021114


Les voir arriver après des heures de voyage au Todos los Santos, ah, non, à celui de Cordoba et Las Heras, nous avons dit, où on ne nous embête pas avec les consommations, où plutôt la présence de tant de femmes en même temps semble les surprendre, leur inspirer de la curiosité, pas de la méfiance. Où il y a un garçon qui est grand et mince et ne semble pas avoir plus de trente-cinq ans, avec de grands yeux gris et profonds sur une peau grecque, perse, c’est presque pareil, qui nous sert avec un air de grand frère pensant à l’inceste, avec une certaine négligence, avec une sorte de sourire accumulé sur le côté gauche de la bouche, où la commissure des lèvres devient un triangle bref et catégorique dans l’union avec les poils noirs de la moustache. Qui nous voit entrer presque content, qui se trompe difficilement avec ce que nous pourrions demander, quand bien même nous serions plus de dix. Qui avec toutes ces manières étranges du silence, silencieusement doit avoir une soeur disparue, ou morte, ou prisonnière, ou exilée, parce que l’on ne peut pas dire que nous nous asseyons dans le café ni que nous parlons discrètement. Celui qui est près de nous sait exactement de quoi nous parlons, sait ce que nous ressentons, et nous attaque ou nous protège. Ce café : celui de l’angle de Cordoba et Las Heras. Et ce garçon.

Alicia Kozameh, La rencontre. Oiseaux in La peau même en offrande, traduction Anne-Claire Huby, Zinnia Éditions

Transoxiane quatre : je coupe le chapitre 15 en deux pour faire un 16, c’est mieux comme ça. Nous approchons du twist final de la saison (mais ça n’est pas un twist, et ce n’est pas une saison). Que c’est laborieux (mais je n’ai pas beaucoup écrit ce week-end).

Relu avec beaucoup de plaisir la traduction anglaise de l’extrait de CdT écrite par Ruth Clarke pour The Chronicles.

Couru 4km28, 28min40, sur la tombée de la nuit, sous le Molly for two pianos habituel.

<  -  >

Partager

Révisions

4 révisions

021114, version 5 (24 novembre 2014)

Coup de tête, Jeroen van Veen, Courir, Transoxiane, Alicia Kozameh

Kozameh p. <blockquote > 40

Les voir arriver après des heures de voyage au Todos los Santos, ah, non, à celui de Cordoba et Las Heras, nous avons dit, où on ne nous embête pas avec les consommations, où plutôt la présence de tant de femmes en même temps semble les surprendre, leur inspirer de la curiosité, pas de la méfiance. Où il y a un garçon qui est grand et mince et ne semble pas avoir plus de trente-cinq ans, avec de grands yeux gris et profonds sur une peau grecque, perse, c’est presque pareil, qui nous sert avec un air de grand frère pensant à l’inceste, avec une certaine négligence, avec une sorte de sourire accumulé sur le côté gauche de la bouche, où la commissure des lèvres devient un triangle bref et catégorique dans l’union avec les poils noirs de la moustache. Qui nous voit entrer presque content, qui se trompe difficilement avec ce que nous pourrions demander, quand bien même nous serions plus de dix. Qui avec toutes ces manières étranges du silence, silencieusement doit avoir une soeur disparue, ou morte, ou prisonnière, ou exilée, parce que l’on ne peut pas dire que nous nous asseyons dans le café ni que nous parlons discrètement. Celui qui est près de nous sait exactement de quoi nous parlons, sait ce que nous ressentons, et nous attaque ou nous protège. Ce café : celui de l’angle de Cordoba et Las Heras. Et ce garçon.

Alicia Kozameh, La rencontre. Oiseaux in La peau même en offrande, traduction Anne-Claire Huby, Zinnia Éditions

</blockquote>

021114, version 4 (24 novembre 2014)

021114, version 3 (2 novembre 2014)

Transoxiane quatre : je coupe le chapitre 15 en deux pour en faire un 16, c’est mieux comme ça, c’était trop long. Nous approchons du twist final de la saison (mais ça n’est pas un twist, c’est assez laborieux). Oui, que c’est laborieux ( mais je n’ai pas beaucoup écrit ce week-end ). .

Relu avec beaucoup de plaisir la traduction anglaise écrite par Ruth Clarke pour The Chronicles.

Couru 4km28, 28min40, sur la tombée de la nuit, sous le Molly for two pianos habituel.

021114, version 2 (2 novembre 2014)

Transoxiane quatre : je coupe le chapitre 15 en deux pour en faire un 16, c’est mieux comme ça, c’était trop long. Nous approchons du twist final de la saison (mais ça n’est pas un twist, c’est assez laborieux). Oui, que c’est laborieux.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |