251214


When things have gone bad, when things have gone good, when things have dumped shit on your head, when you’re in the stars, when you’re fucked up, when it’s too hot, when your ass is freezing, when you’ve just heaved your guts out into the curb, walk, just walk. Keep on walking. Our breath pushed out just ahead of us.

Tom Spanbauer, I loved you more, Hawthorne Books, P.145-146

Spanbauer est partout, je m’en souviens. L’homme qui tomba amoureux de la lune m’a conduit vers le forum des jeunes écrivains, ça s’appelait le forum des jeunes écrivains, ça s’appelle toujours comme ça, et, sur ce forum, j’ai pu rencontrer X. autour de ce bouquin. Plus tard lisant Dans la ville des chasseurs solitaires puis, un an après, In the city of shy hunters, détourner quelque chose, un mauvais truc ensuite abandonné, pour l’écrire comme, pour se fondre dans la sienne de langue. Coup de tête a commencé derrière la lecture du tout premier, Faraway Places. Et c’est devant Now is the Hour que j’ai commencé à traduire des extraits anglais en français pour rendre compte. I Loved You More est un tout autre texte, et néanmoins prolongement par la langue des précédents opus. C’est un livre sur l’homme : celui qui a une tache phosphorescente dans la cage thoracique et qui s’appelle le coeur, et celui avec l’H, celui de l’espèce. L’homme et les mystères de ce que d’autres appellent la masculinité.

À la campagne, bien loin d’ici sans doute, j’ai écrit dans ma poche sur un rythme étranger une langue sclérosée et ça dit : S- no’q—q//’p/son-/nos no’p/’p/’/’ n

<  -  >

Partager

Révisions

6 révisions

251214, version 7 (10 janvier 2015)

<blockquote > ILYM p . 145-146

When things have gone bad, when things have gone good, when things have dumped shit on your head, when you’re in the stars, when you’re fucked up, when it’s too hot, when your ass is freezing, when you’ve just heaved your guts out into the curb, walk, just walk. Keep on walking. Our breath pushed out just ahead of us.

Tom Spanbauer, I loved you more, Hawthorne Books, P.145-146

</blockquote>

Spanbauer Spanbauer est partout, je m’en souviens. [L’homme qui tomba amoureux de la lune->http://www.omega-blue.net/index.php/post/2008/01/14/413-tom-spanbauer-l-homme-qui-tomba-amoureux-de-la-lune] m’a conduit vers le [forum des jeunes écrivains->http://jeunesecrivains.superforum.fr/]L’homme qui tomba amoureux de la lune m’a conduit vers le forum des jeunes écrivains , ça s’appelait le forum des jeunes écrivains, ça s’appelle toujours comme ça, et, sur ce forum, j’ai pu rencontrer [X rencontré X .->mot39] autour de ce bouquin même livre . Plus tard lisant Dans la ville des chasseurs solitaires puis, un an après, In the city of shy hunters, détourner quelque chose, un mauvais truc ensuite abandonné, pour l’écrire comme, pour se fondre dans la sienne de langue. [Coup de tête->http://www.publie.net/livre/coup-de-tete/] Coup de tête a commencé derrière la lecture du tout premier, [Faraway Places->article1969 ]. Faraway Places . Et c’est devant [Now is the Hour->http://www.omega-blue.net/index.php/post/2006/10/28/195-tom-spanbauer-now-is-the-hour] Et c’est devant Now is the Hour que j’ai commencé à traduire des extraits anglais en français pour rendre compte. I Loved You More est un tout autre texte, et néanmoins prolongement par la langue des précédents opus. C’est un livre sur l’homme : celui qui a une tache phosphorescente dans la cage thoracique et qui s’appelle le coeur, et celui avec l’H, celui de l’espèce. L’homme et les mystères de ce que d’autres appellent la masculinité.

X., Tom Spanbauer
jpg/p1010310.jpg

251214, version 6 (9 janvier 2015)

Spanbauer est partout, je m’en souviens. L’homme qui tomba amoureux de la lune m’a conduit vers le forum des jeunes écrivains, ça s’appelait le forum des jeunes écrivains, ça s’appelle toujours comme ça, et, sur ce forum, rencontré X. autour de ce même livre. Plus tard lisant Dans la ville des chasseurs solitaires puis, un an après, In the city of shy hunters, détourner quelque chose, un mauvais truc ensuite abandonné, pour l’écrire comme, pour se fondre dans la sienne de langue. Coup de tête a commencé derrière la lecture du tout premier, Faraway Places. Et c’est devant Now is the Hour que j’ai commencé à traduire des extraits anglais en français pour rendre compte. I Loved You More est un tout autre texte, et néanmoins prolongement par la langue des précédents opus. C’est un livre sur l’homme : celui qui a une tache phosphorescente dans sur la cage thoracique et qui s’appelle le coeur, et celui avec l’H, celui de l’espèce. L’homme et les mystères de ce que d’autres appellent la masculinité.

À la campagne, loin d’ici, j’ai tapé dans ma poche un rythme abstrait sans le savoir, ça dit : S- no’q—q//’p/son-/nos no’p/’p/’/’ n ( savoir ce que ça veut dire que ces choses ).

251214, version 5 (26 décembre 2014)

À la campagne, loin d’ici, j’ai tapé dans ma poche un rythme abstrait sans le savoir, ça dit : S- no’q—q//’p/son-/nos no’p/’p/’/’ n (savoir ce que ça veut dire que ces choses).

251214, version 4 (25 décembre 2014)

Spanbauer est partout, je m’en souviens. L’homme qui tomba amoureux de la lune m’a conduit vers le forum des jeunes écrivains, ça s’appelait le forum des jeunes écrivains, ça s’appelle toujours comme ça, et, sur ce forum, X. Plus tard lisant Dans la ville des chasseurs solitaires puis, un an après, In the city of shy hunters, détourner quelque chose, un mauvais truc ensuite abandonné, pour l’écrire l’écrire comme, , pour se fondre dans la sienne de langue. Coup de tête a commencé derrière la lecture du tout premier, Faraway Places. Et c’est devant Now is the Hour que j’ai commencé à traduire des extraits anglais en français pour rendre compte. I Loved You More est un tout autre texte, et néanmoins prolongement par la langue des précédents opus. C’est un livre sur l’homme : celui qui a une tache phosphorescente sur la cage thoracique qui s’appelle le coeur, et celui avec l’H, celui de l’espèce. L’homme et les mystères de ce que d’autres appellent la masculinité.

251214, version 3 (25 décembre 2014)

ILYM p . 1 145-146

251214, version 2 (25 décembre 2014)

Spanbauer est partout, je m’en souviens. L’homme qui tomba amoureux de la lune m’a conduit vers le forum des jeunes écrivains, ça s’appelait le forum des jeunes écrivains, ça s’appelle toujours comme ça, et, sur ce forum, X. Plus tard lisant Dans la ville des chasseurs solitaires puis, un an après, In the city of shy hunters, détourner quelque chose, un mauvais truc ensuite abandonné, pour l’écrire comme, pour se fondre dans la sienne de langue. Coup de tête a commencé derrière la lecture du tout premier, Faraway Places. Et c’est devant Now is the Hour que j’ai commencé à traduire des extraits pour rendre compte.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |