130917


Froid. Pluie tout le jour. Je rêve de soupe et de sauna, là. Quand tu penses qu’il y a un mois exactement tu étais à Sauve et qu’il faisait 35... Encore une fois il faudra aller quémander la Nocertone qui est en pénurie. Arrivent à en avoir à coup d’une boîte, deux boîtes. Deux boîtes, ça me tient un mois, ça. Chaque jour depuis le début de la semaine je suis tenté de ne pas écrire le journal, de ne pas écrire Eff, de ne pas retranscrire le procès Pistorius. Mais je le fais quand même. 549 mots pour Eff. Terminé l’avant-propos pour ADP en écoutant John Adams. Philippe Rahmy, dans Monarques, sur le bouillonnement géographique et temporel de son écriture dans ce livre :

J’ai progressé à la manière d’un patineur qui déplace son poids sur une jambe, puis sur une autre, semblant sur le point d’effectuer un virage à quarante-cinq degrés à chacune de ses relances, voire de tomber, mais qui, de déséquilibre en déséquilibre, va vers l’avant.
<  -  >

{Partager}
{Révisions}

7 révisions

130917, version 8 (13 octobre 2017)

Migraine, Froid, Accident de personne, Philippe Rahmy, John Adams

Froid. Pluie tout le jour. Je rêve de soupe et de sauna, . Quand tu penses qu’il y a un mois exactement tu étais à Sauve et qu’il faisait 35... et . Rien. Encore une fois il faudra aller quémander la Nocertone qui est en pénurie. Arrivent à en avoir à coup d’une boîte, deux boîtes. Deux boîtes, ça me tient un mois, ça. Chaque jour depuis le début de la semaine je suis tenté de ne pas écrire le journal , de ne pas écrire [le journal->rubrique1] Eff , de ne pas retranscrire le procès Pistorius . , de ne pas écrire Eff, de ne pas retranscrire le procès Pistorius. Mais je le fais quand même. Procès Pistorius, [Day 8, Part 1->https://www.youtube.com/watch?v=UyyHNIbRqxc]. Reexamination de M. Fresco par M. Nel. Retour sur l’incident au Vaal (coup de feu tiré par le toit ouvrant d’une voiture en marche). M. Fresco et M. Pistorius s’y sont rendus pour passer la journée à la rivière. Pourquoi M. Pistorius a-t-il emmené son arme ? Il ne sait pas. Où a-t-il rangé son arme pendant le trajet ? Entre ses jambes. A-t-il demandé à ce que la voiture ralentisse ? Non. À l’aller, c’est M. Pistorius qui conduisait. À quelle vitesse ? Au-dessus de 200 km/h. A-t-il proposé de payer la contravention (excès de vitesse) ? Non. Il a pris une photo à ce moment-là. Cross-examination par M. Roux. Il n’y a eu aucune photo pendant que lui conduisait ? Pas à sa connaissance. La photo a été prise à 16h41 (métadonnées du fichier). M. Roux accuse M. Fresco, ingénieur informatique, d’avoir falsifié ce document. C’est le matin que M. Pistorius était censé avoir conduit, pas l’après-midi. Objection de M. Nel : cette supposée fraude n’est pas prouvée. M. Roux retire son accusation. À cette heure-là, ça ne pouvait être que lui conduisant (de retour du Vaal), M. Fresco le reconnait (mais il ne souvient pas d’avoir pris cette photo). Fin de l’audition de M. Fresco. Nouveau témoin, n°16 : M. Vermeulen : colonel dans la police sud-africaine (?). Il s’occupe de la section de recherche scientifique médico-légale avec 29 ans d’expérience et d’ancienneté dans ce domaine et a mené plus de 1400 dossiers en la matière. A déjà témoigné dans divers procès par le passé. Il a inspecté la scène de crime deux semaines après les évènements. Il a mené deux investigations : une concernant la batte de cricket qui a frappé la porte et une plaque de métal qui s’est retrouvée abimée ou tordue. 549 mots pour Eff. Terminé l’avant-propos pour ADP ADP en écoutant John Adams . en écoutant John Adams. Philippe Rahmy, dans Monarques, sur le bouillonnement géographique et temporel de son écriture dans ce livre :

<blockquote>J’ai progressé à la manière d’un patineur qui déplace son poids sur une jambe, puis sur une autre, semblant sur le point d’effectuer un virage à quarante-cinq degrés à chacune de ses relances, voire de tomber, mais qui, de déséquilibre en déséquilibre, va vers l’avant.</blockquote>

130917, version 7 (8 octobre 2017)

Froid. Pluie tout le jour. Je rêve de soupe et de sauna. Quand tu penses qu’il y a un mois exactement tu étais à Sauve et qu’il il faisait 35 et là. Rien. Encore une fois il faudra aller quémander la Nocertone qui est en pénurie. Arrivent à en avoir à coup d’une boîte, deux boîtes. Deux boîtes, ça me tient un mois, ça. Chaque jour depuis le début de la semaine je suis tenté de ne pas écrire le journal, de ne pas écrire Eff, de ne pas retranscrire le procès Pistorius. Mais je le fais quand même. Procès Pistorius, Day 8, Part 1. Reexamination de M. Fresco par M. Nel. Retour sur l’incident au Vaal (coup de feu tiré par le toit ouvrant d’une voiture en marche). M. Fresco et M. Pistorius s’y sont rendus pour passer la journée à la rivière. Pourquoi M. Pistorius a-t-il emmené son arme ? Il ne sait pas. Où a-t-il rangé son arme pendant le trajet ? Entre ses jambes. A-t-il demandé à ce que la voiture ralentisse ? Non. À l’aller, c’est M. Pistorius qui conduisait. À quelle vitesse ? Au-dessus de 200 km/h. A-t-il proposé de payer la contravention (excès de vitesse) ? Non. Il a pris une photo à ce moment-là. Cross-examination par M. Roux. Il n’y a eu aucune photo pendant que lui conduisait ? Pas à sa connaissance. La photo a été prise à 16h41 (métadonnées du fichier). M. Roux accuse M. Fresco, ingénieur informatique, d’avoir falsifié ce document. C’est le matin que M. Pistorius était censé avoir conduit, pas l’après-midi. Objection de M. Nel : cette supposée fraude n’est pas prouvée. M. Roux retire son accusation. À cette heure-là, ça ne pouvait être que lui conduisant (de retour du Vaal), M. Fresco le reconnait (mais il ne souvient pas d’avoir pris cette photo). Fin de l’audition de M. Fresco. Nouveau témoin, n°16 : M. Vermeulen : colonel dans la police sud-africaine (?). Il s’occupe de la section de recherche scientifique médico-légale avec 29 ans d’expérience et d’ancienneté dans ce domaine et a mené plus de 1400 dossiers en la matière. A déjà témoigné dans divers procès par le passé. Il a inspecté la scène de crime deux semaines après les évènements. Il a mené deux investigations : une concernant la batte de cricket qui a frappé la porte et une plaque de métal qui s’est retrouvée abimée ou tordue. 549 mots pour Eff. Terminé l’avant-propos pour ADP en écoutant John Adams. Philippe Rahmy, dans Monarques, sur le bouillonnement géographique et temporel de son écriture dans ce livre :

<blockquote>J’ai progressé à la manière d’un patineur qui déplace son poids sur une jambe, puis sur une autre, semblant sur le point d’effectuer un virage à quarante-cinq degrés à chacune de ses relances, voire de tomber, mais qui, de déséquilibre en déséquilibre, va vers l’avant.</blockquote>

130917, version 6 (16 septembre 2017)

Froid. Pluie tout le jour. Je rêve de soupe et de sauna. Quand tu penses qu’il y a un mois exactement tu étais à Sauve et il faisait 35 et là. Rien. Encore une fois il faudra aller quémander la Nocertone qui est en pénurie. Arrivent à en avoir à coup d’une boîte, deux boîtes. Deux boîtes, ça tient un mois, ça. Chaque jour depuis le début de la semaine je suis tenté de ne pas écrire le journal, de ne pas écrire Eff, de ne pas retranscrire le procès Pistorius. Mais je le fais quand même. Procès Pistorius, Day 8, Part 1. Reexamination de M. Fresco par M. Nel. Retour sur l’incident au Vaal (coup de feu tiré par le toit ouvrant d’une voiture en marche). M. Fresco et M. Pistorius s’y sont rendus pour passer la journée à la rivière. Pourquoi M. Pistorius a-t-il emmené son arme ? Il ne sait pas. Où a-t-il rangé son arme pendant le trajet ? Entre ses jambes. A-t-il demandé à ce que la voiture ralentisse ? Non. À l’aller, c’est M. Pistorius qui conduisait. À quelle vitesse ? Au-dessus de 200 km/h. A-t-il proposé de payer la contravention (excès de vitesse) ? Non. Il a pris une photo à ce moment-là. Cross-examination par M. Roux. Il n’y a eu aucune photo pendant que lui conduisait ? Pas à sa connaissance. La photo a été prise à 16h41 (métadonnées du fichier). M. Roux accuse M. Fresco, ingénieur informatique, d’avoir falsifié ce document. C’est le matin que M. Pistorius était censé avoir conduit, pas l’après-midi. Objection de M. Nel : cette supposée fraude n’est pas prouvée. M. Roux retire son accusation. À cette heure-là, ça ne pouvait être que lui conduisant (de retour du Vaal), M. Fresco le reconnait (mais il ne souvient pas d’avoir pris cette photo). Fin de l’audition de M. Fresco. Nouveau témoin, n°16 : M. Vermeulen : colonel dans la police sud-africaine (?). Il s’occupe de la section de recherche scientifique médico-légale avec 29 ans d’expérience et d’ancienneté dans ce domaine et a mené plus de 1400 dossiers en la matière. A déjà témoigné dans divers procès par le passé. Il a inspecté la scène de crime deux semaines après les évènements. Il a mené deux investigations : une concernant la batte de cricket qui a frappé la porte et une plaque de métal qui s’est retrouvée abimée ou tordue. 549 mots pour Eff. Terminé l’avant-propos pour ADP en écoutant John Adams. Philippe Rahmy, dans Monarques, sur le bouillonnement géographique et temporel de son écriture dans ce livre :

<blockquote>J’ai progressé à la manière d’un patineur qui déplace son poids sur une jambe, puis sur une autre, semblant sur le point d’effectuer un virage à quarante-cinq degrés à chacune de ses relances, voire de tomber, mais qui, de déséquilibre en déséquilibre, va vers l’avant.</blockquote>

130917, version 5 (14 septembre 2017)

Froid. Pluie tout le jour. Je rêve de soupe et de sauna. Quand tu penses qu’il y a un mois exactement tu étais à Sauve et il faisait 35 et là. Rien. Encore une fois il faudra aller quémander la Nocertone qui est en pénurie. Arrivent à en avoir à coup d’une boîte, deux boîtes. Deux boîtes, ça tient un mois, ça. Chaque jour depuis le début de la semaine je suis tenté de ne pas écrire le journal, de ne pas écrire Eff, de ne pas retranscrire le procès Pistorius. Mais je le fais quand même. Procès Pistorius, Day 8, Part 1. Reexamination de M. Fresco par M. Nel. Retour sur l’incident au Vaal (coup de feu tiré par le toit ouvrant d’une voiture en marche). M. Fresco et M. Pistorius s’y sont rendus pour passer la journée à la rivière. Pourquoi M. Pistorius a-t-il emmené son arme ? Il ne sait pas. Où a-t-il rangé son arme pendant le trajet ? Entre ses jambes. A-t-il demandé à ce que la voiture ralentisse ? Non. À l’aller, c’est M. Pistorius qui conduisait. À quelle vitesse ? Au-dessus de 200 km/h. A-t-il proposé de payer la contravention (excès de vitesse) ? Non. Il a pris une photo à ce moment-là. Cross-examination par M. Roux. Il n’y a eu aucune photo pendant que lui conduisait ? Pas à sa connaissance. La photo a été prise à 16h41 (métadonnées du fichier). M. Roux accuse M. Fresco, ingénieur informatique, d’avoir falsifié ce document. C’est le matin que M. Pistorius était censé avoir conduit, pas l’après-midi. Objection de M. Nel : cette supposée fraude n’est pas prouvée. M. Roux retire son accusation. À cette heure-là, ça ne pouvait être que lui conduisant (de retour du Vaal), M. Fresco le reconnait (mais il ne souvient pas d’avoir pris cette photo). Fin de l’audition de M. Fresco. Nouveau témoin, n°16 : M. Formielen (?Vermeulen )  : colonel dans la police sud-africaine (?). Il s’occupe de la section de recherche scientifique médico-légale avec 29 ans d’expérience et d’ancienneté dans ce domaine et a mené plus de 1400 dossiers en la matière. A déjà témoigné dans divers procès par le passé. Il a inspecté la scène de crime deux semaines après les évènements. Il a mené deux investigations : une concernant la batte de cricket qui a frappé la porte et une plaque de métal qui s’est retrouvée abimée ou tordue. 549 mots pour Eff. Terminé l’avant-propos pour ADP en écoutant John Adams.

130917, version 4 (13 septembre 2017)

Froid. Pluie tout le jour. Je rêve de soupe et de sauna. Quand tu penses qu’il y a un mois exactement tu étais à Sauve et il faisait 35 et là. Rien. Encore une fois il faudra aller quémander la Nocertone qui est en pénurie. Arrivent à en avoir à coup d’une boîte, deux boîtes. Deux boîtes, ça tient un mois, ça. Chaque jour depuis le début de la semaine je suis tenté de ne pas écrire le journal, de ne pas écrire Eff, de ne pas retranscrire le procès Pistorius. Mais je le fais quand même. Procès Pistorius, Day 8, Part 1. Reexamination de M. Fresco par M. Nel. Retour sur l’incident au Vaal (coup de feu tiré par le toit ouvrant d’une voiture en marche). M. Fresco et M. Pistorius s’y sont rendus pour passer la journée à la rivière. Pourquoi M. Pistorius a-t-il emmené son arme ? Il ne sait pas. Où a-t-il rangé son arme pendant le trajet ? Entre ses jambes. A-t-il demandé à ce que la voiture ralentisse ? Non. À l’aller, c’est M. Pistorius qui conduisait. À quelle vitesse ? Au-dessus de 200 km/h. A-t-il proposé de payer la contravention (excès de vitesse) ? Non. Il a pris une photo à ce moment-là. Cross-examination par M. Roux. Il n’y a eu aucune photo pendant que lui conduisait ? Pas à sa connaissance. La photo a été prise à 16h41 (métadonnées du fichier). M. Roux accuse M. Fresco, ingénieur informatique, d’avoir falsifié ce document. C’est le matin que M. Pistorius était censé avoir conduit, pas l’après-midi. Objection de M. Nel : cette supposée fraude n’est pas prouvée. M. Roux retire son accusation. À cette heure-là, ça ne pouvait être que lui conduisant (de retour du Vaal), M. Fresco le reconnait (mais il ne souvient pas d’avoir pris cette photo). Fin de l’audition de M. Fresco. Nouveau témoin, n°16 : M. Formielen (?) : colonel dans la police sud-africaine (?). Il s’occupe de la section de recherche scientifique médico-légale avec 29 ans d’expérience et d’ancienneté dans ce domaine et a mené plus de 1400 dossiers en la matière. A déjà témoigné dans divers procès par le passé. Il a inspecté la scène de crime deux semaines après les évènements. Il a mené deux investigations : une concernant la batte de cricket qui a frappé la porte et une plaque de métal qui s’est retrouvée abimée ou tordue. 549 mots pour Eff. Terminé l’avant-propos pour ADP en écoutant John Adams.

130917, version 3 (13 septembre 2017)

Froid. Pluie tout le jour. Je rêve de soupe et de sauna. Quand tu penses qu’il y a un mois exactement tu étais à Sauve et il faisait 35 et là. Rien. Encore une fois il faudra aller quémander la Nocertone qui est en pénurie. Arrivent à en avoir à coup d’une boîte, deux boîtes. Deux boîtes, ça tient un mois, ça. Chaque jour depuis le début de la semaine je suis tenté de ne pas écrire le journal, de ne pas écrire Eff, de ne pas retranscrire le procès Pistorius. Mais je le fais quand même. Procès Pistorius, Day 8, Part 1. Reexamination de M. Fresco par M. Nel. Retour sur l’incident au Vaal (coup de feu tiré par le toit ouvrant d’une voiture en marche). M. Fresco et M. Pistorius s’y sont rendus pour passer la journée à la rivière. Pourquoi M. Pistorius a-t-il emmené son arme ? Il ne sait pas. Où a-t-il rangé son arme pendant le trajet ? Entre ses jambes. A-t-il demandé à ce que la voiture ralentisse ? Non. À l’aller, c’est M. Pistorius qui conduisait. À quelle vitesse ? Au-dessus de 200 km/h. A-t-il proposé de payer la contravention (excès de vitesse) ? Non. Il a pris une photo à ce moment-là. Cross-examination par M. Roux. Il n’y a eu aucune photo pendant que lui conduisait ? Pas à sa connaissance. La photo a été prise à 16h41 (métadonnées du fichier). M. Roux accuse M. Fresco, ingénieur informatique, d’avoir falsifié ce document. C’est le matin que M. Pistorius était censé avoir conduit, pas l’après-midi. Objection de M. Nel : cette supposée fraude n’est pas prouvée. M. Roux retire son accusation. À cette heure-là, ça ne pouvait être que lui conduisant (de retour du Vaal), M. Fresco le reconnait (mais il ne souvient pas d’avoir pris cette photo). Fin de l’audition de M. Fresco. Nouveau témoin, n°16 : M. Formielen (?) : colonel dans la police sud-africaine (?). Il s’occupe de la section de recherche scientifique médico-légale avec 29 ans d’expérience et d’ancienneté dans ce domaine et a mené plus de 1400 dossiers en la matière. A déjà témoigné dans divers procès par le passé. Il a inspecté la scène de crime deux semaines après les évènements. Il a mené deux investigations : une concernant la batte de cricket qui a frappé la porte et une plaque de métal qui s’est retrouvée abimée ou tordue. 549 mots pour Eff.

130917, version 2 (13 septembre 2017)

Froid. Pluie tout le jour. Je rêve de soupe et de sauna. Quand tu penses qu’il y a un mois exactement tu étais à Sauve et il faisait 35 et là. Rien. Encore une fois il faudra aller quémander la Nocertone qui est en pénurie. Arrivent à en avoir à coup d’une boîte, deux boîtes. Deux boîtes, ça tient un mois, ça. Chaque jour depuis le début de la semaine je suis tenté de ne pas écrire le journal, de ne pas écrire Eff, de ne pas retranscrire le procès Pistorius. Mais je le fais quand même. Procès Pistorius, Day 8, Part 1. Reexamination de M. Fresco par M. Nel. Retour sur l’incident au Vaal (coup de feu tiré par le toit ouvrant d’une voiture en marche). M. Fresco et M. Pistorius s’y sont rendus pour passer la journée à la rivière. Pourquoi M. Pistorius a-t-il emmené son arme ? Il ne sait pas. Où a-t-il rangé son arme pendant le trajet ? Entre ses jambes. A-t-il demandé à ce que la voiture ralentisse ? Non. À l’aller, c’est M. Pistorius qui conduisait. À quelle vitesse ? Au-dessus de 200 km/h. A-t-il proposé de payer la contravention (excès de vitesse) ? Non. Il a pris une photo à ce moment-là. Cross-examination par M. Roux. Il n’y a eu aucune photo pendant que lui conduisait ? Pas à sa connaissance. La photo a été prise à 16h41 (métadonnées du fichier). M. Roux accuse M. Fresco, ingénieur informatique, d’avoir falsifié ce document. C’est le matin que M. Pistorius était censé avoir conduit, pas l’après-midi. Objection de M. Nel : cette supposée fraude n’est pas prouvée. M. Roux retire son accusation. À cette heure-là, ça ne pouvait être que lui conduisant (de retour du Vaal), M. Fresco le reconnait (mais il ne souvient pas d’avoir pris cette photo). Fin de l’audition de M. Fresco. Nouveau témoin, n°16 : M. Formielen (?) : colonel dans la police sud-africaine (?). Il s’occupe de la section de recherche scientifique médico-légale avec 29 ans d’expérience et d’ancienneté dans ce domaine et a mené plus de 1400 dossiers en la matière. A déjà témoigné dans divers procès par le passé. Il a inspecté la scène de crime deux semaines après les évènements. Il a mené deux investigations : une concernant la batte de cricket qui a frappé la porte et une plaque de métal qui s’est retrouvée abimée ou tordue.
Guillaume Vissac
{Commentaires}

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

{Autres articles}


Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |