un adolescent dont on ne saura jamais réellement quel âge il a. Le roman est assez court (une centaine de pages) et complètement déstructuré. Pas vraiment de chronologie, une succession de petits récits.

La phrase :

<blockquote>

Two forbidden places and three forbidden people. I disobeyed my father with the river that summer that it got dry. I jumped in the river in June and kept on all summer because it was hot, because the river was so low, and because that summer I was older than I’d been.

</blockquote>

Deux endroits interdits et trois personnes interdites. Pour la rivière, j’ai désobéi à mon père l’été où elle était à sec. J’ai plongé dans la rivière en juin, et j’ai continué tout l’été car il parce qu’il faisait chaud, car parce que l’eau était si basse, et car parce que cet été-là, j’étais plus vieux que je l’avais jamais été.

Cette formule : " and because that summer I was older than I’d been ".

Journal de Coup de tête : 280306, version 2 (1er mai 2013)

#1 : 28 mars 2006

Il fallait que je vous parle de Tom Spanbauer. Ce n’était pas possible autrement. Il y a des auteurs, comme celui-là, qu’on ne peut pas ne pas mentionner dans ses « coups de cœur ». Alors, bien sûr, je devrais plutôt vous parler de son chef d’œuvre, de mon livre culte (avec Cent Ans de Solitude de Gabriel Garcia Marquez), à savoir Dans la ville des chasseurs solitaires, l’un des romans les plus modernes de notre époque, l’un des mieux écrits également . Faraway Places Mais bon , calendrier de mes lectures oblige , je vais plutôt vous parler de son premier roman ( je crois )  : Faraway Places (il me semble que le titre français est " Les chiens de l’enfer ", mais je ne suis pas sûr).

Idaho, les années 50, Jacob, le narrateur, un adolescent dont on ne saura jamais réellement quel âge il a. Le roman est assez court (une centaine de pages) et complètement déstructuré. Pas vraiment de chronologie, une succession de petits récits.

La phrase :

<blockquote>

Two forbidden places and three forbidden people. I disobeyed my father with the river that summer that it got dry. I jumped in the river in June and kept on all summer because it was hot, because the river was so low, and because that summer I was older than I’d been.

</blockquote>

Deux endroits interdits et trois personnes interdites. Pour la rivière, j’ai désobéi à mon père l’été où elle était à sec. J’ai plongé dans la rivière en juin, et j’ai continué tout l’été parce qu’il faisait chaud, parce que l’eau était si basse, et parce que cet été-là, j’étais plus vieux que je l’avais jamais été.

Cette formule : " and because that summer I was older than I’d been ".

Selon la formule consacrée « l’histoire se passe » en Idaho, dans les années 50, et se propose de suivre le jeune Jacob, le narrateur, un adolescent dont on ne saura jamais réellement quel âge il a. Le roman est assez court (une centaine de pages) et complètement déstructuré. Il n’y a pas vraiment de chronologies dans Faraway Places, mais plus une succession de petits récits qui se complètent au fur et à mesure. Petit à petit, une intrigue bien précise se met en place, qui devient l’élément déclencheur de la vie du narrateur. Le roman présente les thématiques principales de Spanbauer, à savoir la dysfonction de la cellule familiale et le rapport à l’autre. Chez Spanbauer, le rapport à l’autre est d’ailleurs schématisé par l’opposition société conservatrice (une famille dure, religieuse et raciste) VS marginalité. Il y a toujours ce conflit avec ce qu’on ne connaît pas (ici, comme dans les deux autres romans de Spanbauer, il s’agit des Indiens), ce qui est différent et que l’on ne doit pas, en théorie, connaître. En théorie seulement, car le narrateur est le seul à franchir le pas, à approcher l’autre pour devenir, toujours, cette espèce de mélange universel entre le traditionnel et le marginal. La fascination pour le natif américain, c’est aussi, sans doute, une volonté de faire le lien entre le passé et le présent, entre la spiritualité et le monde matériel. C’est aussi une manière d’ouvrir tout un monde de mysticisme. L’opposition entre deux mondes, les « normaux » et les marginaux est, de toute façon, primordiale dans l’œuvre de Spanbauer.
Comme un roman d’apprentissage, Faraway Places aborde aussi l’interdit, interdit qui se rapporte toujours à ce rapport à l’autre, à cette envie, à ce besoin d’évolution. « Deux endroits interdits », nous dit le narrateur, « et trois personnes interdites », telles sont les règles fixées par l’autorité parentale et que, bien entendu, notre Jacob va transgresser. Le passage qui suit illustre d’ailleurs parfaitement cette transgression, dans ce style si caractéristique de Spanbauer, un mélange entre minimalisme (qu’il maîtrisera sans doute mieux dans ses deux autres romans), héritage du mouvement de la Beat Generation et un soupçon de Magic Realism, le réalisme magique (je parlais tout à l’heure de Garcia Marquez, excellent écrivain de Magic Realism). Voici donc la phrase en question :
Two forbidden places and three forbidden people. I disobeyed my father with the river that summer that it got dry. I jumped in the river in June and kept on all summer because it was hot, because the river was so low, and because that summer I was older than I’d been.
Tentative de traduction (je précise, au passage, que la rivière est l’un des endroits interdits) : Deux endroits interdits et trois personnes interdites. Pour la rivière, j’ai désobéi à mon père cet été où elle devint asséchée. J’ai plongé dans la rivière en juin, et j’ai continué tout l’été parce qu’il faisait chaud, parce que le niveau de la rivière était tellement bas, et parce que cet été là, j’étais plus vieux que je ne l’avais jamais été.
J’adore cette formule, " and because that summer I was older than I’d been ". Elle est à la fois belle, merveilleuse, et tellement vraie, surtout dans la bouche d’un jeune adolescent. Spanbauer est un spécialiste pour écrire ce genre de phrase, qui vous reste en tête pendant longtemps après la première lecture, comme cette habitude de relier certaines expressions à l’enfance, et donc de révéler la naïveté de ses personnages.
Je ne conseillerais pas Tom Spanbauer en général et Faraway Places en particulier à tout le monde cela dit. Ce n’est pas ce qu’on pourrait appeler un auteur accessible. Mais il vaut la peine qu’on s’intéresse à ce qu’il fait, à son univers, à son style, l’un des plus terriblement vrai que je connaisse et qu’il m’arrive de plagier, je le reconnais, tellement je l’adore. Je précise au passage, histoire de faire un peu sa pub, que son prochain roman intitulé Now is the Hour devrait paraître (aux USA) en mai prochain. Inutile de préciser que je l’attends avec une grande impatience.

Adolescence, Coup de tête, Tom Spanbauer
jpg/bookcover-far_lg.jpg

Commentaires

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |