021117


On s’imagine pas, consultant chaque jour sur le web ces moteurs, ces bases de données, ces catalogues, combien ça repose sur des trucs bricolés. Ça m’avait sidéré commençant à bosser pour PDG en 2008 combien tous les comparateurs de prix sur quoi on se retrouvait pour le référencement étaient en fait gérés à la main chaque semaine dans un pauvre tableau excel. Il y en avait des différents qu’il fallait renvoyer, des boites ici et là dont c’était le gagne pain de comparer des prix. Le but du jeu c’était d’apparaître en premier donc d’être toujours le moins cher. Ce que je faisais moi c’était une pure corvée. De la saisie. Je ferai ça chaque semaine. Et aujourd’hui encore j’ignore pourquoi c’était à moi de le faire car ça n’avait rien à voir avec mon job là-bas. Et aujourd’hui, donc, revoir l’un de ces fichiers, certes plus pour comparer aucun prix mais simplement pour mieux référencer nos livres, on en a vu passer d’autres déjà par le passé et refaire. De la saisie. Des copier-coller interminables. Le tout dans un pauvre fichier avec des cellules et des tabulations. Il fait nuit tôt. 554 mots pour Eff, moins doux qu’hier.

<  -  >

Partager

Révisions

4 révisions

021117, version 5 (2 décembre 2017)

jpg/dsc_0064.jpg, jpg/dsc_0064-2.jpg
Publie.net, Boulot
On ne s’imagine pas, en consultant chaque jour sur le web tous ces moteurs, ces bases de données, ces catalogues, combien ça repose sur des trucs bricolés. Ça m’avait sidéré commençant à bosser pour PDG en 2008 combien tous les comparateurs de prix sur quoi on se retrouvait pour le référencement étaient était en fait gérés géré à la main chaque semaine dans un pauvre tableau excel. Il y en avait des différents qu’il fallait renvoyer, des boites ici et là dont c’était le gagne pain de comparer des prix. Le but du jeu c’était d’apparaître en premier donc d’être toujours le moins cher. Ce que je faisais moi c’était une pure corvée. De la saisie. Je ferai ça chaque semaine. Et aujourd’hui encore j’ignore pourquoi c’était à moi de le faire car ça n’avait rien à voir avec mon job là-bas. Et aujourd’hui, donc, revoir l’un de ces fichiers, certes plus pour comparer aucun prix mais simplement pour mieux référencer [nos livres->https://www nos livres , on en a vu passer d’autres déjà par le passé et refaire .publie.net], on en a vu passer d’autres déjà par le passé et refaire. De la saisie. Des copier-coller interminables. Le tout dans un pauvre fichier avec des cellules et des tabulations. Il fait nuit tôt. 554 mots pour Eff, moins doux qu’hier.

021117, version 4 (2 décembre 2017)

On ne s’imagine pas, en consultant chaque jour tous ces sites construits sur le web tous ces modèle des moteurs, ces des bases de données, ces des catalogues, combien ça repose sur des trucs bricolés. Ça m’avait sidéré commençant à bosser pour PDG en 2008 combien tous les comparateurs de prix sur quoi on se retrouvait notre truc pour le référencement était en fait géré à la main chaque semaine dans un pauvre tableau excel. Il y en avait des différents qu’il fallait renvoyer, des boites ici et là dont c’était le gagne pain de comparer des prix. Le but du jeu c’était d’apparaître en premier donc d’être toujours le moins cher de rogner au maximum les marges . Ce que je faisais moi c’était une pure corvée. De la saisie. Je ferai ça chaque semaine. Et aujourd’hui encore j’ignore pourquoi c’était à moi de le faire car ça n’avait rien à voir avec mon job là-bas. Et aujourd’hui, donc, revoir l’un de ces fichiers, certes plus pour comparer aucun prix mais simplement pour mieux référencer nos livres, on en a vu passer d’autres déjà par le passé et refaire. De la saisie. Des copier-coller interminables. Le tout dans un pauvre fichier avec des cellules et des tabulations. Il fait nuit tôt. 554 mots pour Eff, moins doux qu’hier.

021117, version 3 (29 novembre 2017)

On ne s’imagine pas, en consultant chaque jour tous ces sites construits sur le modèle des moteurs, des bases de données, des catalogues, combien ça repose sur des trucs bricolés. Ça m’avait sidéré commençant à bosser pour PDG en 2008 combien tous les comparateurs de prix sur quoi se retrouvait notre truc pour le référencement était en fait géré à la main chaque semaine dans un pauvre tableau excel. Il y en avait des différents qu’il fallait renvoyer, des boites ici et là dont c’était le gagne pain de comparer des prix. Le but du jeu c’était d’apparaître en premier donc de rogner au maximum les marges. Ce que je faisais moi c’était une pure corvée. De la saisie. Je ferai ça chaque semaine. Et aujourd’hui encore j’ignore pourquoi c’était à moi de le faire car ça n’avait rien à voir avec mon job là-bas. Et aujourd’hui, donc, revoir l’un de ces fichiers, certes plus pour comparer aucun prix mais simplement pour mieux référencer nos livres, on en a vu passer d’autres déjà par le passé et refaire. De la saisie. Des copier-coller interminables. Le tout dans un pauvre fichier avec des cellules et des tabulations. Il fait nuit tôt. 554 mots pour Eff, moins doux qu’hier.

021117, version 2 (2 novembre 2017)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |