070316


Rare qu’on lise comme ça le manuscrit d’un inconnu aussi enthousiasmant, de façon unanime, quelque chose d’inattendu et de personnel, de noir et de drôle, en langue, et derrière appeler la personne pour parler. Le téléphone il sonne. Michel m’a offert deux livres lors de notre rencontre fin janvier, l’un s’appelle roman (de Georges Cheimonas). Je le lis et d’une traite, c’est court. Ça pèse vingt pages. C’est d’une densité dingue [1]. Tout est concentré là-dedans et bien que je lise tout, je tombe à la moitié sonné. Faudra relire. Tout le contraire d’Achab (Séquelles), complètement dupliqué, assemblé, superposé, jusqu’au mal de cœur par moments, malgré de ces fulgurances folles [2]. Il y a le Roman de Joachim Séné, aussi, je pense à ça. Il y a dans Mueller 142 points de suspension et 438 deux points. Je compte les sapinous. Il est gris dehors tôt. Tout est dans le désordre. J’écris au crayon le nom de quelqu’un qu’on m’épelle et son numéro de téléphone.

7 avril 2016
par Guillaume Vissac
Journal
#Georges Cheimonas #Joachim Séné #Michel Volkovitch #Mueller #Pierre Senges #Publie.net

[1L’auteur en quatrième :

Le titre (...) indique non le sujet du livre, mais le genre auquel il appartient. Ce livre illustre ma conception du roman contemporain.

L’éditeur :

Celle d’un récit réduit un à l’essentiel, un concentré de roman : cette vingtaine de pages d’une densité vertigineuse, qui se déroule dans une étrange alliance de lenteur et de vitesse.

[2La baleine est un cachalot qui contiendrait la sphère des étoiles fixes.

<  -  >

Partager

Révisions

5 révisions

070316, version 6 (7 avril 2016)

Rare La première fois qu’on lise lit comme ça le manuscrit d’un inconnu aussi enthousiasmant, de façon unanime, quelque chose d’inattendu et de personnel, de noir et de drôle, en langue, et derrière appeler la personne pour en parleravec elle . Le téléphone il sonne. Michel m’a offert deux livres lors de notre rencontre fin janvierMIchel l’a offert deux livres lors de notre rencontre fin janvier , l’un s’appelle roman (de Georges Cheimonas). Je le lis et d’une traite, c’est il est court. Ça Il pèse vingt pages. C’est d’une densité dingue [1]. Tout est concentré là-dedans et bien que je lise tout, je tombe à la moitié sonné. Faudra relire. Tout le contraire d’Achab (Séquelles), complètement dupliqué, assemblé, superposé, jusqu’au mal de cœur par moments, malgré de ces fulgurances folles [2]. Il y a le [Roman->http://librairie.publie.net/fr/ebook/9782814502246/roman] de [Joachim Séné->http://jsene.net]Il y a le Roman de Joachim Séné , aussi, je pense à ça. Il y a dans Mueller Il y a dans Mueller 142 points de suspension et 438 deux points. Je compte les sapinous. Il est tôt , gris dehors tôt . Tout est dans le désordre. J’écris au crayon le nom de quelqu’un qu’on m’épelle et son numéro de téléphone.

[1L’auteur en quatrièmede couverture :

Le titre (...) indique non le sujet du livre, mais le genre auquel il appartient. Ce livre illustre ma conception du roman contemporain.

L’éditeur Et l’éditeur précise :

Celle d’un récit réduit un à l’essentiel, un concentré de roman : cette vingtaine de pages d’une densité vertigineuse, qui se déroule dans une étrange alliance de lenteur et de vitesse.

[2

dingues [[ La baleine est un cachalot qui contiendrait la sphère des étoiles fixes.
Publie.net, Joachim Séné, Pierre Senges, Mueller, Michel Volkovitch, Georges Cheimonas
jpg/dsc_0634.jpg

070316, version 5 (8 mars 2016)

La première fois qu’on lit comme ça le manuscrit d’un inconnu aussi enthousiasmant, de façon unanime, quelque chose d’inattendu et de personnel, de noir et de drôle, en langue, et derrière appeler la personne pour en parler avec elle. Le téléphone sonne. MIchel l’a offert deux livres lors de notre rencontre fin janvier, l’un s’appelle roman (de Georges Cheimonas). Je le lis d’une traite, il est court. Il pèse vingt pages. C’est d’une densité dingue [3]. Tout est concentré là-dedans et bien que je lise tout, je tombe à la moitié sonné. Faudra relire. Tout le contraire d’Achab (Séquelles), complètement dupliqué, assemblé, superposé, jusqu’au mal de cœur par moments, malgré de ces fulgurances dingues [4]. Il y a le Roman de Joachim Séné, aussi, je pense à ça. Il y a dans Mueller 142 points de suspension et 438 deux points. Je compte les sapinous. Il est tôt, gris dehors. Tout est dans le désordre. J’écris au crayon le nom de quelqu’un qu’on m’épelle et son numéro de téléphone.

[3L’auteur en quatrième de couverture :

Le titre (...) indique non le sujet du livre, mais le genre auquel il appartient. Ce livre illustre ma conception du roman contemporain.

Et l’éditeur précise :

Celle d’un récit réduit un à l’essentiel, un concentré de roman : cette vingtaine de pages d’une densité vertigineuse, qui se déroule dans une étrange alliance de lenteur et de vitesse.

[4La baleine est un cachalot qui contiendrait la sphère des étoiles fixes.

070316, version 4 (8 mars 2016)

La première fois qu’on lit comme ça le manuscrit d’un inconnu aussi enthousiasmant, de façon unanime, quelque chose d’inattendu et de personnel, de noir et de drôle, en langue, et derrière appeler la personne pour en parler avec elle. Le téléphone sonne. MIchel l’a offert deux livres lors de notre rencontre fin janvier, l’un s’appelle roman (de Georges Cheimonas). Je le lis d’une traite, il est court. Il pèse vingt pages. C’est d’une densité dingue [5]. Tout est concentré là-dedans et bien que je lise tout, je tombe à la moitié sonné. Faudra relire. Il y a le Roman de Joachim Séné, aussi, je pense à ça. Il y a dans Mueller 142 points de suspension et 438 deux points. Je compte les sapinous. Il est tôt, gris dehors. Tout est dans le désordre. J’écris au crayon le nom de quelqu’un qu’on m’épelle et son numéro de téléphone.

[5L’auteur en quatrième de couverture :

Le titre (...) indique non le sujet du livre, mais le genre auquel il appartient. Ce livre illustre ma conception du roman contemporain.

Et l’éditeur précise :

Celle d’un récit réduit un à l’essentiel, un concentré de roman : cette vingtaine de pages d’une densité vertigineuse, qui se déroule dans une étrange alliance de lenteur et de vitesse.

070316, version 3 (7 mars 2016)

La première fois qu’on lit comme ça le manuscrit d’un inconnu aussi enthousiasmant, de façon unanime, quelque chose d’inattendu et de personnel, de noir et de drôle, en langue, et derrière appeler la personne pour en parler avec elle. Le téléphone sonne. Il y a dans Mueller 142 points de suspension et 438 deux points. Je compte les sapinous. Il est tôt, gris dehors. Tout est dans le désordre. J’écris au crayon le nom de quelqu’un qu’on m’épelle et son numéro de téléphone.

070316, version 2 (7 mars 2016)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |