journal #018 : 20 juillet 2007



dimanche 10 décembre 2017, par Guillaume Vissac |
Tags : Chuck Palahniuk - Coup de tête - Dominique Dussidour - Kurt Vonnegut - La Quatrième Dimension - Rodrigo Fresán - Tom Spanbauer


Coup de tête est un roman paru aux éditions Publie.net en mars 2013, puis réédité en octobre 2017. Il bouge encore.
Son écriture s´est déroulée entre 2006 et 2012.
Ce journal temporellement décalé raconte l´histoire (falsifiée) de cette écriture.
Pour soutenir ce journal, achetez le livre. Lisez le.

Il y a des livres, on le sait, ils sont extraordinaires. Avant même de commencer à les lire. Mantra est de ceux-là. Tombé dessus par hasard, en janvier [1], alors que je cherchais des livres capables de me sauter à la gorge.

On ne peut pas vraiment dire que Mantra raconte une histoire ; il serait plus juste de dire que Mantra raconte des histoires. Une par partie (trois) et autant de narrateurs, même si rien n’est clair. Au-delà du découpage, le roman s’axe sur un concept séduisant : s’attaquer à la représentation littéraire d’une ville, en l’occurrence, celle de Mexico. Et pour représenter Mexico, rien de mieux que de s’embarquer (« bon voyage » lance l’auteur en préambule de son roman) dans un récit foisonnant, luxuriant, souvent complètement décalé, parfois aberrant ou incohérent, mais « résolument génialiforme ».

Partir en quête de Mexico : Fresán choisit plusieurs systèmes qui lui permettent de contourner le problème de la représentation. Le personnage de Martin Mantra, [par exemple], véritable œil du cyclone dans le roman. Martin Mantra, personnage-clé que recherche le narrateur (les narrateurs successifs), Martin Mantra, [youtubeur avant l’heure], petit garçon à grosse tête qui filme tout ce qu’il voit grâce à la caméra qu’il a fixée sur son crâne. Martin Mantra, diable faiseur de fiction, personnification de l’Art et de la Vie, représentation humaine de Mexico [jusque dans] sa double initiale (M. M. comme Mexico, Mexico ; la ville et le pays réunie dans le même mot) ; Martin Mantra qu’on cherche et ne trouvera jamais, permettant, heureusement, de retourner en arrière, pour mieux se remettre à le chercher, et échouer [encore dans la lecture].

On ne peut pas dire que Mantra raconte une histoire, non. Des intrigues sont racontées, toutes plus diverses les unes que les autres (des histoires de piscines, de revolver, de suicide subliminal, de momie en métal, des épisodes de la Quatrième Dimension qui n’existent pas, des films qui existent, des anecdotes, des légendes aztèques, des récits de conquistador, des histoires de religion, de croyance et de morts, une apologie des catcheurs masqués, un petit garçon avec une caméra sur la tête...), mais on ne peut jamais rien résumer, on ne peut jamais réduire Mantra à [une unité]. C’est sans doute son charme. Le roman de Rodrigo Fresán [réinvente] Mexico comme [une] « tumeur géographique ».

La première partie peut apparaître assez classique, [pas] le cœur de l’œuvre : elle prend la forme d’un abécédaire tentaculaire (cf. extrait plus bas), sorte de guide touristique de l’impossible qui réunit suffisamment d’éléments sur Mexico (réels et fictifs) pour parvenir à bâtir un labyrinthe dans lequel non seulement on prend plaisir à se perdre, mais dont on espère secrètement ne jamais pouvoir ressortir. Et le charme opère. Le temps s’interrompt pour prendre la forme circulaire du temps mexicain si particulier, de là s’enchaînent les bouts d’histoires, les dialogues perdus, les réflexions, les anecdotes réelles sur des personnages historiques, les anecdotes fausses sur des personnages fictifs (et inversement).

ALFABETICO (ALPHABETIQUE) (L’ordre)

Non, ce n’est pas sûr et rien ne permet de l’affirmer, Marìa-Marie, que ta vie tout entière défile sous tes yeux comme une émission de télévision bourrée jusqu’aux antennes d’amphétamines pendant ta dernière seconde de vie. Ce qui se passe, ce qui s’est passé (en tout cas pour ce qui me concerne) est bien différent : à la fin du début et au début de la fin apparaît Rod Sterling, le présentateur de The Twillight Zone – tu te rappelles, Marìa-Marie ? - et il t’informe que désormais, certains fragments de ta biographie vont être repaginés. Par ordre alphabétique pour qu’on puisse te consulter plus facilement à l’avenir. Tu y crois ? On te consigne sous forme d’entrées encyclopédiques plus ou moins longues, on te divise en doses homéopathiques d’informations. Dans la langue de l’endroit où tu es décédé, qui plus est. Aïe, Marìa-Marie : heureusement que tu m’as appris l’espagnol, sans quoi je ne comprendrais plus ni ma propre histoire, ni ma propre vie ou ma propre mort, qui sont les choses les plus personnelles que je possède. L’histoire de tout individu, sa vie entière, peut connaître beaucoup de maîtres différents, commes certaines compagnies multinationales dont le paquet d’actions est divisé. Comme Snob, par exemple.
En revanche, la mort n’appartient qu’à celui qui meurt.
On comprendra aisément qu’aucun vivant n’a intérêt à investir dans une chose morte dont on lui retirera tôt ou tard la propriété.

Rodrigo Fresán, Mantra, Passage du Nord-Ouest, [traduction Isabelle Gugnon], P. 152

L’écriture de Rodrigo Fresán, elle m’est presque déjà familière. Elle va à la fois vers le réalisme magique (« irréalisme logique ») et le verbe épuré, la formule rituelle, le slogan effréné et efficace (dangerous writing de Spanbauer, style incisif et corrosif de Palahniuk). Le parti pris narratif du livre lui-même permet une plus vaste maîtrise du sujet : l’intrigue tellement éclatée qu’il n’en subsiste que des fragments dispersés dans le désordre, le roman s’axe de fait beaucoup plus sur les personnages eux-mêmes, constamment évolutifs, jamais réellement fixés quelque part. L’écriture de Fresán s’apparente à une passerelle psychédélique vers des terres rougeoyantes, des temples syncrétiques et des morts ressuscités. Mexico transpire de ces mots classés par ordre alphabétique. Non pas la Mexico réelle mais une autre Mexico (« La Nouvelle Tenochtitlan du Tremblement de Terre »), fictive, superbe, horrible, infernale, emmêlée, insurmontable dont la devise pourrait être ce dyptique très court classé à la lettre « C » :

CLICHÉ
(Étranger)

Devenir fou dans la ville de Mexico sous les regards à la fois pieux et satisfaits des mexicains.

CLICHÉ
(Mexicain)

Regarder d’un air à la fois pieux et satisfait les étrangers devenir fou dans la ville de Mexico.

Mantra, Ibid, P. 201

Mantra, c’est ce passage entier où le narrateur décrit l’histoire du Mexique en énumérant les évènements clés (et parfois fictifs)... à l’envers. [Scène probablement empruntée à l’Abattoir 5 de Kurt Vonnegut auquel l’auteur se réfèrera beaucoup]. Mantra [c’est] un puzzle, un puzzle où chaque pièce, chaque motif, pourrait en réalité s’imbriquer à n’importe quel autre endroit du dessin. Chaque passage fait partie d’un tout, : d’un tout sans forme, sans temps, un tout tellement malléable qu’on peut le tordre à loisir pour mieux le rendre sien. Principe du cut-up.

CUT-UP
(De Burroughs)

De toute manière, après avoir travaillé dans la publicité, j’ai été un moment dans l’armée. J’ai été réformé honorablement pour m’essayer aussitôt après à tous les métiers qu’on exerce en temps de guerre : barman, dératiseur, reporter, divers postes dans des usines et des bureaux.
Et après, Mexico City, un endroit sinistre.
William Seward Burroughs II,
Interview in The Paris Review (1965)

Mexico DF est la ville la plus cut-up du monde. C’est sûr. Je ne connais pas Hong Kong (je ne connaîtrai jamais Hong Kong), mais je ne crois pas qu’elle lui arrive à la cheville.

Mexico CU :
« Le cut-up en tant que nouveau langage où tout est fragmenté, où les histoires commencent là où elles se terminent, sans respecter l’ordre chronologique des faits. L’important, c’est de tout mettre par écrit, vite, avant que le récit disparaisse ou sombre dans l’oubli. Soumettre chaque instant au plus grand nombre possible de variations dont chacune serait présentée sous un angle intéressant et également justifiable. Modifier sa façon de lire, de voir un film, de penser. Altérer d’abord le nerf optique et, à partir de la pupille, atteindre le cerveau et reprogrammer tout le système nerveux. Laisser ainsi des mots, des dates et des sentiments en dehors. En tant que mode de vie, le cut-up ne fait pas autre chose que rendre le processus psychosensoriel explicite et clair, comme sur ces dessins en noir et blanc où chaque chiffre correspond à une couleur différente. Je me rappelle être assis dans une cafétaria, à New York. Je prends mon petit déjeuner dans un compartiment. Je me rappelle m’être demandé ce qu’on ressentait dans cette ville à force d’être constamment compartimenté, de passer d’une caisse à une autre. J’ai regardé par la fenêtre et vu s’avancer dans la rue un camion gigantesque puis, cut-up : coordonner ce qui se passe à l’extérieur de ce que l’on pense. Tel est mon message : gardez les yeux ouverts. Ce ne sera pas simple. Il n’est pas facile d’éliminer la puissance énonciative de certaines phrases qui fonctionnent l’une à côté de l’autre afin de les désactiver, de les transformer en son, en musique d’accompagnement pour un autre paysage. Décider, choisir une alternative, être les maîtres de notre propre création », dit un vieil homme, un très vieil homme qui ressemble à la momie craquante d’un pharaon égyptien. Je sais de qui il s’agit.

Mantra, Ibid, P. 209-210

Mantra est un livre en perpétuelle évolution, en perpétuel renouvellement. Un livre ne finit jamais [2].


Source : https://web.archive.org/web/20140216105813/http://www.omega-blue.net/index.php/post/2007/07/20/305-rodrigo-fresan-mantra

[12007.

[2Je lui piquerai un truc fresanien : l’adresse à un personnage, que l’on retrouvera aussi dans les Jardins de Kensington et d’autres. Sur Mantra, lire aussi cet article de Dominique Dussidour sur Remue.


<  - 




Révisions

4 révisions

Journal de Coup de tête : 200707, version 5 (10 décembre 2017)

Il y a des livres, on le que l’on sait, ils sont extraordinairesavant même de commencer à les lire . Avant même de commencer à les lire. On le sait. C’est tout. Ça ne s’explique pas. Mantra Mantra est de ceux-là. Tombé dessus par hasard, en janvier [1]Je ne connaissais ni l’auteur , ni le livre avant de tomber dessus par hasard , un jour de janvier 2007 , à la Fnac , alors que je cherchais des livres nouveaux capables de me sauter à la gorge.Ce jour-là, j’ai trouvé Mantra. Ça tient probablement au hasard, au titre étrange, au résumé bien foutu, à ces quelques phrases prises au hasard et qui intriguent, à la couverture énigmatique. Ça tient, aussi, parfois à ce genre de trucs... Toujours est-il que ma lecture de ce roman de Rodrigo Fresán a confirmé ce que je savais déjà : Mantra est un livre extraordinaire.

On ne peut pas vraiment dire que Mantra raconte une histoire ; il serait plus juste de dire que Mantra raconte des histoires. Une par partie (trois) et autant de narrateurs, même si rien n’est clair. Au-delà du découpage, le roman s’axe sur un concept séduisant : s’attaquer à la représentation littéraire d’une ville, en l’occurrence, celle de Mexico. Et pour représenter Mexico, rien de mieux que de s’embarquer (« bon voyage » lance l’auteur en préambule de son roman) dans un récit foisonnant, luxuriant, souvent complètement décalé, parfois aberrant ou incohérent, mais « résolument génialiforme ».

Partir en quête de Mexico : Fresán choisit plusieurs systèmes qui lui permettent de contourner le problème de la représentation. Le personnage de Martin Mantra, [par exemple], véritable œil du cyclone dans le roman. Martin Mantra, personnage-clé que recherche le narrateur (les narrateurs successifs), Martin Mantra, [youtubeur avant l’heure], petit garçon à grosse tête qui filme tout ce qu’il voit grâce à la caméra qu’il a fixée sur son crâne. Martin Mantra, diable faiseur de fiction, personnification de l’Art et de la Vie, représentation humaine de Mexico [jusque dans] sa double initiale (M. M. comme Mexico, Mexico ; la ville et le pays réunie dans le même mot) ; Martin Mantra qu’on cherche et ne trouvera jamais, permettant, heureusement, de retourner en arrière, pour mieux se remettre à le chercher, et échouer [encore dans la lecture].

On ne peut pas vraiment dire que Mantra raconte une histoire ; il serait plus juste de dire que Mantra raconte des histoires. Une par partie, tout d’abord, au nombre de trois, et autant de narrateurs qu’il y a de parties, même si ce niveau là, il faut bien l’avouer, rien n’est clair. Au-delà du découpage triple du récit, le roman s’axe sur un concept séduisant : s’attaquer à la représentation littéraire d’une ville, en l’occurrence, celle de Mexico. Et pour représenter Mexico, rien de mieux que de s’embarquer (embarquer est réellement le terme qui convient, en témoigne le « bon voyage » lancé par l’auteur en préambule de son roman) dans un récit foisonnant, luxuriant, souvent complètement décalé, parfois aberrant ou incohérent, mais « résolument génialiforme » pour reprendre les expressions idiomatiques du roman.
Pour partir en quête de Mexico, Fresán choisit plusieurs systèmes qui lui permettent de contourner le problème de la représentation (comment retranscrire une ville tentaculaire dans un roman ?), parmi lesquels se dégage le personnage de Martin Mantra, véritable oeil du cyclone dans le roman. Martin Mantra, personnage-clé que recherche le narrateur (les narrateurs successifs) de l’oeuvre, Martin Mantra petit garçon à grosse tête qui filme tout ce qu’il voit grâce à la caméra qu’il a fixée sur son crâne. Martin Mantra, diable faiseur de fiction, personnification de l’Art et de la Vie, représentation humaine de Mexico de part sa double initiale (M. comme Mexico, Mexico ; la ville et le pays réunie dans le même mot) ; Martin Mantra qu’on cherche et ne trouve jamais, ce qui permet, heureusement, de retourner en arrière, pour mieux se remettre à le chercher, et échouer avec plaisir.
On ne peut pas dire que Mantra Mantra raconte une histoire, non. Des intrigues sont racontées, toutes plus diverses les unes que les autres (des histoires de piscines, de revolver, de suicide subliminal, de momie en métal, des épisodes de la Quatrième Dimension Quatrième Dimension qui n’existent pas, des films qui existent, des anecdotes, des légendes aztèques, des récits de conquistador, des histoires de religion, de croyance et de morts, une apologie des catcheurs masqués, un petit garçon avec une caméra sur la tête...), mais on ne peut jamais rien résumer, on ne peut jamais réduire Mantra Mantra à [une unité ]. un seul élément . C’est sans doute ce qui fait son charme. Le roman de Rodrigo Fresán [réinvente] rend ainsi parfaitement compte d’un Mexico comme «  tumeur géographique  », comme il est dit dans le livre ... Mexico comme [une] M . « tumeur géographique ».

La première partie peut apparaître assez classique, [pas] le cœur Bien vite ( très vite ), on s’habitue tout à fait à ce mode de l’œuvre  : elle prend la forme d’un abécédaire tentaculaire ( cf narration . Si la première partie du roman peut apparaître assez classique ( et encore ), c’est le coeur de l’oeuvre qui a tendance à dérouter  : celle-si ne suit pas l’ordre chronologique habituel des narrations normales , elle prend la forme d’un abécédaire tentaculaire ( ainsi que l’explique le premier extrait proposé quelques lignes plus bas), sorte de guide touristique de l’impossible ( en partant du principe que la ville décrite par ce guide soit totalement étrange et barrée ) qui réunit suffisamment d’éléments sur Mexico (réels et fictifs) pour parvenir à bâtir un labyrinthe superbe , dans lequel non seulement on prend plaisir à se perdre, mais dont on espère secrètement ne jamais pouvoir ressortir. Et le charme opèreinstantanément . L’agencement de ces « articles » classés par ordre alphabétique étant aussi bien pensé que ces derniers sont bien écrits, le problème de la cohérence de l’ensemble de se pose jamais. Cela devient évident. Le temps , du coup , s’interrompt pour prendre la forme circulaire du temps mexicain si particulier, de là s’enchaînent les bouts d’histoires, les dialogues perdus, les réflexions, les anecdotes réelles sur des personnages historiques, les anecdotes fausses sur des personnages fictifs (et inversement). ), etc .

<blockquote >
ALFABETICO (ALPHABETIQUE)
(L’ordre)

Non, ce n’est pas sûr et rien ne permet de l’affirmer, Marìa-Marie, que ta vie tout entière défile sous tes yeux comme une émission de télévision bourrée jusqu’aux antennes d’amphétamines pendant ta dernière seconde de vie. Ce qui se passe, ce qui s’est passé (en tout cas pour ce qui me concerne) est bien différent : à la fin du début et au début de la fin apparaît Rod Sterling, le présentateur de The Twillight Zone – tu te rappelles, Marìa-Marie ? - et il t’informe que désormais, certains fragments de ta biographie vont être repaginés. Par ordre alphabétique pour qu’on puisse te consulter plus facilement à l’avenir. Tu y crois ? On te consigne sous forme d’entrées encyclopédiques plus ou moins longues, on te divise en doses homéopathiques d’informations. Dans la langue de l’endroit où tu es décédé, qui plus est. Aïe, Marìa-Marie : heureusement que tu m’as appris l’espagnol, sans quoi je ne comprendrais plus ni ma propre histoire, ni ma propre vie ou ma propre mort, qui sont les choses les plus personnelles que je possède. L’histoire de tout individu, sa vie entière, peut connaître beaucoup de maîtres différents, commes certaines compagnies multinationales dont le paquet d’actions est divisé. Comme Snob, par exemple.
En revanche, la mort n’appartient qu’à celui qui meurt.
On comprendra aisément qu’aucun vivant n’a intérêt à investir dans une chose morte dont on lui retirera tôt ou tard la propriété.Rodrigo Fresán, Mantra, Passage du Nord-Ouest, P. 152
L’écriture de Rodrigo Fresán, elle, m’est presque déjà familière, comme si elle découlait naturellement d’un mouvement général qui va à la fois vers le réalisme magique (« irréalisme logique ») et le verbe épuré, la formule rituelle, le slogan effréné et efficace.
Cela n’est pas sans me rappeler la dangerous writing de Spanbauer ou le style incisif et corrosif de Palahniuk, comme si tout le monde s’était donné le ton pour écrire ce que moi j’avais envie de lire (et ce n’est pas plus mal) !
Le parti pris narratif du livre lui-même permet également une plus vaste maîtrise du sujet : l’intrigue étant tellement éclatée qu’il n’en subsiste que des fragments dispersés dans le désordre, le roman s’axe de fait beaucoup plus sur les personnages eux-mêmes, constamment évolutifs, jamais réellement fixés quelque part – en témoigne les variations que subit le narrateur tout au long des cinq-cent pages de l’oeuvre – et sur les impressions, le décors, l’univers. L’écriture de Fresán s’apparente du coup à une passerelle psychédélique vers des terres rougeoyantes, des temples syncrétiques et des morts ressuscités. Mexico transpire sous ces pages et se dégage de ces mots classés par ordre alphabétique. Non pas la Mexico réelle, bien sûr, mais une autre Mexico (« La Nouvelle Tenochtitlan du Tremblement de Terre »), fictive, superbe, horrible, infernale, emmêlée, insurmontable dont la devise pourrait être ce dyptique très court classé à la lettre « C » et que je vous invite à découvrir :
CLICHÉ
(Étranger)

Rodrigo Fresán, Mantra, Passage du Nord-Ouest, [traduction Isabelle Gugnon], P. 152

</blockquote>

L’écriture de Rodrigo Fresán, elle m’est presque déjà familière. Elle va à la fois vers le réalisme magique (« irréalisme logique ») et le verbe épuré, la formule rituelle, le slogan effréné et efficace (dangerous writing de Spanbauer, style incisif et corrosif de Palahniuk). Le parti pris narratif du livre lui-même permet une plus vaste maîtrise du sujet : l’intrigue tellement éclatée qu’il n’en subsiste que des fragments dispersés dans le désordre, le roman s’axe de fait beaucoup plus sur les personnages eux-mêmes, constamment évolutifs, jamais réellement fixés quelque part. L’écriture de Fresán s’apparente à une passerelle psychédélique vers des terres rougeoyantes, des temples syncrétiques et des morts ressuscités. Mexico transpire de ces mots classés par ordre alphabétique. Non pas la Mexico réelle mais une autre Mexico (« La Nouvelle Tenochtitlan du Tremblement de Terre »), fictive, superbe, horrible, infernale, emmêlée, insurmontable dont la devise pourrait être ce dyptique très court classé à la lettre « C » :

<blockquote>

CLICHÉ
(Étranger)

Devenir fou dans la ville de Mexico sous les regards à la fois pieux et satisfaits des mexicains.

CLICHÉ
(Mexicain)

Regarder d’un air à la fois pieux et satisfait les étrangers devenir fou dans la ville de Mexico.

Mantra, Ibid, P. 201

</blockquote>

Regarder d’un air à la fois pieux et satisfait les étrangers devenir fou dans la ville de Mexico.
Mantra , 201
Mantra , c’est également un roman plein de surprises et de bonnes idées , comme par exemple ce passage entier où le narrateur décrit l’histoire du Mexique en énumérant les évènements clés (et parfois fictifs)... à l’envers. [Scène probablement empruntée à l’Abattoir 5 de Kurt Vonnegut auquel l’auteur se réfèrera beaucoup]. Mantra [c’est] Mantra , Ibid , P . Véritable bijou d’anthologie, ce passage n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de trouvailles ingénieuses, d’expérimentations littéraires et de réussites esthétiques. Mantra s’apparente finalement à un puzzle, un puzzle particulier où chaque pièce, chaque motif, pourrait en réalité s’imbriquer à n’importe quel autre endroit du dessingénéral . Chaque passage fait partie d’un tout,  : mais d’un tout sans forme, un tout sans temps, un tout tellement malléable qu’on peut le tordre à loisir pour mieux le rendre sien. Principe du cut-up.Ce principe du cut-up, Rodrigo Fresán (ou plutôt son narrateur) l’explique lui-même très bien, dans un passage de la lettre « C » (encore) qui, justement, s’intitule...
CUT-UP
(De Burroughs)

<blockquote>

CUT-UP
(De Burroughs)

De toute manière, après avoir travaillé dans la publicité, j’ai été un moment dans l’armée. J’ai été réformé honorablement pour m’essayer aussitôt après à tous les métiers qu’on exerce en temps de guerre : barman, dératiseur, reporter, divers postes dans des usines et des bureaux.
Et après, Mexico City, un endroit sinistre.
William Seward Burroughs II,
Interview in The Paris Review (1965)

Mexico DF est la ville la plus cut-up du monde. C’est sûr. Je ne connais pas Hong Kong (je ne connaîtrai jamais Hong Kong), mais je ne crois pas qu’elle lui arrive à la cheville.

Mexico CU :
« Le cut-up en tant que nouveau langage où tout est fragmenté, où les histoires commencent là où elles se terminent, sans respecter l’ordre chronologique des faits. L’important, c’est de tout mettre par écrit, vite, avant que le récit disparaisse ou sombre dans l’oubli. Soumettre chaque instant au plus grand nombre possible de variations dont chacune serait présentée sous un angle intéressant et également justifiable. Modifier sa façon de lire, de voir un film, de penser. Altérer d’abord le nerf optique et, à partir de la pupille, atteindre le cerveau et reprogrammer tout le système nerveux. Laisser ainsi des mots, des dates et des sentiments en dehors. En tant que mode de vie, le cut-up ne fait pas autre chose que rendre le processus psychosensoriel explicite et clair, comme sur ces dessins en noir et blanc où chaque chiffre correspond à une couleur différente. Je me rappelle être assis dans une cafétaria, à New York. Je prends mon petit déjeuner dans un compartiment. Je me rappelle m’être demandé ce qu’on ressentait dans cette ville à force d’être constamment compartimenté, de passer d’une caisse à une autre. J’ai regardé par la fenêtre et vu s’avancer dans la rue un camion gigantesque puis, cut-up : coordonner ce qui se passe à l’extérieur de ce que l’on pense. Tel est mon message : gardez les yeux ouverts. Ce ne sera pas simple. Il n’est pas facile d’éliminer la puissance énonciative de certaines phrases qui fonctionnent l’une à côté de l’autre afin de les désactiver, de les transformer en son, en musique d’accompagnement pour un autre paysage. Décider, choisir une alternative, être les maîtres de notre propre création », dit un vieil homme, un très vieil homme qui ressemble à la momie craquante d’un pharaon égyptien. Je sais de qui il s’agit.Mantra Ibid, Ibid, P. 209-210
Extraordinaire, je le confirme.
Mantra est l’un de ces rares livres qui dépassent leur condition de livre pour devenir un univers à part-entière. Ce n’est pas un « livre dont on aurait dit qu’il avait uniquement été écrit pour moi », ni même un « livre que j’aurais souhaité écrire moi-même », c’est plus étrange encore, ça va au-delà de ces simples considérations. Mantra est un livre en perpétuelle évolution, en perpétuel renouvellement. Un livre que je pourrais lire des dizaines de fois à la suite sans en capter les redondances. Un livre interminable et qui ne finit jamais. Un livre pour lequel j’ai été incapable d’écrire moi-même une critique cohérente et organisée. Un livre pour lequel je n’ai pas pu me restreindre et pour lequel j’ai cité trois passages différents (record !) dans ma critique. Un livre qui restera dans ma tête encore longtemps. Un livre qui mériterait qu’on lise tous les autres livres, parce que l’on sait que cette soif-là ne sera plus jamais étanchée. Et si vous le lisez à votre tour, ce livre, alors je n’ai plus qu’une seule chose à vous dire : bon voyage.

Mantra, Ibid, P. 209-210 Ajout du 10 avril 2008

</blockquote>

Mantra est un livre en perpétuelle évolution net daté de janvier 2007 , en perpétuel renouvellement très intéressant . Un livre ne finit jamais[Remue .net/spip.php?article2031" class='spip_out' rel='external'>Je lui piquerai un truc fresanien : l’adresse à un personnage, que l’on retrouvera aussi dans les Jardins de Kensington et d’autres. Sur Mantra , lire aussi [cet Outre la chronique des Jardins de Kensington mise en ligne récemment sur le blog , je renvoie tous ceux qui seraient éventuellement intéressés par ce livre et par son auteur vers cet article de Dominique Dussidour sur Remue.]].

__________ ___________

Source : https://web.archive.org/web/20140216105813/http://www.omega-blue.net/index.php/post/2007/07/20/305-rodrigo-fresan-mantra

[12007.

Coup de tête, Rodrigo Fresán, Tom Spanbauer, Chuck Palahniuk, Kurt Vonnegut, La Quatrième Dimension, Dominique Dussidour
#018 : 20 juillet 2007
jpg/img283.jpg

Journal de Coup de tête : 200707, version 4 (10 décembre 2017)

Journal de Coup de tête : 200707, version 3 (10 décembre 2017)

Il y a des livres que l’on sait extraordinaires avant même de commencer à les lire. On le sait. C’est tout. Ça ne s’explique pas. Mantra est de ceux-là. Je ne connaissais ni l’auteur, ni le livre avant de tomber dessus par hasard, un jour de janvier 2007, à la Fnac, alors que je cherchais des livres nouveaux capables de me sauter à la gorge. Ce jour-là, j’ai trouvé Mantra. Ça tient probablement au hasard, au titre étrange, au résumé bien foutu, à ces quelques phrases prises au hasard et qui intriguent, à la couverture énigmatique. Ça tient, aussi, parfois à ce genre de trucs... Toujours est-il que ma lecture de ce roman de Rodrigo Fresán a confirmé ce que je savais déjà : Mantra est un livre extraordinaire.

On ne peut pas vraiment dire que Mantra raconte une histoire ; il serait plus juste de dire que Mantra raconte des histoires. Une par partie, tout d’abord, au nombre de trois, et autant de narrateurs qu’il y a de parties, même si ce niveau là, il faut bien l’avouer, rien n’est clair. Au-delà du découpage triple du récit, le roman s’axe sur un concept séduisant : s’attaquer à la représentation littéraire d’une ville, en l’occurrence, celle de Mexico. Et pour représenter Mexico, rien de mieux que de s’embarquer (embarquer est réellement le terme qui convient, en témoigne le « bon voyage » lancé par l’auteur en préambule de son roman) dans un récit foisonnant, luxuriant, souvent complètement décalé, parfois aberrant ou incohérent, mais « résolument génialiforme » pour reprendre les expressions idiomatiques du roman.
Pour partir en quête de Mexico, Fresán choisit plusieurs systèmes qui lui permettent de contourner le problème de la représentation (comment retranscrire une ville tentaculaire dans un roman ?), parmi lesquels se dégage le personnage de Martin Mantra, véritable oeil du cyclone dans le roman. Martin Mantra, personnage-clé que recherche le narrateur (les narrateurs successifs) de l’oeuvre, Martin Mantra petit garçon à grosse tête qui filme tout ce qu’il voit grâce à la caméra qu’il a fixée sur son crâne. Martin Mantra, diable faiseur de fiction, personnification de l’Art et de la Vie, représentation humaine de Mexico de part sa double initiale (M. M. comme Mexico, Mexico ; la ville et le pays réunie dans le même mot) ; Martin Mantra qu’on cherche et ne trouve jamais, ce qui permet, heureusement, de retourner en arrière, pour mieux se remettre à le chercher, et échouer avec plaisir.
On ne peut pas dire que Mantra raconte une histoire, non. Des intrigues sont racontées, toutes plus diverses les unes que les autres (des histoires de piscines, de revolver, de suicide subliminal, de momie en métal, des épisodes de la Quatrième Dimension qui n’existent pas, des films qui existent, des anecdotes, des légendes aztèques, des récits de conquistador, des histoires de religion, de croyance et de morts, une apologie des catcheurs masqués, un petit garçon avec une caméra sur la tête...), mais on ne peut jamais rien résumer, on ne peut jamais réduire Mantra à un seul élément. C’est sans doute ce qui fait son charme. Le roman de Rodrigo Fresán rend ainsi parfaitement compte d’un Mexico comme « tumeur géographique », comme il est dit dans le livre...

Si la première partie du roman peut apparaître assez classique (et encore), c’est le coeur de l’oeuvre qui a tendance à dérouter : celle-si ne suit pas l’ordre chronologique habituel des narrations normales, elle prend la forme d’un abécédaire tentaculaire (ainsi que l’explique le premier extrait proposé quelques lignes plus bas), sorte de guide touristique de l’impossible (en partant du principe que la ville décrite par ce guide soit totalement étrange et barrée) qui réunit suffisamment d’éléments sur Mexico (réels et fictifs) pour parvenir à bâtir un labyrinthe superbe, dans lequel non seulement on prend plaisir à se perdre, mais dont on espère secrètement ne jamais pouvoir ressortir. Et le charme opère instantanément. L’agencement de ces « articles » classés par ordre alphabétique étant aussi bien pensé que ces derniers sont bien écrits, le problème de la cohérence de l’ensemble de se pose jamais. Bien vite (très vite), on s’habitue tout à fait à ce mode de narration. Cela devient évident. Le temps, du coup, s’interrompt pour prendre la forme circulaire du temps mexicain si particulier, de là s’enchaînent les bouts d’histoires, les dialogues perdus, les réflexions, les anecdotes réelles sur des personnages historiques, les anecdotes fausses sur des personnages fictifs (et inversement), etc.

ALFABETICO (ALPHABETIQUE)
(L’ordre)

Non, ce n’est pas sûr et rien ne permet de l’affirmer, Marìa-Marie, que ta vie tout entière défile sous tes yeux comme une émission de télévision bourrée jusqu’aux antennes d’amphétamines pendant ta dernière seconde de vie. Ce qui se passe, ce qui s’est passé (en tout cas pour ce qui me concerne) est bien différent : à la fin du début et au début de la fin apparaît Rod Sterling, le présentateur de The Twillight Zone – tu te rappelles, Marìa-Marie ? - et il t’informe que désormais, certains fragments de ta biographie vont être repaginés. Par ordre alphabétique pour qu’on puisse te consulter plus facilement à l’avenir. Tu y crois ? On te consigne sous forme d’entrées encyclopédiques plus ou moins longues, on te divise en doses homéopathiques d’informations. Dans la langue de l’endroit où tu es décédé, qui plus est. Aïe, Marìa-Marie : heureusement que tu m’as appris l’espagnol, sans quoi je ne comprendrais plus ni ma propre histoire, ni ma propre vie ou ma propre mort, qui sont les choses les plus personnelles que je possède. L’histoire de tout individu, sa vie entière, peut connaître beaucoup de maîtres différents, commes certaines compagnies multinationales dont le paquet d’actions est divisé. Comme Snob, par exemple.
En revanche, la mort n’appartient qu’à celui qui meurt.
On comprendra aisément qu’aucun vivant n’a intérêt à investir dans une chose morte dont on lui retirera tôt ou tard la propriété.
Rodrigo Fresán, Mantra, Passage du Nord-Ouest, P. 152
L’écriture de Rodrigo Fresán, elle, m’est presque déjà familière, comme si elle découlait naturellement d’un mouvement général qui va à la fois vers le réalisme magique (« irréalisme logique ») et le verbe épuré, la formule rituelle, le slogan effréné et efficace. Cela n’est pas sans me rappeler la dangerous writing de Spanbauer ou le style incisif et corrosif de Palahniuk, comme si tout le monde s’était donné le ton pour écrire ce que moi j’avais envie de lire (et ce n’est pas plus mal) !
Le parti pris narratif du livre lui-même permet également une plus vaste maîtrise du sujet : l’intrigue étant tellement éclatée qu’il n’en subsiste que des fragments dispersés dans le désordre, le roman s’axe de fait beaucoup plus sur les personnages eux-mêmes, constamment évolutifs, jamais réellement fixés quelque part – en témoigne les variations que subit le narrateur tout au long des cinq-cent pages de l’oeuvre – et sur les impressions, le décors, l’univers. L’écriture de Fresán s’apparente du coup à une passerelle psychédélique vers des terres rougeoyantes, des temples syncrétiques et des morts ressuscités. Mexico transpire sous ces pages et se dégage de ces mots classés par ordre alphabétique. Non pas la Mexico réelle, bien sûr, mais une autre Mexico (« La Nouvelle Tenochtitlan du Tremblement de Terre »), fictive, superbe, horrible, infernale, emmêlée, insurmontable dont la devise pourrait être ce dyptique très court classé à la lettre « C » et que je vous invite à découvrir :
CLICHÉ
(Étranger)

Devenir fou dans la ville de Mexico sous les regards à la fois pieux et satisfaits des mexicains.

CLICHÉ
(Mexicain)

Regarder d’un air à la fois pieux et satisfait les étrangers devenir fou dans la ville de Mexico.
Mantra, Ibid, P. 201
Mantra, c’est également un roman plein de surprises et de bonnes idées, comme par exemple ce passage entier où le narrateur décrit l’histoire du Mexique en énumérant les évènements clés (et parfois fictifs)... à l’envers. Véritable bijou d’anthologie, ce passage n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de trouvailles ingénieuses, d’expérimentations littéraires et de réussites esthétiques. Mantra s’apparente finalement à un puzzle, un puzzle particulier où chaque pièce, chaque motif, pourrait en réalité s’imbriquer à n’importe quel autre endroit du dessin général. Chaque passage fait partie d’un tout, mais d’un tout sans forme, un tout sans temps, un tout tellement malléable qu’on peut le tordre à loisir pour mieux le rendre sien. Ce principe du cut-up, Rodrigo Fresán (ou plutôt son narrateur) l’explique lui-même très bien, dans un passage de la lettre « C » (encore) qui, justement, s’intitule...
CUT-UP
(De Burroughs)

De toute manière, après avoir travaillé dans la publicité, j’ai été un moment dans l’armée. J’ai été réformé honorablement pour m’essayer aussitôt après à tous les métiers qu’on exerce en temps de guerre : barman, dératiseur, reporter, divers postes dans des usines et des bureaux.
Et après, Mexico City, un endroit sinistre.
William Seward Burroughs II,
Interview in The Paris Review (1965)

Mexico DF est la ville la plus cut-up du monde. C’est sûr. Je ne connais pas Hong Kong (je ne connaîtrai jamais Hong Kong), mais je ne crois pas qu’elle lui arrive à la cheville.

Mexico CU :
« Le cut-up en tant que nouveau langage où tout est fragmenté, où les histoires commencent là où elles se terminent, sans respecter l’ordre chronologique des faits. L’important, c’est de tout mettre par écrit, vite, avant que le récit disparaisse ou sombre dans l’oubli. Soumettre chaque instant au plus grand nombre possible de variations dont chacune serait présentée sous un angle intéressant et également justifiable. Modifier sa façon de lire, de voir un film, de penser. Altérer d’abord le nerf optique et, à partir de la pupille, atteindre le cerveau et reprogrammer tout le système nerveux. Laisser ainsi des mots, des dates et des sentiments en dehors. En tant que mode de vie, le cut-up ne fait pas autre chose que rendre le processus psychosensoriel explicite et clair, comme sur ces dessins en noir et blanc où chaque chiffre correspond à une couleur différente. Je me rappelle être assis dans une cafétaria, à New York. Je prends mon petit déjeuner dans un compartiment. Je me rappelle m’être demandé ce qu’on ressentait dans cette ville à force d’être constamment compartimenté, de passer d’une caisse à une autre. J’ai regardé par la fenêtre et vu s’avancer dans la rue un camion gigantesque puis, cut-up : coordonner ce qui se passe à l’extérieur de ce que l’on pense. Tel est mon message : gardez les yeux ouverts. Ce ne sera pas simple. Il n’est pas facile d’éliminer la puissance énonciative de certaines phrases qui fonctionnent l’une à côté de l’autre afin de les désactiver, de les transformer en son, en musique d’accompagnement pour un autre paysage. Décider, choisir une alternative, être les maîtres de notre propre création », dit un vieil homme, un très vieil homme qui ressemble à la momie craquante d’un pharaon égyptien. Je sais de qui il s’agit.
Mantra Ibid, Ibid, P. 209-210
Extraordinaire, je le confirme. Mantra est l’un de ces rares livres qui dépassent leur condition de livre pour devenir un univers à part-entière. Ce n’est pas un « livre dont on aurait dit qu’il avait uniquement été écrit pour moi », ni même un « livre que j’aurais souhaité écrire moi-même », c’est plus étrange encore, ça va au-delà de ces simples considérations. Mantra est un livre en perpétuelle évolution, en perpétuel renouvellement. Un livre que je pourrais lire des dizaines de fois à la suite sans en capter les redondances. Un livre interminable et qui ne finit jamais. Un livre pour lequel j’ai été incapable d’écrire moi-même une critique cohérente et organisée. Un livre pour lequel je n’ai pas pu me restreindre et pour lequel j’ai cité trois passages différents (record !) dans ma critique. Un livre qui restera dans ma tête encore longtemps. Un livre qui mériterait qu’on lise tous les autres livres, parce que l’on sait que cette soif-là ne sera plus jamais étanchée. Et si vous le lisez à votre tour, ce livre, alors je n’ai plus qu’une seule chose à vous dire : bon voyage.

___________

Ajout du 10 avril 2008

Outre la chronique des Jardins de Kensington mise en ligne récemment sur le blog, je renvoie tous ceux qui seraient éventuellement intéressés par ce livre et par son auteur vers cet article de Dominique Dussidour sur Remue.net daté de janvier 2007, très intéressant.

Source : https://web.archive.org/web/20140216105813/http://www.omega-blue.net/index.php/post/2007/07/20/305-rodrigo-fresan-mantra

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |