250515


Dépression profonde. Ça me fait du bien. Le plaisir de détruire, cette satisfaction particulière est un bonheur, à sa manière. Le malheur est en définitive un bonheur, naturellement. Pour autant qu’il soit délectable, or il l’est. Le malheur contient aussi de la libido.

Imre Kertész, Journal de galère, Actes Sud, traduction Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba, P.243

Tenu : un jour par extrait d’I loved you more à faire. Là le dernier. Tout envoyé à H. pour lire. Pas tant que ça éloigné du texte, non. Presque fini la première étape de ce truc. Après, c’est ailleurs.

Les relectures Publie pour mise à jour d’anciens textes me donnent la possibilité de relire, au ralenti cette fois, syllabe par syllabe par syllabe dans la glu de la bouche, Les vies parallèles de Nikolaï Bakhmaltov dont j’avais gardé un beau souvenir. La première lecture, me dit le journal, a eu lieu il y a plus de trois ans et demi.

Fin de Mad Men. Pas compris ce qu’ils voulaient faire avec ça. N’avoir pas coupé à la fin de l’épisode 12, Peggy dans ses nouveaux bureaux, clope au bec, lunettes noires, une estampe japonaise zoophile et de poulpe sous le bras.

<  -  >

Partager

Révisions

6 révisions

250515, version 7 (15 juin 2015)

Publie.net, Sébastien Doubinsky, Tom Spanbauer, Fin, Traduire, Imre Kertész, Mad Men
<img1489|center <img1488|center >

<blockquote>

Dépression profonde. Ça me fait du bien. Le plaisir de détruire, cette satisfaction particulière est un bonheur, à sa manière. Le malheur est en définitive un bonheur, naturellement. Pour autant qu’il soit délectable, or il l’est. Le malheur contient aussi de la libido.

Imre Kertész, Journal de galère, Actes Sud, traduction Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba, P.journal de galère 243

</ blockquote >

Tenu : un jour par extrait d’I loved you more à faire. Là le dernier. Tout envoyé à H. pour lire. Pas tant que ça éloigné du texte, non. Presque fini avec la première étape de ce truc. Après, c’est ailleurs.

Les relectures [Publie->http://www.publie.net] Les relectures Publie pour mise à jour d’anciens textes me donnent la possibilité de relire, au ralenti cette fois, syllabe par syllabe par syllabe dans la glu de la bouche, [Les Les vies parallèles de Nikolaï Bakhmaltov->http://www Bakhmaltov dont j’avais gardé un beau souvenir .publie.net/livre/les-vies-paralleles-de-nikolai-bakhmaltov-sebastien-doubinsky/] dont j’avais gardé un beau souvenir. La première lecture, me dit le journal, a eu lieu il y a plus de trois ans et demi.

png/hokusai.png, jpg/41c4210a-8aef-c0b1-284b-7d2f063fd9bd_mm_712_peggy_rodger_3.jpg

250515, version 6 (15 juin 2015)

<img1488|center > mad men

Tenu : un jour par extrait d’I loved you more à faire boucler . Là le dernier. Tout envoyé à H. pour lire relire . Pas tant que ça éloigné du texte, non tiens . Presque fini avec la première étape de ce truc. Après, c’est ailleurs.

Les relectures Publie pour mise à jour d’anciens textes me donnent la pas possibilité de relire, au ralenti cette fois, syllabe par syllabe par syllabe dans la glu de la bouche, Les vies parallèles de Nikolaï Bakhmaltov dont j’avais gardé un beau souvenir. La première lecture, me dit le journal, a eu lieu il y a plus de trois ans et demi.

Fin de Mad Men. Pas compris ce qu’ils voulaient faire avec ça. N’avoir pas coupé à la fin de l’épisode 12, Peggy dans ses nouveaux bureaux, la clope au bec, lunettes noires, une estampe japonaise zoophile et de poulpe sous le bras.

png/hokusai.png

250515, version 5 (15 juin 2015)

Tenu M’y suis tenu : un jour par extrait d’I d’I loved you more more à boucler. le Le dernieraujourd’hui . Tout envoyé à [H H .->mot59] pour relire. Pas Je ne me suis pas tant que ça éloigné du texte, tiens . Presque J’en ai presque fini avec la première étape de ce truc. Après, c’est ailleurs.Après ça ne dépend pas de moi.

250515, version 4 (26 mai 2015)

journal de galère 243

250515, version 3 (25 mai 2015)

mad men
Fin de Mad Men. Pas compris ce qu’ils voulaient faire avec ces deux derniers épisodes. N’avoir pas coupé à la fin du 12, Peggy entrant dans ses nouveaux bureaux clope au bec, lunettes noires, une estampe japonaise sous le bras.

250515, version 2 (25 mai 2015)

Les relectures Publie pour mise à jour d’anciens textes me donnent pas possibilité de relire, au ralenti cette fois, syllabe par syllabe par syllabe dans la glu de la bouche, Les vies parallèles de Nikolaï Bakhmaltov dont j’avais gardé un beau souvenir. La première lecture, me dit le journal, a eu lieu il y a plus de trois ans et demi.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |