280216


C’est plus ou moins la fin du monde, on sait pas trop pourquoi. Il y a ceux qui l’acceptent, qui tentent de compiler leurs souvenirs sur des ordinateurs, et ceux qui ne l’acceptent pas et qui errent dans des corridors souterrains à la recherche de satellites à investir pour programmer une vie spatiale. Je fais partie des uns, je fais partie des autres [1]. Avec les premiers à travailler sur des ordinateurs aux modules flash inopérants (ils tournent sous Windows 95), avec les autres sous le sol à étrangler des créatures rocheuses aux peaux d’ignames visqueuses, des chaines rouillées qui leur découpent la gorge. Couru sous le soleil 2° avec H. 4km83. 32min27. Shuffle. Au retour cette image, subjectivity motherfucker, qui provient d’Amsterdam et de cette belle vidéo de Canan Marasligil (quel souvenir de lecture cet Ali et Ramazan). Il faut deux heures de temps pour lire tout le Mueller dessous : les notes [2] de bas de page. Pensais en virer trente, je n’en cocherai que quatre : 8, 125, 127 et 139. Si j’ai écrit hier Demain relire toutes les notes indépendamment du reste, supprimer celles qui n’ont pas de présence et renuméroter, c’est que c’est performatif.

2 avril 2016
par Guillaume Vissac
Journal
#Canan Marasligil #Christine Jeanney #Courir #Florence Trocmé #H. #Mueller #Perihan Mağden #Rêve

[1Mais dans la réalité, j’ai penche plus vers l’ubac que vers l’adret.

[2Lu au flotoir de Florence Trocmé dont la lecture d’Oblique infuse son journal (est-ce un mode d’écriture plus ou moins pointu qu’une chronique ? je ne sais pas) :

chaque corps humain émet-il une fréquence donnée, une note. Suis-je un fa# ou un sol bémol ?
<  -  >

Partager

Révisions

7 révisions

280216, version 8 (2 avril 2016)

C’est plus ou moins la fin du monde, on sait pas trop pourquoi. Il y a ceux qui l’acceptent, et qui tentent de compiler leurs souvenirs sur des ordinateurs, et ceux qui ne l’acceptent pas et qui errent dans des corridors souterrains à la recherche de satellites à investir pour programmer une vie spatiale. Je fais partie des uns, je fais partie des autres[Mais dans la réalité, j’ai [penche plus penche plus vers l’ubac que vers l’adret ( penser à taguer Petrovic pour ça ).]]. vers l’ubac que vers l’adret.]]. Avec les premiers à travailler sur des ordinateurs aux modules flash inopérants (ils tournent sous Windows 95), avec les autres sous le sol à étrangler des créatures rocheuses aux peaux d’ignames visqueuses, des chaines rouillées qui leur découpent la gorge. Couru sous le soleil 2° avec [H H .->mot59] 4km83. 32min27. Shuffle. Au retour cette image, subjectivity motherfucker, qui provient d’Amsterdam et de cette belle vidéo de [Canan Marasligil->http://www.cananmarasligil.net] (quel de Canan Marasligil ( quel souvenir de lecture cet [Ali Ali et Ramazan->http://www . Ramazan ). publie.net/livre/ali-et-ramazan/]). Il faut deux heures de temps pour lire tout le Mueller dessous : les notes [1]de bas de page. Pensais en virer trente, je n’en cocherai que quatre : 8, 125, 127 et 139. Si j’ai écrit hier Si j’ai écrit hier Demain relire toutes les notes indépendamment du reste, supprimer celles qui n’ont pas de présence et renuméroter, c’est probablement que c’est performatif.

[1Lu au flotoir de Florence Trocmé dont la lecture d’[Oblique->http://www.publie.net/livre/oblique-christine-jeanney/] dont la lecture d’Oblique infuse son journal (est-ce un mode d’écriture plus ou moins pointu qu’une chronique ? je ne sais pas) :

chaque corps humain émet-il une fréquence donnée, une note. Suis-je un fa# ou un sol bémol ?
H., Christine Jeanney, Rêve, Mueller, Courir, Perihan Mağden, Canan Marasligil, Florence Trocmé

280216, version 7 (1er avril 2016)

C’est plus ou moins la fin du mondeC’est plus ou moins la fin du monde , on sait pas trop pourquoi. Il y a ceux qui l’acceptent, et qui tentent de compiler leurs souvenirs sur des ordinateurs et ceux qui ne l’acceptent pas et qui errent dans des corridors souterrains à la recherche de satellites à investir pour programmer une vie spatiale. Je fais tantôt partie des uns, je fais tantôt partie des autres [2]. Avec les premiers à travailler sur des ordinateurs aux modules flash inopérants (ils tournent sous Windows 95), avec les autres sous le sol à étrangler des créatures rocheuses aux peaux d’ignames visqueuses, des chaines rouillées qui leur découpent la gorge. Couru sous le soleil 2° avec H. 4km83. 32min27. Shuffle. Au retour cette image, subjectivity motherfucker, qui provient d’Amsterdam et de cette belle vidéo de Canan Marasligil (quel souvenir de lecture cet Ali et Ramazan). Il faut deux heures de temps pour lire tout le Mueller Il faut deux heures de temps pour lire tout le Mueller dessous : les notes [3]de bas de page. Pensais en virer trente, je n’en cocherai que quatre : 8, 125, 127 et 139. Si j’ai écrit hier Demain relire toutes les notes indépendamment du reste, supprimer celles qui n’ont pas de présence et renuméroter, c’est probablement que c’est performatif.

[2Mais dans la réalité, j’ai penche plus vers l’ubac que vers l’adret (penser à taguer Petrovic pour ça).

[3Lu au flotoir de Florence Trocmé dont la lecture d’Oblique infuse son journal (est-ce un mode d’écriture plus ou moins pointu qu’une chronique ? je ne sais pas) :

chaque corps humain émet-il une fréquence donnée, une note. Suis-je un fa# ou un sol bémol ?

280216, version 6 (30 mars 2016)

C’est plus ou moins la fin du monde, on sait pas trop pourquoi. Il y a ceux qui l’acceptent, et qui tentent de compiler leurs souvenirs sur des ordinateurs et ceux qui ne l’acceptent pas et qui errent dans des corridors souterrains à la recherche de satellites à investir pour programmer une vie spatiale. Je fais tantôt partie des uns, tantôt partie des autres [4]. Avec les premiers à travailler sur des ordinateurs aux modules flash inopérants (ils tournent sous Windows 95), avec les autres sous le sol à étrangler des créatures rocheuses aux peaux d’ignames visqueuses , avec des chaines rouillées qui leur découpent la gorge. Couru sous le soleil 2° avec H. 4km83. 32min27. Shuffle. Au retour cette image, subjectivity motherfucker, qui provient d’Amsterdam et de cette belle vidéo de Canan Marasligil (quel souvenir de lecture cet Ali et Ramazan). Il faut deux heures de temps pour lire tout le Mueller du dessous : les notes [5]de bas de page. Pensais en virer trente, je n’en cocherai coche que quatre : 8, 125, 127 et 139. Si j’ai écrit hier Demain relire toutes les notes indépendamment du reste, supprimer celles qui n’ont pas de présence et renuméroter, c’est probablement que c’est performatif.

[4Mais dans la réalité, j’ai penche plus vers l’ubac que vers l’adret (penser à taguer Petrovic pour ça).

[5Lu au flotoir de Florence Trocmé dont la lecture d’Oblique infuse son journal (est-ce un mode d’écriture plus ou moins pointu qu’une chronique ? je ne sais pas) :

chaque corps humain émet-il une fréquence donnée, une note. Suis-je un fa# ou un sol bémol ?

280216, version 5 (2 mars 2016)

C’est plus ou moins la fin du monde, on sait pas trop pourquoi. Il y a ceux qui l’acceptent, et qui tentent de compiler leurs souvenirs sur des ordinateurs et ceux qui ne l’acceptent pas et qui errent dans des corridors souterrains à la recherche de satellites à investir pour programmer une vie spatiale. Je fais tantôt partie des uns, tantôt partie des autres [6]. autres . Avec les premiers à travailler sur des ordinateurs aux modules flash inopérants (ils tournent sous Windows 95), avec les autres sous le sol à étrangler des créatures rocheuses aux peaux d’ignames avec des chaines rouillées qui leur découpent la gorge. Couru sous le soleil 2° avec H. 4km83. 32min27. Shuffle. Au retour cette image, subjectivity motherfucker, qui provient d’Amsterdam et de cette belle vidéo de Canan Marasligil (quel souvenir de lecture cet Ali et Ramazan). Il faut deux heures de temps pour lire tout le Mueller du dessous : les notes [7]de bas de page. Pensais en virer trente, je n’en coche que quatre : 8, 125, 127 et 139. Si j’ai écrit hier Demain relire toutes les notes indépendamment du reste, supprimer celles qui n’ont pas de présence et renuméroter, c’est probablement que c’est performatif.

[6Mais dans la réalité , j’ai penche plus vers l’ubac que vers l’adret ( penser à taguer Petrovic pour ça ).

[7Lu au flotoir de Florence Trocmé dont la lecture d’Oblique infuse son journal (est-ce un mode d’écriture plus ou moins pointu qu’une chronique ? je ne sais pas) :

chaque corps humain émet-il une fréquence donnée, une note. Suis-je un fa# ou un sol bémol ?

280216, version 4 (29 février 2016)

C’est plus ou moins la fin du monde, on sait pas trop pourquoi. Il y a ceux qui l’acceptent, et qui tentent de compiler leurs souvenirs sur des ordinateurs et ceux qui ne l’acceptent pas et qui errent dans des corridors souterrains à la recherche de satellites à investir pour programmer une vie spatiale. Je fais tantôt partie des uns, tantôt partie des autres. Avec les premiers à travailler sur des ordinateurs aux modules flash inopérants (ils tournent sous Windows 95), avec les autres sous le sol à étrangler des créatures rocheuses aux peaux d’ignames avec des chaines rouillées qui leur découpent la gorge. Couru sous le soleil 2° avec H. 4km83. 32min27. Shuffle. Au retour cette image, subjectivity motherfucker, qui provient d’Amsterdam et de cette belle vidéo de Canan Marasligil (quel souvenir de lecture cet Ali et Ramazan). Il faut deux heures de temps pour lire tout le Mueller du dessous : les notes[page .typepad.com/flotoir/2016/02/fragmentation.html" class='spip_out' rel='external'>Lu [au flotoir notes de bas de Florence Trocmé dont la lecture d’Oblique infuse son journal (est-ce un mode d’écriture plus ou moins pointu qu’une chronique ? je ne sais pas) :

<blockquote> chaque corps humain émet-il une fréquence donnée, une note. Suis-je un fa# ou un sol bémol ? </blockquote>

]]

de bas de page. Pensais en virer trente, je n’en coche que quatre : 8, 125, 127 et 139. Si j’ai écrit hier Demain relire toutes les notes indépendamment du reste, supprimer celles qui n’ont pas de présence et renuméroter, c’est probablement que c’est performatif.

280216, version 3 (28 février 2016)

C’est plus ou moins la fin du monde, on sait pas trop pourquoi. Il y a ceux qui l’acceptent, et qui tentent de compiler leurs souvenirs sur des ordinateurs et ceux qui ne l’acceptent pas et qui errent dans des corridors souterrains à la recherche de satellites à investir pour programmer une vie spatiale. Je fais tantôt partie des uns, tantôt partie des autres. Avec les premiers à travailler sur des ordinateurs aux modules flash inopérants (ils tournent sous Windows 95), avec les autres sous le sol à étrangler des créatures rocheuses aux peaux d’ignames avec des chaines rouillées qui leur découpent la gorge. Couru sous le soleil 2° avec H. 4km83. 32min27. Shuffle. Au retour cette image, subjectivity motherfucker, qui provient d’Amsterdam et de cette belle vidéo de Canan Marasligil (quel souvenir de lecture cet Ali et Ramazan). Il faut deux heures de temps pour lire tout le Mueller du dessous : les notes de bas de page. Pensais en virer trente, je n’en coche que quatre : 8, 125, 127 et 139. Si j’ai écrit hier Demain relire toutes les notes indépendamment du reste, supprimer celles qui n’ont pas de présence et renuméroter, c’est probablement que c’est performatif.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |