190914


Là, donc, sur la table devant nous, il y a des photographies. Le gouvernement espagnol les envoie avec une constance admirable environ deux fois par semaine. Ces photographies ne sont pas agréables à regarder. Ce sont pour la plupart des photographies de cadavres. La livraison de ce matin contient la photographie de ce qui pourrait être le corps d’un homme, ou d’une femme ; il est tellement mutilé qu’il pourrait s’agir, tout aussi bien, du corps d’un cochon. Mais ces corps-là sont indéniablement des cadavres d’enfants, et ceci est sans aucun doute le pan d’une maison. Une bombe l’a éventrée ; une cage d’oiseau pend encore dans ce qui fut probablement le salon, mais le reste de la maison ne ressemble plus qu’à un tas de baguettes de mikado suspendues çà et là.
Ces photographies ne sont pas des arguments ; elles ne sont que la réalité offerte à l’œil dans toute sa brutalité. Mais l’œil est lié au cerveau ; le cerveau au système nerveux. En un éclair, ce dernier envoie des messages aux souvenirs enfouis et aux sentiments présents. Quand on regarde ces photographies il se produit en nous comme une fusion ; quelles que soient notre éducation et nos traditions, les sensations que nous éprouvons sont les mêmes, et elles sont violentes. Vous, Monsieur, les nommez « horreur et dégoût ». Nous les nommons aussi horreur et dégoût. Et les mêmes mots nous montent aux lèvres. 

Virginia Woolf, Trois guinées, traduction Jean-Yves Cotté, Publie.net

L’Ecosse a voté non. Je ne sais pas quoi en faire, penser.

J’ai fait n’importe quoi cette semaine au niveau de la gestion du corps. Couru quand il ne fallait pas, pas couru quand il aurait fallu, dormi trop longtemps ou pas assez longtemps ou trop mal. Les chiffres de septembre seront mauvais (ce devrait être le dernier de mes soucis mais je suis faible, ça n’est pas le cas). Malade aussi. La gorge. Les sinus. De la toux.

— C’est drôle tout de même ! Ce sont toujours les futurs clients de la guillotine, les apaches, les fripouilles qui tiennent à venir assister aux exécutions. 

Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

190914, version 4 (10 octobre 2014)

Migraine, Corps, Virginia Woolf, Wolfgang Amadeus Mozart, Pierre Souvestre, Marcel Allain

<blockquote>

Là, donc, sur la table devant nous, il y a des photographies. Le gouvernement espagnol les envoie avec une constance admirable environ deux fois par semaine. Ces photographies ne sont pas agréables à regarder. Ce sont pour la plupart des photographies de cadavres. La livraison de ce matin contient la photographie de ce qui pourrait être le corps d’un homme, ou d’une femme ; il est tellement mutilé qu’il pourrait s’agir, tout aussi bien, du corps d’un cochon. Mais ces corps-là sont indéniablement des cadavres d’enfants, et ceci est sans aucun doute le pan d’une maison. Une bombe l’a éventrée ; une cage d’oiseau pend encore dans ce qui fut probablement le salon, mais le reste de la maison ne ressemble plus qu’à un tas de baguettes de mikado suspendues çà et là.

Ces photographies ne sont pas des arguments ; elles ne sont que la réalité offerte à l’œil dans toute sa brutalité. Mais l’œil est lié au cerveau ; le cerveau au système nerveux. En un éclair, ce dernier envoie des messages aux souvenirs enfouis et aux sentiments présents. Quand on regarde ces photographies il se produit en nous comme une fusion ; quelles que soient notre éducation et nos traditions, les sensations que nous éprouvons sont les mêmes, et elles sont violentes. Vous, Monsieur, les nommez « horreur et dégoût ». Nous les nommons aussi horreur et dégoût. Et les mêmes mots nous montent aux lèvres. 

[Virginia Woolf , Trois guinées , traduction Jean-Yves Cotté , Publie . citation(s ) Trois Guinées (? net->http://www.publie . ) et / ou Fantomas fin net/livre/trois-guinees-virginia-woolf-traduction-jean-yves-cotte/]

jpg/p1010024.jpg

190914, version 3 (8 octobre 2014)

L’Ecosse a voté non à pour son indépendance. Je ne sais pas quoi en faire, en penser.

J’ai fait n’importe quoi cette semaine au niveau de la gestion du corps. Couru quand il ne fallait pas, pas couru quand il aurait fallu, dormi trop longtemps ou pas assez longtemps ou trop mal. Les chiffres de septembre seront mauvais (ce devrait être le dernier de mes soucis mais je suis faible, ça n’est pas le cas). Malade pour le week-end , probablement , avec ça. La gorge. Les sinus. De la toux.

190914, version 2 (19 septembre 2014)

citation(s) Trois Guinées (?) et / ou Fantomas fin

J’ai fait n’importe quoi cette semaine au niveau de la gestion du corps. Couru quand il ne fallait pas, pas couru quand il aurait fallu, dormi trop longtemps ou pas assez longtemps ou trop mal. Les chiffres de septembre seront mauvais (ce devrait être le dernier de mes soucis mais je suis faible, ça n’est pas le cas). Malade pour le week-end, probablement, avec ça. La gorge. Les sinus. De la toux.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |