261117


J’étais dans une tour, loin dans les étages, et je perdrai trois doigts et trois orteils pour pouvoir continuer à suivre H. où qu’il aille. Cette page recense des œuvres littéraires en lien avec la médecine. Pas tant que ça hein. J’ai l’énergie et j’ai l’éveil pour me remettre au Morphines 03. Il ne faudrait pas que je gâche ça. Je passerai une partie de l’après-midi là-dessus. Ça avance. Quelques signes de progrès. J’injecte (j’intègre ? j’inocule ?) une phrase de Simenon. C’est bien. C’est hanté. 547 mots pour Eff. Et 1233 mots recopiés dans le chapitre 105, retouches. Il reste encore des pages et des pages à faire. Parti courir avec H. sur le Repeating Piano History et David Lang. Un chiot littéralement gros comme Soupir. D’autres chiens. Des mecs pieds nus à faire de la slackline à 7°. Cette photo de Thomas Klemmer : Mercure face au soleil. Monaco - PSG (1-2).

<  -  >

Partager

Révisions

12 révisions

261117, version 13 (26 décembre 2017)

Amputation, H., Rêve, Football, Georges Simenon, ///, Jeroen van Veen, Courir, David Lang
J’étais dans une tour, loin dans les étages, et je perdrai trois doigts et trois orteils pour pouvoir continuer à suivre H. où qu’il aille. Cette page recense recensant des œuvres littéraires en lien avec la médecine. Pas tant que ça hein. J’ai l’énergie et j’ai l’éveil pour me remettre au [Morphines->http://fuirestunepulsion Morphines 03 .net/3/ ?-morphine-&debut_articles=0#pagination_articles] 03 Transversaux . Il ne faudrait pas que je gâche ça. Je passerai une partie de l’après-midi là-dessus. Ça avance. Quelques signes de progrès. J’injecte (j’intègre ? j’inocule ?) une phrase de Simenon. C’est bien. C’est hanté. 547 mots pour Eff. Et 1233 mots recopiés dans le chapitre 105, retouches. Il reste encore des pages et des pages à faire. Parti courir avec H. sur le Repeating Piano History et David Lang. Un chiot littéralement gros comme Soupir. D’autres chiens. Des mecs pieds nus à faire de la slackline à 7°. Mettant en ligne un nouvel épisode du journal de CdT je renoue avec des pratiques d’écriture (de réécriture) que je commençais à peine à mettre en place. Je ne fais plus exactement comme à l’époque mais cette question des tronçons revient, là dans Morphines. Ne pas travailler sur des unités de chapitre mais des tronçons abstraits. Cette photo ahurissante de Thomas Klemmer : Mercure face au soleil. Monaco - PSG (1-2).

261117, version 12 (25 décembre 2017)

J’étais [dans une tour->mot126] C’était un rêve ce truc . J’étais dans une tour , loin dans les étages, et je perdrai trois doigts et trois orteils pour pouvoir continuer à suivre H. où qu’il aille. Cette page recensant des œuvres littéraires en lien avec la médecine. Pas tant que ça hein. J’ai l’énergie et j’ai l’éveil pour me remettre au Morphines 03. Il ne faudrait pas que je gâche ça. Je passerai une partie de l’après-midi là-dessus. Ça avance. Quelques signes de progrès. J’injecte (j’intègre ? j’inocule ?) une phrase de Simenon. C’est bien. C’est hanté. 547 mots pour Eff. Et 1233 mots recopiés dans le chapitre 105, retouches. Il reste encore des pages et des pages à faire. Parti courir avec H. sur le Repeating Piano History et David Lang. Un chiot littéralement gros comme Soupir. D’autres chiens. Des mecs pieds nus à faire de la slackline à 7°. Mettant en ligne un nouvel épisode du journal de CdT je renoue avec des pratiques d’écriture (de réécriture) que je commençais à peine à mettre en place. Je ne fais plus exactement comme à l’époque mais cette question des tronçons revient, là dans Morphines. Ne pas travailler sur des unités de chapitre mais des tronçons abstraits. Transversaux. J’avais tout oublié de ce truc, Cette vie. Si je le reprenais aujourd’hui, qu’est-ce que je garderai de ça, suis curieux de savoir. Trois phrases ? Cette photo ahurissante de Thomas Klemmer : Mercure face au soleil. Monaco - PSG (1-2).

261117, version 11 (23 décembre 2017)

J’étais dans une tour, loin dans les étages, et je perdrai trois doigts et trois orteils pour pouvoir continuer à de suivre H. où qu’il aille. Cette page recensant des œuvres littéraires en lien avec la médecine. Pas tant que ça hein finalement . J’ai l’énergie et j’ai l’éveil pour me remettre au Morphines 03. Il ne faudrait pas que je gâche ça. Je passerai une partie de l’après-midi là-dessus. Ça avance. Quelques signes de progrès. J’injecte (j’intègre ? j’inocule ?) une phrase de Simenon. C’est bien. C’est hanté. 547 mots pour Eff. Et 1233 mots recopiés dans le chapitre 105, retouches. Il reste encore des pages et des pages à faire. Parti courir avec H. sur le Repeating Piano History et David Lang. Un chiot littéralement gros comme Soupir. D’autres chiens. Des mecs pieds nus à faire de la slackline à 7°. Mettant en ligne un nouvel épisode du journal de CdT je renoue avec des pratiques d’écriture (de réécritureen l’occurrence ) que je commençais à peine à mettre en place pratique . Je ne fais plus exactement comme à l’époque ( je n’imprime plus , peut-être ça reviendra un jour ), mais cette question des tronçons revientencore , là dans Morphines Morphine . Ne pas travailler sur des unités de chapitre mais des tronçons abstraits. Transversaux. J’avais tout oublié de ce truc, Cette vie. Si je le reprenais aujourd’hui, qu’est-ce que je garderai de ça, je suis curieux de savoir. Trois phrases ? C’était un rêve ce truc. Cette photo ahurissante de Thomas Klemmer : , Mercure face au soleil. Monaco - PSG (1-2).

261117, version 10 (21 décembre 2017)

J’étais dans une tour, loin dans les l’altitude des étages, et je perdrai trois doigts et trois orteils pour pouvoir continuer de suivre H. où qu’il aille. Cette page recensant des œuvres littéraires en lien avec la médecine. Pas Il n’y en a pas tant que ça finalement. J’ai l’énergie et j’ai l’éveil pour me remettre au Morphines 03. Il ne faudrait pas que je gâche ça. Je passerai une partie de l’après-midi là-dessus. Ça avance. Quelques Ça montre des signes de progrès. J’injecte (j’intègre ? j’inocule ?) une phrase de Simenon. C’est bien. C’est hanté. 547 mots pour Eff. Et 1233 mots recopiés dans le chapitre 105, retouches. Il reste encore des pages et des pages à faire. Parti courir avec [H H .->mot59] Froid donc . sur le Repeating Repeating Piano History History et David Lang. Un chiot littéralement gros comme Soupir. D’autres chiens. Des mecs pieds nus à faire de la slackline à 7°. Mettant en ligne un nouvel épisode du journal de CdT je renoue avec des pratiques d’écriture (de réécriture en l’occurrence) que je commençais à peine à mettre en pratique. Je ne fais plus exactement comme à l’époque (je n’imprime plus, peut-être ça reviendra un jour), mais cette question des tronçons revient encore, là dans Morphine. Ne pas travailler sur des unités de chapitre mais des tronçons abstraits. Transversaux. Donc c’était là déjà. J’avais tout oublié de ce truc, Cette vie. Si je le reprenais aujourd’hui, qu’est-ce que je garderai de ça, je suis curieux de savoir. Trois phrases ? C’était un rêve ce truc. Cette photo ahurissante de Thomas Klemmer, Mercure face au soleil. Monaco - PSG (1-2).

261117, version 9 (9 décembre 2017)

J’étais dans une tour, dans l’altitude des étages, et je perdrai trois doigts et trois orteils pour pouvoir continuer de suivre [H H .->mot59] où qu’il aille. Cette page recensant des œuvres littéraires en lien avec la médecine. Il n’y en a pas tant que ça finalement. J’ai l’énergie et j’ai l’éveil pour me remettre au Morphines 03. Il ne faudrait pas que je gâche ça. Je passerai une partie de l’après-midi là-dessus. Ça avance. Ça montre des signes de progrès. J’injecte (j’intègre ? j’inocule ?) une phrase de Simenon. C’est bien. C’est hanté. 547 mots pour Eff. Et 1233 mots recopiés dans le chapitre 105, retouches. Il reste encore des pages et des pages à faire. Parti courir avec H. sur le Repeating Piano History et David Lang. Un chiot littéralement gros comme Soupir. D’autres chiens. Des mecs pieds nus à faire de la slackline à 7°. Froid donc. Mettant en ligne un nouvel épisode du journal de CdT je renoue avec des pratiques d’écriture (de réécriture en l’occurrence) que je commençais à peine à mettre en pratique. Je ne fais plus exactement comme à l’époque (je n’imprime plus, peut-être ça reviendra un jour), mais cette question des tronçons revient encore, là dans Morphine. Ne pas travailler sur des unités de chapitre mais des tronçons abstraits. Transversaux. Donc c’était là déjà. J’avais tout oublié de ce truc, Cette vie. Si je le reprenais aujourd’hui, qu’est-ce que je garderai de ça, je suis curieux de savoir. Trois phrases ? C’était un rêve ce truc. Cette photo ahurissante de Thomas Klemmer, Mercure face au soleil. Monaco - PSG (1-2).

261117, version 8 (2 décembre 2017)

J’étais dans une tour, dans l’altitude des étages, et je perdrai trois doigts et trois orteils pour pouvoir continuer de suivre H. où qu’il aille. Cette page recensant des œuvres littéraires en lien avec la médecine. Il n’y en a pas tant que ça finalement. J’ai l’énergie et j’ai l’éveil pour me remettre au Morphines 03. Il ne faudrait pas que je gâche ça. Je passerai une partie de l’après-midi là-dessus. Ça avance. Ça montre des signes de progrès. J’injecte (j’intègre ? j’inocule ?) une phrase de Simenon. C’est bien. C’est hanté. 547 mots pour Eff. Et 1233 mots recopiés dans le chapitre 105, retouches. Il reste encore des pages et des pages à faire. Parti courir avec H. sur le Repeating Piano History et David Lang. Un chiot littéralement gros comme Soupir. D’autres chiens. Des mecs pieds nus à faire de la slackline à 7°. Froid donc. Mettant en ligne un nouvel épisode du journal de CdT je renoue avec des pratiques d’écriture (de réécriture en l’occurrence) que je commençais à peine à mettre en pratique. Je ne fais plus exactement comme à l’époque (je n’imprime plus, peut-être ça reviendra un jour), mais cette question des tronçons revient encore, là dans Morphine. Ne pas travailler sur des unités de chapitre mais des tronçons abstraits. Transversaux. Donc c’était là déjà. J’avais tout oublié de ce truc, Cette vie. Si je le reprenais aujourd’hui, qu’est-ce que je garderai de ça, je suis curieux de savoir. Trois phrases ? C’était un rêve ce truc. Cette photo ahurissante de Thomas Klemmer, Mercure face au soleil. Monaco - PSG (1-2).

261117, version 7 (26 novembre 2017)

jpg/dpfuzigwaaavnzx.jpg-large.jpg
J’étais dans une tour, dans l’altitude des étages, et je perdrai trois doigts et trois orteils pour pouvoir continuer de suivre H. où qu’il aille. Cette page recensant des œuvres littéraires en lien avec la médecine. Il n’y en a pas tant que ça finalement. J’ai l’énergie et j’ai l’éveil pour me remettre au Morphines 03. Il ne faudrait pas que je gâche ça. Je passerai une partie de l’après-midi là-dessus. Ça avance. Ça montre des signes de progrès. J’injecte (j’intègre ? j’inocule ?) une phrase de Simenon. C’est bien. C’est hanté. 547 mots pour Eff. Et 1233 mots recopiés dans le chapitre 105, retouches. Il reste encore des pages et des pages à faire. Parti courir avec H. sur le Repeating Piano History et David Lang. Un chiot littéralement gros comme Soupir. D’autres chiens. Des mecs pieds nus à faire de la slackline à 7°. Froid donc. Mettant en ligne un nouvel épisode du journal de CdT je renoue avec des pratiques d’écriture (de réécriture en l’occurrence) que je commençais à peine à mettre en pratique. Je ne fais plus exactement comme à l’époque (je n’imprime plus, peut-être ça reviendra un jour), mais cette question des tronçons revient encore, là dans Morphine. Ne pas travailler sur des unités de chapitre mais des tronçons abstraits. Transversaux. Donc c’était là déjà. J’avais tout oublié de ce truc, Cette vie. Si je le reprenais aujourd’hui, qu’est-ce que je garderai de ça, je suis curieux de savoir. Trois phrases ? C’était un rêve ce truc. Cette photo ahurissante de Thomas Klemmer, Mercure face au soleil.

261117, version 6 (26 novembre 2017)

J’étais dans une tour, dans l’altitude des étages, et je perdrai trois doigts et trois orteils pour pouvoir continuer de suivre H. où qu’il aille. Cette page recensant des œuvres littéraires en lien avec la médecine. Il n’y en a pas tant que ça finalement. J’ai l’énergie et j’ai l’éveil pour me remettre au Morphines 03. Il ne faudrait pas que je gâche ça. Je passerai une partie de l’après-midi là-dessus. Ça avance. Ça montre des signes de progrès. J’injecte (j’intègre ? j’inocule ?) une phrase de Simenon. C’est bien. C’est hanté. 547 mots pour Eff. Et 1233 mots recopiés dans le chapitre 105, retouches. Il reste encore des pages et des pages à faire. Parti courir avec H. sur le Repeating Piano History et David Lang. Un chiot littéralement gros comme Soupir. D’autres chiens. Des mecs pieds nus à faire de la slackline à 7°. Froid donc. Mettant en ligne un nouvel épisode du journal de CdT je renoue avec des pratiques d’écriture (de réécriture en l’occurrence) que je commençais à peine à mettre en pratique. Je ne fais plus exactement comme à l’époque (je n’imprime plus, peut-être ça reviendra un jour), mais cette question des tronçons revient encore, là dans Morphine. Ne pas travailler sur des unités de chapitre mais des tronçons abstraits. Transversaux. Donc c’était là déjà. J’avais tout oublié de ce truc, Cette vie. Si je le reprenais aujourd’hui, qu’est-ce que je garderai de ça, je suis curieux de savoir. Trois phrases ? C’était un rêve ce truc.

261117, version 5 (26 novembre 2017)

J’étais dans une tour, dans l’altitude des étages, et je perdrai trois doigts et trois orteils pour pouvoir continuer de suivre H. où qu’il aille. Cette page recensant des œuvres littéraires en lien avec la médecine. Il n’y en a pas tant que ça finalement. J’ai l’énergie et j’ai l’éveil pour me remettre au Morphines 03. Il ne faudrait pas que je gâche ça. Je passerai une partie de l’après-midi là-dessus. Ça avance. Ça montre des signes de progrès. J’injecte (j’intègre ? j’inocule ?) une phrase de Simenon. C’est bien. C’est hanté. 547 mots pour Eff. Et 1233 mots recopiés dans le chapitre 105, retouches. Il reste encore des pages et des pages à faire. Parti courir avec H. sur le Repeating Piano History et David Lang. Un chiot littéralement gros comme Soupir. D’autres chiens. Des mecs pieds nus à faire de la slackline à 7°. Froid donc.

261117, version 4 (26 novembre 2017)

J’étais dans une tour, dans l’altitude des étages, et je perdrai trois doigts et trois orteils pour pouvoir continuer de suivre H. où qu’il aille. Cette page recensant des œuvres littéraires en lien avec la médecine. Il n’y en a pas tant que ça finalement. J’ai l’énergie et j’ai l’éveil pour me remettre au Morphines 03. Il ne faudrait pas que je gâche ça. Je passerai une partie de l’après-midi là-dessus. Ça avance. Ça montre des signes de progrès. J’injecte (j’intègre ? j’inocule ?) une phrase de Simenon. C’est bien. C’est hanté. 547 mots pour Eff. Et 1233 mots recopiés dans le chapitre 105, retouches. Il reste encore des pages et des pages à faire.

0 | 10 | Tout afficher

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |