030215


Or, maintenant, malade, enfermé au milieu de ce jardin désert avec ce jeune dément, presque à sa merci, Didier réfléchissait et il découvrait un point de vue d’où les choses lui apparaissaient différentes, où, tout en poursuivant la lutte, il lui assignait d’autres objets. La guerre entre nations était fratricide, menteuse, dépourvue de sens. L’ennemi n’était pas ailleurs que partout, dans les deux camps ; et dans cet univers plein de sang, le Jardinier était devenu le véritable ennemi : Didier voyait grandir en lui un sentiment que d’autres auraient jugé peut-être aberrant ou monstrueux - un sentiment qui n’était pas à la mesure des parties. Car il n’y avait qu’une race à abattre, à supprimer, où qu’elle se trouvât (et aucune nation n’en avait sans doute le privilège) : c’était la race des Bûcherons, des oppresseurs, de ceux qui traitaient la terre, la nature en ennemie, comme une chose à utiliser, et qui traitaient les hommes de la même façon.

Paul Gadenne, Les Hauts Quartiers, Points Seuil, P. 68

Gadenne a-t-il lu son Jünger ? À vrai dire je m’en fiche. Je pense aux Falaises de marbre, relues il y a deux ans quasiment jour pour jour (Braquemart pur technicien de la force et l’empire de la viande).

Discute brièvement, avec les doigts, avec Anh Mat, au sujet de Morphine. Oui, idéalement, l’idée serait de pouvoir en proposer une version compilée par chapitres (qui correspondent eux-mêmes au découpage des nouvelles de Boulgakov à quoi l’on ajoute les interludes animés) pour lecture dense. Cela se traduit en deux actions distinctes : proposer un sommaire dans le Spip de /// pour pouvoir se repérer dans le texte et publier ailleurs (sur Fuir probablement) les chapitres compilés, avec, éventuellement, un epub à la clé. Cette publication séparée impliquerait nécessairement d’abandonner, pour la mise en page, l’alignement des vers justifiés. Je ne sais pas encore si c’est dommageable ou non. Les vers aident à la création de la langue, peut-être peut-on les abandonner pour la publication (d’autant plus qu’un accès reste ouvert pour la version Spip justifiée). C’est une possibilité. L’autre possibilité, serait d’aller plus loin encore et de réécrire ces chapitres pour qu’ils soient réellement pensés pour une lecture longue, et non plus fragmentée. Cela impliquerait de niquer les vers, ni plus ni moins, et là ça me dérange.

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

030215, version 4 (28 février 2015)

<blockquote>

Or, maintenant, malade, enfermé au milieu de ce jardin désert avec ce jeune dément, presque à sa merci, Didier réfléchissait et il découvrait un point de vue d’où les choses lui apparaissaient différentes, où, tout en poursuivant la lutte, il lui assignait d’autres objets. La guerre entre nations était fratricide, menteuse, dépourvue de sens. L’ennemi n’était pas ailleurs que partout, dans les deux camps ; et dans cet univers plein de sang, le Jardinier était devenu le véritable ennemi : Didier voyait grandir en lui un sentiment que d’autres auraient jugé peut-être aberrant ou monstrueux - un sentiment qui n’était pas à la mesure des parties. Car il n’y avait qu’une race à abattre, à supprimer, où qu’elle se trouvât (et aucune nation n’en avait sans doute le privilège) : c’était la race des Bûcherons, des oppresseurs, de ceux qui traitaient la terre, la nature en ennemie, comme une chose à utiliser, et qui traitaient les hommes de la même façon.

Paul Gadenne, Les Hauts Quartiers, Points Seuil, P. Gadenne 68

</blockquote>

Gadenne Gadenne a-t-il lu son Jünger Jünger  ?  ? À vrai dire je m’en fiche. Je pense aux Falaises de marbre, relues il y a deux ans quasiment jour pour jour (Braquemart pur technicien de la force et l’empire de la viande).

Ernst Jünger, Mikhaïl Boulgakov, ///, Paul Gadenne, Anh Mat
png/capture_d_ecran_2015-02-28_a_20.06.13.png

030215, version 3 (28 février 2015)

Gadenne a-t-il lu son Jünger ? À A vrai dire je m’en fiche. Je pense aux Falaises Ce passage m’évoque les Falaises de marbre, , relues [il y a deux ans quasiment jour pour jour->article1869] jour->article1869 ]. (Braquemart Et Braquemart pur technicien de la force ( et l’empire de la viande).

Discute brièvement, avec les doigts, avec Ahn Mat, au sujet de Morphine. Oui, idéalement, l’idée serait de pouvoir en proposer une version compilée par chapitres (qui correspondent eux-mêmes au découpage des nouvelles de Boulgakov à quoi l’on ajoute les interludes animés) pour lecture dense. Cela se traduit en deux actions distinctes : proposer un sommaire dans le Spip de /// pour pouvoir se repérer dans le texte et publier ailleurs (sur Fuir probablement) les chapitres compilés, avec, éventuellement, un epub à la clé. Cette publication séparée impliquerait nécessairement d’abandonner, pour la mise en page, l’alignement des vers justifiés. Je ne sais pas encore si c’est dommageable ou non. Les vers aident à la création de la langue, peut-être peut-on les abandonner pour la publication (d’autant plus qu’un accès reste ouvert pour la version Spip justifiée). C’est une possibilité. L’autre possibilité, serait d’aller plus loin encore et de réécrire ces chapitres pour qu’ils soient réellement pensés pour une lecture longue, et non plus fragmentée. Cela impliquerait de niquer les vers, ni plus ni moins, et là ça me dérange.

030215, version 2 (3 février 2015)

Discute brièvement, avec les doigts, avec Ahn Mat, au sujet de Morphine. Oui, idéalement, l’idée serait de pouvoir en proposer une version compilée par chapitres (qui correspondent eux-mêmes au découpage des nouvelles de Boulgakov à quoi l’on ajoute les interludes animés) pour lecture dense. Cela se traduit en deux actions distinctes : proposer un sommaire dans le Spip de /// pour pouvoir se repérer dans le texte et publier ailleurs (sur Fuir probablement) les chapitres compilés, avec éventuellement un epub à la clé. Cette publication séparée impliquerait nécessairement d’abandonner, pour la mise en page, l’alignement des vers justifiés. Je ne sais pas encore si c’est dommageable ou non. Les vers aident à la création de la langue, peut-être peut-on les abandonner pour la publication (d’autant plus qu’un accès reste ouvert pour la version Spip justifiée). C’est une possibilité. L’autre possibilité, serait d’aller plus loin encore et de réécrire ces chapitres pour qu’ils soient réellement pensés pour une lecture longue, et non plus fragmentée. Cela impliquerait de niquer les vers, ni plus ni moins, et là ça me dérange.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |