131116


You have to turn to your inner ear. You have to find a space within yourself. You have to make your music in that inner space. You have to furnish that inner space with enough furniture to live in a modicum of comfort. You have to have a table to eat off and a table to work at and a piano to work with and a bed to sleep in. You have to have a lavatory to shit in and a shower to wash under. Apart from that you need nothing.

Gabriel Josipovici, Infinity, Carcanet

Dans un orphelinat dans quoi je vis. Une lettre illisible mais menaçante me demande de fermer un hublot au grenier. Quel grenier ? Il y a un grenier parallèle au premier et aucune échelle pour faire le lien. Ce sont des pièces dépourvues de géométrie et dont l’architecture dépasse l’entendement mais, oui, le hublot est ouvert. Pas d’Ulysse ce week-end. Kalces web encore. Il reste toujours quelque chose à régler, à peaufiner, faire croître. Flou dans les yeux. Littéralement. Une vraie fatigue visuelle et qui m’écorne. Le reste du temps là, sonné, à rien pouvoir faire d’autre que rien, et lire, et des navets au miel et à la sauce soja et attendant qu’H. rentre. Les quatre citrons achetés vendredi ont déjà commencé à pourrir. Etudes : Book 2. Putain qu’est-ce que c’est beau. Bruce Livingston. Et sa Metamorphosis II si longue, au doigté lent comme ça, c’est bouleversant. 10 minutes 21 dure-t-elle, quand celle que je connais le mieux, chez Sally Whitwell par exemple, en fait bien deux de moins. L’effervescence. 871 de mes mots sur la page. Depuis quelques temps j’use beaucoup d’une espèce d’et déviant, et un peu arythmique. En tous les cas à contre emploi. Je me sens attiré là mais en même temps je crains de tomber trop dans la systématie.

<  -  >

Partager

Révisions

12 révisions

131116, version 13 (18 décembre 2016)

Publie.net, Corps, H., Rêve, Philip Glass, Sally Whitwell, Ulysse par jour, Gabriel Josipovici, Bruce Livingston
Dans un orphelinat Dans un orphelinat dans quoi je vis. Une lettre illisible mais menaçante me demande de fermer un hublot au grenier. Quel grenier ? Il y a un grenier parallèle au premier et aucune échelle pour faire le lien. Ce sont des pièces dépourvues de géométrie et dont l’architecture dépasse l’entendement mais, oui, le hublot est ouvert. Pas d’[Ulysse->http://www.fuirestunepulsion.net/ulysse/] Pas d’Ulysse ce week-end. [Kalces web->https://publie.net/weblivres/kalces/] Kalces web encore. Il reste toujours quelque chose à régler, à peaufiner, faire croître. Flou dans les yeux. Littéralement. Une vraie fatigue visuelle et qui m’écorne. Le reste du temps là, sonné, à rien pouvoir faire d’autre que rien, et lire, et des navets au miel et à la sauce soja et attendant qu’[H qu’H .->mot59] rentre. Les quatre citrons achetés vendredi ont déjà commencé à pourrir. Etudes : Book 2. Putain qu’est-ce que c’est beau. Bruce Livingston. Et sa Metamorphosis II si longue, au doigté lent comme ça, c’est bouleversant. 10 minutes 21 dure-t-elle, quand celle que je connais le mieux, chez Sally Whitwell par exemple, en fait bien deux de moins. L’effervescence. 871 de mes mots sur la page. Depuis quelques temps j’use beaucoup d’une espèce d’et déviant, et un peu arythmique. En tous les cas à contre emploi. Je me sens attiré là mais en même temps je crains de tomber trop dans la systématie.
jpg/dsc_0149.jpg

131116, version 12 (18 décembre 2016)

Dans un orphelinat dans quoi je vis. Une lettre illisible mais menaçante me demande de fermer un hublot au grenier. Quel grenier ? Il y a un grenier parallèle au premier et aucune échelle pour faire le lien. Ce sont des pièces dépourvues de géométrie et dont l’architecture dépasse l’entendement mais , oui , le hublot est ouvert . Mais, oui, le hublot est ouvert. Pas d’Ulysse ce week-end. Kalces web encore , toujours . Il reste toujours quelque chose à régler, à peaufiner, faire croître. Flou dans les yeux. Littéralement. Une vraie fatigue visuelle et qui m’écorne. Le reste du temps là, sonné, à rien pouvoir faire d’autre que rien, et lire, et des navets au miel et à la sauce soja et attendant qu’H. rentre. Les quatre citrons achetés vendredi ont déjà commencé à pourrir. Etudes : Book 2. Putain qu’est-ce que c’est beau. Bruce Livingston. Et sa Metamorphosis II si longue lente , au doigté lent comme ça, c’est bouleversant. 10 minutes 21 dure-t-elle, quand celle que je connais le mieux, chez Sally Whitwell par exemple, en fait bien deux de moins. L’effervescence. 871 de mes mots sur la page. Depuis quelques temps j’use beaucoup d’une espèce d’et déviant, et un peu arythmique. En tous les cas à contre emploi. Je me sens attiré là mais en même temps je crains de tomber trop dans la systématie.

131116, version 11 (18 décembre 2016)

Dans un orphelinat dans quoi je vis. Une lettre illisible mais menaçante me demande de fermer un hublot au grenier. Quel grenier ? Il y a un grenier parallèle au premier et aucune échelle pour faire le lien. Ce sont des pièces dépourvues de géométrie agéométriques et dont l’architecture dépasse l’entendementde la physique moderne . Mais, oui, le hublot est ouvert. Pas d’Ulysse ce week-end. Kalces Kalces web, toujours. Il reste toujours quelque chose à régler, à peaufiner, faire croître. Flou dans les yeux. Littéralement. Une vraie fatigue visuelle et qui m’écorne. Le reste du temps là, sonné, à rien pouvoir faire d’autre que rien, et lire, et des navets au miel et à la sauce soja et attendant qu’H. rentre. Les quatre citrons achetés vendredi ont déjà commencé à pourrir. Etudes : Book 2. Putain qu’est-ce que c’est beau. Bruce Livingston. Et sa Metamorphosis II si lente, au doigté lent comme ça, c’est bouleversant. 10 minutes 21 dure-t-elle, quand celle que je connais le mieux, chez Sally Whitwell par exemple, en fait bien deux de moins. L’effervescence. 871 de mes mots sur la page. Depuis quelques temps j’use beaucoup d’une espèce d’et déviant, et un peu arythmique. En tous les cas à contre emploi. Je me sens attiré là mais en même temps je crains de tomber trop dans la systématie.

131116, version 10 (16 décembre 2016)

Dans un orphelinat dans quoi je vis. Une lettre illisible mais menaçante me demande de fermer un hublot au grenier. Quel grenier ? Il y a un grenier parallèle au premier et aucune échelle pour faire le lien. Ce sont des pièces agéométriques et dont l’architecture dépasse l’entendement de la physique moderne. Mais, oui, le hublot est ouvert. Pas d’Ulysse ce week-end. Kalces web, toujours. Il reste toujours quelque chose à régler, à peaufiner, à faire croître. Flou dans les yeux. Littéralement. Une vraie fatigue visuelle et qui m’écorne. Le reste du temps là, sonné, à rien pouvoir faire d’autre que rien, et lire, et des navets au miel et à la sauce soja et attendant qu’H. rentre. Les quatre citrons achetés vendredi ont déjà commencé à pourrir. Etudes : Book 2. Putain qu’est-ce que c’est beau. Interprété par Bruce Livingston. Et sa Metamorphosis II si lente, au doigté lent comme ça, c’est bouleversant. 10 minutes 21 dure-t-elle, quand celle que je connais le mieux, chez Sally Whitwell par exemple, en fait bien deux de moins. L’effervescence. 871 de mes mots sur la page. Depuis quelques temps j’use beaucoup d’une espèce d’et déviant, et un peu arythmique. En tous les cas à contre emploi. Je me sens attiré là mais en même temps je crains de tomber trop dans la systématie le systématisme .

131116, version 9 (13 novembre 2016)

Dans un orphelinat dans quoi je vis. Une lettre illisible mais menaçante me demande de fermer un hublot au grenier. Quel grenier ? Il y a un grenier parallèle au premier et aucune échelle pour faire le lien. Ce sont des pièces agéométriques et dont l’architecture dépasse l’entendement de la physique moderne. Mais, oui, le hublot est ouvert. Pas d’Ulysse ce week-end. Kalces web, toujours. Il reste toujours quelque chose à régler, à peaufiner, à faire croître. Flou dans les yeux. Littéralement. Une vraie fatigue visuelle et qui m’écorne. Le reste du temps là, sonné, à rien pouvoir faire d’autre que rien, et lire, et des navets au miel et à la sauce soja et attendant qu’H. rentre. Les quatre citrons achetés vendredi ont déjà commencé à pourrir. Etudes : Book 2. Putain qu’est-ce que c’est beau. Interprété par Bruce Livingston. Et sa Metamorphosis II si lente, au doigté lent comme ça, c’est bouleversant. 10 minutes 21 dure-t-elle, quand celle que je connais le mieux, chez Sally Whitwell par exemple, en fait bien deux de moins. L’effervescence. 871 de mes mots sur la page. Depuis quelques temps j’use beaucoup d’une espèce d’et déviant, et un peu arythmique. En tous les cas à contre emploi. Je me sens attiré là mais en même temps je crains de tomber trop dans le systématisme.

131116, version 8 (13 novembre 2016)

Dans un orphelinat dans quoi je vis. Une lettre illisible mais menaçante me demande de fermer un hublot au grenier. Quel grenier ? Il y a un grenier parallèle au premier et aucune échelle pour faire le lien. Ce sont des pièces agéométriques et dont l’architecture dépasse l’entendement de la physique moderne. Mais, oui, le hublot est ouvert. Pas d’Ulysse ce week-end. Kalces web, toujours. Il reste toujours quelque chose à régler, à peaufiner, à faire croître. Flou dans les yeux. Littéralement. Une vraie fatigue visuelle et qui m’écorne. Le reste du temps là, sonné, à rien pouvoir faire d’autre que rien, et lire, et des navets au miel et à la sauce soja et attendant qu’H. rentre. Les quatre citrons achetés vendredi ont déjà commencé à pourrir. Etudes : Book 2. Putain qu’est-ce que c’est beau. L’effervescence. 871 de mes mots sur la page. Depuis quelques temps j’use beaucoup d’une espèce d’et déviant, et un peu arythmique. En tous les cas à contre emploi. Je me sens attiré là mais en même temps je crains de tomber trop dans le systématisme.

131116, version 7 (13 novembre 2016)

Dans un orphelinat dans quoi je vis. Une lettre illisible mais menaçante me demande de fermer un hublot au grenier. Quel grenier ? Il y a un grenier parallèle au premier et aucune échelle pour faire le lien. Ce sont des pièces agéométriques et dont l’architecture dépasse l’entendement de la physique moderne. Mais, oui, le hublot est ouvert. Pas d’Ulysse ce week-end. Kalces web, toujours. Il reste toujours quelque chose à régler, à peaufiner, à faire croître. Flou dans les yeux. Littéralement. Une vraie fatigue visuelle et qui m’écorne. Le reste du temps là, sonné, à rien pouvoir faire d’autre que rien, et lire, et des navets au miel et à la sauce soja et attendant qu’H. rentre. Les quatre citrons achetés vendredi ont déjà commencé à pourrir. Etudes : Book 2. Putain qu’est-ce que c’est beau. L’effervescence. 871 de mes mots sur la page.

131116, version 6 (13 novembre 2016)

Dans un orphelinat dans quoi je vis. Une lettre illisible mais menaçante me demande de fermer un hublot au grenier. Quel grenier ? Il y a un grenier parallèle au premier et aucune échelle pour faire le lien. Ce sont des pièces agéométriques et dont l’architecture dépasse l’entendement de la physique moderne. Mais, oui, le hublot est ouvert. Pas d’Ulysse ce week-end. Kalces web, toujours. Il reste toujours quelque chose à régler, à peaufiner, à faire croître. Flou dans les yeux. Littéralement. Une vraie fatigue visuelle et qui m’écorne. Le reste du temps là, sonné, à rien pouvoir faire d’autre que rien, et lire, et des navets au miel et à la sauce soja et attendant qu’H. rentre. Les quatre citrons achetés vendredi ont déjà commencé à pourrir. Etudes : Book 2. Putain qu’est-ce que c’est beau.

131116, version 5 (13 novembre 2016)

Dans un orphelinat dans quoi je vis. Une lettre illisible mais menaçante me demande de fermer un hublot au grenier. Quel grenier ? Il y a un grenier parallèle au premier et aucune échelle pour faire le lien. Ce sont des pièces agéométriques et dont l’architecture dépasse l’entendement de la physique moderne. Mais, oui, le hublot est ouvert. Pas d’Ulysse ce week-end. Kalces web, toujours. Il reste toujours quelque chose à régler, à peaufiner, à faire croître. Flou dans les yeux. Littéralement. Une vraie fatigue visuelle et qui m’écorne. Le reste du temps là, sonné, à rien pouvoir faire d’autre que rien, et lire, et des navets au miel et à la sauce soja et attendant qu’H. rentre. Les quatre citrons achetés vendredi ont déjà commencé à pourrir.

131116, version 4 (13 novembre 2016)

Dans un orphelinat dans quoi je vis. Une lettre illisible mais menaçante me demande de fermer un hublot au grenier. Quel grenier ? Il y a un grenier parallèle au premier et aucune échelle pour faire le lien. Ce sont des pièces agéométriques et dont l’architecture dépasse l’entendement de la physique moderne. Mais, oui, le hublot est ouvert. Pas d’Ulysse ce week-end. Kalces web, toujours. Il reste toujours quelque chose à régler, à peaufiner, à faire croître. Flou dans les yeux. Littéralement. Une vraie fatigue visuelle et qui m’écorne. Le reste du temps là, sonné, à rien pouvoir faire d’autre que rien, et lire, et des navets au miel et à la sauce soja et attendant qu’H. rentre.

0 | 10 | Tout afficher

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |