230816


La nuit hachée, hachée, hachée. Des histoires d’araignée ou bien non : d’un fils de l’araignée. Dracula sans doute. Jamais lu Dracula, tiens. Dracula, c’est le film et London Orbital. Et, donc, une partie de Football Manager mais non plus via le moteur 3D, ou la vue du dessus qu’à l’époque on appelait les petites boules, mais une vue en 2D de côté, plutôt classe, que dans le rêve je qualifie plusieurs fois d’à la Fifa 95. Chaleur tombée d’un coup. À la Poste : c’est quoi, ça ? C’est le bordereau d’expédition. H. me demande ce que je lis, je suis entre. L’un est l’un de ceux pour qui chaque personnage s’exprime comme entité issue de l’auteur, on a donc droit à des dialogues entre lui et lui tout du long. L’autre est une peinture, littéralement une peinture. À la fois classique et moderne. Découpée par le rail. Le troisième épisode de la série Grande traversée Bowie est le plus terne. C’est la période 82-97. Plus délaissée ou ignorée car moins féconde en grands moments. Ça que j’aimerais mieux comprendre ou connaître, pourtant, ayant du mal à écouter de bout en bout des trucs comme Tonight, Never Let me Down, Tin Machine 1 & 2. Là qu’ils me restent des terres inexplorées à découvrir. Et puis, mettre Black Tie White Noise et The Buddah of Subburbia dans le même sac c’est pas cool.

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

230816, version 4 (23 septembre 2016)

Publie.net, David Bowie, Rêve, PES ou FIFA
La nuit hachée, hachée, hachée, par l’irrespiration . Des histoires d’araignée ou bien non : d’un le fils de l’araignée. Dracula sans doute. Jamais lu Dracula, tiens . . Dracula, c’est le film de Coppola et [London Orbital->article1049 ]. London Orbital . Et, donc, une partie de Football Manager mais non plus via le moteur 3D, ou la vue du dessus qu’à l’époque on appelait les petites boules, mais une vue en 2D de côté, plutôt classe, que dans [le rêve->mot126] le rêve je qualifie plusieurs fois d’à la Fifa 95 . je qualifie plusieurs fois d’à la Fifa 95. Chaleur tombée d’un coup. À la Poste  : poste on me dit , c’est quoi, ça ? C’est le bordereau d’expédition. Incrédulité. H. me demande ce que c’est que je lis, je suis entre . Je suis entre deux feux. L’un est l’un de ceux pour qui chaque personnage s’exprime comme entité issue de l’auteur, on a donc droit à des dialogues entre lui et lui tout du long. L’autre est une peinture, littéralement une peinture. À la fois classique et moderne. Découpée par le rail. Le troisième épisode de la série Grande traversée Bowie est le plus terne. C’est la période 82-97. Plus C’est la période 82-97 , souvent la plus délaissée ou ignorée car moins féconde en grands moments. Ça que j’aimerais mieux comprendre ou et connaître, pourtant, ayant du mal à écouter de bout en bout des trucs comme Tonight, Never Let me Down, Tin Machine 1 & 2. Là qu’ils me restent des terres inexplorées à découvrir. Et puis, mettre Black Tie White Noise et The Buddah of Subburbia dans le même sac c’est pas cool moche .
jpg/dsc_0081-2.jpg

230816, version 3 (3 septembre 2016)

La nuit hachée, hachée, hachée, par l’irrespiration. Des histoires d’araignée ou bien non : le fils de l’araignée. Dracula sans doute. Jamais Je n’ai jamais lu Dracula. Dracula, c’est le film de Coppola et London Orbital. Et, donc, une partie de Football Manager mais non plus via le moteur 3D, ou la vue du dessus qu’à l’époque on appelait les petites boules, mais une vue en 2D de côté, plutôt classe, que dans le rêve je qualifie plusieurs fois d’à la Fifa 95. Chaleur tombée est retombée d’un coup. À la poste on me dit, c’est quoi, ça ? C’est le bordereau d’expédition. Incrédulité. [H H .->mot59] me demande ce que c’est que je lis. Je suis entre deux feux. L’un est l’un de ceux pour qui chaque personnage s’exprime comme entité issue de l’auteur, on a donc droit à des dialogues entre lui et lui tout du long. L’autre est une peinture, littéralement une peinture. À la fois classique et moderne. Découpée par le rail. Le [troisième t[roisième épisode->http://www.franceculture.fr/emissions/grande-traversee-david-bowie/le-phoenix-noir-19821997] (sur quatre ) de la série Grande traversée Bowie est le plus terne. C’est la période 82-97, souvent la plus délaissée ou ignorée car moins féconde en grands moments. Ça que j’aimerais mieux comprendre et connaître, pourtant, ayant du mal à écouter de bout en bout des trucs comme Tonight, Never Let me Down, Tin Machine 1 & 2. Et puis, mettre Black Tie White Noise et The Buddah of Subburbia dans le même sac c’est un peu moche.

230816, version 2 (23 août 2016)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |