250218


ici, oui, libre, allé-
louia, volant
au bal,
je te dirai un conte, je
respire
aux ciseaux, quel
 
« ben, vas-y, rêve-toi »,
dit le gamin dans les
éclats de vitres, glisse jusqu’au sol,
 
délice,
            une abstention
des sons, ni froid ni rien,
le vent dans les cheveux,
la peau totale.
 
André Markowicz, Partages, Inculte, P. 281

1870 mots reportés dans l’écran (Eff). Celui d’hier est bon. Je n’aurai pas cru l’écrivant mais il l’est. Une certaine forme de douceur. Je crois que la clé, c’est de tout oublier de l’ordre chronologique ici. Il faut que ce soit libre. Débridé. Et, donc, doux. Et 730 mots d’aujourd’hui dont je pourrais sans doute dire, demain, à la relecture, que c’est mièvre, mais dont je crois savoir maintenant qu’ils sont justes, qu’ils remuent quelque chose (mais quoi ?). Je crois que ça valait le coup, d’enchaîner autant de jours et de semaines sans rien à tirer de ce que j’écrivais d’Eff, ne serait-ce que pour avoir ressenti, aujourd’hui, cette impression de justesse (mais elle n’est pas de moi cette construction de phrase). Est-ce que ça tiendra ? C’est une autre question. PSG - OM (3-0). Mais Neymar s’est fait mal à la cheville.

<  -  >

Partager

Révisions

8 révisions

250218, version 9 (26 mars 2018)

Football, André Markowicz
jpg/dsc_0743-2.jpg
<blockquote> <blockquote class="spip_poesie">
ici, oui, libre, allé-
louia, volant
au bal,
je te dirai un conte, je
respire
aux ciseaux, quel
 
« ben, vas-y, rêve-toi »,
dit le gamin dans les
éclats de vitres, glisse jusqu’au sol,
 
délice,
une abstention
des sons, ni froid ni rien,
le vent dans les cheveux,
la peau totale.
 
André Markowicz, Partages, Inculte, P. 281
</blockquote></blockquote>

1870 mots reportés dans l’écran (Eff). Celui d’hier Celui d’hier est bon. Je n’aurai pas cru l’écrivant mais il l’est. Une certaine forme de douceur. Je crois bien que la clé, c’est de tout oublier de ne rien évoquer dans l’ordre chronologique ici. Il faut que ce soit libre. Débridé. Et, donc, doux. Et 730 mots d’aujourd’hui dont je pourrais sans doute dire, demainEt 730 mots d’aujourd’hui dont je pourrais sans doute dire , demain , à la relecture, que c’est mièvre, mais dont je crois savoir maintenant qu’ils sont justes, qu’ils remuent quelque chose (mais quoi ?). Je crois que ça valait le coup, d’enchaîner autant de jours et de semaines sans rien à tirer de ce que j’écrivais d’Eff, ne serait-ce que pour avoir ressenti, aujourd’hui, cette impression de justesse (mais elle n’est [pas pas de moi cette construction de moi->mot113] phrase ). cette construction de phrase). Est-ce que ça tiendra ? C’est une tout autre question. PSG - OM (3-0). Mais Neymar s’est fait mal à la cheville.

250218, version 8 (25 mars 2018)

<blockquote> <blockquote class="spip_poesie">
ici, oui, libre, allé-
louia, volant
au bal,
je te dirai un conte, je
respire
aux ciseaux, quel
 
« ben, vas-y, rêve-toi »,
dit le gamin dans les
éclats de vitres, glisse jusqu’au sol,
 
délice,
une abstention
des sons, ni froid ni rien,
le vent dans les cheveux,
la peau totale.
 
André Markowicz, Partages, Inculte, P. 281
</blockquote></blockquote>

1870 582 + 549 + 739 mots reportés dans l’écran (Eff). Celui d’hier est bon. Je n’aurai pas cru l’écrivant mais il l’est. Une certaine forme de douceur. Je crois bien que la clé, c’est de ne rien évoquer dans l’ordre ici. Il faut que ce soit libre débridé . Débridé. Et, donc, doux. Et 730 mots d’aujourd’hui dont je pourrais sans doute dire, demain, à la relecture, que c’est mièvre, mais dont je crois savoir maintenant qu’ils sont justes, qu’ils remuent quelque chose (mais quoi ?). Je crois que ça valait le coup, d’enchaîner autant de jours et de semaines sans rien à tirer de ce que j’écrivais d’Eff, ne serait-ce que pour avoir ressenti, aujourd’hui, cette impression de justesse ( mais elle n’est pas de moi cette construction de phrase ). justesse . Est-ce que ça tiendra ? C’est une tout autre question. PSG - OM (3-0). Mais Neymar s’est fait mal à la cheville.

250218, version 7 (17 mars 2018)

<blockquote> <blockquote class="spip_poesie">
ici, oui, libre, allé-
louia, volant
au bal,
je te dirai un conte, je
respire
aux ciseaux, quel
 
« ben, vas-y, rêve-toi »,
dit le gamin dans les
éclats de vitres, glisse jusqu’au sol,
 
délice,
une abstention
des sons, ni froid ni rien,
le vent dans les cheveux,
la peau totale.
 
André Markowicz, Partages, Inculte, P. 281
</blockquote></blockquote>

582 + 549 + 739 mots reportés dans l’écran (Eff). Celui d’hier est bon. Je n’aurai pas cru ça l’écrivant mais il l’est. Une certaine forme de douceur. Je crois bien que la clé, c’est de ne rien évoquer dans l’ordre ici. Il faut que ce soit débridé. Et, donc, doux. Et 730 mots d’aujourd’hui dont je pourrais sans doute dire, demain, à la relecture, que c’est mièvre, mais dont je crois savoir maintenant qu’ils sont justes, qu’ils remuent quelque chose (mais quoi ?). Je crois que ça valait le coup, d’enchaîner autant de jours et de semaines sans rien à tirer de ce que j’écrivais d’Eff, ne serait-ce que pour avoir ressenti, aujourd’hui, cette impression de justesse. Est-ce que ça tiendra ? C’est déjà une tout autre question. PSG - OM (3-0). Mais Neymar s’est fait mal à la cheville.

250218, version 6 (4 mars 2018)

<blockquote> <blockquote class="spip_poesie">
ici, oui, libre, allé-
louia, volant
au bal,
je te dirai un conte, je
respire
aux ciseaux, quel
 
« ben, vas-y, rêve-toi »,
dit le gamin dans les
éclats de vitres, glisse jusqu’au sol,
 
délice,
une abstention
des sons, ni froid ni rien,
le vent dans les cheveux,
la peau totale.
 
André Markowicz, Partages, Inculte, P. 281
</blockquote></blockquote>

582 + 549 + 739 mots reportés dans l’écran (Eff). Celui d’hier est bon. Je n’aurai pas cru ça l’écrivant mais il ça l’est. Une certaine forme de douceur. Je crois bien que la clé, c’est de ne rien évoquer dans l’ordre ici. Il faut que ce soit débridé. Et, donc, doux. Et 730 mots d’aujourd’hui dont je pourrais sans doute dire, demain, à la relecture, que c’est mièvre, mais dont je crois savoir maintenant qu’ils sont justes, qu’ils remuent quelque chose (mais quoi ?). Je crois que ça valait le coup, d’enchaîner autant de jours et de semaines sans rien à tirer de ce que j’écrivais d’Eff, ne serait-ce que pour avoir ressenti, aujourd’hui, cette impression de justesse. Est-ce que ça tiendra ? C’est Mais ça , c’est déjà une tout autre question. PSG - OM (3-0). Mais Neymar s’est fait mal à la cheville.

250218, version 5 (26 février 2018)

<blockquote> <blockquote class="spip_poesie">
ici, oui, libre, allé-
louia, volant
au bal,
je te dirai un conte, je
respire
aux ciseaux, quel
 
« ben, vas-y, rêve-toi »,
dit le gamin dans les
éclats de vitres, glisse jusqu’au sol,
 
délice,
une abstention
des sons, ni froid ni rien,
le vent dans les cheveux,
la peau totale.
 
André Markowicz, Partages, Inculte, P. 281
</blockquote></blockquote>

582 + 549 + 739 mots reportés dans l’écran (Eff). Celui d’hier est bon. Je n’aurai pas cru ça l’écrivant mais ça l’est. Une certaine forme de douceur. Je crois bien que la clé, c’est de ne rien évoquer dans l’ordre ici. Il faut que ce soit débridé. Et, donc, doux. Et 730 mots d’aujourd’hui dont je pourrais sans doute dire, demain, à la relecture, que c’est mièvre, mais dont je crois savoir maintenant qu’ils sont justes, qu’ils remuent quelque chose (mais quoi ?). Je crois que ça valait le coup, d’enchaîner autant de jours et de semaines sans rien à tirer de ce que j’écrivais d’Eff, ne serait-ce que pour avoir ressenti, aujourd’hui, cette impression de justesse. Est-ce que ça tiendra ? Mais ça, c’est déjà une tout autre question. PSG - OM (3-0). Mais Neymar s’est fait mal à la cheville.

250218, version 4 (25 février 2018)

<blockquote> <blockquote class="spip_poesie">
ici, oui, libre, allé-
louia, volant
au bal,
je te dirai un conte, je
respire
aux ciseaux, quel
 
« ben, vas-y, rêve-toi »,
dit le gamin dans les
éclats de vitres, glisse jusqu’au sol,
 
délice,
une abstention
des sons, ni froid ni rien,
le vent dans les cheveux,
la peau totale.
 
André Markowicz, Partages, Inculte, P. 281
</blockquote></blockquote>

582 + 549 + 739 mots reportés dans l’écran (Eff). Celui d’hier est bon. Je n’aurai pas cru ça l’écrivant mais ça l’est. Une certaine forme de douceur. Je crois bien que la clé, c’est de ne rien évoquer dans l’ordre ici. Il faut que ce soit débridé. Et, donc, doux. Et 730 mots d’aujourd’hui dont je pourrais sans doute dire, demain, à la relecture, que c’est mièvre, mais dont je crois savoir maintenant qu’ils sont justes, qu’ils remuent quelque chose (mais quoi ?). Je crois que ça valait le coup, d’enchaîner autant de jours et de semaines sans rien à tirer de ce que j’écrivais d’Eff, ne serait-ce que pour avoir ressenti, aujourd’hui, cette impression de justesse. Est-ce que ça tiendra ? Mais ça, c’est déjà une tout autre question.

250218, version 3 (25 février 2018)

582 + 549 + 739 mots reportés dans l’écran (Eff). Celui d’hier est bon. Je n’aurai pas cru ça l’écrivant mais ça l’est. Une certaine forme de douceur. Je crois bien que la clé, c’est de ne rien évoquer dans l’ordre ici. Il faut que ce soit débridé. Et, donc, doux. Et 730 mots d’aujourd’hui dont je pourrais sans doute dire, demain, à la relecture, que c’est mièvre, mais dont je crois savoir maintenant qu’ils sont justes, qu’ils remuent quelque chose (mais quoi ?).

250218, version 2 (25 février 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |