110916


jusques à quand va-t-on encore tolérer notre absence
personne ne remarque comme nous sommes remplis de noir
comme nous sommes retranchés en nous-mêmes
dans ce noir

Wolfgang Hilbig, Absence, traduction Bernard Banoun

C’est encore dans La mer gelée. Zéro rêve. Quinze ans que. Gris, gris, particulièrement gris. Plein de films qu’il faudrait voir (au moins faudrait-il les voir pour savoir s’ils valent la peine d’être vus). Franz, Nocturama, Comancheria. D’autres j’ai oublié leur nom. Les frères Karamazov : « J’ai l’âme, dans ces cas-là, on dirait qu’elle me tressaille dans la gorge ». Déséquilibre, cassure dans la phrase, syntaxe boiteuse. Aime beaucoup. Suis allé voir la traduction antérieure, juste pour. Je sais pas de qui c’est. Canonique on va dire. « Il me semble alors que mon âme palpite dans ma gorge ». Comancheria par exemple : le titre original c’est Hell or high water. À un moment précis du film, panorama immense derrière la route sinueuse américaine. En moins de vingt-quatre heures Jeff Bridges s’est pris 35 ans dans les dents... Dans La Zone, de Markiyan Kamysh :

Les clandestins ne sont guère préoccupés, ni par leur propre avenir, ni par celui de la Zone. Nous sommes obsédés par ce processus insaisissable : la décrépitude de notre chère terre de Tchernobyl, la fonte des neiges dans la vallée de notre quiétude. D’ici à une centaine d’années, les reconstituteurs y feront revivre le dernier jour avant l’accident, ces ultimes instants de la sublime Polésie. Revêtus de mornes costumes de l’usine textile Donbass, ils organiseront un festival, digne d’un Truman Show, où, sur fond d’une Pripyat rénovée, tout un chacun pourra s’essayer au quotidien d’une époque révolue. « Visiter le passé », telle sera la formule phare des tour-opérateurs du futur. Welcome.

<  -  >

Partager

Révisions

6 révisions

110916, version 7 (12 octobre 2016)

Temps, Nucléaire, Fiodor Dostoïevski, André Markowicz, Markiyan Kamysh, Wolfgang Hilbig
C’est encore dans [La La mer gelée->http://www . gelée . lenouvelattila.fr/revue-la-mer-gelee/]. Zéro [rêve->mot126 ]. rêve . Quinze ans que. ( oui ). Gris, gris, particulièrement gris. Plein de films qu’il faudrait voir (au moins faudrait-il les voir pour savoir s’ils valent la peine d’être vus). Franz, Nocturama, Comancheria. D’autres j’ai oublié leur nom. Les frères Karamazov : « J’ai l’âme, dans ces cas-là, on dirait qu’elle me tressaille dans la gorge ». Déséquilibre, cassure dans la phrase, syntaxe boiteuse qui boite . Aime beaucoup. Suis allé voir la traduction antérieure, juste pour. Je ne sais pas de qui c’est. Canonique on va dire. « Il me semble alors que mon âme palpite dans ma gorge ». Comancheria par exemple : le titre original c’est Hell or high water. À un moment précis du film, panorama immense derrière la route sinueuse américaine. En moins de vingt-quatre heures Merde , en moins de vingt-quatre heures Jeff Bridges s’est pris 35 ans dans les dents... Dans La Zone , de Markiyan Kamysh Zone :

110916, version 6 (12 octobre 2016)

«  Les clandestins ne sont guère préoccupés, ni par leur propre avenir, ni par celui de la Zone. Nous sommes obsédés par ce processus insaisissable : la décrépitude de notre chère terre de Tchernobyl, la fonte des neiges dans la vallée de notre quiétude. D’ici à une centaine d’années, les reconstituteurs4 y feront revivre le dernier jour avant l’accident, ces ultimes instants de la sublime Polésie. Revêtus de mornes costumes de l’usine textile Donbass, ils organiseront un festival, digne d’un Truman Show, où, sur fond d’une Pripyat rénovée, tout un chacun pourra s’essayer au quotidien d’une époque révolue. « Visiter le passé », telle sera la formule phare des tour-opérateurs du futur. Welcome.  »

Extrait de : Markiyan Kamysh. « La Zone. »

110916, version 5 (11 septembre 2016)

<blockquote>

jusques à quand va-t-on encore tolérer notre absence

dans ce noir

Wolfgang Hilbig, Absence, traduction Bernard Banoun

</blockquote>

C’est encore dans La mer gelée. Zéro rêve. Quinze ans que (oui). Gris, gris, particulièrement gris. Plein de films qu’il faudrait voir (au moins faudrait-il les voir pour savoir s’ils valent la peine d’être vus). Franz, Nocturama, Comancheria. D’autres j’ai oublié leur nom. Les frères Karamazov : « J’ai l’âme, dans ces cas-là, on dirait qu’elle me tressaille dans la gorge ». Déséquilibre, cassure dans la phrase, syntaxe qui boite. Aime beaucoup. Suis allé voir la traduction antérieure, juste pour. Je ne sais pas de qui c’est. « Il me semble alors que mon âme palpite dans ma gorge ». Comancheria par exemple : le titre original c’est Hell or high water. À un moment précis du film, panorama immense derrière la route sinueuse américaine. Merde, en moins de vingt-quatre heures Jeff Bridges s’est pris 35 ans dans les dents... Dans La Zone :

<blockquote>

« Les clandestins ne sont guère préoccupés, ni par leur propre avenir, ni par celui de la Zone. Nous sommes obsédés par ce processus insaisissable : la décrépitude de notre chère terre de Tchernobyl, la fonte des neiges dans la vallée de notre quiétude. D’ici à une centaine d’années, les reconstituteurs4 y feront revivre le dernier jour avant l’accident, ces ultimes instants de la sublime Polésie. Revêtus de mornes costumes de l’usine textile Donbass, ils organiseront un festival, digne d’un Truman Show, où, sur fond d’une Pripyat rénovée, tout un chacun pourra s’essayer au quotidien d’une époque révolue. « Visiter le passé », telle sera la formule phare des tour-opérateurs du futur. Welcome. »

110916, version 4 (11 septembre 2016)

Zéro rêve. Quinze ans que (oui). Gris, gris, particulièrement gris. Plein de films qu’il faudrait voir (au moins faudrait-il les voir pour savoir s’ils valent la peine d’être vus). Franz, Nocturama, Comancheria. D’autres j’ai oublié leur nom. Les frères Karamazov : « J’ai l’âme, dans ces cas-là, on dirait qu’elle me tressaille dans la gorge ». Déséquilibre, cassure dans la phrase, syntaxe qui boite. Aime beaucoup. Suis allé voir la traduction antérieure, juste pour. Je ne sais pas de qui c’est. « Il me semble alors que mon âme palpite dans ma gorge ». Comancheria par exemple : le titre original c’est Hell or high water. À un moment précis du film, panorama immense derrière la route sinueuse américaine. Merde, en moins de vingt-quatre heures Jeff Bridges s’est pris 35 ans dans les dents...
jpg/hellorhighwater__article-hero-1130x430.jpg

110916, version 3 (11 septembre 2016)

Zéro rêve. Quinze ans que (oui). Gris, gris, particulièrement gris. Plein de films qu’il faudrait voir (au moins faudrait-il les voir pour savoir s’ils valent la peine d’être vus). Franz, Nocturama, Comancheria. D’autres j’ai oublié leur nom. Les frères Karamazov : « J’ai l’âme, dans ces cas-là, on dirait qu’elle me tressaille dans la gorge ». Déséquilibre, cassure dans la phrase, syntaxe qui boite. Aime beaucoup. Suis allé voir la traduction antérieure, juste pour. Je ne sais pas de qui c’est. « Il me semble alors que mon âme palpite dans ma gorge ».

110916, version 2 (11 septembre 2016)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |