120917


Je ne sais pas ce que tout le monde trouve à DOA mais ce que j’ai lu ça me dépasse : trames et dialogues de série télé bas de gamme, c’est caricatural et sans relief. Je n’irai pas au bout. Une journée agaçante. Pénible même. Je suis bon à rien ici. 618 mots pour Eff. Celtic - PSG (0-5).

<  -  >

{Partager}
{Révisions}

8 révisions

120917, version 9 (12 octobre 2017)

Vide, Football, DOA
jpg/dsc_0022-2.jpg

Je ne sais pas ce que tout le monde trouve à DOA mais ce que j’ai lu ça me dépasse : trames et dialogues de série télé bas de gamme, c’est caricatural et sans relief. Je n’irai pas au bout. Une journée agaçante. Pénible même. Je suis bon à rien ici. 618 mots pour Eff. Celtic - PSG (0-5).

Je ne sais pas ce que tout le monde trouve à DOA mais ce que j’en ai lu me dépasse : impression agacée de série télé française caricaturale et sans relief. Je n’irai pas au bout [1]. Une journée agaçante. Pénible. Suis bon à rien ici. Procès Pistorius, Day 7, Part 2. Cross-examination de M. Fresco par M. Roux. La qualité est mauvaise. Dans cette voiture, M. Pistorius et M. Fresco n’envisageaient-ils pas de tirer sur un robot ? M. Fresco ne s’en souvient pas. Et personne ne riait ? Non. C’est arrivé comme ça, soudainement (out of the blue) ? Oui. Ce n’est pas ce dont se souvient Mrs Taylor. Il y a ensuite un flou sur ce qui s’est passé ensuite, M. Fresco ne se souvenant pas dans le détail. Pourquoi a-t-il mis en boule sa contravention ? What should have I done with the ticket ? A-t-il reparlé de cet incident avec l’accusé par la suite ? Non. Il a juste laissé tomber ? Oui. Au restaurant, comment se fait-il qu’il ait transmis son arme à M. Pistorius ? Parce qu’il le lui a demandé. Ils se trouvaient à environ 30cm l’un de l’autre. Il y a eu reconstitution sur l’emplacement des uns et des autres pour reconstituer cette scène mais on ne peut pas se transmettre une arme à cette distance. Est-il bien sûr de se souvenir ? Il dit souvent au plus loin que je puisse me souvenir (as far as I can remember). That is my story, dit-il. Cette proximité supposée n’apparaît pas dans sa première déposition. Qu’a-t-il dit lorsqu’il lui a transmis l’arme. There is one up. Qu’a-t-il répondu ? Ok. Est-il sûr ? Oui. Mais c’est la première fois que ce ok apparaît dans leurs échanges, ici au procès et lors de son témoignage initial. Comment cela se fait-il ? Il ne sait pas. Il aurait souhaité préciser quelque chose sur le fait que le magazine était engagé (? > the magazine is in) mais croyant que M. Pistorius avait l’habitude des armes, il pensait qu’il l’aurait vérifié. Un autre témoin a déclaré que M. Pistorius était furieux que M. Fresco lui ai transmis une arme avec le magazine engagé. Mais pourquoi mentionner cette histoire de magazine alors que c’est quelque chose qu’il n’a pas dit ? Et M. Pistorius était-il furieux ? Non. Qu’a-t-il dit ? Il lui a demandé de prétendre avoir été l’auteur du tir à cause de la pression médiatique. Il n’a rien dit sur le fait que M. Fresco ne lui avait rien dit sur le fait que le magazine était engagé ? Non, il ne se souvient pas de ça. Est-ce que sa mémoire lui fait défaut ? Non. M. Fresco a ensuite présenté ses excuses auprès du propriétaire du restaurant et de sa femme. M. Pistorius s’est excusé ensuite en sortant. M. Fresco a proposé de rembourser les dégâts, il ne se souvient pas que M. Pistorius l’ait proposé aussi. Se sont-ils remis à discuter comme si de rien n’était ensuite ? Oui. De quoi ont-ils parlé ? M. Fresco ne se souvient pas. La femme du propriétaire, combien de temps après le coup de feu est-elle venue ? Environ une minute. Et c’est à ce moment-là qu’il a inventé cette histoire d’arme ayant glissé de son short ? Peut-être, il ne sait plus. Et le propriétaire du restaurant, quand est-il venu ? Il ne se souvient plus. Puis ils ont fait comme si rien ne s’était passé, sur sa demande, et ont repris leurs conversations autour de la table. Mais à aucun endroit, dans cette première déposition, ne mentionne la demande de M. Pistorius pour que M. Fresco déclare avoir tiré. Il ne se souvient plus exactement à quel moment c’est arrivé mais il lui a demandé, oui. Il ne sait plus si c’était avant que la conversation reprenne, après que la femme du propriétaire vienne à la table ou que le propriétaire vienne à son tour. Ça n’a pas beaucoup de sens que M. Pistorius demande à M. Fresco de prétendre avoir tiré après qu’il a parlé à la femme du propriétaire, puisqu’il a effectivement took the blame. Il y a quand même beaucoup d’incertitude autour de cette histoire de se prétendre responsable (blaming). Portait-il un short ou un jogging ? Un short. C’était en plein été, il n’y aurait pas eu lieu de porter un jogging. Pourtant dans une précédente déclaration, il mentionnait un jogging. M. Fresco a lu ça lui aussi mais c’est faux. Mais où a-t-il lu ça ? Sur Twitter. Partout dans les médias. Après avoir dit one up, a-t-il ajouté ok ? Peut-être. Peut-être un ok de sa part et de la part de M. Pistorius, il n’est pas sûr de ça. Qui a payé la note ? M. Fresco n’en a aucune idée. En général, c’est Oscar qui payait la note. Était-il présent ? Oui. Mais il ne se souvient pas. A-t-il payé à la table ou en sortant ? Il ne se souvient pas. 618 mots pour Eff. Celtic - PSG (0-5).

[1En réalité, et de dépit, j’ai poursuivi la lecture de ce livre pour finir par l’interrompre définitivement plus tard.

120917, version 8 (8 octobre 2017)

Je ne sais pas ce que tout le monde trouve à DOA mais ce que j’en ai lu me dépasse  : laisse une impression agacée de série télé française caricaturale et sans relief. Je n’irai pas au bout [2]. Une journée agaçante. Pénible. Suis bon à rien ici. Procès Pistorius, Day 7, Part 2. Cross-examination de M. Fresco par M. Roux. La qualité est mauvaise. Dans cette voiture, M. Pistorius et M. Fresco n’envisageaient-ils pas de tirer sur un robot ? M. Fresco ne s’en souvient pas. Et personne ne riait ? Non. C’est arrivé comme ça, soudainement (out of the blue) ? Oui. Ce n’est pas ce dont se souvient Mrs Taylor. Il y a ensuite un flou sur ce qui s’est passé ensuite, M. Fresco ne se souvenant pas dans le détail. Pourquoi a-t-il mis en boule sa contravention ? What should have I done with the ticket ? A-t-il reparlé de cet incident avec l’accusé par la suite ? Non. Il a juste laissé tomber ? Oui. Au restaurant, comment se fait-il qu’il ait transmis son arme à M. Pistorius ? Parce qu’il le lui a demandé. Ils se trouvaient à environ 30cm l’un de l’autre. Il y a eu reconstitution sur l’emplacement des uns et des autres pour reconstituer cette scène mais on ne peut pas se transmettre une arme à cette distance. Est-il bien sûr de se souvenir ? Il dit souvent au plus loin que je puisse me souvenir (as far as I can remember). That is my story, dit-il. Cette proximité supposée n’apparaît pas dans sa première déposition. Qu’a-t-il dit lorsqu’il lui a transmis l’arme. There is one up. Qu’a-t-il répondu ? Ok. Est-il sûr ? Oui. Mais c’est la première fois que ce ok apparaît dans leurs échanges, ici au procès et lors de son témoignage initial. Comment cela se fait-il ? Il ne sait pas. Il aurait souhaité préciser quelque chose sur le fait que le magazine était engagé (? > the magazine is in) mais croyant que M. Pistorius avait l’habitude des armes, il pensait qu’il l’aurait vérifié. Un autre témoin a déclaré que M. Pistorius était furieux que M. Fresco lui ai transmis une arme avec le magazine engagé. Mais pourquoi mentionner cette histoire de magazine alors que c’est quelque chose qu’il n’a pas dit ? Et M. Pistorius était-il furieux ? Non. Qu’a-t-il dit ? Il lui a demandé de prétendre avoir été l’auteur du tir à cause de la pression médiatique. Il n’a rien dit sur le fait que M. Fresco ne lui avait rien dit sur le fait que le magazine était engagé ? Non, il ne se souvient pas de ça. Est-ce que sa mémoire lui fait défaut ? Non. M. Fresco a ensuite présenté ses excuses auprès du propriétaire du restaurant et de sa femme. M. Pistorius s’est excusé ensuite en sortant. M. Fresco a proposé de rembourser les dégâts, il ne se souvient pas que M. Pistorius l’ait proposé aussi. Se sont-ils remis à discuter comme si de rien n’était ensuite ? Oui. De quoi ont-ils parlé ? M. Fresco ne se souvient pas. La femme du propriétaire, combien de temps après le coup de feu est-elle venue ? Environ une minute. Et c’est à ce moment-là qu’il a inventé cette histoire d’arme ayant glissé de son short ? Peut-être, il ne sait plus. Et le propriétaire du restaurant, quand est-il venu ? Il ne se souvient plus. Puis ils ont fait comme si rien ne s’était passé, sur sa demande, et ont repris leurs conversations autour de la table. Mais à aucun endroit, dans cette première déposition, ne mentionne la demande de M. Pistorius pour que M. Fresco déclare avoir tiré. Il ne se souvient plus exactement à quel moment c’est arrivé mais il lui a demandé, oui. Il ne sait plus si c’était avant que la conversation reprenne, après que la femme du propriétaire vienne à la table ou que le propriétaire vienne à son tour. Ça n’a pas beaucoup de sens que M. Pistorius demande à M. Fresco de prétendre avoir tiré après qu’il a parlé à la femme du propriétaire, puisqu’il a effectivement took the blame. Il y a quand même beaucoup d’incertitude autour de cette histoire de se prétendre responsable (blaming). Portait-il un short ou un jogging ? Un short. C’était en plein été, il n’y aurait pas eu lieu de porter un jogging. Pourtant dans une précédente déclaration, il mentionnait un jogging. M. Fresco a lu ça lui aussi mais c’est faux. Mais où a-t-il lu ça ? Sur Twitter. Partout dans les médias. Après avoir dit one up, a-t-il ajouté ok ? Peut-être. Peut-être un ok de sa part et de la part de M. Pistorius, il n’est pas sûr de ça. Qui a payé la note ? M. Fresco n’en a aucune idée. En général, c’est Oscar qui payait la note. Était-il présent ? Oui. Mais il ne se souvient pas. A-t-il payé à la table ou en sortant ? Il ne se souvient pas. 618 mots pour Eff. Celtic - PSG (0-5).

[2En réalité, et de dépit, j’ai poursuivi la lecture de ce livre pour finir par l’interrompre définitivement plus tard.

120917, version 7 (7 octobre 2017)

Je ne sais pas ce que tout le monde trouve à DOA mais ce que j’en ai lu me laisse une impression agacée de série télé française caricaturale et sans relief. Je n’irai pas au bout [3]. Une journée agaçante. Pénible. Suis bon à rien ici. Procès Pistorius, Day 7, Part 2. Cross-examination de M. Fresco par M. Roux. La qualité est mauvaise. Dans cette voiture, M. Pistorius et M. Fresco n’envisageaient-ils pas de tirer sur un robot ? M. Fresco ne s’en souvient pas. Et personne ne riait ? Non. C’est arrivé comme ça, soudainement (out of the blue) ? Oui. Ce n’est pas ce dont se souvient Mrs Taylor. Il y a ensuite un flou sur ce qui s’est passé ensuite, M. Fresco ne se souvenant pas dans le détail. Pourquoi a-t-il mis en boule sa contravention ? What should have I done with the ticket ? A-t-il reparlé de cet incident avec l’accusé par la suite ? Non. Il a juste laissé tomber ? Oui. Au restaurant, comment se fait-il qu’il ait transmis son arme à M. Pistorius ? Parce qu’il le lui a demandé. Ils se trouvaient à environ 30cm l’un de l’autre. Il y a eu reconstitution sur l’emplacement des uns et des autres pour reconstituer cette scène mais on ne peut pas se transmettre une arme à cette distance. Est-il bien sûr de se souvenir ? Il dit souvent au plus loin que je puisse me souvenir (as far as I can remember). That is my story, dit-il. Cette proximité supposée n’apparaît pas dans sa première déposition. Qu’a-t-il dit lorsqu’il lui a transmis l’arme. There is one up. Qu’a-t-il répondu ? Ok. Est-il sûr ? Oui. Mais c’est la première fois que ce ok apparaît dans leurs échanges, ici au procès et lors de son témoignage initial. Comment cela se fait-il ? Il ne sait pas. Il aurait souhaité préciser quelque chose sur le fait que le magazine était engagé (? > the magazine is in) mais croyant que M. Pistorius avait l’habitude des armes, il pensait qu’il l’aurait vérifié. Un autre témoin a déclaré que M. Pistorius était furieux que M. Fresco lui ai transmis une arme avec le magazine engagé. Mais pourquoi mentionner cette histoire de magazine alors que c’est quelque chose qu’il n’a pas dit ? Et M. Pistorius était-il furieux ? Non. Qu’a-t-il dit ? Il lui a demandé de prétendre avoir été l’auteur du tir à cause de la pression médiatique. Il n’a rien dit sur le fait que M. Fresco ne lui avait rien dit sur le fait que le magazine était engagé ? Non, il ne se souvient pas de ça. Est-ce que sa mémoire lui fait défaut ? Non. M. Fresco a ensuite présenté ses excuses auprès du propriétaire du restaurant et de sa femme. M. Pistorius s’est excusé ensuite en sortant. M. Fresco a proposé de rembourser les dégâts, il ne se souvient pas que M. Pistorius l’ait proposé aussi. Se sont-ils remis à discuter comme si de rien n’était ensuite ? Oui. De quoi ont-ils parlé ? M. Fresco ne se souvient pas. La femme du propriétaire, combien de temps après le coup de feu est-elle venue ? Environ une minute. Et c’est à ce moment-là qu’il a inventé cette histoire d’arme ayant glissé de son short ? Peut-être, il ne sait plus. Et le propriétaire du restaurant, quand est-il venu ? Il ne se souvient plus. Puis ils ont fait comme si rien ne s’était passé, sur sa demande, et ont repris leurs conversations autour de la table. Mais à aucun endroit, dans cette première déposition, ne mentionne la demande de M. Pistorius pour que M. Fresco déclare avoir tiré. Il ne se souvient plus exactement à quel moment c’est arrivé mais il lui a demandé, oui. Il ne sait plus si c’était avant que la conversation reprenne, après que la femme du propriétaire vienne à la table ou que le propriétaire vienne à son tour. Ça n’a pas beaucoup de sens que M. Pistorius demande à M. Fresco de prétendre avoir tiré après qu’il a parlé à la femme du propriétaire, puisqu’il a effectivement took the blame. Il y a quand même beaucoup d’incertitude autour de cette histoire de se prétendre responsable (blaming). Portait-il un short ou un jogging ? Un short. C’était en plein été, il n’y aurait pas eu lieu de porter un jogging. Pourtant dans une précédente déclaration, il mentionnait un jogging. M. Fresco a lu ça lui aussi mais c’est faux. Mais où a-t-il lu ça ? Sur Twitter. Partout dans les médias. Après avoir dit one up, a-t-il ajouté ok ? Peut-être. Peut-être un ok de sa part et de la part de M. Pistorius, il n’est pas sûr de ça. Qui a payé la note ? M. Fresco n’en a aucune idée. En général, c’est Oscar qui payait la note. Était-il présent ? Oui. Mais il ne se souvient pas. A-t-il payé à la table ou en sortant ? Il ne se souvient pas. 618 mots pour Eff. Celtic - PSG (0-5).

[3En réalité, et de dépit, j’ai poursuivi la lecture de ce livre pour finir par l’interrompre définitivement plus tard .

120917, version 6 (16 septembre 2017)

Je ne sais pas ce que tout le monde trouve à DOA mais ce que j’en ai lu me laisse une impression agacée de série télé française caricaturale et sans relief. Je n’irai pas au bout [4]. bout . Une journée agaçante. Pénible. Suis bon à rien ici. Procès Pistorius, Day 7, Part 2. Cross-examination de M. Fresco par M. Roux. La qualité est mauvaise. Dans cette voiture, M. Pistorius et M. Fresco n’envisageaient-ils pas de tirer sur un robot ? M. Fresco ne s’en souvient pas. Et personne ne riait ? Non. C’est arrivé comme ça, soudainement (out of the blue) ? Oui. Ce n’est pas ce dont se souvient Mrs Taylor. Il y a ensuite un flou sur ce qui s’est passé ensuite, M. Fresco ne se souvenant pas dans le détail. Pourquoi a-t-il mis en boule sa contravention ? What should have I done with the ticket ? A-t-il reparlé de cet incident avec l’accusé par la suite ? Non. Il a juste laissé tomber ? Oui. Au restaurant, comment se fait-il qu’il ait transmis son arme à M. Pistorius ? Parce qu’il le lui a demandé. Ils se trouvaient à environ 30cm l’un de l’autre. Il y a eu reconstitution sur l’emplacement des uns et des autres pour reconstituer cette scène mais on ne peut pas se transmettre une arme à cette distance. Est-il bien sûr de se souvenir ? Il dit souvent au plus loin que je puisse me souvenir (as far as I can remember). That is my story, dit-il. Cette proximité supposée n’apparaît pas dans sa première déposition. Qu’a-t-il dit lorsqu’il lui a transmis l’arme. There is one up. Qu’a-t-il répondu ? Ok. Est-il sûr ? Oui. Mais c’est la première fois que ce ok apparaît dans leurs échanges, ici au procès et lors de son témoignage initial. Comment cela se fait-il ? Il ne sait pas. Il aurait souhaité préciser quelque chose sur le fait que le magazine était engagé (? > the magazine is in) mais croyant que M. Pistorius avait l’habitude des armes, il pensait qu’il l’aurait vérifié. Un autre témoin a déclaré que M. Pistorius était furieux que M. Fresco lui ai transmis une arme avec le magazine engagé. Mais pourquoi mentionner cette histoire de magazine alors que c’est quelque chose qu’il n’a pas dit ? Et M. Pistorius était-il furieux ? Non. Qu’a-t-il dit ? Il lui a demandé de prétendre avoir été l’auteur du tir à cause de la pression médiatique. Il n’a rien dit sur le fait que M. Fresco ne lui avait rien dit sur le fait que le magazine était engagé ? Non, il ne se souvient pas de ça. Est-ce que sa mémoire lui fait défaut ? Non. M. Fresco a ensuite présenté ses excuses auprès du propriétaire du restaurant et de sa femme. M. Pistorius s’est excusé ensuite en sortant. M. Fresco a proposé de rembourser les dégâts, il ne se souvient pas que M. Pistorius l’ait proposé aussi. Se sont-ils remis à discuter comme si de rien n’était ensuite ? Oui. De quoi ont-ils parlé ? M. Fresco ne se souvient pas. La femme du propriétaire, combien de temps après le coup de feu est-elle venue ? Environ une minute. Et c’est à ce moment-là qu’il a inventé cette histoire d’arme ayant glissé de son short ? Peut-être, il ne sait plus. Et le propriétaire du restaurant, quand est-il venu ? Il ne se souvient plus. Puis ils ont fait comme si rien ne s’était passé, sur sa demande, et ont repris leurs conversations autour de la table. Mais à aucun endroit, dans cette première déposition, ne mentionne la demande de M. Pistorius pour que M. Fresco déclare avoir tiré. Il ne se souvient plus exactement à quel moment c’est arrivé mais il lui a demandé, oui. Il ne sait plus si c’était avant que la conversation reprenne, après que la femme du propriétaire vienne à la table ou que le propriétaire vienne à son tour. Ça n’a pas beaucoup de sens que M. Pistorius demande à M. Fresco de prétendre avoir tiré après qu’il a parlé à la femme du propriétaire, puisqu’il a effectivement took the blame. Il y a quand même beaucoup d’incertitude autour de cette histoire de se prétendre responsable (blaming). Portait-il un short ou un jogging ? Un short. C’était en plein été, il n’y aurait pas eu lieu de porter un jogging. Pourtant dans une précédente déclaration, il mentionnait un jogging. M. Fresco a lu ça lui aussi mais c’est faux. Mais où a-t-il lu ça ? Sur Twitter. Partout dans les médias. Après avoir dit one up, a-t-il ajouté ok ? Peut-être. Peut-être un ok de sa part et de la part de M. Pistorius, il n’est pas sûr de ça. Qui a payé la note ? M. Fresco n’en a aucune idée. En général, c’est Oscar qui payait la note. Était-il présent ? Oui. Mais il ne se souvient pas. A-t-il payé à la table ou en sortant ? Il ne se souvient pas. 618 mots pour Eff. Celtic - PSG (0-5).

[4En réalité , et de dépit , j’ai poursuivi la lecture de ce livre .

120917, version 5 (13 septembre 2017)

Je ne sais pas ce que tout le monde trouve à DOA mais ce que j’en ai lu me laisse une impression agacée de série télé française caricaturale et sans relief. Je n’irai pas au bout. Une journée agaçante. Pénible. Suis bon à rien ici. Procès Pistorius, Day 7, Part 2. Cross-examination de M. Fresco par M. Roux. La qualité est mauvaise. Dans cette voiture, M. Pistorius et M. Fresco n’envisageaient-ils pas de tirer sur un robot ? M. Fresco ne s’en souvient pas. Et personne ne riait ? Non. C’est arrivé comme ça, soudainement (out of the blue) ? Oui. Ce n’est pas ce dont se souvient Mrs Taylor. Il y a ensuite un flou sur ce qui s’est passé ensuite, M. Fresco ne se souvenant pas dans le détail. Pourquoi a-t-il mis en boule sa contravention ? What should have I done with the ticket ? A-t-il reparlé de cet incident avec l’accusé par la suite ? Non. Il a juste laissé tomber ? Oui. Au restaurant, comment se fait-il qu’il ait transmis son arme à M. Pistorius ? Parce qu’il le lui a demandé. Ils se trouvaient à environ 30cm l’un de l’autre. Il y a eu reconstitution sur l’emplacement des uns et des autres pour reconstituer cette scène mais on ne peut pas se transmettre une arme à cette distance. Est-il bien sûr de se souvenir ? Il dit souvent au plus loin que je puisse me souvenir (as far as I can remember). That is my story, dit-il. Cette proximité supposée n’apparaît pas dans sa première déposition. Qu’a-t-il dit lorsqu’il lui a transmis l’arme. There is one up. Qu’a-t-il répondu ? Ok. Est-il sûr ? Oui. Mais c’est la première fois que ce ok apparaît dans leurs échanges, ici au procès et lors de son témoignage initial. Comment cela se fait-il ? Il ne sait pas. Il aurait souhaité préciser quelque chose sur le fait que le magazine était engagé (? > the magazine is in) mais croyant que M. Pistorius avait l’habitude des armes, il pensait qu’il l’aurait vérifié. Un autre témoin a déclaré que M. Pistorius était furieux que M. Fresco lui ai transmis une arme avec le magazine engagé. Mais pourquoi mentionner cette histoire de magazine alors que c’est quelque chose qu’il n’a pas dit ? Et M. Pistorius était-il furieux ? Non. Qu’a-t-il dit ? Il lui a demandé de prétendre avoir été l’auteur du tir à cause de la pression médiatique. Il n’a rien dit sur le fait que M. Fresco ne lui avait rien dit sur le fait que le magazine était engagé ? Non, il ne se souvient pas de ça. Est-ce que sa mémoire lui fait défaut ? Non. M. Fresco a ensuite présenté ses excuses auprès du propriétaire du restaurant et de sa femme. M. Pistorius s’est excusé ensuite en sortant. M. Fresco a proposé de rembourser les dégâts, il ne se souvient pas que M. Pistorius l’ait proposé aussi. Se sont-ils remis à discuter comme si de rien n’était ensuite ? Oui. De quoi ont-ils parlé ? M. Fresco ne se souvient pas. La femme du propriétaire, combien de temps après le coup de feu est-elle venue ? Environ une minute. Et c’est à ce moment-là qu’il a inventé cette histoire d’arme ayant glissé de son short ? Peut-être, il ne sait plus. Et le propriétaire du restaurant, quand est-il venu ? Il ne se souvient plus. Puis ils ont fait comme si rien ne s’était passé, sur sa demande, et ont repris leurs conversations autour de la table. Mais à aucun endroit, dans cette première déposition, ne mentionne la demande de M. Pistorius pour que M. Fresco déclare avoir tiré. Il ne se souvient plus exactement à quel moment c’est arrivé mais il lui a demandé, oui. Il ne sait plus si c’était avant que la conversation reprenne, après que la femme du propriétaire vienne à la table ou que le propriétaire vienne à son tour. Ça n’a pas beaucoup de sens que M. Pistorius demande à M. Fresco de prétendre avoir tiré après qu’il a parlé à la femme du propriétaire, puisqu’il a effectivement took the blame. Il y a quand même beaucoup d’incertitude autour de cette histoire de se prétendre responsable (blaming). Portait-il un short ou un jogging ? Un short. C’était en plein été, il n’y aurait pas eu lieu de porter un jogging. Pourtant dans une précédente déclaration, il mentionnait un jogging. M. Fresco a lu ça lui aussi mais c’est faux. Mais où a-t-il lu ça ? Sur Twitter. Partout dans les médias. Après avoir dit one up, a-t-il ajouté ok ? Peut-être. Peut-être un ok de sa part et de la part de M. Pistorius, il n’est pas sûr de ça. Qui a payé la note ? M. Fresco n’en a aucune idée. En général, c’est Oscar qui payait la note. Était-il présent ? Oui. Mais il ne se souvient pas. A-t-il payé à la table ou en sortant ? Il ne se souvient pas. 618 mots pour Eff. Celtic - PSG (0-5).

120917, version 4 (12 septembre 2017)

Je ne sais pas ce que tout le monde trouve à DOA mais ce que j’en ai lu me laisse une impression agacée de série télé française caricaturale et sans relief. Je n’irai pas au bout. Une journée agaçante. Pénible. Suis bon à rien ici. Procès Pistorius, Day 7, Part 2. Cross-examination de M. Fresco par M. Roux. La qualité est mauvaise. Dans cette voiture, M. Pistorius et M. Fresco n’envisageaient-ils pas de tirer sur un robot ? M. Fresco ne s’en souvient pas. Et personne ne riait ? Non. C’est arrivé comme ça, soudainement (out of the blue) ? Oui. Ce n’est pas ce dont se souvient Mrs Taylor. Il y a ensuite un flou sur ce qui s’est passé ensuite, M. Fresco ne se souvenant pas dans le détail. Pourquoi a-t-il mis en boule sa contravention ? What should have I done with the ticket ? A-t-il reparlé de cet incident avec l’accusé par la suite ? Non. Il a juste laissé tomber ? Oui. Au restaurant, comment se fait-il qu’il ait transmis son arme à M. Pistorius ? Parce qu’il le lui a demandé. Ils se trouvaient à environ 30cm l’un de l’autre. Il y a eu reconstitution sur l’emplacement des uns et des autres pour reconstituer cette scène mais on ne peut pas se transmettre une arme à cette distance. Est-il bien sûr de se souvenir ? Il dit souvent au plus loin que je puisse me souvenir (as far as I can remember). That is my story, dit-il. Cette proximité supposée n’apparaît pas dans sa première déposition. Qu’a-t-il dit lorsqu’il lui a transmis l’arme. There is one up. Qu’a-t-il répondu ? Ok. Est-il sûr ? Oui. Mais c’est la première fois que ce ok apparaît dans leurs échanges, ici au procès et lors de son témoignage initial. Comment cela se fait-il ? Il ne sait pas. Il aurait souhaité préciser quelque chose sur le fait que le magazine était engagé (? > the magazine is in) mais croyant que M. Pistorius avait l’habitude des armes, il pensait qu’il l’aurait vérifié. Un autre témoin a déclaré que M. Pistorius était furieux que M. Fresco lui ai transmis une arme avec le magazine engagé. Mais pourquoi mentionner cette histoire de magazine alors que c’est quelque chose qu’il n’a pas dit ? Et M. Pistorius était-il furieux ? Non. Qu’a-t-il dit ? Il lui a demandé de prétendre avoir été l’auteur du tir à cause de la pression médiatique. Il n’a rien dit sur le fait que M. Fresco ne lui avait rien dit sur le fait que le magazine était engagé ? Non, il ne se souvient pas de ça. Est-ce que sa mémoire lui fait défaut ? Non. M. Fresco a ensuite présenté ses excuses auprès du propriétaire du restaurant et de sa femme. M. Pistorius s’est excusé ensuite en sortant. M. Fresco a proposé de rembourser les dégâts, il ne se souvient pas que M. Pistorius l’ait proposé aussi. Se sont-ils remis à discuter comme si de rien n’était ensuite ? Oui. De quoi ont-ils parlé ? M. Fresco ne se souvient pas. La femme du propriétaire, combien de temps après le coup de feu est-elle venue ? Environ une minute. Et c’est à ce moment-là qu’il a inventé cette histoire d’arme ayant glissé de son short ? Peut-être, il ne sait plus. Et le propriétaire du restaurant, quand est-il venu ? Il ne se souvient plus. Puis ils ont fait comme si rien ne s’était passé, sur sa demande, et ont repris leurs conversations autour de la table. Mais à aucun endroit, dans cette première déposition, ne mentionne la demande de M. Pistorius pour que M. Fresco déclare avoir tiré. Il ne se souvient plus exactement à quel moment c’est arrivé mais il lui a demandé, oui. Il ne sait plus si c’était avant que la conversation reprenne, après que la femme du propriétaire vienne à la table ou que le propriétaire vienne à son tour. Ça n’a pas beaucoup de sens que M. Pistorius demande à M. Fresco de prétendre avoir tiré après qu’il a parlé à la femme du propriétaire, puisqu’il a effectivement took the blame. Il y a quand même beaucoup d’incertitude autour de cette histoire de se prétendre responsable (blaming). Portait-il un short ou un jogging ? Un short. C’était en plein été, il n’y aurait pas eu lieu de porter un jogging. Pourtant dans une précédente déclaration, il mentionnait un jogging. M. Fresco a lu ça lui aussi mais c’est faux. Mais où a-t-il lu ça ? Sur Twitter. Partout dans les médias. Après avoir dit one up, a-t-il ajouté ok ? Peut-être. Peut-être un ok de sa part et de la part de M. Pistorius, il n’est pas sûr de ça. Qui a payé la note ? M. Fresco n’en a aucune idée. En général, c’est Oscar qui payait la note. Était-il présent ? Oui. Mais il ne se souvient pas. A-t-il payé à la table ou en sortant ? Il ne se souvient pas. 618 mots pour Eff.

120917, version 3 (12 septembre 2017)

Je ne sais pas ce que tout le monde trouve à DOA mais ce que j’en ai lu me laisse une impression agacée de série télé française caricaturale et sans relief. Je n’irai pas au bout. Une journée agaçante. Pénible. Suis bon à rien ici. Procès Pistorius, Day 7, Part 2. Cross-examination de M. Fresco par M. Roux. La qualité est mauvaise. Dans cette voiture, M. Pistorius et M. Fresco n’envisageaient-ils pas de tirer sur un robot ? M. Fresco ne s’en souvient pas. Et personne ne riait ? Non. C’est arrivé comme ça, soudainement (out of the blue) ? Oui. Ce n’est pas ce dont se souvient Mrs Taylor. Il y a ensuite un flou sur ce qui s’est passé ensuite, M. Fresco ne se souvenant pas dans le détail. Pourquoi a-t-il mis en boule sa contravention ? What should have I done with the ticket ? A-t-il reparlé de cet incident avec l’accusé par la suite ? Non. Il a juste laissé tomber ? Oui. Au restaurant, comment se fait-il qu’il ait transmis son arme à M. Pistorius ? Parce qu’il le lui a demandé. Ils se trouvaient à environ 30cm l’un de l’autre. Il y a eu reconstitution sur l’emplacement des uns et des autres pour reconstituer cette scène mais on ne peut pas se transmettre une arme à cette distance. Est-il bien sûr de se souvenir ? Il dit souvent au plus loin que je puisse me souvenir (as far as I can remember). That is my story, dit-il. Cette proximité supposée n’apparaît pas dans sa première déposition. Qu’a-t-il dit lorsqu’il lui a transmis l’arme. There is one up. Qu’a-t-il répondu ? Ok. Est-il sûr ? Oui. Mais c’est la première fois que ce ok apparaît dans leurs échanges, ici au procès et lors de son témoignage initial. Comment cela se fait-il ? Il ne sait pas. Il aurait souhaité préciser quelque chose sur le fait que le magazine était engagé (? > the magazine is in) mais croyant que M. Pistorius avait l’habitude des armes, il pensait qu’il l’aurait vérifié. Un autre témoin a déclaré que M. Pistorius était furieux que M. Fresco lui ai transmis une arme avec le magazine engagé. Mais pourquoi mentionner cette histoire de magazine alors que c’est quelque chose qu’il n’a pas dit ? Et M. Pistorius était-il furieux ? Non. Qu’a-t-il dit ? Il lui a demandé de prétendre avoir été l’auteur du tir à cause de la pression médiatique. Il n’a rien dit sur le fait que M. Fresco ne lui avait rien dit sur le fait que le magazine était engagé ? Non, il ne se souvient pas de ça. Est-ce que sa mémoire lui fait défaut ? Non. M. Fresco a ensuite présenté ses excuses auprès du propriétaire du restaurant et de sa femme. M. Pistorius s’est excusé ensuite en sortant. M. Fresco a proposé de rembourser les dégâts, il ne se souvient pas que M. Pistorius l’ait proposé aussi. Se sont-ils remis à discuter comme si de rien n’était ensuite ? Oui. De quoi ont-ils parlé ? M. Fresco ne se souvient pas. La femme du propriétaire, combien de temps après le coup de feu est-elle venue ? Environ une minute. Et c’est à ce moment-là qu’il a inventé cette histoire d’arme ayant glissé de son short ? Peut-être, il ne sait plus. Et le propriétaire du restaurant, quand est-il venu ? Il ne se souvient plus. Puis ils ont fait comme si rien ne s’était passé, sur sa demande, et ont repris leurs conversations autour de la table. Mais à aucun endroit, dans cette première déposition, ne mentionne la demande de M. Pistorius pour que M. Fresco déclare avoir tiré. Il ne se souvient plus exactement à quel moment c’est arrivé mais il lui a demandé, oui. Il ne sait plus si c’était avant que la conversation reprenne, après que la femme du propriétaire vienne à la table ou que le propriétaire vienne à son tour. Ça n’a pas beaucoup de sens que M. Pistorius demande à M. Fresco de prétendre avoir tiré après qu’il a parlé à la femme du propriétaire, puisqu’il a effectivement took the blame. Il y a quand même beaucoup d’incertitude autour de cette histoire de se prétendre responsable (blaming). Portait-il un short ou un jogging ? Un short. C’était en plein été, il n’y aurait pas eu lieu de porter un jogging. Pourtant dans une précédente déclaration, il mentionnait un jogging. M. Fresco a lu ça lui aussi mais c’est faux. Mais où a-t-il lu ça ? Sur Twitter. Partout dans les médias. 618 mots pour Eff.

120917, version 2 (12 septembre 2017)

{Commentaires}

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

{Autres articles}


Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |