301015


Je me réveille la nuit, ceux qui partent portent leurs gosses sur les épaules et sur le ventre des sacs Quechua avec toiles de tente et duvets, sais-tu où ils vont, vers le nord on dit qu’en bas c’est déjà saturé, ça monte, monte. La guerre se déplace vers le nord elle aussi mais rien n’est sûr, à force que les mots ont fait des bulles les bulles ont explosé.

Marie Cosnay, Cordelia la guerre, Les éditions de l’Ogre, P. 237

Pas de rêve qui accroche, rien que de la douleur et de l’insatisfaction (sans doute que s’il y en a eu, des rêves, ça devait être merdique). J’écris la phrase la zone de non-choix qu’est le dehors mais ça n’est pas une phrase. Je reviens à mon point de départ comme si l’idée même du mouvement était une perte de temps. J’ai la lumière dans la nuque et les tempes. Quel que soit le problème je ne trouve pas les solutions. Et les bras je les baisse. J’éprouve un déficit d’intelligence.

<  -  >

Partager

Révisions

2 révisions

301015, version 3 (5 décembre 2015)

Vide, Marie Cosnay

Je me réveille la nuit, ceux qui partent portent leurs gosses sur les épaules et sur le ventre des sacs Quechua avec toiles de tente et duvets, sais-tu où ils vont, vers le nord on dit qu’en bas c’est déjà saturé, ça monte, monte. La guerre se déplace vers le nord elle aussi mais rien n’est sûr, à force gorce que les mots ont fait des bulles les bulles ont explosé.

Pas de rêve qui accroche, rien que de la douleur et de l’insatisfaction (sans doute que s’il y en a eu, des rêves , [des rêves->mot126] ça devait être merdique ). , ça devait être merdique). J’écris la phrase la zone de non-choix qu’est le dehors mais ça n’est pas une phrase. Je reviens à mon point de départ comme si l’idée même du mouvement était une perte de temps. J’ai la lumière dans la nuque et les tempes. Quel que soit le problème je le ne trouve pas les solutions. Et Je baisse les bras je les baisse . J’éprouve un déficit d’intelligence.

jpg/dsc_0197.jpg

301015, version 2 (31 octobre 2015)

<blockquote>

Je me réveille la nuit, ceux qui partent portent leurs gosses sur les épaules et sur le ventre des sacs Quechua avec toiles de tente et duvets, sais-tu où ils vont, vers le nord on dit qu’en bas c’est déjà saturé, ça monte, monte. La guerre se déplace vers le nord elle aussi mais rien n’est sûr, à gorce que les mots ont fait des bulles les bulles ont explosé.

Marie Cosnay, Cordelia la guerre, Les éditions de l’Ogre, P. 237

</blockquote>

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |