280817


Impossible de trouver le sommeil pendant des heures toute la nuit durant à bloquer sur le transfert de M’bappé, on me dira que c’est dû à une éruption solaire (mais il n’y a pas de soleil la nuit). Allé travailler au jardin, cette photo qui est mise, épinglée là, c’est mon bureau alors. Problème : décalage d’un pixel avant de solutionner ça. Quand je travaille sur des sites pour d’autres je ressens le besoin de récupérer ça, le fruit de ce travail, pour moi. De m’en servir pour un truc, souvent c’est pour Bajir, qui n’a pas de forme, le pauvre. Ici, au jardin, il fait suffisamment beau pour y être mais il y a beaucoup d’ombre. C’est le rendez-vous des gens bizarres ici. Femme qui parle seule et elle fouille les poubelles. Un homme qui se parle, lui aussi, à lui-même, pendant des heures. Et des conversations entières de marmonnements, de marmonnements heureux. Il a l’air heureux je veux dire. Un autre qui fera plusieurs fois le tour du gazon en se raclant la gorge, en reniflant et en crachant par terre. Il parle, lui aussi, mais c’est une autre langue. Deux gamins jouant calmement à chasser les Pokémon du jardin ; l’un d’entre eux se mettra à hurler : FUCK YOU FUCKHEAD ! Bien avant, tombé sur cette voisine qui me racontera une histoire sordide, un type, un étage plus bas, qui frappe les murs violemment à chaque fois qu’elle fait un geste (c’est ce qu’elle dit) et qui est venu la trouver hirsute, hagard, torse nu et en sueur après avoir sonné plusieurs minutes pour qu’elle lui ouvre. Dix ans que ça durait. Elle a déposé une main courante. Ça ne sert à rien, mais au moins si je me fais trucider il y aura une trace quelque part... Dissonances n’a pas pris mon automne pour le numéro « Fuir ». Tant pis. Et 526 mots pour Eff. Marie Cosnay dans Jours de répit à Baigorri [1] :

L’inquiétude c’est que le ministère de l’Intérieur n’anticipe rien. On sent l’incompétence. Les préfets ne savent pas non plus ce qu’il va se passer, si l’expérience va se poursuivre. On devait accueillir trente mille personnes. La Turquie a accueilli deux millions et demi de réfugiés. On en est à dix mille. On ne nous demande rien. On ne tient compte d’aucune expérience.



28 septembre 2017
par Guillaume Vissac
Journal
#Croquis #Football #Marie Cosnay #Paris #Publie.net #Rêve #Spip

[1Creaphis éditions, P. 51.

<  -  >

{Partager}
{Révisions}

6 révisions

280817, version 7 (28 septembre 2017)

Impossible de trouver le sommeil pendant des heures toute la nuit durant à bloquer sur le transfert de M’bappéau PSG , on me dira que c’est dû à une éruption solaire (mais il n’y a pas de soleil la nuit). Allé travailler au jardin, cette photo qui est mise , épinglée , c’est mon bureau alors. Problème  : Bloquerai un moment sur un décalage d’un pixel avant de solutionner çacrassement . Quand Souvent que je travaille sur des sites pour d’autres je ressens le besoin de récupérer ça, le fruit de ce travail, pour moi. De m’en servir pour un truc, souvent c’est pour [Bajir->https://www Bajir , qui n’a toujours pas de forme fixe .wattpad.com/93915192-bajir-1-tout-est-ou] C’est à peu près tout . , qui n’a pas de forme, le pauvre. Ici, au jardin, il fait suffisamment beau pour y être mais il y a beaucoup d’ombre. Bon point. C’est le rendez-vous des gens bizarres ici semble-t-il . Femme Une femme qui parle toute seule et elle fouille dans les poubelles. Un homme qui se parle, lui aussi, à lui-même, pendant des heures. Et Un homme qui parle tout seul , lui aussi , pendant des heures , et des conversations entières faites de marmonnements, de marmonnements mais heureux. Il a l’air heureux je veux dire . Un autre qui fera plusieurs fois le tour du gazon en se raclant la gorge, en reniflant et en crachant par terre. Il parle, lui aussi, tout seul , mais c’est une autre langue. Deux À un moment , alors que deux gamins jouant jouent calmement à chasser les Pokémon du jardin ; , l’un d’entre eux se mettra à hurler : FUCK YOU FUCKHEAD ! Bien avant, tombé sur cette voisine qui me racontera une histoire sordide, un d’un type, un étage plus bas à l’étage en dessous du sien , qui frappe les murs violemment à chaque fois qu’elle fait un geste ( c’est ce qu’elle dit ) bouge chez elle et qui est venu la trouver hirsute, hagard, torse nu et en sueur après avoir sonné plusieurs minutes pour qu’elle lui ouvre. Dix Ça fait dix ans que ça durait dure . Elle a déposé une main courante. Ça ne sert à rien, mais au moins si je me fais trucider il y aura une trace quelque part... [Dissonances->http://revuedissonances.com] M . Dissonance n’a pas pris mon automne pour le numéro «  " Fuir ». ". Tant pis. Procès Pistorius, [Day 3, Part 4->https://www.youtube.com/watch?v=vz0PjPT7xKQ]. Cross-examination du témoin n°3 par M. Roux. Ont-ils bu de l’alcool au cours de ce repas ? Non. Y avait-il du bruit dans la salle ? Oui. Roux implique qu’à cause du bruit, M. Pistorius n’a pas entendu M. Fresco dire one up (une balle dans la chambre). Reexamination par M. Nel. Qu’a-t-il entendu après le coup de feu ? Il n’est pas capable de redire mot pour mot ce qu’il a entendu mais, oui, M. Pistorius s’est exprimé sur le fait que ce serait dommageable pour lui qu’on l’identifie comme le tireur et M. Fresco a pris la responsabilité (took the blame) du coup de feu. Témoin n°4, propriétaire du restaurant dans lequel le coup de feu a eu lieu. Il raconte le coup de feu dans son restaurant, plein. Concernant l’impact de balle dans le sol, avant le coup de feu il n’y était pas. Ensuite oui. Cross examination par M. Roux : M. Pistorius s’est excusé et a payé pour les dégâts ? Le témoin ne s’en souvient pas. Témoin n°5, femme du témoin n°4. Elle s’est approchée de la table, a dit quelle est la première règle à suivre quand on a une arme à feu ? la sécurité avant tout. Puis elle l’a tapé sur la tête. Cross-examination par M. Roux. Même question concernant la note réglée par M. Pistorius. Après les évènements, elle a vu M. Pistorius payer avec sa carte bleue. Reexamination par M. Nel. Y avait-il quelqu’un d’assis à proximité de la table à laquelle M. Pistorius était assis ? Oui, il y avait une chaise. Qui était assis sur cette chaise ? Un enfant. Et 526 mots pour Eff. Marie Cosnay dans [Jours Jours de répit à Baigorri->http://www Baigorri [1] :

<blockquote>

L’inquiétude c’est que le ministère de l’Intérieur n’anticipe rien. On sent l’incompétence. Les préfets ne savent pas non plus ce qu’il va se passer, si l’expérience va se poursuivre. On devait accueillir trente mille personnes. La Turquie a accueilli deux millions et demi de réfugiés. On en est à dix mille. On ne nous demande rien. On ne tient compte d’aucune expérience.

</blockquote>

[1Creaphis éditions , P .critiqueslibres Pas d’autres questions .com/i.php/vcrit/50117][[Creaphis éditions, P. 51.

Publie.net, Paris, Croquis, Rêve, Football, Spip, Marie Cosnay
jpg/dsc_0002.jpg

280817, version 6 (29 août 2017)

Impossible de trouver le sommeil pendant des heures toute la nuit durant à bloquer sur le transfert de M’bappé au PSG , on me dira que c’est dû à une éruption solaire (mais il n’y a pas de soleil la nuit). Allé travailler au jardin, c’est mon bureau alors. Bloquerai un moment sur un décalage d’un pixel avant de solutionner ça crassement. Souvent que je travaille sur des sites pour d’autres je ressens le besoin de récupérer ça, le fruit de ce travail, pour moi. De m’en servir pour un truc, souvent c’est pour Bajir, qui n’a toujours pas de forme fixe. Ici, au jardin, il fait suffisamment beau pour y être mais il y a beaucoup d’ombre. Bon point. C’est le rendez-vous des gens bizarres semble-t-il. Une femme qui parle toute seule et fouille dans les poubelles. Un homme qui parle tout seul, lui aussi, pendant des heures, et des conversations entières faites de marmonnements, mais heureux. Il a l’air heureux. Un autre qui fera plusieurs fois le tour du gazon en se raclant la gorge, en reniflant et en crachant par terre. Il parle, lui aussi, tout seul, mais c’est une autre langue. À un moment, alors que deux gamins jouent calmement à chasser les Pokémon du jardin, l’un d’entre eux se mettra à hurler : FUCK YOU FUCKHEAD ! C’est à peu près tout. Bien avant, tombé sur cette voisine qui me racontera une histoire sordide d’un type, à l’étage en dessous du sien, qui frappe les murs violemment à chaque fois qu’elle bouge chez elle et qui est venu la trouver hirsute, hagard, torse nu et en sueur après avoir sonné plusieurs minutes pour qu’elle lui ouvre. Ça fait dix ans que ça dure. Elle a déposé une main courante. Ça ne sert à rien, mais au moins si je me fais trucider il y aura une trace quelque part... Dissonance n’a pas pris mon automne pour le numéro "Fuir". Tant pis. Procès Pistorius, Day 3, Part 4. Cross-examination du témoin n°3 par M. Roux. Ont-ils bu de l’alcool au cours de ce repas ? Non. Y avait-il du bruit dans la salle ? Oui. M. Roux implique qu’à cause du bruit, M. Pistorius n’a pas entendu M. Fresco dire one up (une balle dans la chambre). Reexamination par M. Nel. Qu’a-t-il entendu après le coup de feu ? Il n’est pas capable de redire mot pour mot ce qu’il a entendu mais, oui, M. Pistorius s’est exprimé sur le fait que ce serait dommageable pour lui qu’on l’identifie comme le tireur et M. Fresco a pris la responsabilité (took the blame) du coup de feu. Témoin n°4, propriétaire du restaurant dans lequel le coup de feu a eu lieu. Il raconte le coup de feu dans son restaurant, plein. Concernant l’impact de balle dans le sol, avant le coup de feu il n’y était pas. Ensuite oui. Cross examination par M. Roux : M. Pistorius s’est excusé et a payé pour les dégâts ? Le témoin ne s’en souvient pas. Pas d’autres questions. Témoin n°5, femme du témoin n°4. Elle s’est approchée de la table, a dit quelle est la première règle à suivre quand on a une arme à feu ? la sécurité avant tout. Puis elle l’a tapé sur la tête. Cross-examination par M. Roux. Même question concernant la note réglée par M. Pistorius. Après les évènements, elle a vu M. Pistorius payer avec sa carte bleue. Reexamination par M. Nel. Y avait-il quelqu’un d’assis à proximité de la table à laquelle M. Pistorius était assis ? Oui, il y avait une chaise. Qui était assis sur cette chaise ? Un enfant. Et 526 mots pour Eff. Marie Cosnay dans Jours de répit à Baigorri [2]  :

<blockquote>

L’inquiétude c’est que le ministère de l’Intérieur n’anticipe rien. On sent l’incompétence. Les préfets ne savent pas non plus ce qu’il va se passer, si l’expérience va se poursuivre. On devait accueillir trente mille personnes. La Turquie a accueilli deux millions et demi de réfugiés. On en est à dix mille. On ne nous demande rien. On ne tient compte d’aucune expérience.

</blockquote>

[2Creaphis éditions, P. 51.

280817, version 5 (28 août 2017)

Impossible de trouver le sommeil pendant des heures toute la nuit durant, on me dira que c’est dû à une éruption solaire (mais il n’y a pas de soleil la nuit). Allé travailler au jardin, c’est mon bureau alors. Bloquerai un moment sur un décalage d’un pixel avant de solutionner ça crassement. Souvent que je travaille sur des sites pour d’autres je ressens le besoin de récupérer ça, le fruit de ce travail, pour moi. De m’en servir pour un truc, souvent c’est pour Bajir, qui n’a toujours pas de forme fixe. Ici, au jardin, il fait suffisamment beau pour y être mais il y a beaucoup d’ombre. Bon point. C’est le rendez-vous des gens bizarres semble-t-il. Une femme qui parle toute seule et fouille dans les poubelles. Un homme qui parle tout seul, lui aussi, pendant des heures, et des conversations entières faites de marmonnements, mais heureux. Il a l’air heureux. Un autre qui fera plusieurs fois le tour du gazon en se raclant la gorge, en reniflant et en crachant par terre. Il parle, lui aussi, tout seul, mais c’est une autre langue. À un moment, alors que deux gamins jouent calmement à chasser les Pokémon du jardin, l’un d’entre eux se mettra à hurler : FUCK YOU FUCKHEAD ! C’est à peu près tout. Bien avant, tombé sur cette voisine qui me racontera une histoire sordide d’un type, à l’étage en dessous du sien, qui frappe les murs violemment à chaque fois qu’elle bouge chez elle et qui est venu la trouver hirsute, hagard, torse nu et en sueur après avoir sonné plusieurs minutes pour qu’elle lui ouvre. Ça fait dix ans que ça dure. Elle a déposé une main courante. Ça ne sert à rien, mais au moins si je me fais trucider il y aura une trace quelque part... Dissonance n’a pas pris mon automne pour le numéro "Fuir". Tant pis. Procès Pistorius, Day 3, Part 4. Cross-examination du témoin n°3 par M. Roux. Ont-ils bu de l’alcool au cours de ce repas ? Non. Y avait-il du bruit dans la salle ? Oui. M. Roux implique qu’à cause du bruit, M. Pistorius n’a pas entendu M. Fresco dire one up (une balle dans la chambre). Reexamination par M. Nel. Qu’a-t-il entendu après le coup de feu ? Il n’est pas capable de redire mot pour mot ce qu’il a entendu mais, oui, M. Pistorius s’est exprimé sur le fait que ce serait dommageable pour lui qu’on l’identifie comme le tireur et M. Fresco a pris la responsabilité (took the blame) du coup de feu. Témoin n°4, propriétaire du restaurant dans lequel le coup de feu a eu lieu. Il raconte le coup de feu dans son restaurant, plein. Concernant l’impact de balle dans le sol, avant le coup de feu il n’y était pas. Ensuite oui. Cross examination par M. Roux : M. Pistorius s’est excusé et a payé pour les dégâts ? Le témoin ne s’en souvient pas. Pas d’autres questions. Témoin n°5, femme du témoin n°4. Elle s’est approchée de la table, a dit quelle est la première règle à suivre quand on a une arme à feu ? la sécurité avant tout. Puis elle l’a tapé sur la tête. Cross-examination par M. Roux. Même question concernant la note réglée par M. Pistorius. Après les évènements, elle a vu M. Pistorius payer avec sa carte bleue. Reexamination par M. Nel. Y avait-il quelqu’un d’assis à proximité de la table à laquelle M. Pistorius était assis ? Oui, il y avait une chaise. Qui était assis sur cette chaise ? Un enfant. Et 526 mots pour Eff.

280817, version 4 (28 août 2017)

Impossible de trouver le sommeil pendant des heures toute la nuit durant, on me dira que c’est dû à une éruption solaire (mais il n’y a pas de soleil la nuit). Allé travailler au jardin, c’est mon bureau alors. Bloquerai un moment sur un décalage d’un pixel avant de solutionner ça crassement. Souvent que je travaille sur des sites pour d’autres je ressens le besoin de récupérer ça, le fruit de ce travail, pour moi. De m’en servir pour un truc, souvent c’est pour Bajir, qui n’a toujours pas de forme fixe. Ici, au jardin, il fait suffisamment beau pour y être mais il y a beaucoup d’ombre. Bon point. C’est le rendez-vous des gens bizarres semble-t-il. Une femme qui parle toute seule et fouille dans les poubelles. Un homme qui parle tout seul, lui aussi, pendant des heures, et des conversations entières faites de marmonnements, mais heureux. Il a l’air heureux. Un autre qui fera plusieurs fois le tour du gazon en se raclant la gorge, en reniflant et en crachant par terre. Il parle, lui aussi, tout seul, mais c’est une autre langue. À un moment, alors que deux gamins jouent calmement à chasser les Pokémon du jardin, l’un d’entre eux se mettra à hurler : FUCK YOU FUCKHEAD ! C’est à peu près tout. Bien avant, tombé sur cette voisine qui me racontera une histoire sordide d’un type, à l’étage en dessous du sien, qui frappe les murs violemment à chaque fois qu’elle bouge chez elle et qui est venu la trouver hirsute, hagard, torse nu et en sueur après avoir sonné plusieurs minutes pour qu’elle lui ouvre. Ça fait dix ans que ça dure. Elle a déposé une main courante. Ça ne sert à rien, mais au moins si je me fais trucider il y aura une trace quelque part... Dissonance n’a pas pris mon automne pour le numéro "Fuir". Tant pis. Procès Pistorius, [Day Day 3, Part 4->https://www 4 .youtube.com/watch ?v=vz0PjPT7xKQ]. Cross-examination du témoin n°3 par M. Roux. Ont-ils bu de l’alcool au cours de ce repas ? Non. Y avait-il du bruit dans la salle ? Oui. M. Roux implique qu’à cause du bruit, M. Pistorius n’a pas entendu M. Fresco dire one up (une balle dans la chambre). Reexamination par M. Nel. Qu’a-t-il entendu après le coup de feu ? Il n’est pas capable de redire mot pour mot ce qu’il a entendu mais, oui, M. Pistorius s’est exprimé sur le fait que ce serait dommageable pour lui qu’on l’identifie comme le tireur et M. Fresco a pris la responsabilité (took the blame) du coup de feu. Témoin n°4, propriétaire du restaurant dans lequel le coup de feu a eu lieu. Il raconte le coup de feu dans son restaurant, plein. Concernant l’impact de balle dans le sol, avant le coup de feu il n’y était pas. Ensuite oui. Cross examination par M. Roux : M. Pistorius s’est excusé et a payé pour les dégâts ? Le témoin ne s’en souvient pas. Pas d’autres questions. Témoin n°5, femme du témoin n°4. Elle s’est approchée de la table, a dit quelle est la première règle à suivre quand on a une arme à feu ? la sécurité avant tout. Puis elle l’a tapé sur la tête. Cross-examination par M. Roux. Même question concernant la note réglée par M. Pistorius. Après les évènements, elle a vu M. Pistorius payer avec sa carte bleue. Reexamination par M. Nel. Y avait-il quelqu’un d’assis à proximité de la table à laquelle M. Pistorius était assis ? Oui, il y avait une chaise. Qui était assis sur cette chaise ? Un enfant.

280817, version 3 (28 août 2017)

Impossible de trouver le sommeil pendant des heures toute la nuit durant, on me dira que c’est dû à une éruption solaire (mais il n’y a pas de soleil la nuit). Allé travailler au jardin, c’est mon bureau alors. Bloquerai un moment sur un décalage d’un pixel avant de solutionner ça crassement. Souvent que je travaille sur des sites pour d’autres je ressens le besoin de récupérer ça, le fruit de ce travail, pour moi. De m’en servir pour un truc, souvent c’est pour Bajir, qui n’a toujours pas de forme fixe. Ici, au jardin, il fait suffisamment beau pour y être mais il y a beaucoup d’ombre. Bon point. C’est le rendez-vous des gens bizarres semble-t-il. Une femme qui parle toute seule et fouille dans les poubelles. Un homme qui parle tout seul, lui aussi, pendant des heures, et des conversations entières faites de marmonnements, mais heureux. Il a l’air heureux. Un autre qui fera plusieurs fois le tour du gazon en se raclant la gorge, en reniflant et en crachant par terre. Il parle, lui aussi, tout seul, mais c’est une autre langue. À un moment, alors que deux gamins jouent calmement à chasser les Pokémon du jardin, l’un d’entre eux se mettra à hurler : FUCK YOU FUCKHEAD ! C’est à peu près tout. Bien avant, tombé sur cette voisine qui me racontera une histoire sordide d’un type, à l’étage en dessous du sien, qui frappe les murs violemment à chaque fois qu’elle bouge chez elle et qui est venu la trouver hirsute, hagard, torse nu et en sueur après avoir sonné plusieurs minutes pour qu’elle lui ouvre. Ça fait dix ans que ça dure. Elle a déposé une main courante. Ça ne sert à rien, mais au moins si je me fais trucider il y aura une trace quelque part... Dissonance n’a pas pris mon automne pour le numéro "Fuir". Tant pis. Procès Pistorius, Day 3, Part 4. Cross-examination du témoin n°3 par M. Roux. Ont-ils bu de l’alcool au cours de ce repas ? Non. Y avait-il du bruit dans la salle ? Oui. M. Roux implique qu’à cause du bruit, M. Pistorius n’a pas entendu M. Fresco dire one up (une balle dans la chambre). Reexamination par M. Nel. Qu’a-t-il entendu après le coup de feu ? Il n’est pas capable de redire mot pour mot ce qu’il a entendu mais, oui, M. Pistorius s’est exprimé sur le fait que ce serait dommageable pour lui qu’on l’identifie comme le tireur et M. Fresco a pris la responsabilité (took the blame) du coup de feu. Témoin n°4, propriétaire du restaurant dans lequel le coup de feu a eu lieu. Il raconte le coup de feu dans son restaurant, plein. Concernant l’impact de balle dans le sol, avant le coup de feu il n’y était pas. Ensuite oui.

280817, version 2 (28 août 2017)

{Commentaires}

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

{Autres articles}


Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |