131214


Devant cette interview de Carver à la Paris Review, je me pose plusieurs fois cette question : on est où aujourd’hui ? La nouvelle a connu X mutations. Elle a encore évolué depuis le minimalisme américain de l’école Gordon Lish. Qu’en est-il des proto-nouvelles d’un Rodrigo Fresán, par exemple ? Dans L’homme du bord extérieur et, bien évidemment, dans La vitesse des choses, ce ne sont déjà plus les mêmes formats, les mêmes histoires. Ce serait malgré tout des nouvelles ? Il est si important ce mot ?

Marchant loin loin de moi sous la pluie je recompose encore une nouvelle fois un autre chapitre mental pour le Transoxiane quatre, pas prévu initialement, mais qui découle tout naturellement du changement de cap de l’autre jour. Parle tout seul dans ma tête. Mais le chapitre quinze écrit par la suite est beaucoup trop maladroit et terriblement loin de ce qu’il faudrait faire.

Repris lectures et corrections du Cahier de désécriture, de Philippe Berthaut. Toujours étonnant d’être alternativement des deux côtés de la barrière et reconnaître les réactions de celui qui est en face, qu’il s’agisse de l’éditeur (Publie, Walrus), ou d’un traducteur (pour The Chronicles). Je me reconnais dans deux postures très différentes et qui sont celles qui consistent à dire, successivement, soit je m’en fous fais comme tu veux (moi je le dirais comme ça), soit c’est important que ça reste comme ça, je ne sais pas l’expliquer, c’est l’instinct, c’est la langue. Quelle que soit sa place sur le terrain ne pas chercher à être trop gourmand et respecter ce qu’on ne sait pas dire.

<  -  >

Partager

Révisions

7 révisions

131214, version 8 (30 décembre 2014)

Publie.net, Rodrigo Fresán, Gordon Lish, Transoxiane, Philippe Berthaut, Raymond Carver
Repris lectures les relectures et corrections du Cahier de désécriture, de Philippe Berthaut. Toujours étonnant d’être alternativement des deux côtés de la barrière et reconnaître les réactions de celui qui est en face, qu’il s’agisse de l’éditeur (Publie, Walrus), ou d’un traducteur (pour [The Chronicles->http://thechronicles . The Chronicles ). eu/category/2014/live-2014/ ?lang=en&edition=23]). Je me reconnais dans deux postures très différentes et qui sont celles qui consistent à dire, successivement, soit je m’en fous fais comme tu veux (moi je le dirais comme ça), soit c’est important que ça reste comme ça, je ne sais pas l’expliquer, c’est l’instinct, c’est la langue. Quelle que soit sa place sur le terrain ne pas chercher à être trop gourmand et respecter ce qu’on ne sait pas dire, c’est le noeud .

131214, version 7 (30 décembre 2014)

Devant [cette interview de Carver à la Paris Review->http://www.theparisreview.org/interviews/3059/the-art-of-fiction-no-76-raymond-carver], Lisant cette interview de Carver à la Paris Review , je me pose plusieurs fois cette question : on est où aujourd’hui ? La nouvelle a connu X et X mutations. Elle a encore évolué depuis le minimalisme américain de l’école [Gordon Lish->mot278 ]. Gordon Lish . Qu’en est-il des proto-nouvelles d’un [Rodrigo Fresán->mot81] Rodrigo Fresan , par exemple  ? , par exemple ? Dans L’homme du bord extérieur et, bien évidemment, dans [La La vitesse des choses->article757] choses , ce ne sont déjà plus les mêmes formats , les mêmes histoires . , ce ne sont déjà plus les mêmes formats, les mêmes histoires. Ce serait seraient malgré tout des nouvelles ? Il est si important ce mot ?
jpg/p1010279.jpg

131214, version 6 (30 décembre 2014)

Lisant cette interview de Carver à la Paris Review, je me pose plusieurs fois cette question : on est où aujourd’hui ? La nouvelle a connu X et X plusieurs mutations. Elle a encore évolué depuis le minimalisme américain de l’école Gordon Lish. Qu’en est-il des proto-nouvelles proto nouvelles d’un Rodrigo Fresan, par exemple ? Dans L’homme du bord extérieur et, bien évidemment, dans La vitesse des choses, ce ne sont déjà plus les mêmes formats, les mêmes histoires . histoires . Ce seraient malgré tout des nouvelles ? Il est Est-il si important ce mot ?

Marchant loin loin de moi sous la pluie je recompose encore une nouvelle fois un autre chapitre mental pour le Transoxiane quatre, pas prévu initialement, mais qui découle tout naturellement du changement de cap de l’autre jour. Parle tout seul dans ma tête. Mais le chapitre quinze écrit par la suite est beaucoup trop maladroit et terriblement loin de ce qu’il faudrait faire.

131214, version 5 (29 décembre 2014)

Lisant cette interview de Carver à la Paris Paris Review, , je me pose plusieurs fois cette question : on en est où aujourd’hui ? La nouvelle a connu plusieurs mutations. Elle a encore évolué depuis le minimalisme américain de l’école Gordon Lish. Qu’en est-il des proto nouvelles d’un Rodrigo Fresan, par exemple ? Dans L’homme du bord extérieur et, bien évidemment, dans La vitesse des choses, ce ne sont déjà plus les mêmes formats, les mêmes histoires. Ce seraient malgré tout des nouvelles ? Est-il si important ce mot ?

Marchant loin de moi sous la pluie je recompose encore une nouvelle fois un autre chapitre mental pour le Transoxiane Transoxiane quatre, pas prévu initialement, mais qui découle tout naturellement du changement de cap de initié l’autre jour. Parle Je parle tout seul dans ma tête. Mais le chapitre quinze écrit par la suite est beaucoup trop maladroit et terriblement loin de ce qu’il faudrait faire.

Repris les relectures et les corrections du Cahier de désécriture, de Philippe Berthaut. Toujours étonnant d’être alternativement des deux côtés de la barrière et reconnaître les réactions de celui qui est en face, qu’il s’agisse de l’éditeur (Publie, Walrus), ou d’un traducteur (pour The Chronicles). Je me reconnais dans deux postures très différentes et qui sont celles qui consistent à dire, successivement, soit je m’en fous fais comme tu veux (moi je le dirais comme ça), soit c’est important que ça reste comme ça, je ne sais pas l’expliquer, c’est l’instinct, c’est la ma langue. Quelle que soit sa place sur le terrain ne pas chercher à être trop gourmand et respecter ce qu’on ne sait pas dire, souvent le noeud est là.

131214, version 4 (13 décembre 2014)

Marchant loin de moi sous la pluie je recompose encore une nouvelle fois un autre chapitre mental pour le Transoxiane quatre, pas prévu initialement, mais qui découle tout naturellement du changement de cap initié l’autre jour. Je parle tout seul dans ma tête. Mais le chapitre quinze écrit par la suite est beaucoup trop maladroit et terriblement loin de ce qu’il faudrait faire.

131214, version 3 (13 décembre 2014)

Repris les relectures et les corrections du Cahier de désécriture, de Philippe Berthaut. Toujours étonnant d’être alternativement des deux côtés de la barrière et reconnaître les réactions de celui qui est en face, qu’il s’agisse de l’éditeur (Publie, Walrus), ou d’un traducteur (pour The Chronicles). Je me reconnais dans deux postures très différentes et qui sont celles qui consistent à dire, successivement, soit je m’en fous fais comme tu veux (moi je le dirais comme ça), soit c’est important que ça reste comme ça, je ne sais pas l’expliquer, c’est l’instinct, c’est ma langue. Quelle que soit sa place sur le terrain ne pas chercher à être trop gourmand et respecter ce qu’on ne sait pas dire, souvent le noeud est là.

131214, version 2 (13 décembre 2014)

Marchant loin de moi sous la pluie je recompose encore une nouvelle fois un autre chapitre mental pour le Transoxiane quatre, pas prévu initialement, mais qui découle tout naturellement du changement de cap initié l’autre jour. Je parle tout seul dans ma tête.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |