241115


Il y a cette phrase Elle répondit, le capitalisme, ça n’existe pas et lui prescrivit une série de laxatifs homéopathiques. Il y a cette chanson que N. à l’époque où je partageais un bureau avec N. me chantait, ou bien c’était juste dit comme ça, je veux dire nommé, peut-être qu’il n’était même pas question de Damon Albarn. J’en reviens pas d’écrire, enfin d’avoir écrit, attention à ne pas trop tomber dans le bonheur, je veux dire, même si c’est motivé dans le texte (ça l’est sans doute), avoir en soi l’envie de dire ça, enfin de l’écrire, ça en dit long sur, bref. Il aurait fallu dire à qui souhaitait l’entendre (c’est-à-dire rien) que j’avais comme subi une ablation de l’angoisse et de la peine, une amputation des symptômes du malheur, de la peur et, bref. De retour dans le métro, il fait trop froid et trop mouillé pour rouler en surface. L’impression de ne plus rien maîtriser de l’en-dessous quand j’avance avec des tickets. N’avoir pas de passe magnétique, c’est n’être pas d’appartenance à la ville. Jusqu’à Blanche pour discuter avec André au Moulin Rouge. Montparnasse pour la soirée de lecture de Laurent Grisel, accompagné de Cécile Wajsbrot et Dominique Dussidour, à la librairie Tschann. Y rencontre Gabriel Franck avec qui échanger quelques mots.

<  -  >

Partager

Révisions

5 révisions

241115, version 6 (28 décembre 2015)

Publie.net, Boulot, Métro, N., Paris, Laurent Grisel, Damon Albarn, Lou Sarabadzic, Philippe Aigrain, Gabriel Franck, David Buuck, Juliana Spahr, André Rougier
Il y a cette phrase Elle répondit, le capitalisme, ça n’existe pas et lui prescrivit une série de laxatifs homéopathiques. Il y a [cette chanson->https://www cette chanson , Sabali , que N .youtube.com/watch ?v=hNzaGYWk3Bg] que [N.->mot24] à l’époque où je partageais un bureau avec [N N .->mot24] me chantait, ou bien c’était juste dit comme ça, je veux dire nommé, peut-être qu’il n’était même pas question de [Damon Albarn->mot649 ]. Damon Albarn . J’en reviens pas d’écrire, enfin d’avoir écrit, attention à ne pas trop tomber dans le bonheur, je veux dire, même si c’est motivé dans le texte (ça l’est sans doute), avoir en soi l’envie de dire ça, enfin de l’écrire, ça en dit long surd’autres choses qui font que , bref. Il aurait fallu dire à qui souhaitait l’entendre (c’est-à-dire rien) que j’avais comme subi une ablation de l’angoisse et de la peine, une amputation des symptômes du malheur, de la peur et, je sais pas moi , bref enfin peu importe . De retour dans le métro, il fait trop froid et trop mouillé pour rouler en surface. L’impression de ne plus rien maîtriser de l’en-dessous quand j’avance avec des tickets. N’avoir pas de passe magnétique, c’est n’être pas d’appartenance à la ville. Jusqu’à Blanche pour discuter avec [André->https://andrelbn André au Moulin Rouge .wordpress.com] au Moulin Rouge. Montparnasse pour la soirée de lecture de Laurent Grisel , accompagné de [Laurent Grisel->http://www Cécile Wajsbrot et Dominique Dussidour , à la librairie Tschann .imagine3tigres.net], accompagné de [Cécile Wajsbrot->http://remue.net/spip.php?rubrique159] et [Dominique Dussidour->http://remue.net/spip.php?rubrique67], à la [librairie Tschann->http://www.tschann.fr]. Y rencontre [Gabriel Franck->http://gabrielsf Gabriel Frank avec qui nous échangeons de la parole .net] avec qui échanger quelques mots.
jpg/dsc_0269.jpg

241115, version 5 (26 décembre 2015)

Il y a cette phrase Elle répondit, le capitalisme, ça n’existe pas et lui prescrivit une série de laxatifs homéopathiques. Il y a cette chanson, Sabali, que N. à l’époque où je partageais un bureau avec N. me chantait, ou bien c’était juste dit comme ça, je veux dire nommé, peut-être même qu’il n’était même pas question de Damon Albarn, peut-être que je m’en souviens comme ça , enfin je l’aimais bien ce machin . J’en reviens pas d’écrire, enfin d’avoir écrit, attention à ne pas trop tomber dans le bonheur, je veux dire, même si c’est motivé dans le texte (ça l’est sans doute), avoir en soi l’envie de dire ça, enfin de l’écrire, ça en dit long sur d’autres choses qui font quema vie m’épuise parfois , bref que je me pèse moi-même . Il aurait fallu dire à qui souhaitait l’entendre (c’est-à-dire rien) que j’avais comme subi une ablation de l’angoisse et de la peine, une amputation des symptômes du malheur, de la peur et, je sais pas moi, enfin peu importe . la dépression  ? De retour dans le métro, il fait trop froid et trop mouillé pour rouler en surface. L’impression de ne plus rien maîtriser de l’en-dessous quand j’avance avec des tickets. N’avoir pas de passe pass magnétique, c’est n’être pas d’appartenance à la ville. Jusqu’à Blanche pour discuter avec André au Moulin Rouge. Montparnasse pour la soirée de lecture de Laurent Grisel, accompagné de Cécile Wajsbrot et Dominique Dussidour, à la librairie Tschann. Y rencontre Gabriel Frank avec qui nous échangeons de la parole.

241115, version 4 (13 décembre 2015)

Il y a cette phrase Elle répondit, le capitalisme, ça n’existe pas et lui prescrivit une série de laxatifs homéopathiques. Il y a cette chanson, Sabali, que N. à l’époque où je partageais un bureau avec N. me chantait, ou bien c’était juste dit comme ça, je veux dire nommé, peut-être même qu’il n’était pas question de Damon Albarn, peut-être que je m’en souviens comme ça, enfin je l’aimais bien ce machin truc . J’en Je n’en reviens pas d’écrire, enfin d’avoir écrit, attention à ne pas trop tomber dans le bonheur, je veux dire, même si c’est motivé dans le texte (ça l’est sans doute), avoir en soi l’envie de dire ça, enfin de l’écrire, ça en dit long sur d’autres choses qui font que ma vie m’épuise parfois, que je me pèse moi-même. Il aurait fallu dire à qui souhaitait l’entendre (c’est-à-dire rien) que j’avais comme subi une ablation de l’angoisse et de la peine, une amputation des symptômes du malheur, de la peur et, je ne sais pas moi, la dépression ? De retour dans le métro, il fait trop froid et trop mouillé pour rouler en surface. L’impression de ne plus rien maîtriser de l’en-dessous quand j’avance avec je chope des tickets. N’avoir pas de pass passe magnétique, c’est n’être pas d’appartenance à la ville. Jusqu’à Blanche pour discuter avec André au Moulin Rouge. Montparnasse pour la soirée de lecture de Laurent Grisel, accompagné de Cécile Wajsbrot et Dominique Dussidour, à la librairie Tschann. Y rencontre Gabriel Frank avec qui nous échangeons de la parole deux ou trois mots ou plus .

241115, version 3 (24 novembre 2015)

Il y a cette phrase Elle répondit, le capitalisme, ça n’existe pas et lui prescrivit une série de laxatifs homéopathiques. Il y a cette chanson, Sabali, que N. à l’époque où je partageais un bureau avec N. me chantait, ou bien c’était juste dit comme ça, je veux dire nommé, peut-être même qu’il n’était pas question de Damon Albarn, peut-être que je m’en souviens comme ça, enfin je l’aimais bien ce truc. Je n’en reviens pas d’écrire, enfin d’avoir écrit, attention à ne pas trop tomber dans le bonheur, je veux dire, même si c’est motivé dans le texte (ça l’est sans doute), avoir en soi l’envie de dire ça, enfin de l’écrire, ça en dit long sur d’autres choses qui font que ma vie m’épuise parfois, que je me pèse moi-même. Il aurait fallu dire à qui souhaitait l’entendre (c’est-à-dire rien) que j’avais comme subi une ablation de l’angoisse et de la peine, une amputation des symptômes du malheur, de la peur et, je ne sais pas moi, la dépression ? De retour dans le métro, il fait trop froid et trop mouillé pour rouler en surface. L’impression de ne plus rien maîtriser de l’en-dessous quand je chope des tickets. N’avoir pas de passe magnétique, c’est n’être pas d’appartenance à la ville. Jusqu’à Blanche pour discuter avec André au Moulin Rouge. Montparnasse pour la soirée de lecture de Laurent Grisel, accompagné de Cécile Wajsbrot et Dominique Dussidour, à la librairie Tschann. Y rencontre Gabriel Frank avec qui nous échangeons deux ou trois mots ou plus.

241115, version 2 (24 novembre 2015)

241115 231115
Il y a cette phrase Elle Elle répondit, le capitalisme, ça n’existe pas et lui prescrivit une série de laxatifs homéopathiques. Il y a cette chanson, Sabali, que N. à l’époque où je partageais un bureau avec N. me chantait, ou bien c’était juste dit comme ça, je veux dire nommé, peut-être même qu’il n’était pas question de Damon Albarn, peut-être que je m’en souviens comme ça, enfin je l’aimais bien ce truc. Je n’en reviens pas d’écrire, enfin d’avoir écrit, attention à ne pas trop tomber dans le bonheur, je veux dire, même si c’est motivé dans le texte (ça l’est sans doute), avoir en soi l’envie de dire ça, enfin de l’écrire, ça en dit long sur d’autres choses qui font que ma vie m’épuise parfois, que je me pèse moi-même.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |