journal #017 : 9 juin 2007



dimanche 26 novembre 2017, par Guillaume Vissac |
Tags : Cette vie - Coup de tête


Coup de tête est un roman paru aux éditions Publie.net en mars 2013, puis réédité en octobre 2017. Il bouge encore.
Son écriture s´est déroulée entre 2006 et 2012.
Ce journal temporellement décalé raconte l´histoire (falsifiée) de cette écriture.
Pour soutenir ce journal, achetez le livre. Lisez le.

Corrections & relectures : jusque là, n’avais jamais poussé un texte dans ses retranchements. Le reste : brouillons, tentatives, inachevés.

[Là], je procède autrement. Je suis devenu perfectionniste.

D’abord, j’imprime. Premier passage : barre, entoure, rature et note les modifications à apporter. Second passage, sur traitement de texte, pour modification des erreurs. La suite, on relit et on souligne ce qui coince, puis on repasse pour corriger, rectifier ou réécrire aussi souvent qu’il faut. Ça marche avec une nouvelle.

Pour Cette vie, après version 0, relu deux fois l’intégralité du texte, apportant des modifications où nécessaires, jusqu’à une version 1.5. [Puis] découpé le texte en six « tronçons » de cinq pages afin de pouvoir travailler plus précisément (police 10, marges réduites). Sur ces tronçons, même principe : lire, souligner ce qui [coince] (beaucoup de choses [coincent]), repasser derrière pour réécrire. Compter en moyenne quatre ou cinq passages successifs pour arriver à une version acceptable de chaque tronçon (ensuite une version 2.0 elle-même soumise à des corrections ultérieures). Compter en moyenne trois jours sur chaque tronçon.

Déjà passé plus de temps à corriger qu’à écrire. J’enregistre chaque nouvelle évolution du texte que je suis quotidiennement pour statistiques. Petit à petit, on se sent englué, aspiré par le texte. Épuisant. Pour « Coup de tête », comment j’arriverais à gérer 500 000 signes [?]

Source : http://www.omega-blue.net/index.php/post/2007/06/09/288-cr


<  -  >




Révisions

5 révisions

Journal de Coup de tête : 090607, version 6 (26 novembre 2017)

Coup de tête, Cette vie

Les corrections & relectures : pas une phase que j’affectionne. Pas le choix.

Une nouvelle façon de travailler, relire, corriger. Au cours des derniers mois, j’ai eu l’occasion de la pousser dans ses retranchements pour produire quelque chose d’achevé. Corrections & relectures  : jusque Jusque là, n’avais jamais poussé un texte dans ses retranchements. Le reste : brouillons, tentatives, inachevés.

[Là], je Je procède autrement. Je suis devenu perfectionniste.

D’abord, j’imprime. Premier passage : je barre, entoure, rature et note les modifications à apporter. Second passage, sur traitement de texte, pour modification des erreurs. La suite, on relit et on souligne ce qui coince, puis on repasse pour corriger, rectifier ou réécrire aussi souvent qu’il faut. Ça marche avec une nouvelle.

Pour Cette vie, opté pour une variante. Pour Cette vie , après Après version , relu deux fois l’intégralité du texte, apportant des modifications où nécessaires, jusqu’à une version 1.5. [Puis] découpé le texte en six « tronçons » de cinq pages afin de pouvoir travailler plus précisément (police 10, marges réduites). Sur ces tronçons, même principe : lire, souligner ce qui [coince] (beaucoup de choses [coincent](beaucoup de choses ), repasser derrière pour réécrire. Compter en moyenne quatre ou cinq passages successifs pour arriver à une version acceptable de chaque tronçon (ensuite une version 2.0 elle-même soumise à des corrections ultérieures). Compter en moyenne trois jours sur chaque tronçon.

Déjà Je sais déjà que j’ai passé plus de temps à corriger qu’à écrire. J’enregistre chaque nouvelle évolution du texte que je suis quotidiennement pour statistiques. Petit à petit, on se sent englué, aspiré par le texte. Épuisant. Pour « Coup de tête », je me demande comment j’arriverais à gérer 500 000 signes [?] .

Mais ça vaut le coup. Ça marche.

Source : http://www.omega-blue.net/index.php/post/2007/06/09/288-cr

Journal de Coup de tête : 090607, version 5 (22 octobre 2017)

Les corrections & relectures : pas une phase que j’affectionne. Pas le choix.

Une nouvelle façon de travailler, relire, corriger. Au cours des derniers mois, j’ai eu l’occasion de la pousser dans ses retranchements pour produire quelque chose d’achevé. Jusque là, n’avais jamais poussé un texte dans ses retranchements. Le reste : brouillons, tentatives, inachevés.

Je procède autrement. Je suis devenu perfectionniste.

D’abord, j’imprime. Premier passage : je barre, entoure, rature et note les modifications à apporter. Second passage, sur traitement de texte, pour modification des erreurs. La suite, on relit et on souligne ce qui coince, puis on repasse pour corriger, rectifier ou réécrire aussi souvent qu’il faut. Ça marche avec une nouvelle.

Pour Cette vie, opté pour une variante. Après version , relu deux fois l’intégralité du texte, apportant des modifications où nécessaires, jusqu’à une version 1.5. [Puis] découpé le texte en six « tronçons » de cinq pages afin de pouvoir travailler plus précisément (police 10, marges réduites). Sur ces tronçons, même principe : lire, souligner ce qui [coince] (beaucoup de choses), repasser derrière pour réécrire. Compter en moyenne quatre ou cinq passages successifs pour arriver à une version acceptable de chaque tronçon (ensuite une version 2.0 elle-même soumise à des corrections ultérieures). Compter en moyenne trois jours sur chaque tronçon.

Je sais déjà que j’ai passé plus de temps à corriger qu’à écrire. J’enregistre chaque nouvelle évolution du texte que je suis quotidiennement pour statistiques. Petit à petit, on se sent englué, aspiré par le texte. Épuisant. Pour « Coup de tête », je me demande comment j’arriverais à gérer 500 000 signes.

Mais ça vaut le coup. Ça marche.

Source : http://www.omega-blue.net/index.php/post/2007/06/09/288-cr

Journal de Coup de tête : 090607, version 3 (7 octobre 2017)

Les corrections & relectures : pas une phase que j’affectionne. Pas Mais ce n’est pas comme si j’avais le choix.

Une nouvelle façon de travailler, relire, corriger. Au cours des derniers mois, j’ai eu l’occasion de la pousser dans ses retranchements pour produire quelque chose d’achevé d’enfin achevé . Jusque là, je n’avais jamais poussé un texte jusque dans ses retranchements. , n’en avais jamais terminé aucun , c’est-à-dire produire «  la meilleure version possible  » [de lui-même ]. Le reste : des brouillons, tentatives, inachevés.

Je Cette année , je procède autrement. Je suis devenu perfectionniste.

D’abord, j’imprime. Premier J’effectue un premier passage : je barre, entoure, rature et note les modifications à apporter. Second Ensuite , second passage, sur traitement de texte, pour modification des erreurs. précédemment soulignées ( premier jet amélioré , ou «  version  »). La suite c’est simple : on relit et on souligne [tout ce qui coince]La suite , on relit et on souligne ce qui coince , puis on repasse pour corriger, rectifier ou réécrire aussi souvent qu’il faut. Ça marche avec une nouvelle.

Plus long, c’est plus compliqué. Pour Cette vie, j’ai opté pour une variante. Après version , relu deux fois l’intégralité du texte, apportant des modifications où nécessaires, jusqu’à une version 1.5. [Puis] découpé le texte en six « tronçons » de cinq pages afin de pouvoir travailler plus précisément (police 10, marges réduites). Sur ces tronçons, même principe : lire, et souligner ce qui [coince] (beaucoup de choses), repasser derrière pour réécrire. Compter en moyenne quatre ou cinq passages successifs pour arriver à une version acceptable de chaque tronçon (ensuite une version 2.0 elle-même soumise à des corrections ultérieures). Compter en moyenne trois jours sur chaque tronçon.

Me plaindre [...] façon [...] éreintante et frustrante [...] plus intense [...] extrêmement efficace.
Un texte achevé : je ne demande rien de plus.

Je sais déjà que j’ai passé plus de temps à corriger qu’à écrire. J’enregistre chaque nouvelle évolution du texte que je suis quotidiennement pour statistiques. Petit à petit, on se sent englué, aspiré par le texte. Épuisant Véritablement épuisant . Pour « Coup de tête », je me demande comment j’arriverais à gérer 500 000 signes.

Mais Le simple fait de constater l’évolution du texte , de voir se métamorphoser des phrases , de comprendre que ces mots milles fois repris traduisent mieux la réalité du personnage , ça vaut le coup. Ça marche.

Source : http://www.omega-blue.net/index.php/post/2007/06/09/288-cr

Journal de Coup de tête : 090607, version 2 (7 mai 2016)

Les corrections & relectures : pas une phase que j’affectionne. Mais ce n’est pas comme si j’avais le choix.

Derrière ce sigle mystérieux qui rappelle une chaîne de magasins de fringues (à vous de retrouver laquelle) se cache en fait un concept beaucoup moins enthousiasmant que le shopping et qui n’a surtout rien à voir. Cette abréviation affublée de parenthèses est en fait ma façon de marquer sur mes fichiers informatiques les « corrections & relectures » que je dois apporter à mes textes. J’en avais déjà parlé il y a quelques temps dans ce même journal de bord et ainsi que je l’avais déjà dit à l’époque, la phase « corrections & relectures » (C&R) n’est pas une phase que j’affectionne particulièrement. Mais ce n’est pas comme si j’avais le choix.

Une Lors de mon précédent billet sur le sujet , j’expérimentais une nouvelle façon de travailler, de relire, et de corriger. Au cours des derniers mois, j’ai eu l’occasion d’appliquer cette nouvelle façon de faire , et même de la pousser dans ses retranchements pour jusqu’à produire quelque chose d’enfin achevé. Jusque Le mot est important ( d’où l’italique )  : jusqu’à cette année écoulée , je n’avais jamais poussé un texte jusque dans ses ultimes retranchements, je n’en avais jamais terminé terminé aucun, c’est-à-dire c’est à dire que je ne les avais jamais suffisamment travaillé pour produirece que je me plais à appeler « la meilleure version possible » [de lui-même ]. du dit texte . Le reste : des brouillons, tentatives, inachevés.Voilà pourquoi je répète parfois que tout ce qui est présenté dans ce blog dans la rubrique « Textes » (Mécanismes compris) ne vaut que comme des brouillons, des tentatives, des essais médiocres et inachevés.
Mais depuis cette année, et ces deux nouvelles dont je viens de vous parler (« Sablier » et « Décompte » qui devraient être mis en ligne une fois la version 2.1 du blog proclamée), je procède autrement ; en un mot, je suis devenu perfectionniste.

Cette année, je procède autrement. Je suis devenu perfectionniste La phase C&R , je la traverse actuellement .

D’abord, j’imprime. J’effectue un premier passage : je barre, entoure, rature et note les modifications à apporter. Ensuite, second passage, sur traitement de texte, pour modification des erreurs précédemment soulignées (premier jet amélioré, ou « version 0 »). La suite c’est simple : on relit et on souligne [tout ce qui coince], puis on repasse pour corriger, rectifier ou réécrire aussi souvent qu’il faut. Ça marche avec une nouvelle.

Parallèlement aux récents repérages pour « Coup de tête », j’ai commencé d’écrire une longue nouvelle (ou un court roman, c’est selon), voire même plutôt une novella (entre les deux, donc), intitulée « Cette vie », qui constitue une « version alternative » d’un rêve que j’ai fait récemment et que j’aimerais terminer avant mon déménagement (mais ça ne me paraît pas vraiment possible). La phase « corrections et relectures » s’applique donc à ce projet-ci.

La technique mise en oeuvre est sensiblement la même que pour corriger le premier jet de « Coup de tête » : d’abord, j’imprime ce premier jet et j’effectue un premier passage où je barre, entoure, rature et note les modifications à apporter. Ensuite intervient un second passage, sur traitement de texte, où je modifie les erreurs précédemment soulignées. La version obtenue correspond à un premier jet amélioré, ou « version 0 » comme je l’appelle lorsque je nomme mes fichiers. La suite est simple : on relit le texte et on souligne les nouvelles imperfections, puis on repasse pour les corriger, rectifier ou réécrire aussi souvent qu’il le faut, jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucun doute, jusqu’à ce le texte devienne le plus abouti possible. Cette technique marche parfaitement lorsqu’on l’applique à une nouvelle, soit un texte court d’environ 30 000 / 50 000 signes.
Plus long Pour «  Cette vie  » ( qui devrait totaliser entre 175 000 et 200 000 signes , soit 40-45 pages environ ), c’est plus compliqué, tout simplement parce que le texte est plus long . Relire cinquante fois de suite un texte de quarante pages, c’est tout simplement trop lourd et trop espacé dans le temps (il faut au moins deux à trois jours pour relire l’intégralité attentivement). Pour Cette vie , j’ai J’ai donc opté pour une varianteque je pensais déjà appliquer depuis longtemps . Après l’élaboration de la version , j’ai relu deux fois l’intégralité du texte, apportant des modifications nécessaires je le pensais nécessaire , jusqu’à aboutir jusqu’à une «  version 1.5.  ». [Puis] A partir de , j’ai découpé le texte en six « tronçons tronçon » de cinq pages , afin de pouvoir travailler plus précisément (je précise que je travaille sur une version en police 10, et aux marges réduites, cela fait donc 33 pages et non plus quarante et quelques ). Sur ces tronçonsde cinq pages , je reprend le même principe : lire je lis et souligner souligne ce qui [coince] ne va pas ( beaucoup de choses , mine de rien ), puis je repasse derrière pour corriger et réécrire . (beaucoup de choses), repasser derrière pour réécrire. Jusque là, alors que cela fait une semaine que je me prête au jeu, je n’ai pas encore atteint la moitié de la novella. Compter Il faut compter en moyenne quatre ou cinq passages successifs pour arriver à une version acceptable de chaque tronçon (ensuite le tout jusqu’à obtenir une «  version 2.0  » qui sera elle-même soumise soumis à des corrections ultérieures). Compter Je passe en moyenne trois jours sur chaque tronçon.

Me plaindre [...] façon [...] éreintante et frustrante [...] plus intense [...] extrêmement efficace.
Un texte achevé : je ne demande rien de plus.

Je n’ai pas à me plaindre, cette façon de faire à beau être éreintante et frustrante (je n’ai pas vraiment le temps ni le loisir d’écrire autre chose pendant ce temps, ce qui rend l’opération encore plus intense), elle s’avère surtout extrêmement efficace. Avec ce type de méthode, je ne peux pas affirmer que mon texte sera bon, mais je sais d’avance qu’il sera le meilleur possible dans la mesure de mes moyens et de mes capacités du moment ; c’est ce que j’appelle un texte achevé et je ne demande rien de plus à mes productions.
Je Le côté frustrant apparaît surtout à cause de la chose suivante  : alors que mes corrections ne sont pas encore terminées , je sais déjà que j’ai passé plus de temps à corriger qu’à écrire. le premier jet ( l’étape je prends réellement du plaisir ). J’enregistre Douze jours de premier jet et dix-neuf de corrections jusque-là ( j’enregistre chaque nouvelle évolution du de mon texte que je suis quotidiennement pour , d’où la profusion de statistiques. ). Petit à petit, on se sent englué, aspiré par le textequ’on corrige , on se laisse prendre par les mots incorrects ou insuffisants , les constructions syntaxiques bancales et les incohérences narratologiques . Petit à petit, on se fait aspirer par le texte, on se laisse gagner par cette atmosphère suintante qui s’en dégage et on oublie tout le reste, ou bien on fait en sorte qu’il n’y ait rien d’autre autour. Véritablement épuisant Cette méthode est véritablement épuisante . Pour «  Coup de tête  », je Je me demande d’ailleurs comment j’arriverais à gérer les corrections d’un roman conséquent comme «  Coup de tête  » ( 500 000 signesenviron si on se fie au premier jet ) et non plus de nouvelles ou novellas , comme c’était le cas jusqu’ici .Mais peu importe ; le simple fait de constater l’évolution du texte, le simple fait de voir se métamorphoser des phrases d’abord immondes, ensuite bancales, ensuite maladroites, ensuite acceptables, et, enfin, évidentes, le simple fait de comprendre que ces mots milles fois repris traduisent mieux, désormais, la réalité intrinsèque du personnage ; tous ces « simples faits » font que ça vaut le coup. Ça marche, tout simplement.

Le simple fait de constater l’évolution du texte, de voir se métamorphoser des phrases, de comprendre que ces mots milles fois repris traduisent mieux la réalité du personnage, ça vaut le coup. Ça marche.

Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai pas trouvé de meilleur méthode de travail, ni de plus appliquée. L’avenir me dira si, oui ou non, j’ai eu « raison » de procéder de la sorte.

Source  : http://www.omega-blue.net/index.php/post/2007/06/09/288-cr

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |