170617


Quelqu’un se fera livrer deux bibliothèques entières de livres avant de déclarer à qui voudra l’entendre : demain à 17h je me pendrai. Puis derrière c’est une petite boite en carton oubliée dans un train : tu l’ouvres et deux grenouilles naines et rouges s’en échappent en sautant. 866 mots pour Eff. I. quelque part près de la place d’Italie pour un verre. Je lui parlerai d’Eff en quelques mots. De quoi prendre en note cet autre extrait [1] issu du Lac sur la mort de quelqu’un, et j’ai besoin de ça pour Eff justement. Corner, ailleurs, des pages de La ville fond, que je commence la nuque endolorie d’elle-même. J’apprécierai retrouver des bribes de trucs lus déjà dans le chaos des Relevés mais refaits, sans doute, ou réécrits, je suppose. Ou par exemple, cet effort de micro-répétitions qui se jouent de la chose narrée, des éléments factuels venant gonfler l’intrigue et qui saccadent, ça saccade, il y a du cliping, on est proche du bug d’affichage ou du glitch à l’écran. Ici page 31 :

Il descendit au rez-de-chaussée et s’assit à la table de la cuisine. Bram était absent. Sur la table de la cuisine, un mot de Bram indiquait qu’il était absent. Je suis absent — Bram, disait le mot. La table était mise.

Il y sans doute des éléments de réponse à chercher dans L’apocryphe de Robert Pinget que Quentin m’avait envoyé il y a quelques mois. Dans une forme de compartimentation méthodique d’éléments de narration. Je ne trouve pas les bons mots pour le dire. Ou bien page 36 : Depuis que la ville fondait, c’était un luxe d’attendre. Cela, Bram l’ignorait. Formule qui revient très souvent ét(r)eindre les paragraphes en fin, pas réellement comme un slogan, plutôt comme forme de routine.

3 août 2017
par Guillaume Vissac
Journal
#I. #Jean-Pierre Suaudeau #Paris #Quentin Leclerc #Rêve #Robert Pinget

[1

(...) parce que, dit l’aînée, tant qu’on n’a pas perdu son père ou sa mère on ne peut pas savoir, pas comprendre, ni seulement imaginer quel bouleversement représente un tel événement, comment sa propre vie sera à jamais dévastée, puisque ensuite on ne vit plus qu’occupé de cette peur-là, celle de la perte possible, dans la conscience aiguisée que nul recours ne sera possible.
<  -  >

Partager

Révisions

6 révisions

170617, version 7 (3 août 2017)

Paris, I., Rêve, Quentin Leclerc, Jean-Pierre Suaudeau, Robert Pinget

Quelqu’un se fera livrer deux bibliothèques entières de livres de poche avant de déclarer à qui voudra l’entendre : demain à 17h je me pendrai. Puis derrière c’est une petite boite en carton oubliée dans un train : tu l’ouvres et deux grenouilles naines et rouges s’en échappent en sautant. 866 mots pour Eff. [I I .->mot40] quelque part près de la place d’Italie pour un verre. Je lui parlerai d’Eff en quelques mots. De quoi prendre en note cet autre extrait [1] issu du [Lac->https://www.publie.net/livre/le-lac-jean-pierre-suaudeau/] issu du Lac sur la mort de quelqu’un, et j’ai besoin écrivant précisément la mort de ça pour Eff justement quelqu’un . Corner, ailleurs, des pages de [La ville fond->http://www.editionsdelogre.fr/books/view/Quentin-Leclerc-La-Ville-fond]Et corner , ailleurs , des pages de La ville fond , que je commence la nuque endolorie d’elle-même. J’apprécierai retrouver des bribes de trucs lus déjà dans le chaos des [Relevés->https://rlv Relevés mais refaits , sans doute , ou réécrits , je suppose .quentinleclerc.com] mais refaits, sans doute, ou réécrits, je suppose. Ou par exemple, cet effort de micro-répétitions qui se jouent de la chose narrée, des éléments factuels venant gonfler l’intrigue et qui saccadent, ça saccade, il y a du cliping, on est proche du bug d’affichage ou du glitch à l’écran. Ici page 31 :

<blockquote> Il descendit au rez-de-chaussée et s’assit à la table de la cuisine. Bram était absent. Sur la table de la cuisine, un mot de Bram indiquait qu’il était absent. Je suis absent — Bram, disait le mot. La table était mise. </blockquote>

Il y sans doute des éléments de réponse à chercher dans L’apocryphe de Robert Pinget que Quentin m’avait envoyé il y a quelques mois mots . Dans une forme de compartimentation méthodique d’éléments de narration. Je ne trouve pas les bons mots pour le dire. Ou bien page 36 : Depuis que la ville fondait, c’était un luxe d’attendre. Cela, Bram l’ignorait. Formule qui revient très souvent ét(r)eindre les paragraphes en fin, pas réellement comme un slogan, plutôt comme forme de routine.

[1

(...) parce que, dit l’aînée, tant qu’on n’a pas perdu son père ou sa mère on ne peut pas savoir, pas comprendre, ni seulement imaginer quel bouleversement représente un tel événement, comment sa propre vie sera à jamais dévastée, puisque ensuite on ne vit plus qu’occupé de cette peur-là, celle de la perte possible, dans la conscience aiguisée que nul recours ne sera possible.
jpg/dsc_0529_2.jpg

170617, version 6 (3 août 2017)

Quelqu’un Quelqu’un [quelque part->mot126] se fera livrer deux bibliothèques entières de livres de poche avant de déclarer à qui voudra l’entendre : demain à 17h je me pendrai. Puis derrière c’est une petite boite en carton oubliée dans un train : tu l’ouvres et deux grenouilles naines et rouges s’en échappent en sautant. 866 mots pour Eff. I. quelque part près de la place d’Italie pour un verre. Je lui parlerai d’Eff en quelques mots. De quoi prendre en note cet autre extrait [2] issu du Lac sur la mort de quelqu’un, écrivant précisément la mort de quelqu’un d’un père . Et corner, ailleurs, des pages de La ville fond, que je commence la nuque endolorie d’elle-même. J’apprécierai retrouver des bribes de trucs lus déjà dans le chaos des Relevés mais refaits, sans doute, ou réécrits, je suppose ne sais pas trop . Ou par exemple, cet effort de micro-répétitions qui se jouent de la chose narrée, des éléments factuels venant gonfler l’intrigue et qui saccadent saccade , ça saccade, il y a du cliping, on est proche du bug d’affichage ou du glitch à l’écran. Ici page 31 :

<blockquote> Il descendit au rez-de-chaussée et s’assit à la table de la cuisine. Bram était absent. Sur la table de la cuisine, un mot de Bram indiquait qu’il était absent. Je suis absent — Bram, disait le mot. La table était mise. </blockquote>

Il y sans doute des éléments de réponse à chercher dans L’apocryphe de Robert Pinget que Quentin m’avait envoyé il y a quelques mots. Dans une forme de compartimentation méthodique d’éléments de narration. Je ne trouve pas les bons mots pour le dire. Ou bien page 36 : Depuis que la ville fondait, c’était un luxe d’attendre. Cela, Bram l’ignorait. Formule qui revient très souvent ét(r)eindre les paragraphes en fin, pas réellement comme un slogan, plutôt comme forme de routine.

[2

(...) parce que, dit l’aînée, tant qu’on n’a pas perdu son père ou sa mère on ne peut pas savoir, pas comprendre, ni seulement imaginer quel bouleversement représente un tel événement, comment sa propre vie sera à jamais dévastée, puisque ensuite on ne vit plus qu’occupé de cette peur-là, celle de la perte possible, dans la conscience aiguisée que nul recours ne sera possible.

170617, version 5 (17 juin 2017)

Quelqu’un quelque part se fera livrer deux bibliothèques entières de livres de poche avant de déclarer à qui voudra l’entendre : demain à 17h je me pendrai. Puis derrière c’est une petite boite en carton oubliée dans un train : tu l’ouvres et deux grenouilles naines et rouges s’en échappent en sautant. 866 mots pour Eff. I. quelque part près de la place d’Italie pour un verre. Je lui parlerai d’Eff en quelques mots. De quoi prendre en note cet autre extrait [3] De quoi prendre en note cet autre extrait issu du Lac sur la mort de quelqu’un, écrivant précisément la mort d’un père. Et corner, ailleurs, des pages de La ville fond, que je commence la nuque endolorie d’elle-même. J’apprécierai retrouver des bribes de trucs lus déjà dans le chaos des Relevés mais refaits, sans doute, ou réécrits, je ne sais pas trop. Ou par exemple, cet effort de micro-répétitions qui se jouent de la chose narrée, des éléments factuels venant gonfler l’intrigue et qui saccade, ça saccade, il y a du cliping, on est proche du bug d’affichage ou du glitch à l’écran. Ici page 31 :

<blockquote> Il descendit au rez-de-chaussée et s’assit à la table de la cuisine. Bram était absent. Sur la table de la cuisine, un mot de Bram indiquait qu’il était absent. Je suis absent — Bram, disait le mot. La table était mise. </blockquote>

Il y sans doute des éléments de réponse à chercher dans L’apocryphe de Robert Pinget que Quentin m’avait envoyé il y a quelques mots. Dans une forme de compartimentation méthodique d’éléments de narration. Je ne trouve pas les bons mots pour le dire. Ou bien page 36 : Depuis que la ville fondait, c’était un luxe d’attendre. Cela, Bram l’ignorait. Formule qui revient très souvent ét(r)eindre les paragraphes en fin, pas réellement comme un slogan, plutôt comme forme de routine.

[3

(...) parce que, dit l’aînée, tant qu’on n’a pas perdu son père ou sa mère on ne peut pas savoir, pas comprendre, ni seulement imaginer quel bouleversement représente un tel événement, comment sa propre vie sera à jamais dévastée, puisque ensuite on ne vit plus qu’occupé de cette peur-là, celle de la perte possible, dans la conscience aiguisée que nul recours ne sera possible.

170617, version 4 (17 juin 2017)

Quelqu’un quelque part se fera livrer deux bibliothèques entières de livres de poche avant de déclarer à qui voudra l’entendre : demain à 17h je me pendrai. Puis derrière c’est une petite boite en carton oubliée dans un train : tu l’ouvres et deux grenouilles naines et rouges s’en échappent en sautant. 866 mots pour Eff. I. quelque part près de la place d’Italie pour un verre. Je lui parlerai d’Eff en quelques mots. De quoi prendre en note cet autre extrait issu du Lac sur la mort de quelqu’un, écrivant précisément la mort d’un père.

170617, version 3 (17 juin 2017)

Quelqu’un quelque part se fera livrer deux bibliothèques entières de livres de poche avant de déclarer à qui voudra l’entendre : demain à 17h je me pendrai. Puis derrière c’est une petite boite en carton oubliée dans un train : tu l’ouvres et deux grenouilles naines et rouges s’en échappent en sautant. 866 mots pour Eff.

170617, version 2 (17 juin 2017)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |