221217


J’apprendrai via André Markowicz la mort de Michel Aucouturier, traducteur de Pasternak. Lui qui a signé la traduction du Docteur Jivago ? Le nom du traducteur n’était pas mentionné dans l’édition de 58, Gallimard explique ici pourquoi [1]. En réalité quatre personnes se sont attelées à la traduction de ce livre : Louis Martinez, Jacqueline de Proyart, Hélène Peltier-Zamoyska et, donc, Michel Aucouturier. Retour de la Praluline, qui est une tuerie. Journée lente. Des relectures. Des réponses à des mails. Du XML. 648 pages de rapport d’erreurs en tout genre. 240 141 mots. 2 422 289 signes. Je découvrirai là, dans le marc de la nuit qui est tombée sur nous tôt dans l’après-midi, qu’il y a une fonction double appel sur ce téléphone et que je peux mettre en attente quelqu’un (mais qui ?) ; je le fais. 574 mots pour Eff, sur une histoire de costume et de matière synthétique : il est vrai que j’ai écrit tout un truc sur la recherche d’emploi à l’époque, je pourrais m’inspirer de ces lignes (en fait non). Je suis retourné voir cette série, Des cravates. Pourquoi ne pas collecter ces moments, et d’autres liés à la vie professionnelle, pour en faire un recueil ? On appellerait ce truc OSEF ou TAF ou une connerie comme ça. Encore une idée lumineuse qui va me rester quelques jours, comme en suspension, comme en effervescence, avant que le truc de lui-même il retombe.

22 janvier 2018
par Guillaume Vissac
Journal
#André Markowicz #Boris Pasternak #Boulot #Mort #Publie.net #St-Etienne

[1Leur anonymat sera préservé afin de ne pas compromettre leurs relations avec l’URSS.

<  -  >

Partager

Révisions

7 révisions

221217, version 8 (22 janvier 2018)

Publie.net, Mort, Boulot, St-Etienne, André Markowicz, Boris Pasternak
jpg/dsc_0487-2.jpg
J’apprendrai via André Markowicz la mort de Michel Aucouturier, traducteur de Pasternak. Lui qui a signé la traduction du Docteur Jivago ? Le nom du traducteur n’était pas mentionné dans l’édition de 58, [Gallimard explique ici pourquoi->http://www.gallimard.fr/Footer/Ressources/Entretiens-et-documents/Histoire-d-un-livre-Le-Docteur-Jivago-de-Boris-Pasternak] fr/Footer/Ressources/Entretiens-et-documents/Histoire-d-un-livre-Le-Docteur-Jivago-de-Boris-Pasternak ].  [1]. En réalité quatre personnes se sont attelées à la traduction de ce livre : Louis Martinez, Jacqueline de Proyart, Hélène Peltier-Zamoyska et, donc, Michel Aucouturier. Retour de la Praluline, qui est une tuerie. Journée lente. Des relectures. Des réponses à des mails. Du XML. 648 pages de rapport d’erreurs en tout genre. 240 141 mots. 2 422 289 signes. Je découvrirai là, dans le marc de la nuit qui est tombée sur nous tôt dans l’après-midi, qu’il y a une fonction double appel sur ce téléphone et que je peux mettre en attente quelqu’un (mais qui ?) ; je le fais. 574 mots pour Eff, sur une histoire de costume et de matière synthétique : il est vrai que j’ai écrit tout un truc sur la recherche d’emploi à l’époque, je pourrais m’inspirer de ces lignes (en fait non). Je suis retourné voir cette série, [Des cravates->mot265 ]. Des cravates . Pourquoi ne pas collecter ces moments, et d’autres liés à la vie professionnelle professionnels , pour en faire un recueil ? On appellerait ce truc OSEF ou TAF ou une connerie comme ça. Encore une idée lumineuse qui va me rester quelques jours, comme en suspension, comme en effervescence, avant que le truc de lui-même il retombe. ( just do it , maintenant du coup , parce que certes c’était peut-être pas de la grande littérature mais le ton était juste ).

[1Leur Sur le pourquoi  : leur anonymat sera préservé afin de ne pas compromettre leurs relations avec l’URSS.

221217, version 7 (21 janvier 2018)

J’apprendrai via André Markowicz la mort de Michel Aucouturier, traducteur de Pasternak. Lui C’est lui qui a signé la traduction du Docteur Jivago ? Le nom du traducteur n’était pas mentionné dans l’édition de 58, Gallimard explique ici pourquoi. En réalité quatre personnes se sont attelées à la traduction de ce livre : Louis Martinez, Jacqueline de Proyart, Hélène Peltier-Zamoyska et, donc, Michel Aucouturier. Sur le pourquoi : leur anonymat sera préservé afin de ne pas compromettre leurs relations avec l’URSS. Retour de la Praluline, qui est une tuerie. Journée lente. Des relectures. Des réponses à des mails. Du XML. 648 pages de rapport d’erreurs d’erreur en tout genre. 240 141 mots. 2 422 289 signes. Je découvrirai là, dans le marc de la nuit qui est tombée sur nous tôt dans l’après-midi, qu’il y a une fonction double appel sur ce téléphone et que je peux mettre en attente quelqu’un (mais qui ?)  ; ), ce que je le fais. 574 mots pour Eff, sur une histoire de costume et de matière synthétique : ( il est vrai que j’ai écrit tout un truc sur la recherche d’emploi à l’époque, je pourrais m’inspirer de ces lignes ( en fait mais non). Je suis retourné voir cette série, Des cravates. Pourquoi ne pas collecter ces moments, et d’autres liés à la vie professionnels, pour en faire un recueil ? On appellerait ce truc OSEF ou TAF ou une connerie comme ça. Encore une idée lumineuse qui va me rester quelques jours, comme en suspension, comme en effervescence, avant que le truc de lui-même il retombe (just do it là, maintenant du coup, parce que certes c’était peut-être pas de la grande littérature mais le ton était juste).

221217, version 6 (20 janvier 2018)

J’apprendrai [via André Markowicz->https://www Markowicz sur sa page Facebook->https://www .facebook.com/andre.markowicz/posts/2065183760360592] la mort de Michel Aucouturier, traducteur de Pasternak. C’est Est-ce lui qui a signé la traduction du Docteur Jivago ? Le nom du traducteur n’était pas mentionné dans l’édition de 58, Gallimard explique ici pourquoi. En réalité quatre personnes se sont attelées à la traduction de ce livre : Louis Martinez, Jacqueline de Proyart, Hélène Peltier-Zamoyska et, donc, Michel Aucouturier. Sur le pourquoi  : Gallimard précise leur anonymat sera préservé afin de ne pas compromettre leurs relations avec l’URSS. Retour de la Praluline praluline , qui est une tuerie. Journée lente. Des relectures. Des réponses à des mails. Du XML. 648 pages de rapport d’erreur en tout genre. 240 141 mots. 2 422 289 signes. Je découvrirai là, dans le marc de la nuit qui est tombée sur nous tôt dans l’après-midi, qu’il y a une fonction double appel sur ce téléphone et que je peux mettre en attente quelqu’un (mais qui ?), ce que je fais. 574 mots pour Eff, sur une histoire de costume et de matière synthétique (il est vrai que j’ai écrit tout un truc sur la recherche d’emploi à l’époque, je pourrais m’inspirer de ces lignes mais non). Je suis retourné voir , du coup , cette série, Des cravates. Pourquoi ne pas collecter ces moments, et d’autres liés à la vie professionnels, pour en faire un recueil ? On appellerait ce truc OSEF ou TAF ou une connerie comme ça. Encore une idée lumineuse qui va me rester pendant quelques jours, comme en suspension, comme en effervescence avant que le truc retombe (just do it là, maintenant du coup, parce que certes c’était peut-être pas de la grande littérature mais le ton était juste).

221217, version 5 (30 décembre 2017)

J’apprendrai via André Markowicz sur sa page Facebook la mort de Michel Aucouturier, traducteur de Pasternak. Est-ce lui qui a signé la traduction du Docteur Jivago ? Le nom du traducteur n’était pas mentionné dans l’édition de 58, Gallimard explique ici pourquoi. En C’est en réalité quatre personnes qui se sont attelées à la traduction de ce livre : Louis Martinez, Jacqueline de Proyart, Hélène Peltier-Zamoyska et, donc, Michel Aucouturier. Gallimard précise leur anonymat sera préservé afin de ne pas compromettre leurs relations avec l’URSS. Retour de la praluline, qui est une tuerie. Journée lente. Des relectures. Des réponses à des mails. Du XML. 648 pages de rapport d’erreur en tout genre. 240 141 mots. 2 422 289 signes. Je découvrirai là, dans le marc de la nuit qui est tombée sur nous tôt dans l’après-midi, qu’il y a une fonction double appel sur ce téléphone et que je peux mettre en attente quelqu’un ( mais qui  ? attente , ce que je fais . ), ce que je fais. 574 mots pour Eff, sur une histoire de costume et de matière synthétique (il est vrai que j’ai écrit tout un truc sur la recherche d’emploi à l’époque, je pourrais m’inspirer de ces lignes mais non). Je suis retourné voir, du coup, cette série, Des cravates. Pourquoi ne pas collecter ces moments, et d’autres liés à la vie professionnels, pour en faire un recueil ? On appellerait ce truc OSEF ou TAF ou une connerie comme ça. Encore une idée lumineuse qui va me rester pendant quelques jours, comme en suspension, comme en effervescence avant que le truc retombe (just do it là, maintenant du coup, parce que certes c’était peut-être pas de la grande littérature mais le ton était juste).

221217, version 4 (22 décembre 2017)

J’apprendrai via André Markowicz sur sa page Facebook la mort de Michel Aucouturier, traducteur de Pasternak. Est-ce lui qui a signé la traduction du Docteur Jivago ? Le nom du traducteur n’était pas mentionné dans l’édition de 58, Gallimard explique ici pourquoi. C’est en réalité quatre personnes qui se sont attelées à la traduction de ce livre : Louis Martinez, Jacqueline de Proyart, Hélène Peltier-Zamoyska et, donc, Michel Aucouturier. Gallimard précise leur anonymat sera préservé afin de ne pas compromettre leurs relations avec l’URSS. Retour de la praluline, qui est une tuerie. Journée lente. Des relectures. Des réponses à des mails. Du XML. 648 pages de rapport d’erreur en tout genre. 240 141 mots. 2 422 289 signes. Je découvrirai là, dans le marc de la nuit qui est tombée sur nous tôt dans l’après-midi, qu’il y a une fonction double appel sur ce téléphone et que je peux mettre en attente, ce que je fais. 574 mots pour Eff, sur une histoire de costume et de matière synthétique (il est vrai que j’ai écrit tout un truc sur la recherche d’emploi à l’époque, je pourrais m’inspirer de ces lignes mais non). Je suis retourné voir, du coup, cette série, Des cravates. Pourquoi ne pas collecter ces moments, et d’autres liés à la vie professionnels, pour en faire un recueil ? On appellerait ce truc OSEF ou TAF ou une connerie comme ça. Encore une idée lumineuse qui va me rester pendant quelques jours, comme en suspension, comme en effervescence avant que le truc retombe (just do it là, maintenant du coup, parce que certes c’était peut-être pas de la grande littérature mais le ton était juste).

221217, version 3 (22 décembre 2017)

J’apprendrai via André Markowicz sur sa page Facebook la mort de Michel Aucouturier, traducteur de Pasternak. Est-ce lui qui a signé la traduction du Docteur Jivago ? Le nom du traducteur n’était pas mentionné dans l’édition de 58, Gallimard explique ici pourquoi. C’est en réalité quatre personnes qui se sont attelées à la traduction de ce livre : Louis Martinez, Jacqueline de Proyart, Hélène Peltier-Zamoyska et, donc, Michel Aucouturier. Gallimard précise leur anonymat sera préservé afin de ne pas compromettre leurs relations avec l’URSS. Retour de la praluline, qui est une tuerie. Journée lente. Des relectures. Des réponses à des mails. Du XML. 648 pages de rapport d’erreur en tout genre. 240 141 mots. 2 422 289 signes. Je découvrirai là, dans le marc de la nuit qui est tombée sur nous tôt dans l’après-midi, qu’il y a une fonction double appel sur ce téléphone et que je peux mettre en attente, ce que je fais. 574 mots pour Eff, sur une histoire de costume et de matière synthétique (il est vrai que j’ai écrit tout un truc sur la recherche d’emploi à l’époque, je pourrais m’inspirer de ces lignes mais non).

221217, version 2 (22 décembre 2017)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |