081115


Mots bad trip médicamenteux. Dormi vingt-deux heures sur les dernières trente-six. Je l’ai toujours dans les épaules et dans les bras : la fin du rush je veux dire, je l’ai toujours dans les épaules et dans les bras. Le reste, c’est confus. Pas mal de vélo. De l’eau venue enfouir une ville à chaque millénaire, dans l’eau bleue c’est le corps de quelqu’un qui s’avance et qui valse avec un autre corps, c’est probablement sexuel et (ou) ésotérique. L’eau est en 3D précalculée. La ville est bien réelle mais je connais pas son nom. Ailleurs, c’est aride, c’est le pays de Gargantua, c’est plein de pierres, de lauzes. On me sert dans une vieille poêle en fonte qui est un marqueur sociale dans l’économie narrative du machin. Je sais pas si c’est une saucisse ou un boudin blanc. C’est noir d’huile. On me dit coupe t’en un. Rue Dénoyez pour voir le général Instin articulé en livre, anthologie parue au Nouvel Attila. Je suis p. 144 et Christophe Fourvel lira un peu plus tard avec ALIV, qui fera de l’impro électro par dessus. Stimulant. Il fait 21°. On a des veines aux bras et, encore, oui, des épaules.

Monter sera toujours un mouvement musical. D’un nombre proche du zéro s’élève une onde qui appartient encore au néant, à son bourbier sonore, aux vibrations qui se perdent, une onde, depuis le fond indistinct de tout ce qui s’agite et remue dans la nuit, prépare le passage du seuil, et c’est le son qui va partir du silence, le son, ses gutturales, ses explosives, ses fricatives, ses sifflantes. Le son prend. Avant qu’aucune oreille ne soit là pour entendre, la grande gueule pleine de glu s’est ouverte et c’est le lâcher des bourdons qui vont inséminer notre histoire.

Général Instin, Climax, Othello

<  -  >

Partager

Révisions

5 révisions

081115, version 6 (15 décembre 2015)

Mots Les mots bad trip médicamenteux. Dormi vingt-deux heures sur les dernières trente-six. Je l’ai toujours dans les épaules et dans les bras : la fin du rush je veux dire, je l’ai toujours dans les épaules et dans les bras. Le reste, c’est confus. Pas mal de vélo. De l’eau venue enfouir une ville à chaque millénaire, dans l’eau bleue c’est le corps de quelqu’un qui s’avance et qui valse avec un autre corps, c’est probablement sexuel et (ou) ésotérique. L’eau est en 3D précalculée. La ville est bien réelle mais je connais pas son nom. Ailleurs, c’est aride, c’est le pays de Gargantua, c’est plein de pierres, de c’est des lauzes. On me sert dans une vieille poêle en fonte qui est un marqueur sociale dans l’économie narrative du machin on dirait . Je sais pas si c’est une saucisse ou un boudin blanc. C’est noir d’huile. On me dit coupe t’en un. Rue Dénoyez Dénoyer pour voir le général Instin articulé en livre, [anthologie anthologie parue au Nouvel Attila->http://www Attila .lenouvelattila.fr/general-instin-anthologie/]. Je suis p. 144 et Christophe Fourvel lira un peu plus tard avec ALIV, qui fera de l’impro électro par dessus. Stimulant. Il fait 21°. On a des veines aux bras et, encore, oui, des épaules.

<blockquote > climax 1

Monter sera toujours un mouvement musical. D’un nombre proche du zéro s’élève une onde qui appartient encore au néant, à son bourbier sonore, aux vibrations qui se perdent, une onde, depuis le fond indistinct de tout ce qui s’agite et remue dans la nuit, prépare le passage du seuil, et c’est le son qui va partir du silence, le son, ses gutturales, ses explosives, ses fricatives, ses sifflantes. Le son prend. Avant qu’aucune oreille ne soit là pour entendre, la grande gueule pleine de glu s’est ouverte et c’est le lâcher des bourdons qui vont inséminer notre histoire.

Général Instin, Climax, Othello

</blockquote>

jpg/dsc_0222.jpg
Migraine, Rêve, Général Instin

081115, version 5 (13 décembre 2015)

Les mots bad trip médicamenteux . médicamenteux qui reviennent . Dormi vingt-deux heures sur les dernières trente-six. Je l’ai toujours dans les épaules et dans les bras : la fin du rush je veux dire, je l’ai toujours dans les épaules et dans les bras. Le reste, [c’est confus->mot126 ]. c’est confus . Pas mal de vélo. De l’eau venue enfouir une ville à chaque millénaire, dans l’eau bleue c’est le corps de quelqu’un qui s’avance et qui valse avec un autre corps, c’est probablement sexuel et (ou) ésotérique. L’eau est en 3D précalculée. La ville est bien réelle mais je connais pas son nom. Ailleurs, c’est aride, c’est le pays de Gargantua, c’est plein de pierres, c’est des lauzes. On me sert dans une vieille poêle en fonte qui est un marqueur sociale on dirait . Je sais pas si c’est une saucisse ou un boudin blanc. C’est noir d’huile. On me dit coupe t’en un. Rue Dénoyer pour voir le général Instin articulé en livre, anthologie parue au Nouvel Attila. Je suis p. 144 et Christophe Fourvel lira un peu plus tard avec ALIV, qui fera de l’impro électro par dessus. Stimulant. Il fait 21°. On a des veines aux bras et, encore, oui , des épaules.

climax 1

081115, version 4 (12 décembre 2015)

Les mots bad trip médicamenteux qui reviennent. Dormi vingt-deux heures sur les dernières trente-six. Je l’ai toujours dans les épaules et dans les bras : la fin du rush je veux dire, je l’ai toujours dans les épaules et dans les bras. Le reste, c’est confus. Pas mal de vélo. De l’eau venue enfouir une ville à chaque millénaire, dans l’eau bleue c’est le corps de quelqu’un qui s’avance et qui valse avec un autre corps, c’est probablement sexuel et ( , ou) , ésotérique. L’eau est en 3D précalculée. La ville est bien réelle mais je connais ne sais pas son le nom. Ailleurs, c’est plus aride, c’est le pays de Gargantua, c’est plein de pierres, c’est des de lauzes. On me sert dans une vieille poêle en fonte qui est un marqueur sociale. Je ne sais pas si c’est une saucisse ou un boudin blanc. C’est noir d’huile. On me dit coupe t’en un. Rue Dénoyer pour voir le général Instin articulé en livre, anthologie parue au Nouvel Attila. Je suis p. 144.144 et Christophe Fourvel lira un peu plus tard avec ALIV, qui fera de l’impro électro par dessus. Stimulant. Il fait 21°. On a des veines aux bras et, encore, des les épaules.

climax 1

081115, version 3 (9 novembre 2015)

Les mots bad trip médicamenteux qui reviennent. Dormi vingt-deux heures sur les dernières trente-six. Je l’ai toujours dans les épaules et dans les bras : la fin du rush je veux dire, je l’ai toujours dans les épaules et dans les bras. Le reste, c’est confus. Pas mal de vélo. De l’eau venue enfouir une ville à chaque millénaire, dans l’eau bleue c’est le corps de quelqu’un qui s’avance et qui valse avec un autre corps, c’est probablement sexuel et, ou, ésotérique. L’eau est en 3D précalculée. La ville est bien réelle mais je ne sais pas le nom. Ailleurs, c’est plus aride, c’est le pays de Gargantua, c’est plein de pierres, de lauzes. On me sert dans une vieille poêle en fonte qui est un marqueur sociale. Je ne sais pas si c’est une saucisse ou un boudin blanc. C’est noir d’huile. On me dit coupe t’en un. Rue Dénoyer pour voir le général Instin articulé en livre, anthologie parue au Nouvel Attila. Je suis p. 144.et Christophe Fourvel lira un peu plus tard avec ALIV, qui fera de l’impro électro par dessus. Stimulant. Il fait 21°. On a des veines aux bras et, encore, les épaules.

climax 1

081115, version 2 (8 novembre 2015)

Les mots bad trip médicamenteux qui reviennent. Dormi vingt-deux heures sur les dernières trente-six. Je l’ai toujours dans les épaules et dans les bras : la fin du rush je veux dire, je l’ai toujours dans les épaules et dans les bras. Le reste, c’est confus. Pas mal de vélo. De l’eau venue enfouir une ville à chaque millénaire, dans l’eau bleue c’est le corps de quelqu’un qui s’avance et qui valse avec un autre corps, c’est probablement sexuel et , ou , ésotérique . L’eau est en 3D précalculée . La ville est bien réelle mais je ne sais pas le nom. Ailleurs, c’est plus aride, c’est le pays de Gargantua, c’est plein de pierres, de lauzes lauze . On me sert dans une vieille poêle en fonte qui est un marqueur sociale. Je ne sais pas si c’est une saucisse ou un boudin blanc. C’est noir d’huile. On me dit coupe t’en un. Rue Dénoyer pour voir le général Instin articulé en livre, anthologie parue au Nouvel Attila. Je suis p. 144.et Christophe Fourvel lira un peu plus tard avec ALIV, qui fera de l’impro électro par dessus. Stimulant. Il fait 21°. On a des veines aux bras et, encore, les épaules.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |