271216


D’où vient-elle cette douleur ? Vagues de brume blanche sur la ville avant que le soleil l’éclaire. Visite familiale au Musée d’art moderne pour l’exposition Anne et Patrick Poirier [1]. Villes et ruines de ces villes arrêtées dans le temps. Figées. Sous cloche ou sous la lueur rose ou mauve de leurs néons. Ce sont des mots qui les éclairent. Sons répétées (bip régulier d’une mappemonde sur un tourne-disque, battements de deux cœurs mais séchés, commentaire audio d’une ville, Exotica, qui se répète comme le commentaire d’un guide, grésillements rauques d’un lieu à part stroboscopique). Ruines noires dans de l’eau saumâtre et plus loin sur un mur gigantesque des extraits d’un journal élaboré comme un herbier. Un peu avant autre journal, sur un mur blanc immense, de Marco Tirelli. Sur un écran de verre un extrait mais infime de Metropolis et plus loin toile de bleu Klein dans quoi des pixels vont se perdre. Ni chien ni chat. N. au Méliès bientôt rejoint par I. Ri-
en écrit aujourd-
hui.

<  -  >

Partager

Révisions

5 révisions

271216, version 6 (28 janvier 2017)

N., I., Corps, Ville, St-Etienne, Père, Fritz Lang, Postapocalypse, Mère, Yves Klein, Anne et Patrick Poirier, Marco Tirelli
D’où vient-elle cette douleur ? Vagues de brume blanche sur la ville avant que le soleil l’éclaire. Visite familiale au Musée d’art moderne pour l’[exposition [Exposition Anne et Patrick Poirier->http://www.mam-st-etienne.fr/index.php?rubrique=30&exposition_id=308] [blogspot.fr " class='spip_out' rel='external'>Photo [Ma-mère.]]. N . au Musée d’art moderne. Villes et ruines de ces villes arrêtées dans le temps. Figées. Sous cloche ou sous la lueur rose ou mauve de leurs des néons. Ce sont des mots qui les éclairent. Sons répétées (bip régulier d’une mappemonde sur un tourne-disque, battements de deux cœurs mais séchés, commentaire audio d’une ville, Exotica, qui se répète comme le commentaire d’un guide, grésillements rauques d’un lieu à part stroboscopique). Ruines noires dans de l’eau saumâtre et plus loin sur un mur gigantesque des extraits d’un journal élaboré comme un herbier. Un peu avant autre journal, sur un mur blanc immense, de Marco Tirelli. Sur un écran de verre un extrait mais infime de Metropolis et plus loin toile de bleu Klein dans quoi des pixels vont se perdre former . Ni chien ni chat. [N.->mot24] au Méliès bientôt rejoint par [I I .->mot40] Ri -
jpg/p1000292.jpg

271216, version 5 (28 janvier 2017)

D’où vient-elle cette douleur ? Vagues de brume blanche sur la ville avant que le soleil l’éclaire. Exposition Anne et Patrick Poirier au Musée d’art moderne. Villes et ruines de ces villes arrêtées dans le temps. Figées. Sous cloche ou sous la lueur rose ou mauve des néons. Ce sont des mots qui les éclairent. Sons répétées (bip régulier d’une mappemonde sur un tourne-disque, battements de deux cœurs mais séchés, commentaire audio d’une ville, Exotica, qui se répète comme le commentaire d’un guide, grésillements rauques d’un lieu à part stroboscopique). . Ruines noires dans de l’eau saumâtre et plus loin sur un mur gigantesque des extraits d’un journal élaboré comme un herbier. Un peu avant autre journal, sur un mur blanc immense, de Marco Tirelli. Sur un écran de verre un extrait mais infime de Metropolis et plus loin toile de bleu Klein dans quoi des pixels vont se former. Ni chien ni chat. N. au Méliès bientôt rejoint par I. Ri-en Rien écrit aujourd’hui.

271216, version 4 (27 décembre 2016)

D’où vient-elle cette douleur ? Vagues de brume blanche sur la ville avant que le soleil l’éclaire. Exposition Anne et Patrick Poirier au Musée d’art moderne. Villes et ruines de ces villes arrêtées dans le temps. Figées. Sous cloche ou sous la lueur rose ou mauve des néons. Ce sont des mots qui les éclairent. Sons répétées (bip régulier d’une mappemonde sur un tourne-disque, battements de deux cœurs mais séchés, commentaire audio d’une ville, Exotica, qui se répète comme le commentaire d’un guide, grésillements rauques d’un lieu à part stroboscopique. Ruines noires dans de l’eau saumâtre et plus loin sur un mur gigantesque des extraits d’un journal élaboré comme un herbier. Un peu avant autre journal, sur un mur blanc immense, de Marco Tirelli. Sur un écran de verre un extrait mais infime de Metropolis et plus loin toile de bleu Klein dans quoi des pixels vont se former. Ni chien ni chat. N. au Méliès bientôt rejoint par I. Rien écrit aujourd’hui.

271216, version 3 (27 décembre 2016)

D’où vient-elle cette douleur ? Vagues de brume blanche sur la ville avant que le soleil l’éclaire. Exposition Anne et Patrick Poirier au Musée d’art moderne. Villes et ruines de ces villes arrêtées dans le temps. Figées. Sous cloche ou sous la lueur rose ou mauve des néons. Ce sont des mots qui les éclairent. Sons répétées (bip régulier d’une mappemonde sur un tourne-disque, battements de deux cœurs mais séchés, commentaire audio d’une ville, Exotica, qui se répète comme le commentaire d’un guide, grésillements rauques d’un lieu à part stroboscopique. Ruines noires dans de l’eau saumâtre et plus loin sur un mur gigantesque des extraits d’un journal élaboré comme un herbier. Un peu avant autre journal, sur un mur blanc immense, de Marco Tirelli. Sur un écran de verre un extrait mais infime de Metropolis et plus loin toile de bleu Klein dans quoi des pixels vont se former. Ni chien ni chat. N. au Méliès bientôt rejoint par I.

271216, version 2 (27 décembre 2016)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |