010318


Retour à Bagnolet (le suicide est passé), puis un petit tour d’est parisien. À un moment au téléphone : j’ai très précisément deux minutes à t’accorder, puis ailleurs à quelqu’un : je pose mon vide là un moment. J’ai froid aux mains, ça me brûle les mains ce froid. J’écoute des sons étranges sur mes lectures sous terre. C’est venu de je sais pas. Un truc dans l’une de mes playlist, Further de Matthew Herbert. Aucune idée de qui c’est ni de comment c’est arrivé ici, jusqu’à l’intérieur de mon corps immobile et pourtant en mouvement d’un point A vers un point B sous la surface d’un monde qui nous échappe toujours (autant). C’était des bruits de bouche ou d’eau. Surtout de l’eau. À un moment donné une espèce de jungle suintante, ça convient bien à ce que je lis. Philippe, à qui j’échange un livre contre un pot de marmelade d’oranges (appellation d’origine incontrôlée et qui est une tuerie), me parle de Morphine(s). C’est tout ce dont j’avais besoin pour m’y remettre ? Il serait sans doute temps de suivre mes propres conseils à d’autres : faire plus simple, virer les trucs non indispensables, être clair. Poursuivre Grieg là-dessus et reprendre Morphine(s) est-ce possible ? (Non.) 521 mots pour Eff.

<  -  >

Partager

Révisions

10 révisions

010318, version 11 (1er avril 2018)

Publie.net, Mort, Métro, Paris, ///, Philippe Aigrain, Matthew Herbert
jpg/dsc_0749.jpg
Retour Retour à Bagnolet (le suicide est passé), puis un petit tour d’est parisien. À un moment au téléphone : j’ai très précisément deux minutes à t’accorder, puis ailleurs à quelqu’un : je pose mon vide là un moment. J’ai froid aux mains, ça me brûle les mains ce froid. J’écoute des sons étranges sur mes lectures sous terre. C’est venu de je sais pas. Un truc dans l’une une de mes playlist, Further de Matthew Herbert. Aucune idée de qui c’est ni de comment c’est arrivé ici, jusqu’à l’intérieur de mon corps immobile et pourtant en mouvement d’un point A vers un point B sous la surface d’un monde qui nous échappe toujours (autant). C’était des bruits de bouche ou d’eau. Surtout de l’eau. À un moment donné une espèce de jungle suintante, ça convient bien à ce que je lis. [Philippe->https://www.atelierdebricolage.net]Philippe , à qui j’échange un livre contre un pot de marmelade d’oranges (appellation d’origine incontrôlée et qui est une tuerie), me parle de [Morphine(s)->http://fuirestunepulsion . Morphine(s ). net/3/ ?-morphine-&debut_articles=0#pagination_articles]. C’est tout ce dont j’avais besoin pour m’y remettre ? Il serait sans doute temps de suivre mes propres conseils à d’autres : faire plus simple, virer les trucs non indispensables, être clair. Poursuivre Grieg Poursuivre Grieg là-dessus et reprendre [Morphine(s)->http://fuirestunepulsion . Morphine(s ) est-ce possible  ? net/3/ ?-morphine-&debut_articles=0#pagination_articles] est-ce possible ? (Non.(Non ) 521 mots pour Eff.

010318, version 10 (31 mars 2018)

Retour à Bagnolet (le suicide est passé), puis un petit tour d’est parisien. À Retour à Bagnolet ( le suicide est passé ), puis un petit tour d’est parisien ( à un moment au téléphone : j’ai très précisément deux minutes à t’accorder, ), puis ailleurs à quelqu’un : je pose mon vide là un moment. J’ai froid aux mains, ça me brûle les mains ce froid. J’écoute des sons étranges sur mes lectures sous terre. C’est venu de je sais pas. Un truc dans une de mes playlist, Further de Matthew Herbert. Aucune idée de qui c’est ni de comment c’est arrivé ici, jusqu’à l’intérieur de mon corps immobile et pourtant en mouvement d’un point A vers un point B sous la surface d’un monde qui nous échappe toujours ( autant). . C’était des bruits de bouche ou d’eau. Surtout de l’eau. À un moment donné une espèce de jungle suintante, ça convient bien à ce que je lis. Philippe, à qui j’échange un livre contre un pot de marmelade d’oranges (appellation d’origine incontrôlée et qui est une tuerie), me parle de Morphine(s). C’est tout ce dont j’avais besoin pour m’y remettre ? Il serait sans doute temps de suivre mes propres conseils à d’autres d’autre : faire plus simple, virer les trucs non indispensables, être clair. Poursuivre Grieg là-dessus et reprendre Morphine(s) est-ce possible ? (Non ) 521 mots pour Eff.

010318, version 9 (29 mars 2018)

Retour à Bagnolet (le suicide est passé), puis un petit tour d’est parisien autre circuit dans l’est Parisien (à un moment au téléphone : j’ai très précisément deux minutes à t’accorder), puis ailleurs à quelqu’un : je pose mon vide là un moment. J’ai froid aux mains, ça me brûle les mains ce froid. J’écoute des sons étranges sur mes lectures sous terre. C’est venu de je sais pas. Un truc dans une de mes playlist, Further de Matthew Herbert. Aucune idée de qui c’est ni de comment c’est arrivé ici, jusqu’à l’intérieur de mon corps immobile et pourtant en mouvement d’un point A vers un point B sous la surface d’un monde qui nous échappe toujours autant. C’était des bruits de bouche ou d’eau. Surtout de l’eau. À un moment donné une espèce de jungle suintante, ça convient bien à ce que je lis. Philippe, à qui j’échange un livre contre un pot de marmelade d’oranges (appellation d’origine incontrôlée et qui est une tuerie), me parle de Morphine(s). C’est tout ce dont j’avais besoin pour m’y remettre ? Il serait sans doute temps de suivre mes propres conseils à d’autre : faire plus simple, virer les trucs non indispensables, être clair. Poursuivre Grieg là-dessus et reprendre Morphine(s) est-ce possible ? 521 mots pour Eff.

010318, version 8 (28 mars 2018)

Retour à Bagnolet (le suicide est passé), puis un autre circuit dans l’est Parisien (à un moment au téléphone : j’ai très précisément deux minutes à t’accorder), puis ailleurs à quelqu’un : je pose mon vide là un moment. J’ai froid aux mains, ça me brûle les mains ce froid. J’écoute des sons étranges sur mes lectures sous terre. C’est venu de je sais pas. Un truc dans une de mes playlist, Further de Matthew Herbert. Aucune idée de qui c’est ni de comment c’est arrivé ici, jusqu’à l’intérieur de mon corps immobile et pourtant en mouvement d’un point A vers un point B sous la surface d’un monde qui nous échappe toujours autant du sol . C’était des bruits de bouche ou d’eau. Surtout de l’eau. À un moment donné une espèce de jungle suintante, ça convient bien à ce que je lis. Philippe, à qui j’échange un livre contre un pot de marmelade d’oranges (appellation d’origine incontrôlée et qui est une tuerie), me parle de Morphine(s). C’est tout ce dont j’avais besoin pour m’y remettre ? Il serait sans doute temps de suivre mes propres conseils à d’autre : faire plus simple, virer les trucs non indispensables, être clair. Poursuivre Grieg là-dessus et reprendre Morphine(s) est-ce possible ? 521 mots pour Eff.

010318, version 7 (27 mars 2018)

Retour à Bagnolet (le suicide est passé), puis un autre circuit dans l’est Parisien (à un moment au téléphone : j’ai très précisément deux minutes à t’accorder), puis ailleurs à quelqu’un : je pose mon vide là un moment. J’ai froid aux mains, ça me brûle les mains ce froid. J’écoute des sons étranges sur mes lectures sous terre. C’est venu de je sais pas. Un truc dans une de mes playlist, Further de Matthew Herbert. Aucune Je n’ai aucune idée de qui c’est ni de comment c’est arrivé ici, jusqu’à l’intérieur de mon corps immobile et pourtant en mouvement d’un point A vers un point B sous la surface du sol. C’était des bruits de bouche ou d’eau. Surtout de l’eau. À un moment donné une espèce de jungle suintante, ça convient bien à ce que je lis. Philippe, à qui j’échange un livre contre un pot de marmelade d’oranges (appellation d’origine incontrôlée et qui est une tuerie), me parle de Morphine(s). C’est tout ce dont j’avais besoin pour m’y remettre ? Il serait sans doute temps de suivre mes propres conseils à d’autre : faire plus simple, virer les trucs non indispensables indispensable , être clair. Poursuivre Grieg là-dessus et reprendre Morphine(s) est-ce possible ? 521 mots pour Eff.

010318, version 6 (17 mars 2018)

Retour à Bagnolet (le suicide est passé), puis un autre circuit dans l’est Parisien (à un moment au téléphone : j’ai très précisément deux minutes à t’accorder), puis ailleurs à quelqu’un : je pose mon vide là un moment. J’ai froid aux mains, ça me brûle les mains ce froid. J’écoute des sons étranges sur mes lectures sous terre. C’est venu de je sais pas. Un truc dans une de mes playlist, Further de Matthew Herbert. Je n’ai aucune idée de qui c’est ni de comment c’est arrivé ici, jusqu’à l’intérieur de mon corps immobile et pourtant en mouvement d’un point A vers un point B sous la surface du sol. C’était des bruits de bouche ou d’eau. Surtout de l’eau. À un moment donné une espèce de jungle suintante, ça convient bien à ce que je lis. Philippe, à qui j’échange un livre contre un pot de marmelade d’oranges (appellation d’origine incontrôlée et qui est une tuerie), me parle de Morphine(s). C’est tout ce dont j’avais j’aurais besoin pour m’y remettre, que l’on m’en parle ? Il serait sans doute temps de suivre mes propres conseils à d’autre : faire plus simple, virer les trucs non indispensable, être clair. Poursuivre Grieg là-dessus et reprendre Morphine(s) est-ce possible ? 521 mots pour Eff.

010318, version 5 (4 mars 2018)

Retour à Bagnolet (le suicide est passé), puis un autre circuit dans l’est Parisien (à un moment au téléphone : j’ai très précisément deux minutes à t’accorder), puis ailleurs à quelqu’un : je pose mon vide là un moment. J’ai froid aux mains ça me brûle les mains ce le froid. J’écoute des sons étranges sur mes lectures sous terre. C’est venu de je sais pas. Un truc dans une de mes playlist, Further de Matthew Herbert. Je n’ai aucune idée de qui c’est ni de comment c’est arrivé ici, jusqu’à l’intérieur de mon corps immobile et pourtant en mouvement d’un point A vers un point B sous la surface du sol. C’était des bruits de bouche ou d’eau. Surtout de l’eau. À un moment donné une espèce de jungle suintante, ça convient bien à ce que je lis. Philippe, à qui j’échange un livre contre un pot de marmelade d’oranges confiture (appellation d’origine incontrôlée et qui est une tuerie), me parle de Morphine(s). C’est tout ce dont j’aurais besoin pour m’y remettre, que l’on m’en parle ? Il serait sans doute temps de suivre mes propres conseils à d’autre : faire plus simple, virer les trucs non indispensable, être clair. Poursuivre Grieg là-dessus et reprendre Morphine(s) est-ce possible ? 521 mots pour Eff.

010318, version 4 (1er mars 2018)

Retour à Bagnolet (le suicide est passé), puis un autre circuit dans l’est Parisien (à un moment au téléphone : j’ai très précisément deux minutes à t’accorder), puis ailleurs à quelqu’un : je pose mon vide là un moment. J’ai froid aux mains ça me brûle les mains le froid. J’écoute des sons étranges sur mes lectures sous terre. C’est venu de je sais pas. Un truc dans une de mes playlist, Further de Matthew Herbert. Je n’ai aucune idée de qui c’est ni de comment c’est arrivé ici, jusqu’à l’intérieur de mon corps immobile et pourtant en mouvement d’un point A vers un point B sous la surface du sol. C’était des bruits de bouche ou d’eau. Surtout de l’eau. À un moment donné une espèce de jungle suintante, ça convient bien à ce que je lis. Philippe, à qui j’échange un livre contre un pot de confiture (appellation d’origine incontrôlée et qui est une tuerie), me parle de Morphine(s). C’est tout ce dont j’aurais besoin pour m’y remettre, que l’on m’en parle ? Il serait sans doute temps de suivre mes propres conseils à d’autre : faire plus simple, virer les trucs non indispensable, être clair. Poursuivre Grieg là-dessus et reprendre Morphine(s) est-ce possible ? 521 mots pour Eff.

010318, version 3 (1er mars 2018)

Retour à Bagnolet (le suicide est passé), puis un autre circuit dans l’est Parisien (à un moment au téléphone : j’ai très précisément deux minutes à t’accorder), puis ailleurs à quelqu’un : je pose mon vide là un moment. J’ai froid aux mains ça me brûle les mains le froid. J’écoute des sons étranges sur mes lectures sous terre. C’est venu de je sais pas. Un truc dans une de mes playlist, Further de Matthew Herbert. Je n’ai aucune idée de qui c’est ni de comment c’est arrivé ici, jusqu’à l’intérieur de mon corps immobile et pourtant en mouvement d’un point A vers un point B sous la surface du sol. C’était des bruits de bouche ou d’eau. Surtout de l’eau. À un moment donné une espèce de jungle suintante, ça convient bien à ce que je lis. Philippe, à qui j’échange un livre contre un pot de confiture (appellation d’origine incontrôlée et qui est une tuerie), me parle de Morphine(s). C’est tout ce dont j’aurais besoin pour m’y remettre, que l’on m’en parle ? Il serait sans doute temps de suivre mes propres conseils à d’autre : faire plus simple, virer les trucs non indispensable, être clair. Poursuivre Grieg là-dessus et reprendre Morphine(s) est-ce possible ?

010318, version 2 (1er mars 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |