261116


Quasiment la copie parfaite d’une journée vécue déjà il y a près d’un an jour pour jour. Il faut toujours traverser tout Paris pour aller à Sèvres [1], le pont est le même au même endroit, la route égale, le changement de trottoir au même passage piéton, et le stand ArchéoSF n’a pas bougé d’un millimètre. Il y a les mêmes visages et sans doute les mêmes couvertures de livres, tout juste si on se retrouve pas nez à nez par inadvertance avec une star de Youtube qui a quinze ans de moins que toi. Quelques incohérences : un bâtiment en forme de flamme qu’on a construit sur l’île ou qu’on construit encore. Quant à savoir si le fait de revivre la même journée à peu de détails près implique qu’on se retrouve soi au même endroit dans la vie (c’est-à-dire nulle part), c’est encore autre chose. Fidel Castro est mort. La fin de l’homme rouge : On n’a nulle part où blottir son âme. J’attends la nuit pour 644 mots qui auraient, semble-t-il, bien moins de mots à dire que ça.

<  -  >

Partager

Révisions

6 révisions

261116, version 7 (1er janvier 2017)

Quasiment C’est à s’y méprendre  : quasiment la copie parfaite d’une journée vécue déjà [il il y a près d’un an jour pour jour->article3124 ]. jour . Il faut toujours traverser tout Paris pour aller à Sèvres [1]Il faut toujours traverser tout Paris pour aller à Sèvres , le pont est le même au même endroit, la route égale, le changement de trottoir au même passage piéton, et le stand [ArchéoSF->http://archeosf ArchéoSF n’a pas bougé d’un millimètre .publie.net/] n’a pas bougé d’un millimètre. Il y a les mêmes visages et sans doute les mêmes couvertures de livres, tout juste si on se retrouve pas nez à nez par inadvertance avec une star de Youtube qui a quinze ans de moins que toi. Quelques incohérences : un bâtiment en forme de flamme qu’on a construit sur l’île ou qu’on construit encore . Quant à savoir si le fait de revivre la même journée à peu de détails près implique qu’on se retrouve soi au même endroit dans la vie (c’est-à-dire nulle part), c’est encore autre chose. Fidel Castro est mort. La fin de l’homme rouge : On n’a nulle part où blottir son âme. J’attends la nuit pour 644 mots qui auraient, semble-t-il, bien moins de mots à dire que ça.

Publie.net, Mort, Métro, Paris, Svetlana Alexievich
jpg/dsc_0798.jpg

261116, version 6 (31 décembre 2016)

C’est à s’y méprendre : , mais c’est quasiment la copie parfaite d’une journée vécue déjà il y a près d’un an jour pour jour. Il faut toujours traverser tout Paris pour aller à Sèvres, le pont est le même au même endroit, la route égale, le changement de trottoir au même passage piéton, et le stand ArchéoSF n’a pas bougé d’un millimètre. Il y a les mêmes visages et sans doute les mêmes couvertures de livres, tout juste si on se retrouve pas nez à nez par inadvertance avec une star de Youtube qui a quinze ans de moins que toi. Quelques incohérences : un bâtiment en forme de flamme qu’on a construit sur l’île. Quant à savoir si le fait de revivre la même journée à peu de détails près implique qu’on que l’on se retrouve soi au même endroit dans la vie (c’est-à-dire nulle part), c’est encore autre chose. Fidel Castro est mort. La fin de l’homme rouge : On n’a nulle part où blottir son âme. J’attends la nuit pour 644 mots qui auraient, semble-t-il, bien moins de mots à dire que ça.

261116, version 5 (25 décembre 2016)

C’est à s’y méprendre, mais c’est quasiment la copie parfaite d’une journée vécue déjà il y a près d’un an jour pour jour. Il faut toujours traverser tout Paris pour aller à Sèvres, le pont est le même au même endroit, la route égale, le changement de trottoir au même passage piéton, et le stand ArchéoSF n’a pas bougé d’un millimètre depuis l’année précédente . Il y a les mêmes visages et sans doute les mêmes couvertures de livres, tout juste si on se retrouve pas nez à nez par inadvertance avec une star de Youtube qui a quinze ans de moins que toi. Quelques incohérences : un bâtiment en forme de flamme qu’on a construit sur l’île. Quant à savoir si le fait de revivre la même journée à peu de détails près implique que l’on se retrouve soi au même endroit dans la vie (c’est-à-dire nulle part), c’est encore autre chose. Fidel Castro est mort. La fin de l’homme rouge : On n’a nulle part où blottir son âme. J’attends la nuit pour 644 mots qui auraient, semble-t-il, bien moins de mots à dire que ça.

261116, version 4 (27 novembre 2016)

C’est à s’y méprendre, mais c’est quasiment la copie parfaite d’une journée vécue déjà il y a près d’un an jour pour jour. Il faut toujours traverser tout Paris pour aller à Sèvres, le pont est le même au même endroit, la route égale, le changement de trottoir au même passage piéton, et le stand ArchéoSF n’a pas bougé depuis l’année précédente. Il y a les mêmes visages et sans doute les mêmes couvertures de livres, tout juste si on se retrouve pas nez à nez par inadvertance avec une star de Youtube qui a quinze ans de moins que toi. Quelques incohérences : un bâtiment en forme de flamme qu’on construit sur l’île. Quant à savoir si le fait de revivre la même journée à peu de détails près implique que l’on se retrouve soi au même endroit dans la vie (c’est-à-dire nulle part), c’est encore autre chose. Fidel Castro est mort. La fin de l’homme rouge : On n’a nulle part où blottir son âme. J’attends la nuit pour 644 mots qui auraient, semble-t-il, bien moins de mots à dire que ça.

261116, version 3 (26 novembre 2016)

C’est à s’y méprendre, mais c’est quasiment la copie parfaite d’une journée vécue déjà il y a près d’un an jour pour jour. Il faut toujours traverser tout Paris pour aller à Sèvres, le pont est le même au même endroit, la route égale, le changement de trottoir au même passage piéton, et le stand ArchéoSF n’a pas bougé depuis l’année précédente. Il y a les mêmes visages et sans doute les mêmes couvertures de livres, tout juste si on se retrouve pas nez à nez par inadvertance avec une star de Youtube qui a quinze ans de moins que toi. Quelques incohérences : un bâtiment en forme de flamme qu’on construit sur l’île. Quant à savoir si le fait de revivre la même journée à peu de détails près implique que l’on se retrouve soi au même endroit dans la vie (c’est-à-dire nulle part), c’est encore autre chose. Fidel Castro est mort. J’attends la nuit pour 644 mots qui auraient, semble-t-il, bien moins de mots à dire que ça.

261116, version 2 (26 novembre 2016)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |