140513


N. m’a filé les clés d’un de ses potes pendant son absence. Prévu passer quelques jours à Paris pour être seul. J’ouvre la porte avec la clé du pote mais dans l’appart y en a deux qui forniquent et qui me plaquent au sol pour me dire t’es qui toi. Ma tentative d’explication est un échec et j’essaye d’appeler N. qui laisse sonner. Ils sont plus de deux ils regardent un films de vieux SM qui se touchent un peu (pas trop). L’une des meufs veut me péter une bouteille en verre sur le crâne, je m’extirpe, elle me suit dans le couloir et elle me plante son verre devant la porte fermée (je suis par terre maintenant).

Vois sortir autour de moi d’autres corps de leurs tafs respectifs, ils ont le même réflexe, ils font ce que font ceux qui sortent de l’eau : ils se passent les deux mains sur la gueule pour s’arracher du visage une substance et ce qu’ils se disent c’est juste : et j’en ai dans les yeux ? et j’en ai dans la bouche ? est-ce que ça peut me remonter dans les poumons la gorge les veines le coeur ?

2g de paracétamol, X litres d’eau, une tête.

Seb Ménard évoque mes bribes paranoïaques dans son journal (il est plus optimiste que moi).

Théorie du drone est une mine de détails pour///. Ce que Chamayou écrit là, je l’ai écrit il y a des mois dans la vue protosatelitaire du bidonville de Bosanka.

Comme l’explique un manuel de l’armée américaine : « Lorsque l’ennemi se déplace d’un point à un autre, la reconnaissance ou la surveillance le suit et note chaque lieu et chaque personne visités. On établit ainsi les connexions entre la cible, ces lieux, ces personnes, et les "nodes" de l’ennemi émergent. » Une fois tissé ce double réseau — celui de vos lieux et de vos liens — on pourra prédire votre comportement : s’il ne pleut pas, il est probable que samedi vous irez faire votre jogging dans tel parc à telle heure. Mais on pourra aussi voir apparaître des irrégularités suspectes : aujourd’hui, vous n’avez pas pris le même chemin que d’habitude, vous avez eu un rendez-vous dans un lieu inhabituel. Toute dérogation à la norme que vous avez vous-même établie par vos habitudes, tout écart avec les régularités de votre comportement passé peut sonner l’alerte : quelque chose d’anormal, et donc de potentiellement suspect, est en train de se produire.

L’analyse des formes de vie se définit plus précisément comme « la fusion de l’analyse des liens et de l’analyse géospatiale ». Pour avoir une idée de quoi il s’agit, il faut s’imaginer la surimpression, sur une même carte numérique, de Facebook, de Google Maps et d’un calendrier Outlook. Fusion des données sociales, spatiales et temporelles cartographie conjointe du socius, du locus et du tempus — c’est-à-dire des trois dimensions qui constituent, dans leurs régularités mais aussi dans leurs discordances, ce qu’est pratiquement une vie humaine.

Grégoire Chamayou, Théorie du drone, La fabrique, P.71-72

Mueller (19 mots) :

Se demander dans la nuit noire de ses yeux fouis
sous la suie, se demander : d’où vient le vent ?

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

140513, version 4 (18 mai 2013)

[N N .->mot24] m’a filé les clés d’un de ses potes pendant son absence. Prévu passer quelques jours à Paris pour être seul. J’ouvre la porte avec la clé du pote mais dans l’appart y en a deux qui forniquent et qui me plaquent au sol pour me dire t’es qui toi. Ma tentative d’explication est un échec et j’essaye d’appeler N. qui laisse sonner. Ils sont plus de deux ils regardent un films de vieux SM qui se touchent un peu (pas trop). L’une des meufs veut me péter une bouteille en verre sur le crâne, je m’extirpe, elle me suit dans le couloir et elle charcute le verre pour me plante son verre planter devant la porte fermée (je suis par terre maintenant).

Théorie du drone est une mine de détails pour[ ///->mot342 ]. ///. Ce que Chamayou écrit là, je l’ai écrit il y a des mois dans la vue [protosatelitaire partie protosatelitaire du bidonville de Bosanka->article1368 ]. Bosanka .

Migraine, Boulot, N., Rêve, ///, Sébastien Ménard, Mueller, Grégoire Chamayou

140513, version 3 (18 mai 2013)

N. m’a filé les clés d’un de ses potes pendant son absence. Prévu de passer quelques jours à Paris pour être seul. J’ouvre la porte avec la clé du pote , qui porte un nom inexistant , mais dans l’appart y en a deux qui forniquent et qui me plaquent au sol pour me dire t’es qui toi. Ma tentative d’explication est un échec ( un autre rêve mentionne des arancini gorgé de guerre de Troie ) et j’essaye d’appeler N. qui laisse sonner. Ils sont plus de deux ils regardent un films de vieux SM qui se touchent un peu (pas trop). L’une des meufs veut me péter une bouteille en verre sur le crâne, je m’extirpe, elle me suit dans le couloir et elle charcute le verre pour me planter devant la porte fermée ([ ( je suis par terre maintenant->mot126] maintenant ). ). qui répond pas .

140513, version 2 (15 mai 2013)

<blockquote > texte

Comme l’explique un manuel de l’armée américaine : « Lorsque l’ennemi se déplace d’un point à un autre, la reconnaissance ou la surveillance le suit et note chaque lui et chaque personne visités. On établit ainsi les connexions entre la cible, ces lieux, ces personnes, et les "nodes" du de l’ennemi émergent. » Une fois tissé ce double réseau - celui de vos lieux et de vos liens - on pourra prédire votre comportement : s’il ne pleut pas, il est probable que samedi vous irez faire votre jogging dans tel parc à telle heure. Mais on pourra aussi voir apparaître des irrégularités suspectes : aujourd’hui, vous n’avez pas pris le même chemin que d’habitude, vous avez eu un rendez-vous dans un lieu inhabituel. Toute dérogation à la norme que vous avez vous-même établie par vos habitudes, tout écart avec les régularités de votre comportement passé peut sonner l’alerte : quelque chose d’anormal, et donc de potentiellement suspect, est en train de se produire.

L’analyse des formes de vie se définit plus précisément comme « la fusion de l’analyse des liens et de l’analyse géospatiale ». Pour avoir une idée de quoi il s’agit, il faut s’imaginer la surimpression, sur une même carte numérique, de Facebook, de Google Maps et d’un calendrier Outlook. Fusion des données sociales, spatiales et temporelles cartographie conjointe du socius, du locus et du tempus - c’est-à-dire des trois dimensions qui constituent, dans leurs régularités mais aussi dans leurs discordances, ce qu’est pratiquement une vie humaine.

P.71-72.

</blockquote>

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |