140316


Tout un tas de microtâches dans la nuque. Quelqu’un parlait de ça quelque part, de ce que l’évolution du travail moderne avait donné lieu à une multiplication de ces microtâches, qu’on se retrouvait à traiter des microtâches, donc, à cocher des tasklists sans arrêt, et globalement ce serait lié aux mails. Je devrais désactiver les mails le dimanche, je veux dire : tout simplement pas ouvrir Thunderbird. Une journée ça me prend désactiver ces microtâches et puis merder, non, se rendre compte que j’ai merdé, ce qui suffit à te gâcher la satisfaction d’avoir vidé la quasi totalité des microtâches du jour. Quoi d’autre ? C’était dur dès l’éveil de se figurer ces microtâches : comme si elles pesaient véritablement sur de l’os. Et par courrier HSBC t’informe que ton épargne bloquée (celle de STAT) non seulement est bloquée mais en plus a perdu. 6,45€. J’aurais probablement pu bouleverser ma vie avec ces 6,45€. Philippe parle de mondeling [1] dans son atelier de bricolage littéraire et ça me touche pas mal ce qu’il dit : je me suis mis à lire les textes suivants avec la gourmandise qu’on a lorsque on a enfin atteint dans une langue étrangère le niveau de compréhension qui nous permet de nous laisser emporter par le fil du récit. Sans doute car c’était ça l’enjeu, écrire des langues viciées, des langues d’ailleurs, des trucs en transition d’un lieu à l’autre, jamais posés.

17 avril 2016
par Guillaume Vissac
Journal
#Junku Nishimura #mondeling #Philippe Aigrain #Publie.net

[1La photo ci-dessus est elle-même issue de mondeling et donc l’œuvre de Junku Nishimura.

<  -  >

Partager

Révisions

4 révisions

140316, version 5 (17 avril 2016)

Publie.net, Junku Nishimura, mondeling, Philippe Aigrain
Tout un tas de microtâches dans la nuque. Quelqu’un parlait de ça quelque part, de ce que l’évolution du travail moderne avait donné lieu à une multiplication de ces microtâches, qu’on se retrouvait à traiter des microtâches, donc, à cocher des tasklists sans arrêt, et globalement ce serait lié aux mails emails . Je devrais désactiver les mails emails le dimanche, je veux dire : tout simplement pas ouvrir Thunderbird. Une journée ça me prend désactiver ces microtâches et puis merder, non, se rendre compte que j’ai merdé, ce qui suffit à te gâcher la satisfaction ( véritable , qui plus est ) d’avoir vidé la quasi totalité des microtâches du jour. Quoi d’autre ? C’était dur dès l’éveil de se figurer ces microtâches : comme si elles pesaient véritablement sur de l’os. Et par courrier HSBC t’informe que ton épargne bloquée (celle de STAT) non seulement est bloquée mais en plus a perdu. 6,45€. J’aurais probablement pu bouleverser ma vie avec ces 6,45€. Philippe parle de [mondeling->http://www.publie.net/livre/mondeling-guillaume-vissac-et-junku-nishimura][junkunishimura.com" class='spip_out' rel='external'>La photo ci-dessus est elle-même issue de mondeling et donc l’œuvre de [Junku Nishimura.]] Philippe parle de mondeling dans son atelier de bricolage littéraire et ça me touche pas mal ce qu’il dit : je me suis mis à lire les textes suivants avec la gourmandise qu’on a lorsque on a enfin atteint dans une langue étrangère le niveau de compréhension qui nous permet de nous laisser emporter par le fil du récit. Sans doute car c’était ça l’enjeu, écrire des langues viciées, des langues d’ailleurs, des trucs en transition d’un lieu à l’autre, jamais posés.
jpg/harlem.jpg

140316, version 4 (17 avril 2016)

Tout un tas de microtâches dans la nuque. Quelqu’un parlait de ça quelque part, de ce que l’évolution du travail moderne avait donné lieu à une multiplication de ces microtâches, qu’on se retrouvait retrouve à traiter des microtâches, donc, à cocher des tasklists sans arrêt, et globalement ce serait lié aux emails. Je devrais désactiver les emails mails le dimanche, je veux dire : tout simplement pas ouvrir Thunderbird. Une journée ça me prend désactiver ces microtâches et puis merder, non, se rendre compte que j’ai merdé, ce qui suffit à te gâcher la satisfaction (véritable, qui plus est) d’avoir vidé la quasi totalité des microtâches du jour. Quoi d’autre ? C’était dur dès l’éveil de se figurer ces microtâches : comme si elles me pesaient véritablement sur de l’os . Et par courrier HSBC t’informe que ton épargne bloquée (celle de STAT) non seulement est bloquée mais en plus a perdu. 6,45€. J’aurais probablement pu bouleverser ma vie avec ces 6,45€. Philippe parle de mondeling dans son atelier de bricolage littéraire et ça me touche pas mal ce qu’il dit là : je me suis mis à lire les textes suivants avec la gourmandise qu’on a lorsque on a enfin atteint dans une langue étrangère le niveau de compréhension qui nous permet de nous laisser emporter par le fil du récit. Sans doute car c’était ça l’enjeudu truc , écrire des langues viciées, des langues d’ailleurs, des trucs en transition d’un lieu à l’autre, jamais posés .

140316, version 3 (15 mars 2016)

Tout un tas de microtâches dans la nuque. Quelqu’un parlait de ça quelque part, de ce que l’évolution du travail moderne avait donné lieu à une multiplication de ces microtâches, qu’on se retrouve à traiter des microtâches, donc, à cocher des tasklists sans arrêt, et globalement ce serait lié aux emails. Je devrais désactiver les mails le dimanche, je veux dire : tout simplement pas ouvrir Thunderbird. Une journée ça me prend désactiver ces microtâches et puis merder, non, se rendre compte que j’ai merdé, ce qui suffit à te gâcher la satisfaction (véritable, qui plus est) d’avoir vidé la quasi totalité des microtâches du jour. Quoi d’autre ? C’était dur dès l’éveil de se figurer ces microtâches : comme si elles me pesaient. Et par courrier HSBC t’informe que ton épargne bloquée (celle de STAT) non seulement est bloquée mais en plus a perdu. 6,45€. J’aurais probablement pu bouleverser ma vie avec ces 6,45€. Philippe parle de mondeling [dans son atelier de bricolage littéraire->http://www.atelierdebricolage.net/?p=9353#more-9353] et ça me touche pas mal ce qu’il dit là : je me suis mis à lire les textes suivants avec la gourmandise qu’on a lorsque on a enfin atteint dans une langue étrangère le niveau de compréhension qui nous permet de nous laisser emporter par le fil du récit. Sans doute car c’était ça l’enjeu du truc, écrire des langues viciées, des langues d’ailleurs, des trucs en transition d’un lieu à l’autre.

140316, version 2 (14 mars 2016)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |