280218


Un mail qu’on m’envoie : permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue dans notre cellule. Personne ne parle de la douleur qu’on a derrière l’épaule après avoir collé deux fois deux-cent étiquettes sur des enveloppes ou de l’abrasion sur les doigts à cause du versant autocollant. Mais c’est ça aussi. Un moment à errer dans le monde souterrain pour un petit tour d’est parisien à cause d’une ligne qui est bloquée (suicide). Je confonds Syd Matters et Syd Barrett (ou le contraire). J’écoutais peu Pink Floyd quand j’avais l’âge d’écouter peu Pink Floyd. Curieusement, je préférais T-Rex (mais ça n’a rien à voir, et Slade j’en parle même pas — mais c’est ça que j’écoute quand j’avais 19 ans). 823 mots pour Eff [1], qui m’ont conduit dans le passé je crois. Je parle du temps de l’écriture. Je mélangerai deux moments, là, c’est-à-dire deux figures. Personnages. Reprenant Grieg (mais pourquoi ? Morphine(s) est là qui attend et prend encore tant de retard...) mais sans y arriver. Pourtant c’est important, d’échouer. D’écrire un truc et d’effacer le lendemain ce que ce truc est devenu sans pourtant avoir bougé. Je me dis que peut-être, Grieg, ça pourrait être ce truc dont je donnerai à voir, en ligne, toutes les révisions, toutes les corrections. Tout. Toujours est-il que je tâtonne et que je bloque toujours au même niveau : réellement prendre en charge une narration construite, cohérente, et qui tient l’intérêt d’un lecteur hypothétique, fantôme. À un moment marchant dans les souterrains de la ville j’aurai cette idée lumineuse là-dessus. Tellement que je l’ai déjà eu par le passé, il y a plus de deux ans... PSG - OM (3-0).

29 mars 2018
par Guillaume Vissac
Journal
#/// #Corps #Football #Lapin #Métro #Mort #Paris #Pink Floyd #Publie.net #Slade #T-Rex

[1Total à fin février, 357 000 mots.

<  -  >

Partager

Révisions

10 révisions

280218, version 11 (29 mars 2018)

Publie.net, Mort, Métro, Paris, Corps, Lapin, Football, ///, Slade, T-Rex, Pink Floyd
jpg/dsc_0605.jpg
Un mail qu’on m’envoie : permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue dans notre cellule. Personne ne parle de la douleur qu’on a derrière l’épaule après avoir collé deux fois deux-cent étiquettes sur des enveloppes ou de l’abrasion sur les doigts à cause du versant autocollant. Mais c’est ça , aussi. Un moment à errer dans le monde souterrain pour un petit tour d’est parisien à cause d’une ligne qui est bloquée (suicide). Je confonds Syd Matters et Syd Barrett (ou le contraire). J’écoutais peu Pink Floyd quand j’avais l’âge d’écouter peu Pink Floyd. Curieusement, je préférais T-Rex (mais ça n’a rien à voir, et Slade j’en parle même pas — mais c’est ça que j’écoute quand j’avais 19 ans). 823 mots pour Eff [1], qui m’ont conduit dans le passé je crois. Je parle du temps de l’écriture. Je mélangerai deux moments, là, c’est-à-dire deux figures. Personnages Deux personnages . Reprenant Grieg (mais Reprenant Grieg ( mais pourquoi ? Morphine(s) est là qui attend et prend encore tant de retard...) mais sans y arriver. Pourtant c’est important, particulièrement , d’échouer. D’écrire un truc et d’effacer le lendemain ce que ce truc est devenu sans pourtant avoir bougé évolué . Je me dis que peut-être, GriegJe me dis que peut-être , Grieg , ça pourrait être ce truc dont je donnerai à voir, en ligne, toutes les révisions, toutes les corrections. Tout. Toujours est-il que je tâtonne et que je bloque toujours au même niveau : réellement prendre en charge une narration construite, cohérente, et qui tient l’intérêt d’un lecteur hypothétique, fantôme. À un moment marchant dans les souterrains de la ville j’aurai cette idée lumineuse qui me viendra là-dessus. Tellement que je l’ai déjà eu par le passé, il y a plus de deux ans... PSG - OM (3-0).

[1Total à fin février, 357 000 mots.

280218, version 10 (28 mars 2018)

Un mail qu’on m’envoie : permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue dans notre cellule. Personne ne parle de la douleur qu’on a derrière l’épaule après avoir collé deux fois deux-cent étiquettes sur des enveloppes ou de l’abrasion sur les doigts à cause du versant autocollant. Mais c’est ça, aussi. Un moment à errer dans le monde souterrain pour un petit tour d’est parisien à cause d’une ligne qui est bloquée (suicide). Je confonds Syd Matters et Syd Barrett (ou le contraire). J’écoutais peu Pink Floyd quand j’avais l’âge d’écouter peu Pink Floyd. Curieusement, je préférais T-Rex (mais ça n’a rien à voir, et Slade j’en parle même pas — mais c’est ça que j’écoute quand j’avais 19 ans). 823 mots pour Eff [2], qui m’ont conduit dans le passé je crois. Je parle du temps de l’écriture. Je mélangerai deux moments, là, c’est-à-dire deux figures. Deux personnages. Reprenant Grieg (mais pourquoi ? Morphine(s) est là qui attend et prend encore tant de retard...) mais sans y arriver. Pourtant c’est important, tout particulièrement, d’échouer. D’écrire un truc et d’effacer le lendemain ce que ce truc est devenu sans pourtant avoir évolué. Je me dis que peut-être, Grieg, ça pourrait être ce truc dont je donnerai à voir, en ligne, toutes les révisions, toutes les corrections. Toujours est-il que je tâtonne et que je bloque toujours au même niveau : réellement prendre en charge une narration construite, cohérente, et qui tient l’intérêt d’un lecteur hypothétique, fantôme. À un moment marchant dans les souterrains de la ville j’aurai cette idée lumineuse qui me viendra là-dessus. Tellement que je l’ai déjà eu par le passé, il y a plus de deux ans... PSG - OM (3-0).

[2Total à fin février, 357 000 mots.

280218, version 9 (27 mars 2018)

Un mail qu’on que l’on m’envoie : permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue dans notre cellule. Personne ne parle de la douleur qu’on a derrière l’épaule après avoir collé deux fois deux-cent étiquettes sur des enveloppes ou de l’abrasion sur les doigts à cause du versant autocollant. Mais c’est ça, aussi, ce boulot . Un moment à errer dans le monde souterrain ( le métro ) pour un petit tour d’est parisien à cause d’une ligne qui est bloquée (un suicide). Je confonds Syd Matters et Syd Barrett (ou le contraire). J’écoutais peu Pink Floyd quand j’avais l’âge d’écouter peu Pink Floyd. Curieusement, je préférais T-Rex (mais ça n’a rien à voir, et Slade j’en je n’en parle même pas mais c’est ça que j’écoute quand j’avais 19 ans ). 823 mots pour Eff [3], qui m’ont conduit dans le passé je crois. Je parle du temps de l’écriture. Je mélangerai deux moments, là, c’est-à-dire deux figures. Deux personnages. Reprenant Grieg (mais pourquoi ? Morphine(s) est là qui attend et prend encore tant de retard...) mais sans y arriver. Pourtant c’est important, tout particulièrement, d’échouer. D’écrire un truc et d’effacer le lendemain ce que ce truc est devenu sans pourtant avoir évolué. Je C’est que je me dis que peut-être, ce Grieg, ça pourrait être ce truc dont je donnerai à voir, en ligne, toutes les révisions, toutes les corrections. Toujours est-il que je tâtonne et que je bloque toujours au même niveau : réellement prendre en charge une narration construite, cohérente, et qui tient l’intérêt d’un lecteur hypothétique, fantômepourrait-on dire . À un moment marchant dans les souterrains de la ville j’aurai cette idée lumineuse qui me viendra là-dessus. Tellement que je l’ai déjà eu par le passé, il y a plus de deux ans... PSG - OM (3-0).

[3Total à fin février, 357 000 mots.

280218, version 8 (4 mars 2018)

Un mail que l’on qu’on m’envoie : permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue dans notre cellule. Personne ne parle de la douleur qu’on a derrière l’épaule après avoir collé deux fois deux-cent étiquettes sur des enveloppes ou de l’abrasion sur les doigts à cause du versant autocollant. Mais c’est ça, aussi, ce boulot. Un moment à errer dans le monde souterrain (le métro) pour un petit tour d’est parisien à cause d’une ligne qui est bloquée (un suicide). Je confonds Syd Matters et Syd Barrett (ou le contraire). J’écoutais peu Pink Floyd quand j’avais l’âge d’écouter peu Pink Floyd. Curieusement, je préférais T-Rex ( mais ça n’a rien à voir , et Slade je n’en parle même pas ). . 823 mots pour Eff [4], qui m’ont conduit dans le passé je crois. Je parle du temps de l’écriture. Je mélangerai deux moments, là, c’est-à-dire deux figures. Deux personnages. Reprenant Grieg (mais pourquoi ? Morphine(s) est là qui attend et prend encore tant de retard...) mais sans y arriver. Pourtant c’est important, tout particulièrement, d’échouer. D’écrire un truc et d’effacer le lendemain ce que ce truc est devenu sans pourtant avoir évolué. C’est que je me dis que peut-être, ce Grieg, ça pourrait être ce truc dont je donnerai à voir, en ligne, toutes les révisions, toutes les corrections. Toujours est-il que je tâtonne et que je bloque toujours au même niveau : réellement prendre en charge une narration construite, cohérente, et qui tient l’intérêt d’un lecteur hypothétique, fantôme pourrait-on dire. À un moment marchant dans les souterrains de la ville j’aurai cette idée lumineuse qui me viendra là-dessus. , tellement que je l’ai déjà eu par le passé , [il y a plus de deux ans->article3046 ]... Tellement que je l’ai déjà eu par le passé, il y a plus de deux ans... PSG - OM (3-0).

[4Total à fin février, 357 000 mots.

280218, version 7 (28 février 2018)

Un mail qu’on m’envoie : permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue dans notre cellule. Personne ne parle de la douleur qu’on a derrière l’épaule après avoir collé deux fois deux-cent étiquettes sur des enveloppes ou de l’abrasion sur les doigts à cause du versant autocollant. Mais c’est ça, aussi, ce boulot. Un moment à errer dans le monde souterrain (le métro) pour un petit tour d’est parisien à cause d’une ligne qui est bloquée (un suicide). Je confonds Syd Matters et Syd Barrett (ou le contraire). J’écoutais peu Pink Floyd quand j’avais l’âge d’écouter peu Pink Floyd. Curieusement, je préférais T-Rex. 823 mots pour Eff [5], qui m’ont conduit dans le passé je crois. Je parle du temps de l’écriture. Je mélangerai deux moments, là, c’est-à-dire deux figures. Deux personnages. Reprenant Grieg (mais pourquoi ? Morphine(s) est là qui attend et prend encore tant de retard...) mais sans y arriver. Pourtant c’est important, tout particulièrement, d’échouer. D’écrire un truc et d’effacer le lendemain ce que ce truc est devenu sans pourtant avoir évolué. C’est que je me dis que peut-être, ce Grieg, ça pourrait être ce truc dont je donnerai à voir, en ligne, toutes les révisions, toutes les corrections. Toujours est-il que je tâtonne et que je bloque toujours au même niveau : réellement prendre en charge une narration construite, cohérente, et qui tient l’intérêt d’un lecteur hypothétique, fantôme pourrait-on dire. À un moment marchant dans les souterrains de la ville j’aurai cette idée lumineuse qui me viendra là-dessus, tellement que je l’ai déjà eu par le passé, il y a plus de deux ans... PSG - OM (3-0).

[5Total à fin février, 357 000 mots.

280218, version 6 (28 février 2018)

Un mail qu’on m’envoie : permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue dans notre cellule. Personne ne parle de la douleur qu’on a derrière l’épaule après avoir collé deux fois deux-cent étiquettes sur des enveloppes ou de l’abrasion sur les doigts à cause du versant autocollant. Mais c’est ça, aussi, ce boulot. Un moment à errer dans le monde souterrain (le métro) pour un petit tour d’est parisien à cause d’une ligne qui est bloquée (un suicide). Je confonds Syd Matters et Syd Barrett (ou le contraire). J’écoutais peu Pink Floyd quand j’avais l’âge d’écouter peu Pink Floyd. Curieusement, je préférais T-Rex. 823 mots pour Eff [6], qui m’ont conduit dans le passé je crois. Je parle du temps de l’écriture. Je mélangerai deux moments, là, c’est-à-dire deux figures. Deux personnages. Reprenant Grieg (mais pourquoi ? Morphine(s) est là qui attend et prend encore tant de retard...) mais sans y arriver. Pourtant c’est important, tout particulièrement, d’échouer. D’écrire un truc et d’effacer le lendemain ce que ce truc est devenu sans pourtant avoir évolué. C’est que je me dis que peut-être, ce Grieg, ça pourrait être ce truc dont je donnerai à voir, en ligne, toutes les révisions, toutes les corrections. Toujours est-il que je tâtonne et que je bloque toujours au même niveau : réellement prendre en charge une narration construite, cohérente, et qui tient l’intérêt d’un lecteur hypothétique, fantôme pourrait-on dire. À un moment marchant dans les souterrains de la ville j’aurai cette idée lumineuse qui me viendra là-dessus, tellement que je l’ai déjà eu par le passé, il y a plus de deux ans...

[6Total à fin février, 357 000 mots.

280218, version 5 (28 février 2018)

Un mail qu’on m’envoie : permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue dans notre cellule. Personne ne parle de la douleur qu’on a derrière l’épaule après avoir collé deux fois deux-cent étiquettes sur des enveloppes ou de l’abrasion sur les doigts à cause du versant autocollant. Mais c’est ça, aussi, ce boulot. Un moment à errer dans le monde souterrain (le métro) pour un petit tour d’est parisien à cause d’une ligne qui est bloquée (un suicide). Je confonds Syd Matters et Syd Barrett (ou le contraire). J’écoutais peu Pink Floyd quand j’avais l’âge d’écouter peu Pink Floyd. Curieusement, je préférais T-Rex. 823 mots pour Eff [7]823 mots pour Eff , qui m’ont conduit dans le passé je crois. Je parle du temps de l’écriture. Je mélangerai deux moments, là, c’est-à-dire deux figures. Deux personnages.

[7Total à fin février, 357 000 mots.

280218, version 4 (28 février 2018)

Un mail qu’on m’envoie : permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue dans notre cellule. Personne ne parle de la douleur qu’on a derrière l’épaule après avoir collé deux fois deux-cent étiquettes sur des enveloppes ou de l’abrasion sur les doigts à cause du versant autocollant. Mais c’est ça, aussi, ce boulot. Un moment à errer dans le monde souterrain (le métro) pour un petit tour d’est parisien à cause d’une ligne qui est bloquée (un suicide). Je confonds Syd Matters et Syd Barrett (ou le contraire). J’écoutais peu Pink Floyd quand j’avais l’âge d’écouter peu Pink Floyd. Curieusement, je préférais T-Rex. 823 mots pour Eff, qui m’ont conduit dans le passé je crois. Je parle du temps de l’écriture. Je mélangerai deux moments, là, c’est-à-dire deux figures. Deux personnages.

280218, version 3 (28 février 2018)

Un mail qu’on m’envoie : permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue dans notre cellule. Personne ne parle de la douleur qu’on a derrière l’épaule après avoir collé deux fois deux-cent étiquettes sur des enveloppes ou de l’abrasion sur les doigts à cause du versant autocollant. Mais c’est ça, aussi, ce boulot. Un moment à errer dans le monde souterrain (le métro) pour un petit tour d’est parisien à cause d’une ligne qui est bloquée (un suicide). Je confonds Syd Matters et Syd Barrett (ou le contraire). J’écoutais peu Pink Floyd quand j’avais l’âge d’écouter peu Pink Floyd. Curieusement, je préférais T-Rex.

280218, version 2 (28 février 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |