120813


Reprise du taf ce jour. Cogné trois fois les talons rouges de mes nouvelles pompes rouges pour faire un voeu, marche pas [1] . Tant pis. Mais si je devais écrire selon les codes et les règles de langue qu’utilise Amy Hempel dans ses nouvelles, je pourrais dire : De retour là où quelques post-it exhibaient les mots de passe de nos ordinateurs, je m’étais dit : « voilà trois semaines que je n’ai plus écrit cordialement ». Hier soir ou très tôt ce matin, avant de m’endormir, sous mes deux yeux humains, j’ai lu cette minuscule story, d’Amy Hempel justement, juste avant de relire The Harvest, dont je parlais l’autre jour, Housewife :

She would always sleep with her husband and with another man in the course of the same day, and then the rest of the day, for whatever was left to her of that day, she would exploit by incanting, "French film, French film."

Amy Hempel, Housewife in The Collected Stories, Scribner, P.221

Bien plus tard, dans la rame souterraine, deux trois israéliens, avec des cartes à jouer, font un tour de magie qui m’empêchera d’entendre - correctement entendre - le fameux bruit de la locomotive qui se répand sur la colline dont parle dans Walden Henry David Thoreau.

Soir venu, après technique des coudes inefficace, après l’eau tiède, après que dalle et 40mg de Relpax, Chrome, cette autre phrase :

J’aurais tant aimé ne pas être moi, alors ils n’auraient pas été eux, rien ne serait arrivé, il n’y aurait pas d’histoire et nous tous qui nous trouvions là serions sans destin, comme le sont, selon Rilke, les dieux...

Imre Kertész, Journal de galère, Actes Sud, traduction Natalia Zaremba-Huzvai et Charles Zaremba, P. 100.



12 août 2013
par Guillaume Vissac
Journal
#Amy Hempel #Boulot #Futurama #Henry David Thoreau #Imre Kertész #Migraine

[1

There’s no place like… I wanna be a witch !!
<  -  >

Partager

Révisions

4 révisions

120813, version 5 (18 août 2013)

<img989|center > IK , 100

Reprise du taf ce jour. Cogné trois fois les talons rouges de mes nouvelles pompes rouges pour faire un voeu, marche pas [1] . . ]] Tant pis. Mais si je devais écrire selon les codes et les règles de langue qu’utilise Amy Hempel dans ses nouvelles, je pourrais dire : De retour là où quelques des post-it jaunes exhibaient les mots codes d’accès de passe de nos ordinateurs, je m’étais dit : « voilà trois semaines que je n’ai plus écrit le mot  cordialement ». Hier Hier soir ou très tôt ce matin, avant de m’endormir, sous mes deux yeux humains, j’ai lu cette minuscule story, d’Amy Hempel justement, juste avant de relire [The Harvest->http://www . The Harvest , dont je parlais l’autre jour , elle s’appelle The Housewives , la voici  : pifmagazine.com/1998/09/the-harvest/], dont je parlais l’autre jour, Housewife :

<blockquote>

She would always sleep with her husband and with another man in the course of the same day, and then the rest of the day, for whatever was left to her of that day, she would exploit by incanting, "French film, French film."

Amy Hempel, Housewife in The Collected Stories, Scribner, P.221

</blockquote>

Bien plus tard, dans la rame souterraine, deux trois israéliens, avec des cartes à jouer, font un tour de magie qui m’empêchera d’entendre - correctement entendre - le fameux bruit de la locomotive qui se répand sur la colline dont parle dans Walden Henry David Thoreau.

Soir venu, après technique des coudes inefficace, après l’eau tiède, après que dalle et 40mg de Relpax, puis un Chrome, cette autre phrase  : avec [H . ->mot59], cette autre phrase :

<blockquote>

J’aurais tant aimé ne pas être moi, alors ils n’auraient pas été eux, rien ne serait arrivé, il n’y aurait pas d’histoire et nous tous qui nous trouvions là serions sans destin, comme le sont, selon Rilke, les dieux...

Imre Kertész, Journal de galère, Actes Sud, traduction Natalia Zaremba-Huzvai et Charles Zaremba, P. 100.

</blockquote>

[1

Reprise du taf ce jour.

There’s Cogné trois fois les talons rouges de mes nouvelles pompes rouges pour faire un voeu , marche pas[[There’s no place like… I wanna be a witch !!</center >
Migraine, Boulot, Futurama, Amy Hempel, Imre Kertész, Henry David Thoreau
jpg/994316_10151780280869421_525639617_n.jpg, jpg/wizzin.jpg

120813, version 4 (18 août 2013)

Reprise du taf ce jour. Cogné trois fois les talons rouges de mes nouvelles pompes rouges pour faire un voeu, marche pas [2] . There’s no place like… I wanna be a witch !! Tant pis. Mais si je devais écrire selon les codes et les règles de langue qu’utilise Amy Hempel dans ses nouvellesje dirais pas les choses comme ça , je pourrais dire : De retour là où des post-it jaunes exhibaient les codes d’accès de nos ordinateurs, je m’étais dit : « voilà trois semaines que je n’ai plus écrit le mot cordialement ». Hier soir ou très tôt ce matin, avant de m’endormir, sous mes deux yeux humains, j’ai lu cette minuscule story, d’Amy Hempel justement, juste avant de relire The Harvest, dont je parlais l’autre jour, elle s’appelle The Housewives, la voici :

<blockquote>

She would always sleep with her husband and with another man in the course of the same day, and then the rest of the day, for whatever was left to her of that day, she would exploit by incanting, "French film, French film."

Amy Hempel, Housewife in The Collected Stories, Scribner, P.221

</blockquote>

Bien plus tard, dans la rame souterraine, deux trois israéliens, avec des cartes à jouer, font un tour de magie qui m’empêchera d’entendre - correctement entendre - le fameux bruit de la locomotive qui se répand sur la colline dont parle dans Walden Henry David Thoreau.

Soir venu, après technique des coudes inefficace, après l’eau tiède, après que dalle et 40mg de Relpax puis un Chrome avec [H H .->mot59], cette autre phrase :

<blockquote>

J’aurais tant aimé ne pas être moi, alors ils n’auraient pas été eux, rien ne serait arrivé, il n’y aurait pas d’histoire et nous tous qui nous trouvions là serions sans destin, comme le sont, selon Rilke, les dieux...

IK, 100

</blockquote>

[2There’s no place like I wanna be a witch  !! pas .

120813, version 3 (15 août 2013)

Reprise du taf ce jour. Cogné trois fois les talons rouges de mes nouvelles pompes rouges pour faire un voeu, ça marche pas. There’s no place like… I wanna be a witch !! Tant pis. Mais si je devais écrire selon les codes et les règles de langue qu’utilise Amy Hempel Mais si je devais écrire selon les codes et les règles de langue qu’utilise Amy Hempel dans ses nouvelles je ne dirais pas les choses comme ça , je pourrais dire  : reprise du taf ce jour mais De retour là où des nos post-it jaunes exhibaient les codes d’accès nous rappelaient nos mots de nos ordinateurs passe , je m’étais dit : « voilà trois semaines que je n’ai plus écrit le mot cordialement ».  », ou quelque chose comme ça . Hier soir ou très tôt ce matin, avant de m’endormir, sous mes deux yeux humains, j’ai lu cette minuscule story, d’Amy Hempel justement, juste avant de relire The Harvest, dont je parlais l’autre jour, elle s’appelle The Housewives, la voici :

<blockquote>

She would always sleep with her husband and with another man in the course of the same day, and then the rest of the day, for whatever was left to her of that day, she would exploit by incanting, "French film, French film."

Amy Hempel, Housewife in The Collected Stories, Scribner, P.221

</blockquote>

Bien plus tard, dans la rame souterraine, deux trois israéliens, avec des cartes à jouer, font un tour de magie qui m’empêchera d’entendre - correctement entendre - le fameux bruit de la locomotive qui se répand sur la colline dont parle dans Walden Henry David Thoreau.

Soir venu, après technique des coudes inefficace, après l’eau tiède, après que dalle et 40mg de Relpax puis un Chrome avec H . , cette autre phrase  : , cette autre phrase :

<blockquote>

J’aurais tant aimé ne pas être moi, alors ils n’auraient pas été eux, rien ne serait arrivé, il n’y aurait pas d’histoire et nous tous qui nous trouvions là serions sans destin, comme le sont, selon Rilke, les dieux...

IK, 100

</blockquote>

120813, version 2 (13 août 2013)

Reprise du taf ce jour. Cogné J’ai cogné trois fois les talons de mes nouvelles pompes rouges pour faire un voeu, mais ça marche n’a pasmarché . There’s There’s no place like… I wanna be a witch !! Tant pis. Mais si je devais écrire selon les codes et les règles de langue qu’utilise Amy Hempel dans ses nouvelles je ne dirais pas reprise reprise du taf ce jour jour mais De De retour là où nos des post-it jaunes beiges nous rappelaient apprennent nos mots de passe, je m’étais dit : « voilà trois semaines que je n’ai plus écrit le mot cordialement  », cordialement  », ou quelque chose comme ça. Hier soir ou très tôt ce matin, avant de m’endormir, sous mes deux yeux humains, j’ai lu cette minuscule story, d’Amy Hempel justement, juste avant de relire The The Harvest, , dont je parlais l’autre jour, elle s’appelle The The Housewives, , la voici :

Bien plus tard, dans la rame souterraine, deux trois israéliens, avec des cartes à jouer, font un tour de magie qui m’empêchera d’entendre - correctement entendre - le fameux bruit de la locomotive qui se répand sur la colline dont parle Henry David Thoreau.

Soir venu, après technique des coudes inefficace, après l’eau tiède, après que dalle et 40mg de Relpax puis Chrome, cette autre phrase :

<blockquote>

J’aurais tant aimé ne pas être moi, alors ils n’auraient pas été eux, rien ne serait arrivé, il n’y aurait pas d’histoire et nous tous qui nous trouvions là serions sans destin, comme le sont, selon Rilke, les dieux...

IK, 100

</blockquote>

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |