230616


Orage blanc. De ça, du blanc toute la nuit. Quelle idée c’est de mettre dans le lit d’un hôtel un blanc brillant partout ? Ça se reflète aux foudres et ça passe (la lumière) dans le pli de tes yeux. Il fait lourd et moi je peine à me sortir de l’eau. Passé chez Vent d’ouest qui est l’une des librairies indépendantes qui a soutenu publie dès le début du papier (2012). Pris sur moi de quitter plus tôt Nantes pour passer par Angers. Attraperai mon train de retour vers Paris de là-bas. Seb et AnCé t. sont là. Un peu de temps avec eux. J’avais besoin de ça. J’en écrirai rien d’autre. Fait toujours chaud et lourd. Parfois pleut. J’ai pas envie de rentrer pour être seul ici. H. n’est pas là. J’ai pas envie d’y être. Pas l’impression d’avoir quitté Paris : j’ai pas quitté la ville. J’ai emprunté un couloir qui prolonge la ville au-delà d’elle-même pour mieux la reformer ailleurs alors, au moment d’arriver Montparnasse, c’est toujours le même sol qui macère. Back home personne, rien, et la porte de la chambre est ouverte et de la vie en moins par terre, je. J’attends qu’H. rentre devant des images vides de sens et qu’il me conduise là, marcher avec lui dans la nuit chaude, à l’heure des chiens dit-il.

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

230616, version 4 (4 août 2016)

Orage blanc. De Orage blanc , de ça, du blanc toute la nuit. Quelle idée c’est de mettre dans le lit d’un hôtel un blanc brillant partout ? Ça se reflète aux foudres à l’éclair et ça passe (la lumière) dans le pli de tes yeux. Il fait lourd et moi je peine à me sortir de l’eau. Passé chez [Vent d’ouest->http://www.librairie-nantes.fr] H . Dialogue avec Vent d’ouest qui est l’une des librairies indépendantes qui a soutenu [publie->http://www publie dès le début du papier en 2012 .publie.net] dès le début du papier (2012). Pris J’ai pris sur moi de quitter plus tôt Nantes pour passer par Angers. Attraperai J’attraperai mon train de retour vers à Paris de là-bas. D’Angers je me souviens du château. Nous avons dû aller là-bas en 2009, avec H., c’est quelque part dans le journal sans doute. [Seb Seb et AnCé t T .->http://diafragm.net] sont là. Un peu de temps avec eux. J’avais besoin de ça , non j’avais soif de [ça->http://diafragm ça .net/spip/spip.php ?article3172]. J’en écrirai trop rien d’autre. Fait Il fait toujours chaud et lourd. Parfois pleut. J’ai pas envie de rentrer pour être seul seul . ici. [H.->mot59] n’est pas là. J’ai pas envie d’y être d’être . Pas Je n’ai pas l’impression d’avoir quitté Paris : j’ai car je n’ai pas quitté la ville. J’ai emprunté un couloir qui prolonge la ville au-delà d’elle-même pour mieux la reformer recomposer ailleurs alors, au moment d’arriver à Montparnasse, c’est toujours le même sol qui macère mine de rien . Back home homme il n’y a personne, rien, et la porte de la chambre est ouverte et de la vie en moins par terre, je . J’attends qu’[H qu’H .->mot59] rentre devant des images vides de sens et qu’il me conduise là, marcher avec lui dans la nuit chaude, à l’heure des chiens dit-il.
Publie.net, H., Ville, Fantôme, Sébastien Ménard, AnCé t.
jpg/dsc_0550_1.jpg

230616, version 3 (24 juin 2016)

Orage blanc, de ça, du blanc toute la nuit. Quelle idée c’est de mettre dans le lit d’un hôtel un blanc brillant ? Ça se reflète à l’éclair et ça passe (la lumière) dans le pli de tes yeux. Il fait lourd et moi je peine à me sortir de l’eau. Dialogue avec Vent d’ouest qui est l’une des librairies indépendantes qui a soutenu publie dès le début du papier en 2012. J’ai pris sur moi de quitter plus tôt Nantes pour passer par Angers. J’attraperai mon train de retour à Paris de là-bas. D’Angers je me souviens du château. Nous avons dû aller là-bas en 2009, avec H., c’est quelque part dans le journal sans doute. Seb et AnCé T. sont là. Un peu de temps avec eux. J’avais besoin de ça, non j’avais soif de ça. J’en écrirai trop rien d’autre. Il fait toujours chaud et lourd. Parfois pleut. J’ai pas envie de rentrer pour être là seul. H. n’est pas là. J’ai pas envie d’être là. Je n’ai pas l’impression d’avoir quitté Paris car je n’ai pas quitté la ville. J’ai emprunté un couloir qui prolonge la ville au-delà d’elle-même pour mieux la recomposer ailleurs alors, au moment d’arriver à Montparnasse, c’est toujours le même sol mine de rien. Back homme il n’y a personne, rien, et la porte de la chambre est ouverte et de la vie en moins par terre. J’attends qu’H. rentre devant des images vides de sens et qu’il me conduise là, marcher avec lui dans la nuit chaude, à l’heure des chiens dit-il.

230616, version 2 (23 juin 2016)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |