060513


Je vis en décalé de quatre jours dans ce journal. Au bureau, je pense avec quarante-huit, soixante-douze ou cent-vint heures d’avance, délais chiffrés avec lesquels je jongle. En vérité, dois être quelque part entre ces zones temporelles mais suis pas sûr. Disons que je fluctue, que le présent c’est trop étroit.

Deux insatisfactions : n’avoir jamais pu lire de traduction récente et bonne d’Homère et ne plus savoir lire pendant des heures de suite le soir ou bien la nuit, croyant qu’aucun futur ne se trouve à l’orée de ces heures, jusqu’à ce que mes yeux rouges me brûlent ou que je m’endorme sur la page.

Sur les marches pour descendre au métro on a tagué à la craie un slogan : on veut du boulot / pas le mariage homo : sommes cernés par la norme.

Mueller (138 mots) :

Il n’est pas impossible que Mueller & ses corps,
durant tout ce temps à errer dans le désert ocre
& blanc, se soient retrouvés, finalement, à leur
point de départ : au-delà des brumes & des nuits
tendres une flèche épaisse se lève qui ressemble
à un phare. Peut-être que tout est lié à la suie
que Mueller irrespire & crachote ? Peut-être que
nous sommes tous immobiles, tous faits comme des
rats prisonniers dans une bouche inhumaine, sous
le sable enfouie. Mueller cligne pour tenter des
esquives maxillaires ou faciales (& nous aussi).

Mueller a de la suie dans les paupières. Mueller
est aveugle & il a comme un goût de varech. Sous
le ciel noir ou blanc il avance sans savoir tout
ce que son corps arpente, frôle ou appelle. Tous
nous le suivons sous le sel de la corde claquée.

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

060513, version 4 (10 mai 2013)

Boulot, Homosexualité, Temps, Homère, Mueller

Je vis en décalé de quatre jours dans ce journal. Au bureau, je pense avec quarante-huit, soixante-douze ou cent-vint heures d’avance, rapport aux délais chiffrés de livraison avec lesquels je jongle. En vérité, dois être quelque part entre ces zones temporelles mais je suis pas sûr. Disons que je fluctue, que le présent c’est est trop étroit.

Sur les marches pour descendre au métro on a tagué à la craie un slogan quelques mots : on veut du boulot / pas le mariage homo : sommes cernés par la norme.

060513, version 3 (10 mai 2013)

Je vis en décalé de quatre jours dans ce [journal->rubrique1 ]. journal . Au bureau, je pense avec quarante-huit, soixante-douze ou cent-vint heures d’avance, rapport aux délais de livraison particuliers avec lesquels je jongle. En vérité, je dois être quelque part entre ces zones temporelles mais je n’en suis pas sûr. Disons que je fluctue, que le présent est trop étroit.

Mueller (138 Mueller ( 138 mots) :

060513, version 2 (7 mai 2013)

Mueller (138 mots) :

Il n’est pas impossible que Mueller & ses corps,

esquives maxillaires ou faciales (& nous aussi).

Mueller a de la suie dans les paupières. Mueller

nous le suivons sous le sel de la corde claquée.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |