070314


After showering in separate bathrooms Paul and Erin sat on Calvin’s carpeted floor. Calvin, covered by blankets up to his underarms, with his upper body propped by pillows, seemed like he was cautiously testing an unexpected feeling of health and energy while on his “death bed.” Maggie, he said in a worried and slightly fascinated voice, had wanted to perform oral sex on him, but he hadn’t been aroused, which had upset her maybe. Erin said it was normal for sexual desire to leave sometimes. Calvin said he and Maggie hadn’t had sex in four months. Paul said that seemed normal because they’d been together three years and that Calvin’s drug use—Percocet, Codeine, Klonopin, Adderall—the past few months, based on their emails and texts, seemed high, which probably had an effect. Then they discussed what to do now, for an activity, but couldn’t decide—each person seemed committed to not deciding—and became locked into what felt like a three-way staring contest, which they mutely sustained, each person alternating between the other two, for thirty to forty seconds, until Paul bluntly said he wanted to “go for a walk with only Erin, outside,” and, after mumbling something incoherent about mushrooms—vaguely wanting to convey it was uncomfortable while on mushrooms to be around people not on mushrooms—quickly gained Erin’s assent and repeatedly positioned himself to displace, or push, her toward where he was going, until both were outside the room, in a dark hallway, where they huddled together and maneuvered grinning to winding stairs, which they descended holding hands, toward the front door.

Tao Lin, Taipei

Combien de fois dit-il grin ou grinning, Tao Lin, dans Taipei, c’est juste hallucinant [1]. Ça et non sequitur [2].

Quelques mails avec V. pour se voir demain soir.

Soudain, sur les coups de la nuit, née d’où donc je ne sais pas, l’envie de mettre en ligne la védeux inexacte, incomplète, inachevée je crois, et de procéder par à-coups, ensuite, aux ajustements à venir. [3]

22h29, relisant des extraits du journal vieux d’un an, vieux de deux (je me sers du journal comme d’une base (sic) archéologique [4]) : je recherche la trace d’une dernière lecture, le dernier journal lu de Jünger, simplement pour savoir lequel prendre à sa suite. La réponse est ici. C’est 2012 le truc. Je me dis que la langue a faibli, que le journal hier était plus travaillé, que l’écorce était rêche, parfois, oui mais utile, c’est moins le cas ces jours (je parle en mois, je parle presque en semaines).

14 mars 2014
par Guillaume Vissac
Journal
#Ernst Jünger #Ingmar Bergman #Jules Verne #Tao Lin #V.

[1104 fois putain

[25 fois.

[3Et bim ! 22h08 je le fais.

[4Je fouille dans les roches entassées par la nature aux époques géologiques comme l’écrit Jules Verne dans Le château des Carpathes.

<  -  >

Partager

Révisions

7 révisions

070314, version 8 (14 mars 2014)

<blockquote>

After showering in separate bathrooms Paul and Erin sat on Calvin’s carpeted floor. Calvin, covered by blankets up to his underarms, with his upper body propped by pillows, seemed like he was cautiously testing an unexpected feeling of health and energy while on his “death bed.” Maggie, he said in a worried and slightly fascinated voice, had wanted to perform oral sex on him, but he hadn’t been aroused, which had upset her maybe. Erin said it was normal for sexual desire to leave sometimes. Calvin said he and Maggie hadn’t had sex in four months. Paul said that seemed normal because they’d been together three years and that Calvin’s drug use—Percocet, Codeine, Klonopin, Adderall—the past few months, based on their emails and texts, seemed high, which probably had an effect. Then they discussed what to do now, for an activity, but couldn’t decide—each person seemed committed to not deciding—and became locked into what felt like a three-way staring contest, which they mutely sustained, each person alternating between the other two, for thirty to forty seconds, until Paul bluntly said he wanted to “go for a walk with only Erin, outside,” and, after mumbling something incoherent about mushrooms—vaguely wanting to convey it was uncomfortable while on mushrooms to be around people not on mushrooms—quickly gained Erin’s assent and repeatedly positioned himself to displace, or push, her toward where he was going, until both were outside the room, in a dark hallway, where they huddled together and maneuvered grinning to winding stairs, which they descended holding hands, toward the front door.

Tao Lin , Taipei Taipei 2

V., Ernst Jünger, Jules Verne, Ingmar Bergman, Tao Lin
jpg/photo-24.jpg

070314, version 7 (14 mars 2014)

Combien de fois dit-il grin ou grinning, Tao Lin, dans Taipei, c’est juste hyper hallucinant [1]. hallucinant . Ça et non sequitur [2]. sequitur .

Soudain, sur les coups de la nuit, née d’où donc je ne sais pas, l’envie de mettre en ligne la védeux inexacte, incomplète, inachevée je crois, et de procéder par à-coups, ensuite, aux ajustements à venir.Pourquoi pas ne pas procéder de la sorte pour une fois ? [3]

22h29, relisant des extraits du journal vieux d’un an, vieux de deux(je me sers du journal 22h29 , relisant des extraits du journal vieux d’un an , vieux de deux [4])  : je recherche la trace d’une dernière lecture, le dernier journal lu de Jünger, simplement pour savoir lequel prendre à sa suite. La réponse est ici. C’est 2012 le truc.]]. .]] Je , je me dis que la langue a faibli, que le journal hier était plus travaillé, que l’écorce était rêche, parfois, oui mais utile, c’est moins le cas ces jours (je parle en mois, je parle presque en semaines).

[1104 fois putain

[25 fois .

[3Et bim ! 22h08 je le fais.

[4Je me sers du journal comme d’une base (sic) archéologique[. Carpathes }." class='spip_out' rel='external'>Je fouille dans les roches entassées par la nature aux époques géologiques comme l’écrit Jules Verne dans [Le Le château des Carpathes] publie.net/fr/ebook/9782814504653/le-chateau-des-carpathes].

070314, version 6 (12 mars 2014)

Combien de fois dit-il grin ou grinning, Tao Lin, dans Taipei, c’est juste hyper hallucinant. Ça et non sequitur.

Par téléphone, une voix me demande nommément, avant de me reprocher de n’avoir pas voyagé envoyer un courrier bien plus tôt , je dois me justifier bien sûr d’avoir rédiger un courrier , à la demande d’une tierce personne , le 22 février , soit le jour même de la demande , et non le 10 janvier , plus d’un mois en amont , mais je sais que j’ai tort  : j’aurais pu voyager dans le temps.

070314, version 5 (7 mars 2014)

22h29, relisant des extraits du journal vieux d’un an, vieux de deux [5] 22h29 , relisant des extraits du journal vieux d’un an , vieux de deux [6], je me dis que la langue a faibli, que le journal hier était plus travaillé, que l’écorce était rêche, parfois, mais utile, c’est moins le cas ces derniers jours (je parle en mois, je parle presque en semaine).

[5Je me sers du journal comme d’une base (sic) archéologique[[Je fouille dans les roches entassées par la nature aux époques géologiques comme l’écrit Jules Verne dans Le château des Carpathes.

[6Je

me sers du journal comme d’une base ( sic ) archéologique : je recherche la trace d’une dernière lecture, le dernier journal lu de Jünger, simplement pour savoir le quel prendre à sa suite. La réponse est ici. C’est 2012 le truc.

070314, version 4 (7 mars 2014)

22h29, relisant des extraits du journal vieux d’un an, vieux de deux [7], je me dis que la langue a faibli, que le journal hier était plus travaillé, que l’écorce était rêche, parfois, mais utile, c’est moins le cas ces derniers jours (je parle en mois, je parle presque en semaine).

[7Je me sers du journal comme d’une base (sic) archéologique : je recherche la trace d’une dernière lecture, le dernier journal lu de Jünger, simplement pour savoir le quel prendre à sa suite. La réponse est ici. C’est 2012 le truc.

070314, version 3 (7 mars 2014)

Soudain, sur les coups de la nuit, née d’où donc je ne sais pas, l’envie de mettre en ligne la védeux inexact, incomplète, inachevée je crois, et de procéder par à-coups, ensuite, aux ajustements à venir. Pourquoi pas ne pas procéder de la sorte après tout ? [8]

[8Et bim ! 22h08 je le fais.

070314, version 2 (7 mars 2014)

Soudain, sur les coups de la nuit, née d’où donc je ne sais pas, l’envie de mettre en ligne la védeux inexact, incomplète, inachevée je crois, et de procéder par à-coups, ensuite, aux ajustements à venir. Pourquoi pas ne pas procéder de la sorte après tout ?

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |