281014


Incapable de presque pas lire, incapable de lire néanmoins, je reviens sur mes pages tout le temps, je relis les mêmes phrases, j’imprime pas, ça imprime pas, ça se brumise. On me dit que j’ai une diction drôle, que je coupe toujours avant les unités de sens, je crois que c’est ça qu’il me dit, c’est tout à fait vrai par ailleurs, j’imagine bien que c’est pénible pour les autres, je trouverais ça, pénible moi si on me le faisait le, coup. Deux heures durant au grenier sous la fleur pour visser dévisser, mais mal en réalité, il faut toujours se rendre compte, après avoir dévissé une colonne vertébrale, l’avoir arrachée hors du tronc, après avoir forcé à l’envers pour mettre en place une nouvelle colonne, neuve et sous plastique, que la pièce neuve n’est pas la bonne, quelqu’un d’autre l’a mal commandée en amont, on a perdu notre temps, on se sent comme celui de Ballard à qui l’on dit, au début de Drowned World, que tout le travail accompli depuis plusieurs années c’est juste a total waste. Pour le reste, changer deux trois orteils tu sais faire, encore faudrait-il que quelqu’un, quelque part, te dise à un moment donné que pour visser sur ce modèle il faut visser pas droit, il faut visser oblique. Au cours d’une interview à la Paris Review, Kurt Vonnegut déclare, en substance, qu’il préfère mieux ne pas parler d’amour, dans ses livres, car l’amour ça boit tout, ça capte toute l’attention. Il fait terriblement chaud au grenier, sortir sur le boulevard béant c’est thermique, c’est l’octobre.

Relu nerveux le prologue pour The Chronicles, je dois le rendre avant le 30, je le rendrai demain. L’ai habillé de tu pour lui donner comme une identité formelle et j’ai décidé d’un tronc commun pour tous, quelque chose comme la superstition, mais au fond je ne sais pas pourquoi et j’ai peur de jouer l’air du je sais pas quoi écrire, j’écris donc que j’écris que je sais pas quoi écrire.

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

281014, version 4 (19 novembre 2014)

Incapable de presque pas lire, incapable de lire néanmoins, je reviens sur mes pages tout le temps, je relis les mêmes phrases, j’imprime pas, ça imprime n’imprime pas, ça se brumise. On me dit que j’ai une diction drôle, que je coupe toujours avant les unités de sens, je crois que c’est ça qu’il me dit, c’est tout à fait vrai par ailleurs, j’imagine bien que c’est pénible pour les autres, je trouverais ça, pénible moi si on me le faisait le, coup. Deux heures durant au grenier sous la fleur pour visser dévisser, mais mal peu en réalité, il faut toujours se rendre compte, après avoir dévissé une colonne vertébrale, l’avoir arrachée forcée hors du tronc, après avoir forcé à l’envers pour mettre en place une nouvelle colonne, neuve et sous plastique, que la pièce neuve n’est pas la bonne, quelqu’un d’autre l’a mal commandée en amont, on a perdu notre temps, on se sent comme celui de Ballard à qui l’on dit , au début de Ballard Drowned World , que tout le travail accompli depuis plusieurs années est a total waste . à qui l’on dit, au début de Drowned World, que tout le travail accompli depuis plusieurs années c’est juste a total waste. Pour le reste, changer deux trois orteils tu sais faire, encore faudrait-il que quelqu’un, quelque part, te dise à un moment donné que pour visser sur ce modèle il faut visser pas par droit, il faut visser oblique. Au cours d’une [interview à la Paris Review->http://www.theparisreview.org/interviews/3605/the-art-of-fiction-no-64-kurt-vonnegut], Kurt Vonnegut Au cours d’une interview à la Paris Review , Kurt Vonnegut déclare, en substance, qu’il préfère mieux ne pas parler d’amour, dans ses ces livres, car l’amour ça boit tout, ça capte toute l’attention. Il fait terriblement chaud au greniersous la fleur , sortir sur le boulevard béant c’est thermique, c’est l’octobre.
Boulot, Kurt Vonnegut, J. G. Ballard
jpg/p1010150.jpg

281014, version 3 (19 novembre 2014)

Incapable de presque pas lire, incapable de lire néanmoins, je reviens sur mes pages tout le temps, je relis les mêmes phrases, j’imprime je n’imprime pas, ça n’imprime pas, ça se brumise . On me dit que j’ai une diction drôle, que je coupe toujours avant les des unités de sens, je crois que c’est ça qu’il me dit, c’est tout à fait vrai par ailleurs, j’imagine bien que c’est pénible pour les autres, je trouverais ça, pénible moi si on me le faisait le, coup. Deux heures durant au grenier sous la fleur pour visser dévisser faire X réparations , mais peu en réalité, il faut toujours se rendre compte, après avoir dévissé une colonne vertébrale, l’avoir forcée hors du tronc, après avoir forcé à l’envers pour mettre en place imposer une nouvelle colonne, neuve et sous plastique, que la pièce neuve n’est pas la bonne, quelqu’un d’autre l’a mal commandée en amont, on a perdu notre temps, on se sent comme celui ce personnage de Ballard à qui l’on dit, au début de Drowned The Drowned World, que tout le travail accompli depuis plusieurs années est a total waste. Pour le reste, changer deux trois orteils tu sais faire, encore faudrait-il que quelqu’un, quelque part, te dise à un moment donné que pour visser sur ce modèle il faut visser par droit, il faut visser oblique. Au cours d’une interview à la Paris Paris Review, , Kurt Vonnegut déclare, en substance, qu’il préfère mieux ne pas parler d’amour, dans ces livres, car l’amour ça boit tout, ça capte toute l’attentiond’une lecture . Il fait terriblement chaud au grenier sous la fleur, sortir sur le boulevard béant c’est choc thermique, c’est l’octobre.

281014, version 2 (28 octobre 2014)

Relu nerveux le prologue pour The Chronicles, je dois le rendre avant le 30, je le rendrai demain. L’ai habillé de tu pour lui donner une identité formelle et j’ai décidé d’un tronc commun pour tous, quelque chose comme la superstition, mais au fond je ne sais pas pourquoi et j’ai peur de jouer l’air du je sais pas quoi écrire, j’écris donc que j’écris que je sais pas quoi écrire.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |