030115


Je désire comme un assoiffé boire le lait brumeux et insipide de la parole qui sort de Lol V. Stein, faire partie de la chose mentie par elle. Qu’elle m’emporte, qu’il en aille enfin différemment de l’aventure désormais, qu’elle me broie avec le reste, je serai servile, que l’espoir soit d’être broyé avec le reste, d’être servile.

Marguerite Duras, Le Ravissement de Lol V. Stein, Folio

À l’Inédit avec H. et l’un de ses amis. Il pleut. Quelqu’un de bienveillant, dit H. C’est vrai. Relu les quelques pages traduites d’I loved you more. Déçu. L’impression de relire cette langue que j’ai développée, partant de Spanbauer d’accord, mais développée néanmoins, pour Coup de tête. C’est trop sec. Ça manque de chaleur et ça manque d’élégance.

Fin du travail éditorial sur le Cahier de désécriture de Philippe Berthaut à paraître fin janvier. Quant à savoir combien pèse ce que j’ai fait dessus, je ne sais pas. Il y avait 13073 caractères dans le manuscrit d’origine. Il y en a aujourd’hui 12355. Mon travail c’est ce chiffre, ces 718 caractères en moins.

I loved you more : je ne sais pas à quoi ça tient. Essayé de délier et d’humecter les choses. Reste encore des zones d’ombre. Comme le pope et les reins. Comme le mot ténèbre qu’il me semble devoir garder au singulier pour qu’il fonctionne, tant pis pour les traits rouges du correcteur orthographique.

<  -  >

Partager

Révisions

4 révisions

030115, version 5 (20 janvier 2015)

Publie.net, Coup de tête, Tom Spanbauer, Traduire, Marguerite Duras, Philippe Berthaut

<blockquote > Duras 3

Je désire comme un assoiffé boire le lait brumeux et insipide de la parole qui sort de Lol V. Stein, faire partie de la chose mentie par elle. Qu’elle m’emporte, qu’il en aille enfin différemment de l’aventure désormais, qu’elle me broie avec le reste, je serai servile, que l’espoir soit d’être broyé avec le reste, d’être servile.

Marguerite Duras, Le Ravissement de Lol V. Stein, Folio

</blockquote>

À Déjeuné à l’Inédit avec [H H .->mot59] et l’un de ses amis. Il pleut. Quelqu’un C’est quelqu’un de bienveillant, dit [H H .->mot59] C’est vrai. Relu les quelques pages traduites d’I loved you more . more l’autre jour . Déçu. L’impression de relire cette langue que j’ai développée, partant de Spanbauer d’accord , mais développée néanmoins , pour Coup de Spanbauer tête . d’accord, mais développée néanmoins, pour [Coup de tête->http://www.publie.net/livre/coup-de-tete/]. C’est trop sec. Ça manque de chaleur et ça manque d’élégance.

030115, version 4 (20 janvier 2015)

030115, version 3 (3 janvier 2015)

Retour sur la traduction d’extraits pour I loved you more. Je ne sais pas à quoi ça tient. J’ai essayé de délier et d’humecter les choses. Reste encore des zones d’ombre. Comme le pope et les reins. Comme le mot ténèbre qu’il me semble devoir garder au singulier pour qu’il fonctionne, tant pis pour les traits rouges du correcteur orthographique.

030115, version 2 (3 janvier 2015)

Fin du travail éditorial sur le Cahier de désécriture de Philippe Berthaut à paraître en février. Quant à savoir combien pèse ce que j’ai fait dessus ces dernières semaines, je ne sais pas. Il y avait 13073 caractères dans le manuscrit à l’origine. Il y en a aujourd’hui 12355 dans le fichier que j’envoie à Roxane. Mon travail se trouve probablement dans ce chiffre, dans ces 718 caractères en moins.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |